Activités internes [RP] (utilisable sur demande)

C4
Avatar du membre
Sovana
Maitre de la galaxie
Messages : 4044
Enregistré le : sam. févr. 11, 2012 7:16 pm
NJ V3 : Azude, Duché Stalagmantin, La Culture
NJ V4 : Ascensus

Message par Sovana » ven. juin 13, 2014 8:33 pm


Avatar du membre
Sovana
Maitre de la galaxie
Messages : 4044
Enregistré le : sam. févr. 11, 2012 7:16 pm
NJ V3 : Azude, Duché Stalagmantin, La Culture
NJ V4 : Ascensus

Re: Activités internes [RP] (utilisable sur demande)

Message par Sovana » jeu. août 28, 2014 12:11 pm

Commission d'Aménagement Rural - Diplômés de l'École Politique Technocrate

Fiche de suivi 01


Sujet : Planning général, définition d'aménagements ruraux et accompagnements de la population

Numéro EPC : A0108M78

Description préliminaire :

La population dite "rurale" d'Azude représente 25% de la population, répartie au sud et au centre du pays. Celle-ci est plus minimaliste dans sa relation au confort technologique et électronique. Toutefois elle ne délaisse pas les activités créatives ou professionnelles liées, bien qu'elle le vive différemment. Ainsi, certains produits ont étés "mutualisés" de manière institutionnelle, tel des salles informatiques dans les médiathèques, conjugué à la relative absences d'ordinateurs personnels (contrairement aux disques durs externes ou clés USB). Les villes de cette population ont également la particularité de contenir bien plus de modalités électriques et électroniques que les autres villes, permettant par exemple de n'allumer les lumières de rues la nuit qu'en approche de véhicules d'urgences, ou bien de tamiser les lumières intérieures. Ceci alors qu'elles représentent 40% des villes de 800 000 habitants (75% des villes), et 30% de l'ensemble des villes.
Les habitants de ces villes souhaitent revenir à des aménagements ruraux.
Il est par conséquent probable que les nouveaux aménagements disposeront de bien moins d’électronique ou électrique, tel les éclairages publics.

Présupposés personnels :

Sujet (populations concernées) :
Les habitants sont tous désireux de déménager dans des petites villes ou villages.
||
==> Si ce n'est pas le cas ?
||
==>Accompagner la transition des populations progressivement en assurant un service minimum dans les villes afin de permettre d'éventuels retours. (Villes et villages tests puis emménagements progressifs)

Objet (Nouveaux aménagements) :

Neutre, inconnue. Nécessite étude du mode de vie thorvalien, et Haut-Culture Ouest.
Hésitation des structures politiques entre démocratie et administration (probablement un système mixte mais adapté à une échelle réduite).

Moyens (transition) :
Devra être progressive et accompagnée, sur la base du volontariat.

Présupposés de l'équipe :
Similaires.

Plans d'étude : politique, économique, culturel, social

Politique : Il devient nécéssaire de créer des structures politiques adaptées à des tailles de villes moindres, ainsi qu'aux villages.

Économique : Comment mettre en place les infrastructures matérielles et aménagements désignés ? (quels seront-ils ?)

Culturel : comment gérer le patrimoine des villes actuelles, appelées à être en sous-effectif, encore plus concernant les biens non amovibles (bâtiments, constructions...)

Social : les structures devront être adaptées aux attentes des populations, il est donc important de travailler avec elles.

Avatar du membre
Sovana
Maitre de la galaxie
Messages : 4044
Enregistré le : sam. févr. 11, 2012 7:16 pm
NJ V3 : Azude, Duché Stalagmantin, La Culture
NJ V4 : Ascensus

Re: Activités internes [RP] (utilisable sur demande)

Message par Sovana » sam. août 30, 2014 12:34 pm

Cinq heures du matin, dans les bâtiments administratifs centraux de la Cité Administrative d'Azude. C'était l'heure ou le gouvernement, députés et administrateurs nationaux terminaient leur journée. Leur plage horaire de travail avait été fixé au hasard une fois que l'ensemble du gouvernement (et une majorité de la population) avaient basculés dans le sommeil polyphasique : abolir le sommeil lent, ne garder que le sommeil paradoxal (le seul prouvé comme utile à vrai dire), par des siestes de 20 minutes toutes les 6 heures. Mattiew Fronch était un peu las, et avant de passer à une quelconque autre activité, il passa par la salle de repos, et s'affala sur un fauteuil. A coté de lui la baie vitrée offrait une vue plongeante sur les buissons métalliques du centre ville. Des immeubles, des coursives, des ponts ou des couloirs suspendus, d'un bâtiment à un autre, tout cela ne semblait pas en finir, et seul le ciel et les étoiles semblaient apporter, si peu, de couleurs. Alors que le Responsable était perdu dans ses méditations, Alan Scarifh passa par là. Mattiew ignorait s'il pouvait qualifier sa relation avec lui de franche amitié ou simple camaraderie professionnelle, mais c'était certes quelqu'un à qui l'on pouvait se confier sans craintes, et il lui arrivait souvent d'avoir des discussions interminables avec lui.
Le voyant ainsi amorphe, Alan Scarifh prit la peine de s'asseoir.


Image

Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

Tient bonjour Fronch !


Image

Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

Oh, bonjour.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

Tu n'a pas l'air en forme, quelque chose ne vas pas ?


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

Hmm... Ça va. Mais, quelque chose me trouble.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

[Se servant du thé, et en proposant à Fronch] Eh bien ? Je t'écoute, si cela ne te dérange pas.

Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

[Refusant d'un léger mouvement de tête] Non, non, ça va. Je cherche les mots pour exprimer mon ressentis. C'est un peu comme si le vide me scrutait, constamment, au loin. La plupart du temps je m'occupe l'esprit, je travail, discute, réfléchit, entretient ma santé physique, alors je ne le vois pas. Et de temps en temps, je me pose. Et sens son regard, alors je le lui rend. Je scrute le vide comme il me scrute.

Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

Et, quel effet cela fait, si je puis ?


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

Insignifiant. Je me sens particulièrement insignifiant et impuissant.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

[sourire en coin] Si tu me permet je trouve amusante cette remarque venant d'un brillant administrateur national. Tu as contribué au renouveau du pays, tu as posé les bases d'une politique interne encore suivie à l'heure actuelle. Une société relativement dynamique, mettant l'accent sur le développement et la créativité, tout en restant farouchement traditionnelle.


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

Bien sur. Mais... Quand on est à ce poste, ce n'est que comme n'importe quel autre finalement. La joie d'avoir réussie passe vite sous le rouleau compresseur de la routine, et ce travail, fut-il unique, devient un travail comme un autre, si ce n'est qu'il a plus d'impact sur la vie des autres que la moyenne. Notre pays ne fait certes pas dans la fantasmagorie du pouvoir, mais même sans ça, ce n'est pas si extraordinaire que ce que l'on pourrait croire, une fois les grandes réformes passées.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

Soit, mais tu as fait quelque chose après tout.


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

Et après ? Et maintenant ? Je n'ai que fais mon travail, comme je continue à le faire.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

J'avoue ne pas saisir précisément ton problème ? Ne te prend tu pas un peu la tête pour peu ?


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

Me demander d’arrêter de réfléchir serait comme me demander d’arrêter de respirer, sincèrement. je suis satisfait de ma vie. Je ne demande pas en soit plus d'amis, plus de confort matériel ou plus d'activités, ou je ne sais quoi. Mais je sens ce vide. Diffus, latent. Il a toujours été là. Mais il se trouvait hors de mon champ de vision lorsque j'avais des rêves, des envies, de Grands Objectifs. Je veux dire, j'ai des objectifs : mener une vie saine, faire mon devoir, mon travail, ne pas me surmener par quelques loisirs, et avoir des contacts avec ceux qui me sont proche. Vivre en somme. Mais... C'est tout. Et si baissé la tête me permet de ne pas voir ce vide, si jouir des moments présents, d'amitiés, de créations, de ses petits moments stimulants qui font la vie, quand je lève la tête, quand je prend du recul, ou que je suis seul et inoccupé, alors le vide revient me tenir compagnie. Car la vie, elle, n'est pas fondamentalement stimulante. Je ne suis pas malheureux hein, mais je fuis perpétuellement la fadeur. Même belle, la vie est fade.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

Hmm... Je vois. Mais comment se fait-il que plus rien ne t'inspire à ce point ?


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

J'ai observé le monde. C'est encore pire avec l'étude des sciences humaines je trouve. Et j'ai appris. J'ai appris que le monde n'a pas de sens. Qu'il est souvent très laid, bien qu'un peu moins en Azude. Juste un peu. Que qui que l'on soit, nous sommes insignifiants au regard de nos limites, de la complexité de la vie, de ce qui nous entoure. Nous ne sommes que de petits rouages, et encore, c'est à supposer un certain sens, inexistant. Un peu comme dans être un bac-à-sable. On peut y faire autant de chose que notre imagination et les limites physiques le peuvent, à priori. Mais l'on grandit. Et l'on s'aperçoit que le sable n'est que du sable, et qu'il ne sera pas brique ou maison. L'on continue à construire des châteaux de sables, pour ne pas s'ennuyer et dépérir. Mais ils n'ont plus la superbe de nos souvenirs d'enfance. Nous nous sommes construit sur une absence de sens préexistant. Et cela à un prix. Nous courrons. Nous courrons après notre utilité sociale, après la reconnaissance. La plupart des gens s'en suffisent parce qu'ils ne regardent pas le monde avec un regard incisif, ils s’arrêtent à leur immédiateté. Mais je ne puis. Plongé dans le passé autant que le futur, sans négliger le présent, à scruter aussi bien au plus profond de mon être qu'au loin vers d'autres personnes, d'autres points de vues, d'autres cultures, d'autres mondes, d'autres plans. Je me prend parfois à "rationnellement" envier les religieux, les croyants. Ils ont comblés ce vide, pour eux la vie à un sens profond. Ils n'ont pas besoin de courir, de soutenir la vue du néant. Pour eux ce néant n'est qu'un ange gardien, si j'ose dire.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

Eh bien... Certes, vue comme ça... C'est une vide ontologique que tout Athée a, mais que tous ne voient pas. En un sens tu as une vision des choses assez lucides, mais tu vas loin, plus que la moyenne.


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

La lucidité à un prix, cher. L'ennuie, la solitude, et avoir l'âge du monde. Même si la population n'était qu'Empathes, il resterait des longs soirs d'hiver où cet ennuie reviendrait me hanter. Et probablement je ne se saurais pas le seul, bien que le monde serait plus coloré.


Alan Scarifh
Responsable National des Relations Diplomatiques

Quand je vous écoute, je me demande si une population d'Empathe serait un bienfait ?


Mattiew Fronch
Ex Administrateur National, Responsable National des Recherches Fondamentales

Collectivement oui, individuellement tout dépend des parcours, mais entouré d'Empathes cela change tout. Enfin presque, en tout cas ce n'est pas une mauvaise chose, mais tout à un prix.
Peux tu me passer du thé je te prie ?


Ils continuent à discourir de sujet plus banals, la famille, les proches, puis partirent vaquer à leurs occupations.

Avatar du membre
Sovana
Maitre de la galaxie
Messages : 4044
Enregistré le : sam. févr. 11, 2012 7:16 pm
NJ V3 : Azude, Duché Stalagmantin, La Culture
NJ V4 : Ascensus

Re: Activités internes [RP] (utilisable sur demande)

Message par Sovana » dim. sept. 07, 2014 10:02 pm

Au sein de la Jurande de la Corporation des Métiers de l'Informatique et l’Électronique d'Azude


Maitre 1 : Ha, les autorités du Thorval ont refusés notre demande de connexion à Lamnet. On est pas assez chrétiens pour eux. Et puis surtout, ils ont envoyés la missive au gouvernement !! Ne savent-ils pas que nos corporations sont fières et indépendantes, comme les leurs !

Maitre 2 : Que nenni. Les tradi-chrétiens sont terriblement farouches.

Maitre 3 : Renfermés même ! impossible de réellement coopérer avec eux si on est pas étiquetés "chrétiens" ET hors de toute relation avec des libéraux. A coté remplir un formulaire administratif Menovien est un jeux d'enfant.

Maitre 1 : Bawh, la Biturige et le Schlessien sont libéraux et ils arrivent quand même à être plus proche que nous, dans certains plans.

Maitre 3 : Ils ne savent pas ce qu'ils veulent. D'un coté ils traitent avec des Incohérents, des bâtards culturels, des Altérés mais par contre les pays respectueux qui se content de tirer parti de coopération internationale dans le respect des frontières culturelles, surtout pas !

Maitre 2 : Laissez. Ils ont besoin d'être rassurés, ils sont comme des animaux craintifs. Ils en fut de même du Duché pendant des années. Il nous faudra probablement des décennies. Le rapprochement sera particulièrement lent, et ça ne sera faute de bonne volonté de notre pays.

Maitre 1 : Même pas une commission d'étude ! Rien ! "Proximité relative avec des libéraux". Parce que le Schlessien ne l'es pas ? Ah, pardon il est "chrétien", "saint", et à un empereur.

Maitre 2 : C'est une forme d'alliance politique intra-confédérale. Ils ont du mal à concevoir que l'on puisse s'allier à des cultures si différentes, les bases communes leur échappent. ils ont peur de ce qu'ils ne comprennent pas. Ils ont peur que soudainement leur culture "transite" par la notre, ce qui est bien sur improbable. Mais puisque même "relative" notre "proximité" ne leur conviens pas, inutile de répondre toutefois. Nous ferons donc notre propre réseau, avec des ponts fédéraux. En nous fermant des portes ils nous obligent à les ouvrir sur d'autres horizons. Ils y perdent un ouverture, nous en gardons autant qu'avant. Nous finirons bien par trouver d'autres moyens de rapprochement.

Avatar du membre
Sovana
Maitre de la galaxie
Messages : 4044
Enregistré le : sam. févr. 11, 2012 7:16 pm
NJ V3 : Azude, Duché Stalagmantin, La Culture
NJ V4 : Ascensus

Re: Activités internes [RP] (utilisable sur demande)

Message par Sovana » jeu. déc. 04, 2014 12:45 pm

Réunion Semi-formelle
Syndicat Démocrate - Tribun de la Société Civile
2 novembre 2025


Suite à l'annonce de la création du Syndicat Démocrate, Jaques Lefevre, le Tribun de la Société Civile, avait rapidement convoquer le porte parole de l'association, afin d'établir la ligne de conduite des deux entités (État-Association) l'une vis à vis de l'autre. Il fallait dire qu'avec un tel nom, une association faisait un peu tache au titre de son poste. Mais en même temps, ladite association ne représentait qu'une fraction de la société, tout en pouvant être potentiellement influente. Mieux valait donc que les uns comme les autres fixent des règles mutuelles, afin de savoir à quoi s'en tenir. La réunion, relativement discrète, se faisait dans une salle de réunion plutôt confortable, du Centre Administratif Gouvernemental, au sein de la Cité Administrative. Le porte parole était un médecin exerçant en libéral, Claude Muller. Les deux hommes s'inclinèrent légèrement, puis s'assirent.



Image

Jacques Lefèvre
Tribun de la Société Civile

Nous vous remercions de votre venue. Cette réunion semble importante au gouvernement, afin de poser les bases de nos relations, que nous espérons saines et fructueuses.


Claude Muller
Porte-Parole du Syndicat Démocrate

C'est nous qui vous remercions de votre convocation. Dans bien des pays, de nombreux groupes citoyens peinent à se faire entendre, quand vous m'invitez directement au sein de l'administration.



Jacques Lefèvre
Tribun de la Société Civile

Il faut dire que votre courant en surprend plus d'un. Désirez-vous à boire ?


Claude Muller
Porte-Parole du Syndicat Démocrate

C'est vrai, mais cette évolution ne viens pourtant que des possibilités offertes par le cadre mis en place par l'État. Sans toutefois être une généralité, nous en conviendrons.
Je prendrais volontiers une tisane, je vous remercie.


L'hôte prépara cela, puis servit directement son invité, avant de se servir du même breuvage. Si servir directement son invité était une marque d'hospitalité courante, le second choix relevait une volonté de dialogue, d'ouverture, d'harmonie avec son interlocuteur. Voir un rapprochement.

Jacques Lefèvre
Tribun de la Société Civile

Ainsi donc, quelle est votre politique, ou plutôt votre relation vis à vis de l'État ?


Claude Muller
Porte-Parole du Syndicat Démocrate

Comme déjà dit, nous souhaitons être avant tout en dialogue avec l'État. Une opposition brute et stupide serait contre-productive. Nous ne souhaitons pas militer auprès des citoyens, en temps normal. En revanche, argumenter auprès de l'État, sans toutefois vouloir imposer, est envisageable.


Jacques Lefèvre
Tribun de la Société Civile

Y aurait-il des cas où vous pourriez appeler à l'opposition ?


Claude Muller
Porte-Parole du Syndicat Démocrate

Seulement si nous estimons consensuellement que des droits fondamentaux, ou l'État de droit, sont bafoués. Ou éventuellement que l'État irait trop loin dans une volonté de contrôle direct. Pour le reste, encore une fois, nous dialoguerons, mais n’appellerons pas à une opposition des rues, nous n'impliquerons pas d'autres que nos adhérents ou notre conseil d'administration. Qu'en est-il de l'État ?



Jacques Lefèvre
Tribun de la Société Civile

Quoique des désaccords existerons, et donc certains refus de diverses demandes ou évolutions, mais nous resterons à l'écoute. Nous n'avons pas de raisons de nous opposer à vous tant que vos revendications publics, vos appels, ne sont que les catalyseurs de mouvements consensuels à l'échelle nationale, comme les sujets que vous évoquiez.


La conversation continua sur quelques sujets d'actualité, puis les deux protagonistes se saluèrent cordialement avant de repartir à leurs occupations.

Avatar du membre
Sovana
Maitre de la galaxie
Messages : 4044
Enregistré le : sam. févr. 11, 2012 7:16 pm
NJ V3 : Azude, Duché Stalagmantin, La Culture
NJ V4 : Ascensus

Re: Activités internes [RP] (utilisable sur demande)

Message par Sovana » dim. déc. 14, 2014 4:20 pm

Programme de compagnie (I)

Image


Dans le bureau de Mattiew Fronch, le représentant d'un département scientifique attendait. Il était 5h40, et le Responsable National commençait sa journée de travail à 6 heures, mais il arrivait souvent 15 minutes en avance le temps de s'installer. En tant que représentant, il avait souvent à faire avec Fronch, et des liens amicaux c'étaient donc créer, tout comme avec les autres représentants de départements par exemple. Effectivement à 5h45 Fronch arriva, visiblement surpris. Le représentant s'inclina immédiatement.

Mattiew Fronch
Responsable National des Recherches Fondamentales

S'inclinant
Bonjour représentant Heinrich. Je ne vous attendais pas. Qu'est ce qui vous amène si tôt ?


Nicolas Heinrich
Représentant du Département des Sciences Physiques

Bonjour Responsable Fronch. Veuillez m'excuser une visite si impromptue. J'ai quelque chose pour vous. En fait, c'est aussi de la part du Collège des Représentants, mais nous n'ignorons pas que vous aimez être en repos en arrivant au travail. Aussi je viens seul, mais le cœur y est. Outre cela j’espère que vous vous portez bien ?

Mattiew Fronch
Responsable National des Recherches Fondamentales

Je vois, et je vous remercie vous et vos collègues de cette attention. Mais vous n'ignorez sans doutes pas que je n'aime pas spécialement les cadeaux. Je ne suis pas grand demandeur de quoi que ça soit, je ne veux pas vous décevoir si cela me déplait, et en plus je vous serez redevable, cela me gênerais. Mais sinon, rien de spécial ça va je vous remercie, et vous ? Puisque nous sommes là, asseyez vous je vous en prie.


Nicolas Heinrich
Représentant du Département des Sciences Physiques

S'asseyant.
Je vais bien, merci. Mais, au contraire c'est nous qui tenons à vous remercier. Depuis les années où vous êtes responsable de la recherche, vous avez transformé ces lieux. Il y a peu tout était à l'image de cette ville dans nos sous-sols : sclérosés. La hiérarchie était surabondante et bureaucratique. Aujourd'hui, nous travaillons toujours sur des projets "d'utilité nationale" mais en cellules volontaires, où nos supérieurs sont nommés en notre sein. Nous pouvons travailler librement et efficacement désormais. C'est pourquoi nous tenions à vous remercier, à la date de votre arrivée à ce poste. Ne voyez pas cela comme une dette. Et, si vraiment cela ne vous plait pas, nous pouvons toujours le reprendre pour en avoir usage. Je sais que normalement ça serait extrêmement impolis, mais vous connaissant cela serait plus appréciable pour vous, non ?

Mattiew Fronch
Responsable National des Recherches Fondamentales

En effet. Mais dites moi, si vous me savez si psychorigide de si bon matin, pourquoi donc ne pas m'avoir prévenu ?
Je ne vous aurais pas mis à la prote parce que vous apportez un présent vous savez, dit le Responsable en souriant.


Nicolas Heinrich
Représentant du Département des Sciences Physiques

Ah, il m'aurait alors était difficile d'arriver avant vous. En fait, votre présent est déjà installé. J'ai posé ici avant que vous n'arriviez un nouvel ordinateur dédié, comme vous le voyez. Mais, en fait, il s'agit d'une Intelligence Virtuelle. Tout le monde dans la recherche en à une, en tout cas dans cette ville. Je sais que vous n'aimez pas avoir quelque chose parce que les autre en ont, ou que vous ne voyez pas spécialement l’intérêt des IV. Mais au moins, essayez. A titre d’expérience. Cela peut être intéressant non ? D'autant plus que nous l'avons faite sur mesure pour vous.

Mattiew Fronch
Responsable National des Recherches Fondamentales

Ma foi... Vous me forcez un peu la main, mais je suis curieux ! Sur mesure ? Une IV N3, simulant une personnalité ?


Nicolas Heinrich
Représentant du Département des Sciences Physiques

N3 bridé N2 plus précisément. Nous ignorions quel modèle vous aurait le plus plut, nous avons donc opté pour un compromis technique, vous pouvez toujours la passer en N3 ou rétrogradé en N2.

Mattiew Fronch
Responsable National des Recherches Fondamentales

Eh bien, je verrais ça. Je vous remercie chaleureusement, vous et vos collègues.


Les deux hommes se saluèrent et se séparèrent, laissant Fronch seul, avec le programme, pour le moment éteint.

Avatar du membre
Sovana
Maitre de la galaxie
Messages : 4044
Enregistré le : sam. févr. 11, 2012 7:16 pm
NJ V3 : Azude, Duché Stalagmantin, La Culture
NJ V4 : Ascensus

Re: Activités internes [RP] (utilisable sur demande)

Message par Sovana » sam. mai 21, 2016 6:15 pm

07 février 2030

Et c'est quoi ces lasers de club dansant ?



Ce que les membres du Conseil Constitutionnel Politique craignaient était arrivé. Après son attentat, le Régent était dans le coma, et ils devaient donc aller chercher dans les archives de la République les textes qui permettraient, l’espérait-on, de sauver celle-ci, si le Régent venait à ne pas se réveiller. Celui-ci avait pu, par des manigances administratives, centralisé l'entièreté du pouvoir exécutif sur sa personne, et, de l'état des connaissances actuelles, aucun texte ne prévoyait de remplaçant. Son coma était toutefois plus préoccupant que sa mort, car elle interdisait à la Cité Administrative de mettre en place un Administrateur autre qu'intérim, et laissant donc totalement vide la fonction de chef d'État et du gouvernement.



Image


Huit personnes respectables [NdT : d'un âge avancé en Azudéen] se dirigeait donc vers l'imposant bâtiment judiciaire, où se trouvaient dans ses sous-sols les archives des textes politiques encore en vigueur dans la République, dont certains dataient d'un millénaire. Cet immeuble, en plein centre-ville, était l'un des plus grands, il osait même s'approcher de la taille de celui de l'administration municipale, nettement plus massif que les autres. D'un ton jaune-beige rappelant la pierre des architectures néoclassiques, dont l'intérieur se rapprochait, les membres de Conseil se dirigèrent vers les sous sol, suivant les nombreux panneaux indicateurs.

Juge Constitutionnel 01
En route pour sauver la République !


Juge Constitutionnel 02
Et ça vous fait rire ! Un ignoble individu à osé s'attaquer à nos institutions. Il ne mérite que de vivre, coupé du monde sans ses sens et entravé, jusqu'à sa mort.


Juge Constitutionnel 01
Je vous accorde ces funestes conditions. Mais le personnel juridique n'avait pas investit les archives pour analyse, depuis prêt d'un siècle ! Je me demande à quoi cela ressemble!


Juge Constitutionnel 03
C'est un désastre pour les recherches. Rien n'est numérisé, simplement un index. Nous y voila.






Ils arrivèrent devant une immense porte blindée gardée par un androïde d’accueil multifonction, qui les dévisagea un par un de son regard vide.


Image





Androïde d’accueil.
Bienvenue messieurs. Voici l'ensemble du Conseil Constitutionnel de ce que je vois. Vos accréditations vous permettent d'entrer au sein des archives politiques si vous le souhaitez.


Juge Constitutionnel 03
Ouvre la porte.


Celui-ci s’exécuta à distance et la porte s'ouvrit automatiquement sous de lourds bruits de verrous s'ouvrant, avant de glisser sur ses gonds, révélant un sas métallique où attendait un androïde de combat léger.

Image


Androïde de combat.
Ceci est le sas de sécurité. Veuillez pénétrer le sas de sécurité et vous munir des combinaisons à verrou électronique. Une fois la combinaison à verrou électronique revêtue et le fermeture éclaire remontée jusqu'au cou, passer la porte suivante verrouille ou déverrouille la fermeture éclaire. Vous avez interdiction de passer la porte suivante sans combinaison à verrou électronique correctement vêtue. Vous avez interdiction d'emporter la combinaison en dehors du sas et de la salle des archives, vous devez vous en dévêtir pour sortir de ce sa sen direction du hall d’accueil. Vous avez interdiction de sortir quelque objet que ce soit de vos poches avant de vous vêtir de la combinaison à verrou électronique, pour assurer l'absence d'introduction d'élément dangereux au sein des archives. Nous rappelons que l'altération d'un document des archives, ou toute tentative de vol, est potentiellement passible d'une exécution immédiate, si nos algorithmes le jugent approprié. Vous pouvez demander une copie de tout document contenu au sein des archives au hall d’accueil. Vous avez obligation de lire les documents des archives dans les isoloirs appropriés, un seul document peut être consulté simultanément par personne.


Juge Constitutionnel 01
Par la moustache des fondateurs. Le service de sécurité ne chôme pas ici !


Ils pénétrèrent quelques minutes plus tard dans l'immense salle des archives accompagné d'un bip sonore des combinaisons, alors que s’alignaient devant leurs visages blêmissant des casiers par centaines, tandis que l'on distinguait des escaliers descendant dans un coin de la pièce. Les casiers étaient rangés par ordre chronologique, et étaient ici les plus anciens. Si les juges pouvaient s'épargnés quelques siècles car ils devaient chercher plus probablement à partir de la période où l'État s'est centralisé et développé, à partir de 1445, ce qui faisait tout de même quelques étages entiers à explorer. Les documents étaient également rangés par couleurs au sein des -heureusement- transparents casiers pour indiquer le type de document. Sauf que la typologie des documents avaient beaucoup évolué au fil du temps, il en existait désormais plus de 40 sortes, très différents, entre les lois organiques, le corpus politique, le corpus militaire, le corpus économique, les lois classiques, les décrets, les ordonnances, les arrêtés municipaux, les préfectoriaux, et plein d'autres encore. Le seul n'y figurant pas étant les textes constitutionnels, puisque qu'il ne s'agissait pas d'un texte unique, mais d'un fameux corpus, éditant toute sorte de règles, d'institutions, de roues de secours, institués au fil des ages. Durant tout ce temps, il devait bien y avoir au moins une ligne écrite permettant de sauver la situation ?

Juge Constitutionnel 03
Attendez. On doit... Chercher chaque document d'une dizaine de couleurs, en prendre un et un seul, aller dans les isoloirs, le feuilleter en espérant trouver quelque lignes utiles, et les reposer avant de prendre un document ? Sur 585 ans, au moins ! Mais c'est une horreur, et c'est quoi ces lasers de club dansant ?


Il s'avérait en effet que plusieurs tourelles étaient stratégiquement disposées au plafond, pouvant tiré autant des anesthésiants que des balles selon l'étiquette, visaient tour à tour les juges d'un laser rouge vif.

Juge Constitutionnel 04
Nous sommes maudit, et nous mourrons ici par la main du temps avant que le Régent ne se réveil ou ne meurt, si ces folies ne nous exécutent pas.

Dit un des juges en tendant sa canne vers une des tourelles automatiques.

Juge Constitutionnel 01
Allons. Prenons tous un siècle, et partageons le en 12,5 ans chacun, cela parait plus digeste.


Juge Constitutionnel 03
Pourquoi on a pas des robots pour ça ?


Juge Constitutionnel 04
Personne n'a besoin de fouiller ici en temps normal ! Pourquoi aurions nous fait du matériel inutile ?


Juge Constitutionnel 03
Pourvu que le Régent se réveil d'ici là...


Et c'est ainsi qu'avec l'énergie du désespoir, les juges commencèrent une lente fouille spéléologique, accompagné des tourelles jusque dans les isoloirs transparents, d'où il était laissé une fenêtre de tir devant la table, que l'on soit debout ou assis. Soucieux de leur devoir, ils finirent par planter tentes dans le hall, se faisant apporter à manger sans se soucier du monde extérieur, tout comme l'ensemble des autres juges au sein du bâtiment.

Répondre

Retourner vers « Azude »