Caeturian World TV

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


1er décembre 2040 - L’Uassan, 5e état signataire de l’EEH Panolgarien et adoptant du Dolgar.


Image

Actée par l'acceptation des 4 états membres de l'EEH, l'île Dorimarienne prend le large pour développer son réseau commercial régional et se rapprocher de ses autres acteurs.

[+] CARTE - Principales dynamiques commerciales - EEH Panolgarien
Image
Qu’ils aient émis un accord par conviction ou de principe, l’unanimité des états adhérents à l’Espace Economique Harmonisé de Panolgarie (Westrait, Caeturia, Panoa, Nuevo-Rio) s’est prononcée favorablement pour l’intégration de l’Uassan à l’horizon de février 2041.

Séduit par la nécessité d’intégrer les flux commerciaux panolgariens au sein d’un espace économique aux échanges facilités, l’Uassan a su convaincre les différents états signataires à l’EEH de sa contribution active vers la création d’un espace économique panolgarien dynamique.

La République libertaire et insulaire de l’Est-Dorimarie jouit en effet d’un positionnement naturel sur l’un des principaux points d’interface de la côte Est du continent avec l’Algarbe, la Cérulée ainsi que la Dytolie. “De son positionnement géographique, l’Uassan a l’opportunité de développer une plateforme commerciale susceptible de fournir les approvisionnements des marchandises en circuit-court avec la majeure partie des signataires de l’EEH” confiait l’économiste caeturian Luke Jackson.

Accompagner le développement des échanges internationaux émis sur les points d’entrée de la côte Est (Westrait, Nuevo-Rio) et réduire le coût des échanges internes à l’EEH.

L’intégration de l’Uassan au sein de l’EEH Panolgarien va motiver la réduction du transport aérien de marchandises au profit des échanges maritimes, beaucoup moins coûteux mais un peu plus long d’acheminement, nécessitant un vrai travail de gestion logistique sur les principaux points de transit au sei nde l’EEH.

Concrètement, là où le Nuevo-Rio et le Westrait devaient précédemment privilégier les transports de marchandises aériens, il leur sera désormais plus aisé d’entretenir des voies maritimes vers les autres états de l’EEH et en dehors, avec l’Uassan pour trait d’union.
L’introduction de l’Uassan au sein de l’EEH vient donc offrir des solutions vers un raccourcissement des principales voies d’échanges et donc vers un rapprochement de ses états signataires par la mise en place de transactions en circuit-court.

Côté Uassani, les avantages se cumulent aussi, principalement par l’opportunité que leur est faite de densifier leurs canaux d’exportation, tant vers les états signataires de l’EEH que vers ceux qui ne le sont pas.

Après les exportations, viens aussi la question des flux à l’importation: territoire insulaire, l’Uassan est particulièrement assujetti à une part conséquente d’importations sur son territoire, pour satisfaire ses besoins nationaux, sur les plans alimentaires et industriels.

L’intégration de l’EEH panolgarien et l’adhésion à sa monnaie internationale unique qu’est le Dolgar, sont susceptibles d’offrir plus de pouvoir d’achat à l’import pour les Uassani, par la bivalence d'une monnaie tantôt faible et facilitatrice des exportations comme la Corona Imperiale, tantôt forte et facilitatrice des importations comme le Dolgar.

En définitive, l’adhésion de l‘Uassan au sein de l’EEH Panolgarien s’impose comme le compromis gagnant/gagnant, d’une nouvelle marche à l’atteinte d’une économie régionale participative structurée.

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


25 décembre 2040 -L’intervention humanitaire Caeturiane au Caskar, un acte décisif qui dérange?


Image

Le GPIC Shawn Stewart a salué (et par écrit) la profonde abnégation des militaires, civils et donateurs positionnés sur l’opération “Opened-Hand”.


Secours aux populations civiles, distributions alimentaires, dispenses de soins aux populations civiles, ouverture de couloirs humanitaires et politiques d’asile, force d’interposition et de coercition, l’investissement caeturian au Caskar reste au premier plan des actions notables entourant la crise sanitaire puis politique caskare.

Les églises orthodoxes valdaques ne semblent pas être les seules à émettre un identique son de cloche prévisible et à intervalles réguliers, son journalisme aussi.

Des affirmations de la presse Valdaque (ce “terrain vague à flanc de montagne, bâtardé entre la Dytolie et le Natolique, et qui donne tant de mal à nos dernières générations pour trouver la moyenne en géographie” selon le GPIC Shawn Stewart): nous relate que l’impérialiste Caeturian, que Dieu nous en garde, repart les mains vides d’un Caskar qu’il lui aurait fallu posséder.

Une analyse journalistique qui fait sourire au sein de la péninsule alors qu’aucun, politiques et citoyens interrogés compris, n'assimilent l’opération humanitaire “Opened-Hand” à une croisade portant revendication ou remise en cause de la territorialité caskare.

“L’omniprésence Caeturiane sur le théâtre caskar, qu’elle soit civile et militaire, est la démonstration d’une contribution pour la paix et l’amour de l’humanité, ou alors on a oublié de se faire payer et de rétribuer chacun des donateurs et bénévoles inscrits sous cette opération. Une opération humanitaire qui soit dit en passant, entretient un bilan de ses actions humanitaires qui ne trouve, et c’est malheureux, rien de chiffré à un niveau égal depuis l’étranger” explique le GPIC Shawn Stewart.

“Non vraiment, je pense que les médias valdaques souffrent d’un certain archaïsme, qui les oblige à réécrire une histoire nationale marquée par les invasions Solimanides, un jour peut-être nous expliqueront-ils que lorsque les représentants du Caskar ont dit cassez-vous au contingent valdaque lors Sommet de Twanaskis, où aucune puissance étrangère n’était conviée, c’était pour bel et bien pour les désinviter du prochain repas de la famille Cérulée…

A ce jour, elle n’est ni prête à l’entendre, ni prête à le dire. Non dans l’immédiat, ils entretiennent surtout une approche insultante pour le milieu caritatif caeturian et c’est regrettable, charge aux citoyens caeturians de ne pas leur donner voix au chapitre en manifestant leur solidarité avec les hommes et femmes de l’opération Opened-Hand sous le hashtag #Une-aide-caeturiane-au-Caskar#Un-doigt-vers-une-presse irrespectueuse-et-caskouille.”

Du côté de la commission aux intérêts corporatistes, les déclarations de la presse valdaque sont très nuancées, pour finalement se voir relayées au statut de “bouzz-à-buzz” pour reprendre une expression du GPIC Stewart.

Pour le président de la commission Bill Anparo, “le Conglomérat a toujours agi avec transparence, dans le chiffrage de son engagement sur le théâtre Caskar et dispose aujourd’hui de données concrètes, statistiques, quant aux soins dispensées, aux personnes soignées, sauvées ou accueillies dans la péninsule olgarienne”.

Des données qui amènent la Commission aux intérêts corporatistes et sa chambre d’expertise à identifier les allégations de la presse valdaque, comme “un écran de fumée possiblement soufflé depuis la classe politique de ce pays, devant le contexte national valdaque dégradé par le spectre des crimes de guerre commis par son armée nationale en Dobrogévie” et le soupçon persistant de la présence de combattants valdaques au Caskar, sur la base des témoignages relayés par les prisonniers.

Un journalisme d’investigation valdaque, qui se vide toujours plus de sa crédibilité après avoir martelé que l’Administration Azevedo n’avait émis aucun regret et aucun témoignage de solidarité à l’égard des hommes et femmes tombés à Lars, malgré les plutôt, non assez, voire très très nombreux témoignages, cérémonies d’hommages officiels et décorations autour de la reconnaissance du sacrifice civil et militaire caeturian.

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


29 janvier 2041 - MARINS BYKOVS DE L'IC: Le Caeturia libère 200 prisonniers de guerre bykovs de l’IC, la moitié d’entre eux refuse l’expatriation du Caeturia et demande l’asile.


Image

Profitant de l’acquittement en sortie de procès, près de 102 marins bykovs ont émis le souhait de rester au Caeturia et d’adhérer aux valeurs de son corporatisme.


Félons? Déserteurs? les sobriquets ne manqueront pas dans les couloirs de l‘Internationale Communiste, pour qualifier le ralliement d’une centaine* des “456 héros, précédemment et moralement soutenus par le pouvoir central de Bunaghar (Gandhari). Des héros qui n'ont désormais plus que pour unique aspiration de rester au Caeturia.

“La centaine de marins bykovs de l’IC a profité de ses premières minutes de liberté pour… initier des procédures de naturalisation et demande d’asile politique, pour ne pas avoir à rentrer au Bykova” commente le politologue Ross Fitzberald, “la propagande communiste qui vise à présenter ses sympathisants comme une masse unitaire, en prend un sacré coup car ces mêmes soldats profitent de leur incarcération au Caeturia... pour rester chez leurs geoliers”.

Envoyés en chair à canon au sein du territoire Caskar pour faire prospérer des seigneurs de la guerre illégitimes et sanguinaires, défaits et capturés par les troupes corporatistes lors de la bataille navale de Lars, trucidés dans son port après une précédent manoeuvre de retrait à Malavite, lâchés par l’IC qui n’a que son soutien moral à leur consacrer, l’abnégation des combattants de l’IC est une qualité désormais acquise à la cause du corporatisme caeturian, après l’émission d’une centaine de demande d’asile parmi les 200 premiers prisonniers de guerre libérés sur décision du tribunal militaire international du RCE.

Hier ennemis, demain concitoyens, les ex-marins bykovs de l‘IC constitueront-ils la promesse d’une respectabilité retrouvée, après un jusqu'au boutisme qui saigne injustement et inutilement le peuple, là où le corporatisme caeturian entretient lui la réussite et les initiatives personnelles.

Le communisme demande aux gens de croire en lui, le corporatisme caeturian demande aux gens de croire en eux, pour l’innovation et l’entrepreneuriat” une différence notable pour le politologue caeturian Ross Fitzberald qui identifie la désertion des marins de l’IC comme un phénomène sans égal si 450 militaires caeturians se retrouvaient au Bykova.

Un sentiment rendu palpable à l’heure du retour, où certains ex-prisonniers de guerre partageaient anonymement leurs désillusions, en écoutant l’annonce d’un prochain vol qui les rapprocherait du Bykova.

De son côté, l'administration Azevedo s'est réjouie de constater, non sans optimisme, "qu'un communiste se définissait aujourd'hui comme une personne n'ayant tout simplement jamais pu voyager au sein de la péninsule caeturiane".

HRP= *part des déserteurs parmi les prisonniers arbitrée par la modération.

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


1er février 2041 - Vasiliy Grigorievich, ex-soldat de l’IC déployé au Caskar, dénonce l’impérialisme rouge (parmi d’autres ex-prisonniers bykovs).


Image

Pour Vasiliy, l’implication de l‘IC et préalablement celle du Gandhari au Caskar, était "un flingue de plus braqué sur le peuple".


Des paramilitaires bykovs au Caskar, un choix irrationnel soutenu par l’IC.

Pour l’ex-combattant comptant parmi les 200 marins bykovs précédemment libérés par les autorités caeturianes, le militantisme armé de l’IC au Caskar n’est “qu’une énième tentative de colonisation des hommes et de leurs pensées.”

Des déclarations qui ont conduit à présumer que le but recherché par l’investissement de l’IC au Caskar, n’était pas la sanctuarisation du périmètre plébéien, mais l’assise d’un régime sympathisant à Stos (Caskar) et destiné à coordonner la logistique nécessaire aux mouvances militantes de l’IC pour marquer le sein de la Dytolie.

Vasiliy était premier-maître à bord du Merkouria, une des frégates de l’IC coulée au large des côtes sud caskares, blessé à la cheville lors du naufrage, l’homme est aujourd’hui estropié à vie. “Un coup du sort qui soulage" selon ses mots, craignant une réintégration aux troupes de l’IC et l’émergence de nouveaux théâtres de guerre insufflés par un Gandhari belliciste et ambitieux.

Le Gandhari a grandement influencé l’état-major de l’IC dans l’identification du Caskar parmi les axes stratégiques des opérations armées de 2040.” Implanté sous une force expéditionnaire de dix mille miliciens commandée par l’ex-première ministre Asha Lota et assez occultés des combats face aux forces fondamentalistes, le Gandhari a très tôt, souhaité se positionner au sein du conflit, envoyant un carton d’invitation pailleté à effet immédiat, pour l’ensemble de la scène internationale.

L’investissement gangreneux du Gandhari au sein de l’IC qui tend vers son bellicisme.

L’ex-première ministre Gandharienne Asha Lota, aujourd’hui décédée lors d’une frappe contre-révolutionnaire par des drones caeturians, a motivé l’intervention communiste au Caskar là où les actions de sa milice sont restées inaudibles sur la scène internationale. “On a été manipulé et plus d’un milliers de compatriotes bykovs sont morts pour ça là où la milice gandharienne usait ses coudes à la cafétaria”.

Un constat encore amer que Vasily a choisi d’exploiter, pour rompre sa subordination à l’organisation internationale d’extrême gauche et elle-même subordonnée aux influences gandhariennes? Une organsiation de l'IC qu’il juge responsable, par omission ou intention, d’avoir “conduit une dizaine de milliers d’hommes: à la mort et l’humiliation caskare.”

“L’IC, en donnant la réplique au Gandhari qui compte à ce jour parmi les états les plus bellicistes au monde et engagé de façon permanente au sein d’un conflit chaud, n’avait aucun levier viable, pour défendre son projet au Caskar sans essuyer l’interventionnisme d’autres états parmi lesquels le Caeturia, un contributeur actif dans la résolution du conflit caskar et l’évitement d’une base opérationnelle avancée de l’IC en Cérulée, dans ce qui fut, l’ex-territoire le plus libéral de Dytolie.

Le Caskar était un enjeu stratégique par l’accumulation d’une victoire politique et logistique de l’IC en cas d’implantation durable, des espoirs aujourd’hui passés à l’as grâce à l'interventionnisme Caeturian et sa victoire militaire lors de la bataille navale de Lars.

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


9 février 2041 - WESTRAIT: Tentative d’attentats aux abords du Congrès des députés du Peuple, un suspect arrêté.


Image

A bord d'un SUV volé quelques jours auparavant, le militant de la WFAC a tenté d'approcher le Congrès des députés du Peuple, à l'heure où les députés se rendaient aux sessions plénières pour y voter.


La police westraite, par l‘intermédiaire de leur groupe d’intervention anti-terroriste, a déjoué une tentative d’attentat à la voiture piégée aux abords du Congrès des députés au Peuple, 20 minutes avant le début des séances plénière. Un westrait de 35 ans et affilié aux mouvances du WFAC, a été arrêté au volant de celle-ci.

Le véhicule impliqué dans la tentative d’attentat avait fait l’objet d’un vol à main armée 3 jours plus tôt et il apparaît clair qu’à ce stade de l’enquête, celui-ci était destiné à accompagner l’engin au plus près de sa cible.

Plaque d’immatriculation falsifiée, accélérants divers dans le coffre de la voiture, les conditions logistiques entourant ce passage à l’acte laissent entrevoir la main d’œuvre d'organisations mieux disposées, pour

“La bombe n’était pas transportée à bord du véhicule, le véhicule était la bombe” commente Gloria Montoya, la consultante sécurité à la Caeturian World TV. “Le dispositif incendiaire était accueilli au sein d’un boîtier métallique soudée à hauteur de la roue de secours, des produits accélérants étaient stockés dans le coffre du véhicule tandis que son plein venait d’être fait dans une station de la ville. Bien qu’il ait payé en espèce, le 4x4 du suspect a été reconnu sur les enregistrements vidéo de la station service.

Le terroriste présumé a été arrêté grâce à la mise en place d’un barrage volant situé deux carrefours précédant l’entrée sur le parking du Congrès. Une odeur d’essence et l’absence de corrélation entre le véhicule qui faisait face aux agent de la SIB et celui enregistré sous cette immatriculation, ont motivé une fouille du véhicule, contraignant son conducteur à tenter de prendre la fuite, percutant une bouche à incendie après être monté sur le trottoir. Un cycliste se trouvait également présent, il n’a pas été blessé.

Un outil d’entretien des espaces verts accompagnait le bidon d’essence, pour dissimuler les raisons de sa présence à bord.

Nonobstant le bidon d’essence, plusieurs caisses de verre pilé et sacs de déchets métalliques étaient présents à bord pour constituer un shrapnel. Un fait qui intrigue les enquêteurs, confrontés à un mode opératoire contradictoire.

Effectivement, positionné sur des moyens artisanaux par l‘utilisation d’un shrapnel de verre pilé et de déchets industriels en fer/acier, la tentative d’attentat n’offre pas les garanties de nous trouver en présence d’une cellule autonome.

Au contraire, le vol de véhicule 3 jours plus tôt, la dissimulation de celui-ci et la falsification de ses plaques impliquent une logistique importante que le suspect seul, ne pouvait supporter (garage de mécanique automobile pour les immatriculations & autres box/garages pour le stockage du véhicule). Des orientations de l'enquête qui conduisent les autorités de police, à faire craindre la présence d'une main d'oeuvre étrangère.

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


7 mars 2041 - DRANAVIE: Une coalition de la LIM pour trouver la chute d'un régime déjà contesté?


Image

A la frontière Dranavo-Karsaise, l’artillerie Karsaise est venue acter l’engagement de nouveaux combats au sein de la région.


Le pourtour céruléen est tantôt pansé de la crise Caskare que de nouvelles incertitudes viennent planer sur la région. Des incertitudes nées du réchauffement de la crise politique Dranavienne, aujourd’hui étendue à ses voisins musulmans: retour sur un état de guerre qui exacerbe les tensions religieuses au sein d’un territoire qui a défendu l’interculturalité pendant plus de 8000 ans.

Nous sommes le 1er mars 11h12 lorsque les sirènes d’alarme retentissent à Swiety Wislaw. Ses habitants ne le savent pas encore mais il n’est nullement question d’une alerte à la bombe. Cette fois le danger est beaucoup plus grave, puisque ses deux voisins directs viennent de violer sa souveraineté et de faire débuter deux incursions majeures se posant en tenailles le long des frontières nord et sud.

Au large même constat pour l’Etat de Dranavie avec une absence de flottes navales qui l’oblige à assister impuissant au blocus maritime désormais imposé par les forces Olano-Karsaises.

En ville et tandis que les populations civiles suivent scrupuleusement les consignes des autorités au retentissement des sirènes, l’aviation coalisée Olano-Karsaise est entrée dans l’espace aérien de Dranavie, pour initier le bombardement des infrastructures stratégiques telles que les aéroports militaires, les cantonnements des forces gouvernementales et les principaux relais de télécommunication.

Une guerre totale livrée aux autorités de Swiety Wislaw qui doivent maintenant se défendre sur les mers, dans les airs, sur terre et… sur les ondes après la destruction d’une majeure partie des installations de télécommunication du pays. Une destruction stratégique puisque des communiqués officiels de la LIM ont pu être émis depuis des stations et des relais frontaliers, afin de motiver les opérations militaires en cours et tenter de rassurer les populations locales plongées tête en avant vers la guerre.

En misant sur l’importance de leurs forces offensives, les autorités olano-karsaises semblent faire le voeu pieu d’écourter le conflit sur place, par crainte d’un élargissement du conflit aux acteurs non-régionaux. Une ambition qui se montre coûteuse pour la vie des 7 500 soldats karsais tombés au passage de la frontière sud à la date du jour.

Au terme d’une semaine de conflit, les forces armées dranaviennes montrent elles aussi d'importants signes d’usure alors que 35% de ses effectifs (soit 17 500 hommes) comptent aujourd’hui parmi les victimes des combats, tués lors des échanges de tirs avec les troupes karsaises, capturés ou déserteurs lorsqu’ils ne sont pas simplement portés disparus.

Sur le plan humain, le politologue caeturian Ross Fitzberald ne cantonne pas la crise humanitaire dranavienne au simple état de guerre ambiant, mais aux conséquences politiques et migratoires, de chrétiens qui ont tout perdu, sur les plans matériels et spirituels. “La mise à la mer de milliers de chrétiens dranaviens matérialise le premier échec des politiques investies localement puisqu’elle ne traduit que la déportation d’une crise identitaire d’une région à l’autre. C’est terrible ce qu’il se passe aujourd’hui, on va déporter des milliers de personnes de Dranavie, en pensant qu’il est permis de les amener partout où il y a une Eglise. Ces gens ne sont pas que des catholiques de Dranavie, ce sont aussi des dranaviens catholiques.”

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


19 mars 2041 - CONFLIT EN CERULEE: Et si le véritable sinistre était d’ordre environnemental?


Image

La surmilitarisation du secteur et l'éclatement des conflits peuvent-ils provoquer un bouleversement de son écosystème?


Si de nombreux politologues s’attarderont à dire qu’un conflit naval en mer de Cérulée est de nature à paralyser la majeure partie des échanges commerciaux maritimes vers la Dytolie et le pourtour céruléen, très peu se sont intéressés sur les conséquences environnementales de la bataille navale en cours au large de l’Allilée.

Initiée le 12 mars 2041 par l'exécution de frappes stratégiques sur les villes portuaires de Filipiada et Ticcachi, la guerre entre l’Ennis et la Ligue d’Apamée a entamé une surenchère des affrontements qui a conduit à la destruction du coeur de la flotte Ennissoise et l’envoi par le fond de son navire amiral et deux croiseurs.

“Avec la destruction de ces trois navires, c’est à peine moins de 100 000 tonnes de métaux qui croupissent désormais au fond de l’eau” constate le politologue Ross Fitzberald.

Les trois navires, s’ils ont en effet pu se voir évacués d’une certaine partie de leur équipage après le lent naufrage de leur navire amiral, coulé après l’impact d’un 11e missile de croisière, sont pour chacun passé en dessous de la ligne de flottaison et sont venus se déposer sur les récifs marins.

Contrairement au porte-avion, le naufrage des deux croiseurs a été très rapide et leurs réserves de carburant restaient par conséquent importantes lorsqu’ils ont coulé. Associée à l’importance des éléments de structures métallique, la pollution organique née des hydrocarbures accompagne une pollution minérale imposée à 200 km des côtes Alliléennes.

L’intensité et la continuité des combats sur ce théâtre ont empêché un remorquage des navires gaéliques en perdition, d’autant plus que priorité est donnée au sauvetage des marins en mer. Ces différentes considérations établies, la mer de Cérulée se voit infliger une double peine, par le ralentissement des investissements et du commerce dans sa région, ainsi que la destruction de son écosystème.

“L’actualité en Cérulée nous empêche d’avoir le recul suffisant sur les conséquences écologiques de la guerre qui y a cours.”
L’amplitude des marées céruléennes, si elle n’est pas exceptionnelle en comparaison aux autres mers océaniques, peut suffire à déporter à terme, partie de cette pollution vers les côtes alliléennes, notamment sous la forme de tâches d’hydrocarbures et de débris.

“Tout n’est pas perdu” s’écrie l’ichtyologiste caeturian Elías Hurtado, qui nous confie que “sur une action de long terme, la nature identifiera toutefois, des façons de s’approprier cette intrusion au sein de son écosystème, notamment en permettant la gestion et la survie de mammifères marins.

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


4 mai 2041 - 2041, l'année de tous les dangers pour le commerce international.


Image

Tant par l'approvisionnement que l'expédition des marchandises, les surcoûts s'accumulent pour les sociétés tournées à l'international, après le pourrissement du climat sécuritaire en Cérulée.


Directement lié à la multiplicité des conflits armés en Cérulée, véritable interface des activités économiques et commerciales à l'international, le ralentissement économique mondial pourrait ostensiblement se marquer en 2041.

Terminés en Dranavie ou toujours en cours en Cérulée, les conflits engagés au sein de l’espace céruléen fragilisent l’activité commerciale à l’international par l’insécurité entourant les principaux flux maritimes, et nécessitent d’opter pour de nouvelles routes commerciales plus longues et/ou plus onéreuses (comme l’implique le recours à des substituts tel que le fret aérien).

Plongée au coeur d’une crise qui laisse entrevoir plus de navires humanitaires que commerciaux au large du pourtour céruléen, la Cérulée semble mettre les économies mondiales à genoux, face à la hausse des produits importés/exportés qui connaissent un point de transit vers cette région.
Qu’ils soient amarrés pour évacuer les populations chrétiennes de Dranavie ou dispenser l’action humanitaire requise au sein des villes alliléennes et arovaquiennes bombardées par la coalition Enno-Valdaque, les navires humanitaires ont largement remplacé les navires de commerce qui avaient pour habitude de transiter là-bas.

Si rien n’est entrepris pour trouver un terme à la belligérance locale, de nombreux états pourraient voir leurs balances commerciales virer au rouge, après que l’augmentation des coûts d'approvisionnement et d’expédition de leurs industries locales ait généré des pertes durables au sein de la trésorerie.

L’émergence de conflits en Cérulée est de nature à pousser les capitaineries à refuser d’entreprendre des déplacements maritimes vers ce globe, entraînant des ruptures d’approvisionnement avec arrêts de chaîne ou bien des marchandises à l’arrêt en entrepôt faute d’un prestataire pour les expédier à moindre frais vers leurs destinations initiales.

Si certaines entreprises avaient opté pour la souscription d’assurances pouvant couvrir une partie ou la totalité des pertes causées par un coup d’arrêt au secteur de la logistique, une partie conséquente d’entre elles est contrainte à la constitution de recours auprès des tribunaux de commerce, nationaux et parfois internationaux, pour tenter de percevoir des dommages et intérêts face à l’incapacité de certaines entreprises internationales, à honorer les clauses contractuelles de leurs relations commerciales.

“C’est une situation très compliquée, comme dans toute relation tripartite” confie l’économiste caeturian Luke Jackson, “d’un côté vous avez une entreprise exportatrice, de l’autre une entreprise importatrice tandis qu’au milieu de tout ça, vous avez un prestataire qui fait valoir son droit de retrait ou des hausses de tarifications pour tout ce qui a trait au transit de marchandises par la Cérulée. Qui a tort? Qui enfreint les clauses contractuelles de la relation commerciale? Qui doit supporter les préjudices causés auprès de l’autre? Une condamnation à l’indemnisation de l’autre partie fait office de double peine dans un tel cas de figure.”

A titre estimatif, considérant les enregistrements commerciaux et les foyers de peuplement, près de deux échanges commerciaux maritimes sur trois transitent au sein de la Cérulée. Dans cette configuration, le commerce mondial va commencer à donner des signes de faiblesses alors que les indicateurs font déjà présager un net ralentissement des échanges commerciaux sur le 2nd semestre 2041.

Avatar du membre
Serance
Dirigeant vénéré
Messages : 922
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia

Re: Caeturian World TV

Message par Serance »

Image


8 juin 2041 - Guerre en Cérulée : Victoire militaire et défaite politique pour la Valdaquie


Image

Malgré d'importants moyens militaires coalisés et l'enracinement des troupes d'Albarea sur le territoire d'Allilée, la victoire des forces armées valdaques en Cérulée ne saurait désamorcer la crise économique et commerciale qui frappe durement le pourtour céruléen après l'éclatement du conflit.


Alors que les forces apaméennes continuent d’enregistrer des pertes croissantes à mesure qu’une tête de pont valdaque se dessine au nord de l’Allilée, obligeant même l’Assarénie à réviser son engagement en Cérulée au risque qu’elle ne provoque l’éclatement de la Ligue Apaméenne, la société civile d’Albarea (Valdaquie) fait vent debout contre la politique étrangère de Ursachi.

D’abord initiée par des mouvances pacifistes et communistes, inhérentes aux milieux étudiants et militants d’une Dobrogévie sous un statut semi-autonome et d’un recul des importantes dépenses pour la défense nationale, l’opposition interne a su s’agglomérer des différentes strates de la population valdaque, sans cesse plus impactée par la guerre en cours en Cérulée.

Premier “ralliement” ou contestations simultanées, les syndicats patronaux et entrepreneurs valdaques qui face à l’important déploiement de forces armées en Cérulée, subissent des difficultés d’approvisionnement maritime.

“A cause de la violence des combats qui sévissent au sein de l’Allilée placée sous un blocus maritime, et autour de l’île si l’on considère les tensions permanentes enregistrées en Arovaquie, un bon nombres de fret maritime de marchandises se refuse à emprunter les routes commerciales en direction d’Albarea, ou bien pas au même prix après avoir considéré ces risques nouveaux…” constate le politologue caeturian Ross Fitzberald.

Pauvre en matière première, la Valdaquie voit s’envoler le coût de ses importations depuis la mer Céruléenne dont elle est entièrement dépendante pour ses approvisionnements maritimes. Une situation qui impacte à court terme les industries de la région et par la suite les populations locales qui se heurtent à des coûts d’importations rehaussés et répercutés sur les prix de vente au marché intérieur.

Une situation qui peut se montrer pénurique, à l’égard de certains produits importés, précédemment amenés à transiter par des plateformes commerciales internationales, comme la Nazalie qui marque l’accès à la Cérulée.

“Si la situation actuellement dégradée se maintient, il faudra faire face à plus de pénuries au sein du territoire valdaque. Indépendamment des coûts d’importations et de fabrication, c’est effectivement l’émergence de sanctions économiques et de boycotts décrétés par d’autres états de la région, qui enraye l’outil économique valdaque.

Un état, même mineur de la région, qui boycott les produits valdaques et se refuse à faire transiter des marchandises qui lui sont destinées, allonge les circuits de distribution qui permettent les importations en Valdaquie…”

En marge de la crise économique et sociale qui plane sur Albarea (Valdaquie), c’est également le sentiment de fierté nationale qui se trouve écorné, après la multiplication des tensions autour du guide suprême Petru Ursachi, sur le dossier Lébirien, Caeturian et aujourd’hui même santognais, après son schisme politique avec ses alliés historiques comme la Santogne.

“L’entêtement valdaque sur le dossier céruléen et ses déboires militaires après la perte d’un porte-avion allié ennissois ainsi que le débarquement raté des forces valdaques en Arovaquie, érode la base pro-Ursachi des milieux nationalistes.”

Face à l’une des plus petites armées au monde, la coalition ennisso-valdaque accuse des pertes importantes et étrangères à tous les diagnostics émis par ses états-major. Aujourd’hui abandonnée par le coalisé ennissois qui se voit contraint au retrait des troupes gaéliques par sa plus haute institution, la Valdaquie se doit d’essuyer son plus important revers de la décennie, après avoir fait naître la dissension au sein de la Communauté des Nations Dytoliennes, contribué au bon déroulement des bombardements sur les agglomérations de Ticcachi et de Filipiada et détruit l’activité commerciale céruléenne dont elle est la principale bénéficiaire.

Répondre

Retourner vers « Chaînes TV mondiales »