PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Lot 55
Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      30 mai 2039

      « Si le Karmalistan veut venir casser du pédé, nous l’attendons »


      Le porte-parole de l’exécutif fédéral s’est dit « étonné » de la décision du Shakhanat du Karmalistan de mettre un terme définitif à ses relations diplomatiques et économiques avec l’Amarantie qui selon lui « tombe comme un cheveu dans la soupe ». Les critiques énoncées sont bien connues : le peuple amarantin serait arrogant et décadent, de quoi justifier un conflit civilisationnel pour le mettre à genoux. D’aucuns diront, avec cette annonce, que le Karmalistan s’engage dans une croisade « homophobe », lui qui s’était ému de critiques lébiriennes sur l’eschatologie musulmane, jugées « islamophobes ». La sempiternelle logique victimaire du Shakhanat met à mal le mythe de la virilité de ces fumeurs de haschich, purs et farouches. Mais c’est sans doute cette « pure et froide raison » qui a conduit le Shakhanat à réagir avec trois ans de retard à l’alliance entre l’Amarantie et la Hachémanie. En « off », débarrassé des exigences diplomatiques, un proche de l’exécutif amarantin commente la situation : « Soyons honnête : le Karmalistan est jaloux de la civilisation amarantine et de son historicité. Le prophète Mahomet était encore dans les couilles de son père que la civilisation amarantine, de tradition dodécathéiste, était, elle, déjà millénaire. Les Amarantins n’ont pas la stupidité de croire que la vérité vient d’un autoproclamé prophète petit-bourgeois, qui n’aurait jamais pu rien entreprendre sans une vieille veuve qui a eu pitié de lui ».

      Le gouvernement se montre serein vis-à-vis de la décision du Karmalistan, en arguant que l’embargo – même étendu au reste de la Ligue Islamique – n’aurait aucun impact sur l’économie amarantine. Le Karmalistan est surtout un commentateur qu’un pays qui agit et la seule grande guerre qu’il ait menée, c’est contre lui-même, qui a besoin pour sa mythologie nationale de s’octroyer une victoire contre l’Empire Luciférien et la Hachémanie. « Nous avons l’intelligence de nous attribuer la chute, pourtant bien réelle, du Mahajanubia. » a rétorqué le porte-parole qui a lancé un défi au Karmalistan : « Si le Karmalistan veut – veuillez m’excuser pour l’expression – « casser du pédé » - nous l’attendons de pied ferme. Notre capacité militaire est nettement inférieure à ce qu’elle était sous l’Alilée amarantine, nous anéantir ne devrait donc pas poser de problème au Shakhanat mais nous avons plutôt des raisons de penser que le Karmalistan préférera nous combattre avec sa langue de vipère de vieille femme médisante dans des discussions de couloirs avec d’autres Etats pour les enjoindre à adopter eux aussi des sanctions économiques et diplomatiques. Nous le mettons juste au défi de trouver autant de pays prêts à appliquer ces sanctions qu’il y en a eu contre les belligérants de la Guerre des Containers. Quelle que soit la solution choisie, l’Amarantie ne se défilera pas et rebondira comme elle l’a toujours fait dans son histoire. »

      Ĵafaro Hekton

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      15 juillet 2039

      L’Alilée amarantine, pays de tôle et de serres, veut
      répondre à la crise climatique et agricole


      Image
      Des serres à perte de vue dans le Royaume de Forluno


      « L’Amarantie devient vraiment laide. », tel aurait pu être le titre de cet article tant se multiplient les projets d’artificialisation des terres. Si le parc résidentiel national est maintenant fait de tôles comme nous l’avions écrit en mai dernier, la situation est sans doute pire pour l’agriculture. Malgré les péripéties de l’histoire, le Royaume de Forluno et par là toute l’Alilée amarantine continuent et aggravent son système économique reposant sur une agriculture très intensive, tant par les produits utilisés que par les cadences de cultures et de travail. Il est toujours possible, à toutes périodes de l’année, de trouver une serre pleine de tomates bien rouges dans l’arrière-pays forlunien. Le but étant d’assurer à la fois la sécurité alimentaire du pays – mise à mal par les guerres – mais aussi fournir le marché mondial, en profitant de la faible valeur de la lire amarantine. L’avantage de l’Alilée amarantine réside dans son relief parfaitement plat – de nombreuses terres immergées ont été asséchées par le passée – et adapté à ces hectares de surfaces vitrées. Le pays jouit également en plus d’un bon taux d’ensoleillement d’une source géothermique dans la Principauté de Movopolis, si bien que celle-ci veut être la première productrice de bananes en Dytolie. De grands groupes agro-alimentaires, parmi lesquels le Santognais Contravier, ont ainsi profité du désespoir de propriétaires agricoles qui ont tout perdu avec les inondations provoquées par le Lébira voisin pour racheter à bas prix leurs terrains et y installer des serres géantes, avec l’assurance qu’elles, au moins, ne subiraient pas les contrecoups climatiques.

      Dans un contexte de sécheresse céruléenne, l’Alilée amarantine vante son modèle, assurant être parée pour les épisodes caniculaires. Les employés, qui doivent travailler parfois sous des températures supérieures à 40°C, ne peuvent que prendre leur mal en patience, et deviennent malgré eux les nouveaux aliénés de l’Amarantie. Outre le coût social, ce modèle a évidemment un coût environnemental terrible : déforestation, artificialisation des sols, nappes phréatiques sur-sollicitées… Les restrictions d’eau pour les particuliers sont drastiques et pour les faire respecter, les forces de l’ordre sont mobilisées (et zélées). Localement, s’observent des phénomènes de désertification, pourtant rares sous ces latitudes, et ils pourraient se propager au Lébira. Près de ces champs de serres, des villes nouvelles conçues par Kestdomo, le fabricant de logements-conteneurs, poussent comme des champignons, parfois même après démolition d’ouvrages plus anciens ne répondant plus aux besoins et usages d’aujourd’hui. « Oubliez le Jernland et son architecture froide. Le pays le plus froid du monde est un pays où il fait chaud : l’Amarantie. » a commenté un délégué fédéral de la Ligue d’Hestine, qui tente d’allier architectures, pratiques traditionnelles à l’agriculture biologique sur sol. Pour les partisans du système économique, l’Amarantie tirera bientôt son épingle du jeu et retrouvera sa grandeur d’antan : « Au feu les conservateurs et tous ceux qui pleurent pour de la vieille pierre ! L’Amarantie est une nation avant-gardiste éminemment respectée. Seul le Karmalistan, jaloux de notre civilisation, a appliqué des sanctions contre notre pays : nous avons tout le reste du monde à convaincre de notre savoir-faire. » s’enthousiasme un proche du gouvernement.

      Klanja Moseon

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      21 mars 2040

      Sécurité renforcée aux abords des lupanars amarantins

      Image
      Les lupanars amarantins sont aujourd’hui filtrés par des gardes armés


      Samedi 17 mars dernier, alors qu’il rentrait chez lui, un client d’un lupanar situé à la frontière aliléenne se fait passer à tabac par un groupe de cinq manifestants. L’homme, entre la vie et la mort, est toujours dans le coma. « Inacceptable » pour le porte-parolat de la Fédération, qui a jugé l’affaire suffisamment grave pour réagir à ce qui relèverait normalement que d’un simple fait divers. C’est que depuis la vidéo choc montrant le leader nationaliste de la province lébirienne d’Alilée, Stefano Iannacacchi, attablé avec d’autres hommes aux « Dents de lait », haut-lieu de la vie nocturne. Depuis les faits qui remontent à l’été dernier, les manifestations sont régulières devant la quinzaine d’établissements situés à la frontière. « J’ai perdu 35 % de clientèle depuis ce scandale, ils n’osent plus venir… » se désole ainsi le gérant du Hochet Club (« Kratalo Klubo ») à la frontière avec Menavi. Faute de réservations suffisantes, l’homme dit avoir dû décommander un numéro de chippendales. Scandant « Ĉesu Pedofilia ! » (« Stop Pédophilie ! »), les manifestants se relaient pour entrapercevoir des clients à la sortie de ces clubs. Leur cible ? Les étrangers qui viennent en Amarantie jouir de plaisirs interdits dans leur pays d’origine. « Les clients de nationalité amarantine ne se cachent même pas de toute façon… » commente Diego, qui fait partie d’un collectif de lutte contre la prostitution infantile.

      De son côté, l’Amarantie se défend et affirme que « toutes les dispositions seront prises pour garantir une sécurité à tous les touristes », évoquant du bout des lèvres une possible intervention de forces militaires si la situation venait à dégénérer. Ces lupanars, qui jouissent d’une existence légale en Amarantie qui n’existe nulle part ailleurs, sont partie intégrante du tourisme amarantin et par là de l’économie de toute la Fédération. La chute de la Ligue en a même multiplié le nombre, le pays ayant perdu toute sa puissance industrielle. Pour l’heure, des forces de l’ordre viendront appuyer la sécurité privée des établissements, débordée par la multiplication des manifestants. Le souvenir douloureux de la révolte servile il y a plusieurs années joue en faveur d’un consensus national pour préserver l’identité amarantine coûte que coûte.

      Ĵafaro Hekton

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      8 janvier 2041

      Le nouvel héritier du Royaume de Forluno meurt à son tour

      Image
      Le Prince Paĉjo, 36 ans et 132 enfants, était pressenti pour succéder à son père


      Il venait d’être choisi par Scipiono Ier comme Prince héritier lors de la cérémonie du mois dernier. Le Prince Paĉjo a été retrouvé inanimé dans sa voiture de luxe. Confiné dans un garage, avec le moteur en marche, le bolide a asphyxié le principe par les gaz d’échappement. Si la thèse du suicide semble évidente, elle l’est moins pour son père, Sa Majesté Scipiono Ier, qui assure que toute la lumière sera faite et que les coupables seront décapités à la hache par lui-même, comme le veut la tradition forlunienne pour le meurtre d’un membre de la famille royale. Sachant que près de 25 % de la population du Royaume a du sang royal reconnu, autant dire qu’il n’est pas rare que le Roi enfile la tenue de bourreau. Ironie de l’histoire, le décès du Prince Paĉjo survient neuf presque jour pour jour après celui du Prince Homero dans la suite d’un hôtel de Patrosio en 2032. Comme lui, le Prince Paĉjo aimait le faste et le rap. Jouissant de la fortune royale, il s’autoproduisait et ses clips sont parmi les vidéos les plus vues sur InVido. En 2036, il avait créé la polémique après la diffusion d’une vidéo où on le voyait tirer à blanc, depuis un hélicoptère, sur des habitants d’un quartier pauvre de la capitale pour s’amuser et perfectionner sa technique. Aucune charge n’a été retenue contre lui. Il était également le père de 132 enfants reconnus, un score qu’il doit en partie aux techniques d’insémination artificielle dont le royaume est coutumier.

      Officiellement, le Roi de Forluno est l’homme - ou la femme précise-t-on – qui a engendré le plus d’enfants forluniens, qu’importe la dynastie. À ce jour toutefois, aucune femme n’a réussi à donner naissance à plus de cent enfants. Officieusement, c’est le Roi qui choisit son héritier préféré et lui donne en conséquence les moyens techniques et financiers du Royaume pour obtenir la condition officielle. Les prétendants au trône sont nombreux mais au final, le Roi dispose d’un droit de veto sur la reconnaissance de filiation de tel ou tel nouveau-né, de quoi tuer dans l’œuf la concurrence. Le temps presse pour Scipiono Ier, qui en est déjà à son dixième Prince héritier. Aujourd’hui âgé de 62 ans, celui qui est également à la tête de l’exécutif de la Fédération devra assez rapidement nommer un successeur au Prince Paĉjo. Les enfants du Roi se comptant par milliers, un Registre officiel est tenu. L’administration forlunienne dispose d’un fichier centralisé où sont collectées toutes les statistiques de ces enfants : leur genre, leur âge, leur profession, leur santé… Un premier écrémage devrait se faire dans les prochaines semaines. Si le Roi ne trouve pas de lui-même un héritier parmi les enfants qu’il connaît, il devra organiser lui-même des entretiens avec les heureux sélectionnés et juger de leur aptitude à régner. Mais les candidats vont-ils se bousculer au portillon ? À l’aune de ces décès soudains et étranges, le rôle de Prince de Forluno est aujourd’hui considéré comme maudit.

      Vaclavo Minea

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      10 janvier 2041

      Arrogante voire suprématiste, la nouvelle élite noire d’Amarantie

      Image
      Mutungamiri Shamuyarira a placé ses billes dans l’agriculture et le secteur industriel


      L’Amarantie est un pays de faible immigration pour les raisons que l’on connaît, c’est davantage un pays que l’on quitte qu’un pays dans lequel on pose ses bagages. La présence étrangère se limite bien souvent à des transactions financières sans visage. Alors, lorsque des étrangers font ce choix, ils ne passent pas inaperçus, d’autant plus s’ils sont grimés de noir. Originaires du Golfe d’Ebène, en Algarbe centrale, ils ne sont pas pour autant makengais, bien qu’ils usent aussi de la langue gallique pour commercer. Ils viennent du pays voisin de Lunyangwe, bâti en opposition du Makengo, auquel il était rattaché jusqu’aux années 1960. Parmi les 10 000 Lunyangwéens venus tenter leur chance dans l’empire homosexualiste, Mutungamiri Shamuyarira est celui qui a soufflé dans l’oreille du Prince de Movopolis pour y produire des bananes sous serre dès 2038. Ce n’est pas seulement une opportunité économique pour l’homme d’affaires algarbien, c’est une occasion de faire de la politique et d’exporter la culture de son pays d’origine, qui carbure depuis son indépendance au suprématisme noir, au rejet du christianisme et de l’islam comme croyances non indigènes et au doux rêve d’un empire colonial, à l’image de ceux qu’ont bâti les blancs.

      Plaçant ses billes dans l’agriculture, Mutungamiri Shamuyarira entend aussi profiter de la cession des gisements de phosphates du Vryheid pour contrôler la chaine de production d’amont en aval. Pour autant, pas plus que ne le sont les Makengais, les Vryes ne sont pas les frères des Luyangwéens. Ce sont comme les Makengais des oisifs victimaires qui se sont fait dominer par des puissances dytoliennes, qu’elles soient santognaise et du Commonwealth. Le Lunyangwe a refusé de se bâtir en opposition aux Blancs, en opposition au colonialisme, mais en bâtissant leur propre projet colonial. Ils ont trouvé une terre d’accueil en Amarantie. Déjà, du temps de la Ligue, à l’époque moderne, des émissaires de l’empereur Motiba de Makengo, qui régna jusqu’en 1523, avaient réussi à obtenir des comptoirs commerciaux sur les rives de la Dentegorie et de l’Alilée, faisant par conséquent de ces territoires une partie de ce qui pourrait s’apparenter au premier (seul ?) empire colonial noir de l’Histoire. Elevés dans cet idéal du colonialisme inversé, les Lunyangwéens ont su profiter de la récession inexorable de l’Amarantie pour imposer leur présence et leurs mentalités. À cette crise économique s’ajoute aussi une crise de foi et d’identité, qui facilite leur intégration. L’Amarantie n’est pas bâtie sur un projet ethnico-culturel, et aucune entité actuelle ou passée n’a jamais sacralisé l’homme blanc dodécathéiste. Les Amarantins ont de fait réservé un bon accueil à leurs immigrés lunyangwéens, ne serait-ce pour avoir la chance de vérifier le postulat de la vigueur sexuelle qu’on attribue aux hommes ébènes. Arrogants et d’une violence caricaturale, les Lunyangwéens ne pouvaient ont donc trouver dans les Amarantins leurs semblables.

      Klanja Moseon

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      18 février 2041

      Une déclaration de guerre au Karmalistan rejetée par le Conseil fédéral


      C’est un groupe de parlementaires qui veut se faire entendre : 27 députés sur les 73 que compte le Conseil fédéral – un par province élu au scrutin majoritaire – avaient déposé une proposition de résolution déclarant officiellement la guerre au Shakhanat du Karmalistan. Rejetée par 40 voix, la proposition était un échec annoncé. Mais cette initiative parlementaire s’apparente à un ballon d’essai, une manière de donner suite à la décision, en 2039, prise par le Shakhanat de rompre toute relation avec la Fédération amarantine. La résolution pouvait surprendre, tant les rapports de force militaire sont totalement déséquilibrés, l’armée amarantine étant réduite à peau de chagrin. Mais concrètement, si elle avait été adoptée, l’Amarantie aurait donné toute latitude pour nuire aux intérêts karmales dès qu’une occasion se serait présentée. Cela aurait passé par des méthodes de guérilla, de sabotage et de cyberattaques ; davantage qu’un déploiement lourd en artillerie et soldats.

      Pour autant, si on s’attarde à voir le verre à moitié plein, il est important de noter qu’il a manqué à peine dix députés pour atteindre la majorité, fixée à 37 voix. Preuve que l’idée, si elle reste minoritaire, peut compter sur un contingent solide d’élus pour la soutenir. Dans leur projet, les partisans les plus optimistes auraient voulu compter sur l’appui de la Cybistrie, snobée par la nouvelle route de la soie, mais aussi par la Sarkhovie qui, si elle avait déclaré la guerre aux Valvatides, aurait pu se retrouver face à un Karmalistan prêt à les défendre. En définitive, tous les pays hostiles à l’Entente Trans-Touranienne auraient, dans ce scénario très optimiste, apporté leur soutien à l’Amarantie. Cependant, la diplomatie n’est pas une question d’arithmétique et d’études des cartes. Par ailleurs, les investisseurs étrangers en Amarantie goûtent assez peu à cette hypothèse. La Santogne, qui a déjà réalisé un certain nombre de ces investissements, entend bien jouer le rôle de médiateur, et proposer sous conditions à la Fédération amarantine de l’aider à se défendre contre l’ennemi, à l’image de ce qui existe déjà entre Forcastel et les Ménechmes. Une de ces conditions consisterait à ne pas se mettre en porte-à-faux avec la Valdaquie, alliée de la Santogne, mais également partie prenante de l’ETT. L’option pourrait bien remporter les suffrages de l’exécutif fédéral, qui craint cette faction belliqueuse, qui a déjà mis par le passé l’Amarantie au tapis.

      Polikarpo Malgrandulo

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      8 janvier 2041

      La Digue de Grande-Basilogne revendique la mort des soldats éleuniens et
      l’instauration du Duché isaakoïen de Miljavon


      Image
      L’autocrate « gardien de la Digue » Damoklo Forgeso à la tête de la Digue de Grande-Basilogne


      La Digue de Grande-Basilogne proposait dans sa Constitution l’assainissement de l’Amarantie par l’éradication de ses élites et la lutte acharnée contre le voisin lébirien, dont il est séparé par un imposant mur de béton. L’autocrate Damoklo Forgeso, 38 ans, qui a fait fortune en extorquant des « business angels » par un projet de vélo sans cycliste qui n’a jamais vu le jour, s’est félicité de la mort de deux soldats éleuniens et a revendiqué en être à l’origine. Plus précisément, la Grande-Basilogne prétend avoir armé et financé les réfugiés amarantins parmi lesquels Isaako Jesaja, qui a pris la tête d’une grande organisation mafieuse qui fait aujourd’hui régner une zone de non-droit à Millavoni et dans l’arrière-pays, représentant un cinquième de la province aliléenne. Difficile pourtant de vérifier les dires du « Gardien », qui a profité du désarroi de la population locale de Basilogne et de la mise en défaite de la mafia Daktylos, pour y instaurer un régime autoritaire et opaque, laissant peu de place à l’opposition. D’ailleurs, y a-t-il encore une opposition ici-bas ? Les médias historiques, parmi lesquels le nôtre – Amarantina Folioj – ou Marborda Anoncanto n’ont plus droit d’exercer leur droit d’informer. Ou plutôt, continuent d’exister faussement, sous des formes honteusement plagiées. Damoklo Forgeso argue qu’il y a une unanimité des Basilognais autour de sa personne et de son régime… et pour une fois, il n’a peut-être pas trop.

      La volonté d’un régime fort s’était manifestée très ostensiblement après les inondations qui ont plongé l’ancienne Spongorie sous les eaux. Dévastateur et meurtrier, l’événement a durablement marqué les esprits et Forgeso avait su s’imposer au sein de la nouvelle classe politique amarantine. Les autres entités fédérées ont fini par accepter la Digue dans la Fédération, tant qu’elle ne les menace pas personnellement. Si l’implication de la Grande-Basilogne se confirme, cela actera la sortie de son isolationnisme, voire de son autarcie, qui intervient physiquement pour la première fois hors de ses frontières. Jusqu’à présent, la Digue se contentait d’un cyberactivisme, en noyant les réseaux sociaux de fake news. L’exécutif amarantin devrait logiquement se désolidariser de cet assassinat de deux soldats éleuniens, sans pour autant engager des sanctions contre la Basilogne, pour ne pas attiser le feu, à l’heure où l’Amarantie retombe dans des volontés belliqueuses, comme en témoigne le rejet il y a quelques jours d’une résolution de guerre contre le Karmalistan.

      Vaclavo Minea

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      27 février 2041

      En Basilogne, des enfants exploités pour écrire des cahiers d’école vendus en Santogne

      Image
      La Basilogne veut surfer sur la « nonastalgie » santognaise


      Tous les participants du Festival de la Nonastalgie à Garignan, en Santogne, sont passés devant : des cahiers d’école authentiques, écrits par des élèves d’école élémentaire des années 1990, parfums à l’odeur de renfermé. Ces cahiers, qui déclinent des dictées, des leçons d’histoire et de sciences, corrigées de la main du professeur, n’avaient pour la plupart pourtant rien d’authentique. Non seulement ils n’ont pas été écrits dans les années 1990 mais ils le sont par des enfants amarantins exploités dans des ateliers de la Grande-Basilogne. Ecrivant une langue gallique qu’ils ne maîtrisent pas, ils sont les moines copistes du XXIe siècle, à cela près qu’ils n’ont pas eu le choix de faire vœu de pauvreté. Payés une misère, les enfants écrivent de manière intensive, avec leur écriture maladroite et naïve, des leçons sur des modèles préétablis par la direction de ces sociétés qui revendent le produit cinq fois plus cher à la Santogne, qui à son tour le revend trois fois plus cher. Avant d’être envoyés vers le port de Fos-sur-Méguès cependant, ils sont emmagasinés un an dans un lieu humide pour qu’ils prennent l’odeur de vieux cahiers qui plait aux nez nonastalgiques les plus raffinés. Le commerce a été mis au grand jour par des douaniers interpellés par la nature de la marchandise, étiquetée comme des « objets souvenirs artisanaux ».

      L’affaire mise au grand jour : c’est tout ce que craindront les ateliers d’écriture qui officient en toute légalité en Digue de Grande-Basilogne, qui honore de ce fait sa réputation de « Falsa Novaĵ-Respubliko » ou « République Fake News ». Les directeurs de ces ateliers arguent qu’ils ne procèdent à aucune exploitation illégale des enfants, sans doute parce qu’aucune loi ne les protège en Amarantie, en cela qu’ils restent la propriété de leurs pères naturels ou adoptifs, qu’ils partagent à foison avec le reste de la communauté. Ils prétendent au contraire que c’est un travail valorisant, qui leur permet d’apprendre le gallique, les préparant ainsi à une future carrière internationale. Les échappatoires sont toujours aussi malhonnêtes en Amarantie. À défaut d’obtenir justice ici-bas, la mise au grand jour de cette affaire pourrait frapper d’infamie le pays plus qu’il ne l’est déjà, et contraindre les acteurs du business de la « nonastalgie » santognaise à boycotter les marchandises amarantines. « Sauver les enfants en les mettant au chômage technique ! », une idée saugrenue pour le président d’un de ces ateliers, qui a d’ores et déjà annoncé son intention d’exiger de La Profanino des dommages et intérêts s’il constatait une baisse de ses ventes.

      Grizelda Ĥagiodo

Avatar du membre
Sébaldie
Maitre de la galaxie
Messages : 4464
Enregistré le : mar. avr. 05, 2011 10:00 pm

Re: PRESSE | Actualités en Alilée amarantine

Message par Sébaldie »

    • Image
      14 mars 2041

      Alors qu’une autre guerre se prépare à ses portes, l’Amarantie prête
      à soutenir un front catholique en Dranavie contre la LIM


      C’est ce qu’on appelle de la Realpolitik. L’exécutif amarantin a approuvé une résolution invitant à contenir du mieux possible les ambitions de la Ligue Islamique mondiale et de ses Etats satellites, comme l’Ölan. Et si pour ce faire, il fallait en passer par un front catholique, la Fédération d’Alilée amarantine s’est dite prête à le soutenir, indépendamment des différences religieuses comme elle a pu le faire par le passé en soutenant l’Hachémanie contre les autres pays de l’organisation islamique. « La civilisation amarantine est l’objet de critiques bien plus acerbes de la part de la LIM que des pays de la Dytolie chrétienne qui ont su trouver un terrain d’entente et de cohabitation avec nous en dépit des différences culturelles. Le dogmatisme islamique, qui assène les Amarantins de toutes les pires insultes, et qui prétend aujourd’hui être l’acteur idéal pour veiller à la cohabitation de différents peuples en Dranavie, est notre véritable ennemi. » a décrit Koralo Deprodaj, le délégué aux affaires étrangères de la Fédération. Pourtant, c’est davantage une déclaration d’intentions qu’une déclaration de guerre, le reste du monde semble s’accommoder de l’emprise islamique en Marquésie dans un contexte où, pourtant, l’opinion publique demande une rupture des relations avec les membres de la LIM. Cette rupture est, de facto, déjà de vigueur en Amarantie puisqu’aucune relation avec un pays à majorité musulmane n’a été entreprise depuis le retrait de la Hachémanie de la scène internationale.

      C’est pourtant une guerre de toute autre nature qui pourrait se jouer aux portes de l’Amarantie. Dans la Digue de Grande-Basilogne, le sentiment anti-lébirien prédomine sur celui hostile aux membres de la LIM et d’ailleurs, les délégués fédéraux des circonscriptions basilognaises se sont abstenus lors du vote de la résolution hostile à la LIM. Le pouvoir basilognais est toutefois tiraillé entre d’un côté les partisans d’une invasion étrangère de la Ligue d’Apamée au nom du principe « les ennemis de mes ennemis sont mes amis » et de l’autre, les partisans de l’Exarque Isaako Jesaja à la tête d’une mafia en Alilée lébirienne, craignent que cette invasion étrangère ne mette en péril les ambitions amarantines ici-bas, d’autant que le Gardien de la Digue Damoklo Forgeso prétend être à l’initiative du succès de l’actuel exarque… qui a annoncé qu’il combattrait auprès des forces apaméennes. D’habitude si loquace, le Gardien de la Digue s’est montré en retrait.

      Polikarpo Malgrandulo

Répondre

Retourner vers « Alilée amarantine »