Tout est désormais rentré dans l'ordre, bon jeu à tous - Myst

Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Lots 35 36 37
Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

12 juillet 2040 - Le Conglomérat annonce la création du Prix Velvet, une décoration pour récompenser l’engagement humanitaire des citoyens pour la paix.


Image

Le président de la commission aux intérêts corporatistes Bill Anparo s'est dit honoré d'accompagner la mise en place du Prix Velvet pour la paix à l'occasion de sa fin de carrière.


Luciana Cortez, porte-parole du Conglomérat de Caeturia, a confirmé devant la presse la création d’un prix récompensant les actions citoyennes, dans l’entretien de la paix et de la concorde internationale.

“L’Administration Azevedo a à coeur, de reconnaître l’engagement des hommes et des femmes de ce pays, qui honorent les aspirations sociales et progressistes de nos institutions. Un engagement qu’ils paient parfois du prix le plus cher, celui de leur vie.”

Au terme d’un discours énoncé ce matin à 9h30 et rendant hommage aux acteurs de l’action humanitaire caeturiane, au Caskar ou encore au Nuevo-Rio, la porte-parole du Conglomérat a rappelé la nécessité d’institutionnaliser les valeurs humaines. Des valeurs humaines qu’elle cosnidère éprouvées quotidiennement, au contact des populations en souffrance à l’international, dont les théâtres de détresse sociale apparaissent croissant à l’international.

Le Conglomérat vient dès lors permettre une certaine reconnaissance, voire labellisation de l’activité humanitaire internationale.

La désignation des lauréats sera faite sur décision d’un jury composé de quatre jurés engagés et experts sous 4 domaines (médecine, biologie, économie, social). Les candidatures au prix seront elles appréciées par un premier jury représentatif des 6 académies corporatistes partenaires.

Les instances du jury entreront en fonction le 1er août 2040, à l’occasion de la première cérémonie de remise du prix Velvet édition 2040.

Pour la première édition, la commission aux intérêts corporatistes a d’ores et déjà identifié une série de plusieurs actions humanitaires dont les instigateurs, personnes physiques ou morales, seront contactées pour valider un acte de candidature, fournir de plus amples informations et permettre la soutenance de la candidature face au jury.

Bill Anparo, le président de la commission aux intérêts corporatistes a rappelé comme il était “nécessaire de banaliser, de familiariser l’aide humanitaire, de sorte à inscrire chacun au sein de ses programmes, par l’accomplissement de services bénévoles ou de donations.”

Devant l’absence de médiatisation du Prix Nobel Oblakien, le Prix Velvet a l’opportunité d’offrir une approche promotionnelle et concrète des engagements humanitaires parmi les citoyens du pays.

Pour ce haut fonctionnaire baigné dans l'internationalisme par ses origines lorthoniennes, le Prix Velvet pour la paix sera “très certainement le dernier projet et l’un des plus honorables" de sa carrière de président de la Commission aux Intérêts Corporatistes, qu’il lui sera d’accompagner avant son départ en retrait le 1er décembre 2040, à l’âge de 69 ans.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

13 juillet 2040 - Ecrasée par le Caeturia (5-1), la sélection Txiléenne laisse sa place aux Phénix pour disputer la finale face au Westrait qui a triomphé d’une maigre avance sur l’Amastosie.


Image

Epuisée physiquement et mentalement, la sélection txiléenne (à gauche) est restée inefficace pour tempérer le jeu des actuels champions du monde.


La parité n’est plus là ! Initialement composées de deux sélections olgariennes et deux autres dorimariennes, les demi-finales de la Coupe Panolgarienne promettaient un certain suspense aujourd’hui terminé. La Coupe Panolgarienne de football sera disputée en Olgarie et par les Olgariens. C’est le constat notable au lendemain des deux demi-finales opposant chacune, une sélection de l'hémisphère sud à celui du nord.

Plus de cinquante millions de téléspectateurs panolgariens (dont 17M au Caeturia) ont pu suivre les demi-finales de la Cup of Panolgaria où s’opposaient deux nations rivales, prêtes à faire feu de tout bois pour marquer leur différence dans une région où le leadership et les sphères d’influence, ont définitivement déserté la côte ouest dorimarienne pour s’installer plus au nord de celle-ci.

Un match brutal

Invraisemblable! Alors que la sélection txiléenne pensait entretenir des chances de victoire après l’ouverture du score dès la 4e minute de jeu, les hommes de Chad Ross ont détruit l’espoir des supporters txiléens en une mi-temps et le mythe de la sélection txiléenne elle-même, pourtant reconnue pour sa technicité, la mi-temps suivante.

Ce mercredi, le sélection des Phénix boxait clairement dans une autre catégorie que la sélection dorimarienne. Ralenti par les arrêts de jeu, les caeturians ont consacré chacune des minutes du match à disputer la plus large victoire possible à leurs adversaires là où leur très nette avance aurait pu permettre une certaine économie. Un comportement malgré tout payant puisque le milieu offensif Olivera a su aérer le jeu pour se créer des opportunités, transformées en deux buts sur la 2e période de jeu, les 57e et 88e minutes !

Les Phénix ont joué chaque temps de jeu, se déroulant dans une atmosphère surchauffée au Quadrium Stadium, prenant leurs marques au bout de 19 minutes, décidés à retoquer les ambitions txiléennes dès le premier temps de jeu.

James Diaz a effectué des accélérations qui ont marqué la rupture avec une défense txiléenne statique. Bénéficiant d’un trio gagnant avec Olivera, Diaz et Hekk dans la redistribution du jeu, les Phénix ont entretenu une capacité de nuisance réelle et réactive, pour aller ouvrir la brèche de la défense txiléenne.

Avec un doublé ou deux passes décisives, James Diaz a manifestement été le joueur le plus déterminant de la rencontre Txilo-Caeturiane, et emène ses camarades vers la finale face au Westrait qui s'est dépatouillé avec peine, de l'Amastosie.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

16 juillet 2040 - Le Caeturia, champion du monde… et de Panolgarie !


Image

Habillés en entrepreneurs, certains supporters caeturians étaient décidés à mettre mal à l'aise ceux de la sélection rivale.


Les Caeturians ont remporté, au terme d’un match de longue haleine, la Coupe Panolgarienne de football organisée à domicile après avoir fait craquer le cousin olgarien de Cewell.

L'attroupement a débuté jusqu’à 6 heures précédant la rencontre, aux abords du Trianon Stadium de la capitale Caeturiane.

Palmiers, crèmes solaires et lunettes de soleil ont depuis lors offert un décor qui n’a rien à envier à la côte sud makengaise. Si les tribunes n’étaient pas aussi orangées qu’espérées face à la ferveur westraite pour le sport, les premières manifestations et ovations des spectateurs ont confirmé qu’ici… c’est le Caeturia.

Combien sont-ils en tribune? Selon les données officielles, environ 59 000 des 99 000 places du stade sont occupées par un supporter caeturian. A l’écran, ils nous donnent l’impression d’être le double. Drapeaux, perruques, uniformes entrepreneuriaux, les caeturians ont vécu à fond cette finale qui vient maintenir la sélection de Chad Ross, au dessus de la pile.

Partout où ils se réunissent, les supporters de la péninsule olgarienne “peignent” la ville en orange. A côté d’eux, le parterre de supporters westrait avait peine à exister.

En dépit des apparences parmi les gradins, le jeu s’est maintenu jusqu’aux dernières minutes du temps réglementaire (86e), face à une sélection westraite décidée à relever son niveau de jeu usuel.

Mais les festivités du football vont perdurer au sein du pays organisateur qu’est le Caeturia, après un nouveau sacre des phénix de Chad Ross, actuels champions du monde, sur le score de 3-2 face au finaliste Westrait.

La sélection Westraite a tenté de donner le rythme dès la 6e minute de jeu, après l’ouverture du score par son attaquant Sam Beaumont. Le break interviendra plus de 20 minutes après, à l’initiative du milieu offensif Sean Hekk, qui se pose en véritable force pivot au sein de la formation offensive des Phénix.

Le temps d’une pause, la sélection Westraite se rabiboche pour trouver la force de relancer le jeu avant de se positionner en formation défensive.

Malgré une imperméabilité palpable côté Westrait, la team d’attaque des Phénix parvient à causer la rupture au sein du dispositif défensif adverse, offrant des opportunités d’égalisation transformées à la 79e minute, puis celle conférant une victoire libératrice à la 86e, grâce à un duo Alba/Diaz.

La révélation du football Caeturian, est en effet venu disperser la défense westraite grâce à une bonne circulation du ballon et une action centrée qui a su trouver son coéquipier Alba.

Près de 8,5 millions de téléspectateurs ont regardé la victoire du Caeturia sur le Westrait, en finale de la Coupe Panolgarienne.
Une audience autour de l’évènement qui est venu comme à chaque fois, déclencher une série de débordements en marge des célébrations.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

20 juillet 2040 - Des couloirs humanitaires identifiés avec les partenaires Céruléens pour permettre l’expatriation de réfugiés caskars.


Image

Les navires cargos engagés par l’IC contre les éléments de l'opération humanitaire "opened-hand", ont été saisi pour faire vivre les flux maritimes au sein des couloirs humanitaires.


Après 8 mois de guerre civile, plusieurs dizaines de milliers de caskars ont quitté ce territoire insulaire Céruléen alors que quelques centaines de milliers d’autres, sont potentiellement candidats au départ.

Soucieux d’accompagner l’expatriation de ces derniers, la Direction de l’opération “Opened-Hand” et l'Administration Azevedo se sont entretenues avec les acteurs céruléens pour ouvrir plusieurs couloirs humanitaires à même de favoriser les flux migratoires et d'assainir le risque sanitaire sur l'île.

Éviter les drames humains, du peu qu’il est encore possible de faire, c’est ce que l’Administrateur Azevedo s’est dit engagé à faire face au risque de voir des familles de réfugiés mettre un pneumatique à la mer pour tenter de quitter l’île.

“L’opération Opened-Hand doit idéalement permettre aux populations d’accéder aux moyens suffisants dans le maintien d’un maximum de familles sur zone.

Toutefois, devant l’ampleur et l’aveuglement des affrontements armés qui règnent sur l’île, un nombre important d’entre elles est désireuse de quitter le territoire. Il est dès lors nécessaire de formaliser et d’accompagner les départs pour éviter que des personnes désespérées, ne fassent le choix de partir en mer seule, de façon désorganisée et précaire.”

Une action qui ne ferait qu’alourdir le bilan humain de ce que beaucoup considèrent déjà comme un abattoir à ciel ouvert.

“Je ne me souviens de la ville où mes parents et moi allons, mais on a le papier” nous annonce Kalliope Miskos, un bras enlacé à sa mère et les yeux encore rougis de ses adieux avec une autre famille de réfugiés. Demain, Kalliope et ses parents quitteront le Caskar pour rejoindre l’Aurora à bord d’un cargo sous la protection des éléments de l‘opération “Opened-Hand”.

Aurora, Flavie, Santogne, Lébira, de nombreux pays du pourtour céruléen ont été sollicités par l’opération “Opened-Hand”, afin de favoriser l’ouverture de couloirs humanitaires sécurisés, qui permettent le départ de familles à qui la guerre et le tsunami, ont tout pris.

“Nous devons centraliser nos moyens humanitaires sur l’ouverture de liaisons entre le Caskar et ses partenaires régionaux proches, comme l’Aurora, la Flavie ou le Lébira.

La sécurisation de liaisons au départ du Caskar, permettra une meilleure gestion des secours en zone siparésite, face à l’affluence croissante des populations en provenance du nord du pays. A ces destinations, les réfugiés pourront bénéficier d’une meilleure prise en charge et atteindre de nouvelles destinations intercontinentales, ce qui réduira le risque sanitaire sur zone.”

Des actions spontanées, en soutien de l'opération "Opened-Hand"

Une initiative qui trouve un certain écho parmi les milieux associatifs et les communautés religieuses représentatives de la péninsule olgarienne. Des accords ont par ailleurs été signés avec les associations animistes, musulmanes et chrétiennes caeturianes, pour accompagner l‘adoption des orphelins caskars pris en charge par l’opération “Opened-Hand”.

Plusieurs autorités religieuses du Caeturia ont ainsi sensibilisé les membres de leur communauté à aider au recueil, à la scolarisation et à l’adoption, d’orphelins caskars.
Les cargos de l’internationale communiste saisis pour (enfin) servir l’aide humanitaire.

Les cargos communistes saisis au profit de l'opération "Opened-Hand"

Le “gros convoi humanitaire de diversion” communiste, ayant servi à couvrir l’attaque de deux frégates caeturianes, a été saisi et trouve aujourd'hui une pénitence dans le transport improvisé de réfugiés caskars au sein des nouveaux couloirs humanitaires.

La saisie des bâtiments communistes est profitable à la conduite de notre opération humanitaire. Ce sont pas moins de vingts vraquiers et cinq porte-conteneurs qui constitueront un trait d’union pour les personnes et les denrées qui transitent entre le Caskar et le continent…” s’est félicitée Wendy Dobbins, responsable de la coordination des aides au Caskar.
HRP: Saisie de 20 vraquiers et 5 porte-conteneurs IC confirmée par l'arbitrage du conflit.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

30 août 2040 - Guerre civile au Caskar : La marine caeturiane remporte la guerre maritime face aux forces rebelles et paramilitaires pro-Lota/IC.


Image

Après deux mois d’escarmouches et guérillas en haute-mers, le Caeturia pense détenir sa victoire stratégique sur les forces paramilitaires pro-Lota et de l’IC.


Le Grand Protecteur aux Intérêts Corporatistes Shawn Stewart a défini comme une victoire navale décisive caeturiane, l’affrontement des marines corporatistes et celles paramilitaires de l’IC.

Étalés sur 2 mois, les combats n’ont cessé de gagner en ampleur pour accuser la perte de trois sous-marins de classe Abysso, quatre frégates de classe Barnsfield, et de plusieurs dizaines d’aéronefs pour la destruction de deux croiseurs et cinq frégates modernes des forces navales et paramilitaires de l’IC.

Un préjudice qui gage d’un lourd tribut humain de parts et d’autres, avec la perte officielle de 1043 marins de la Caeturian Corporatist Navy, morts ou portés disparus. Un bilan alourdi par la perte de plusieurs sous-marins caeturians.

De son côté, l’IC n’a pas encore communiqué de chiffres mais les agents du renseignement caeturian sur place, ont estimé leurs pertes “similaires à la moyenne supérieure”. Des données motivées par l’incapacité de la flotte communiste à maintenir un bâtiment de guerre à flots pour le repêchage des paramilitaires communistes.

Pour le GPIC Shawn Stewart, “il appartient à la sphère publique de considérer les opérations navales caeturianes pour la lutte anti-rebelle comme une réussite franche et totale” après la destruction pleine et entière des bâtiments de guerre de l’IC. Un fait d’armes qui intervient près de 4 mois et demi après la neutralisation de la criminelle de guerre et chef de milice Asha Lota.

Ainsi donc, l’Administration Azevedo répond présente à chacun de ses engagements pour une sortie de crise au Caskar. Des engagements nés d’une crise humanitaire qui oblige au pragmatisme politique et militaire.

L’instabilité du théâtre caskar contraint de ce fait les éléments de l‘opération “Opened-Hand” à des actions opérationnelles variées qui vont du secours et de l’assistance aux victimes, à des actions de coercition à l’égard des forces insurrectionnelles et liberticides du territoire insulaire.

La bataille navale du Caskar est une victoire navale caeturiane, remportée par des soldats qui ont protégé de leurs corps et de leurs vaisseaux, une énième tentative de souillures sur ce territoire déjà si meurtri.

Notre ennemi, en dépit des appels à la reddition lancés à son encontre et de sa défaite assurée face à la juste cause caeturiane, s'est emmuré dans un bellicisme aveugle qui le plonge aujourd’hui dans la défaite” a résumé le GPIC Shawn Stewart lors de la conférence de presse exceptionnelle du 28 août au matin.

De son côté, l’Administrateur Azevedo a décrit la victoire militaire caeturiane comme “l’expression la plus pure d’une détermination ferme, à protéger les populations caskares tout en rejetant son oppression par l‘entretien d’un conflit sous le giron des puissances étrangères.”

Par ce geste, la diplomatie étrangère caeturiane et la relation caeto-caskare, sont décidées à travailler pour la neutralisation des mouvances insurrectionnelles étrangères conformément aux conditions d’engagement caeturians sur la région.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

10 septembre 2040 - Le Caeturia vient pour la première fois, d’intégrer le classement mondial des 3 pays parmi les plus attractifs pour les talents et les élites de l'étranger.


Image

La péninsule olgarienne a su créer des espaces d’échanges et de débats qui séduisent les hauts potentiels étrangers, notamment par le biais des zones libres d’innovation et l'internationalisation de son journalisme.


Selon le récent rapport annuel de l’Observatoire International des Migrations & Diasporas (OIMD) pour 2039, le Caeturia compte parmi les 3 destinations privilégiées et prisées des migrations intellectuelles internationales, derrière le Karmalistan et l'Eashatri.

Une progression remarquée par la commission aux intérêts corporatistes, louant le travail de l’administration Azevedo alors même qu’en début de mandat, le Caeturia ne comptabilisait qu'un solde d'immigration d'élite positif à 26 étrangers pour 2036.

Une analyse de l’OIMD et des félicitations confortées par des enquêtes nationales durant lesquelles les départements des finances et du développement du territoire ont interrogé de façon semestrielle, un panel de 300 entreprises étrangères* implantées au Caeturia et d’autres parts, 500 travailleurs étrangers au Caeturia entrés sur le territoire un an auparavant.

Roberto Quinta, membre du conglomérat de Caeturia, s’en explique: “Indépendamment du rapport de l’OIMD qui nous fournit une indication quantitative du pouvoir d’attractivité caeturian, le Conglomérat a commandé différentes enquêtes pour apprécier de façon qualitative, les capacités d’intégration des talents internationaux au Caeturia. Nous voulions savoir combien de talents étrangers étaient présents sur le territoire et combien de temps ces derniers peuvent-ils y demeurer…”

A titre indicatif, 72% des entreprises étrangères parmi les 300 entreprises sondées*, jugent le territoire caeturian comme attractif et jouir de davantage de marges de manoeuvre dans le pilotage de leurs organisations, que lorsqu’elles se trouvaient dans leur pays d’origine. Des libertés qui trouvent racines dans l’application de mesures fiscales attractives et une liberté d’innovation renforcée.

L’attractivité des entreprises et celle des hauts potentiels sont irrémédiablement liées: les personnes brillantes aspirent plus facilement à l’entrepreneuriat” concluait Roberto Quinta.

Attractivité des entreprises étrangères et création de l’Espace Economique Harmonisé.

La création d’un espace économique harmonisé en Panolgarie et limitrophes à la Néchinésie est facteur d’attractivité pour les entreprises (et entrepreneurs) étrangers qui se montrent désireux de s’installer au Caeturia. C’est la promesse de relations commerciales facilitées par le recours à une monnaie unique sur un large espace interrégional, une monnaie unique facilitatrice des importations au sein de l’EEH.

La région panolgarienne a les moyens de poser un algorithme qui lui permette la création d’un pôle économique international sur les secteurs de la haute technologie ainsi qu’une activité de production en circuit-court, grâce des ressources naturelles complémentaires au sein de l’EEH.”

Une affirmation qui considère que l’EEH intègre actuellement les principaux producteurs des matières les plus prisées des entreprises de la téléphonie et de l’informatique: or, lithium et terres rares.

“Les produits de demain qui viendront accompagner nos outils de production et de service seront pour l’essentiel d’entre eux, des produits conçus au sein de l’EEH ou à défaut par le biais des ressources naturelles s’y trouvant.”

De leur côté, les hauts potentiels étrangers ne rechignent pas non plus à tenter le rêve caeturian avec la présence d’un solde positif à 2 245 personnes** étrangères et identifiées comme “haut potentiel” sur notre territoire.

Une donnée qui positionne le Caeturia à la place de 3e destination privilégiée des intellectuels étrangers, assez proche du 4e (Jernland), indépendamment des hauts potentiels comptabilisés pour le Nuevo-Rio et qui creuseraient durablement l'écart avec le Jernland.

C’est près de 100 fois plus que nos résultats au 31 décembre 2036, où le Caeturia enregistrait un solde à 26 hauts potentiels sur notre territoire. “Même pas suffisant pour remplir une classe d’ingénieurs” se désolait l’administration Azevedo qui réfléchissait à des mesures d’attractivité nouvelles pour dynamiser cette immigration d’élite.

Du chemin aura donc été parcouru depuis, où l’image du Caeturia a su se renouveler auprès des intellectuels et étudiants à hauts potentiels étrangers.

Attractivité des hauts potentiels, rayonnement culturel caeturian par le journalisme et le sport.

Premier axe d’attractivité pour les intellectuels étrangers, la capacité du Caeturia à initier et nourrir le débat autour de l’actualité internationale. Professionnalisée par le biais de la Caeturian World TV, la presse caeturiane s’est engagée à ne laisser aucune zone d’ombre au sein d’un espace médiatique qu’elle a su couvrir à un niveau national, et surtout international.

En traitant des guerres révolutionnaires néoriotes, du dossier nucléaire briton, de la guerre civile valdaque, puis caskare, du conflit en Hohengraf, de l’EEH, du Dolgar ainsi qu’une foule de sujets ayant ponctué l’année passée, “le journalisme caeturian a levé l’essentiel des barrières qui se posaient entre l’actualité internationale et le droit à l’information” reconnaissait l’administrateur Azevedo.

Les capacités journalistiques caeturianes à traiter sans tabou des faits d’actualité sont propices à l’établissement d’un espace sain et libre d’expression, pour les intellectuels étrangers qui pâtissent quotidiennement de verrous et de l’absence d’une tribune.

Conjointement au journalisme, la culture sportive caeturiane est aussi un levier d’attractivité pour les étudiants et hauts potentiels étrangers par l’octroi de bourses universitaires après souscription des étudiants au sein des clubs universitaires, voire régionaux.

La culture sportive caeturiane peut constituer un facteur d’intégration pour les étudiants étrangers qui viennent rejoindre une équipe et entretenir un sentiment d’appartenance à la culture locale.

Qui plus est, l’étudiant étranger à haut potentiel peut manquer de liquidités dans son arrivée sur le territoire caeturian, son inscription auprès d’un club, notamment pour le football olgarien, est susceptible de lui octroyer une bourse universitaire qui amortisse ses frais de scolarité sur le territoire.

Pour les moins sportifs, le Conglomérat a également déployé des leviers d’attractivité par le biais des zones libres d’innovation où les hauts potentiels étrangers peuvent se voir exonérer de charges sociales sur une période définie là où l’entreprise d’accueil bénéficie elle, d’exonérations sur ses charges patronales.

Sur la base de ce développement, le Caeturia semble donc s’internationaliser depuis son territoire. Une internationalisation où la captation de hauts potentiels étrangers et sa volonté à promouvoir l’entreprenariat ainsi que l’innovation, viennent supporter le développement et la compétitivité économique de la péninsule olgarienne pour les prochaines années.

*300 entreprises dont le chiffre d’affaire se veut supérieur à 10 millions de Caeturi et comptabilisant +99 salariés.
**2 245 personnes qui constituent un solde entre les entrées et les sorties des hauts potentiels, et non la présence effective de 2 245 personnes étrangères.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

14 octobre 2040 - Les caeturians pensent majoritairement que le pays est plus militarisé que nécessaire.


Image

Partagée entre la défense des routes commerciales stratégiques vers le Nuevo-Rio et l'Aurora ainsi que la défense territoriale, l'armée corporatiste reste encore un facteur de coûts conséquents, dans le pilotage des dépenses publiques.


Une enquête d’opinion émise par le journal Santognais “Mariottes” estime à 65%, le nombre des sondés jugeant le niveau de militarisation caeturian plus important qu’il ne faudrait.

Un constat dressé par un sondage en provenance de Forcastel et qui s’est trouvé soumis en ligne à 2 000 internautes caeturians.
Pour le politologue Ross Fitzberald chargé de nous accompagner dans l’analyse de ces données, ce compte-rendu d’enquête s’explique sous différents angles dont celui de la réussite économique corporatiste.

“Les caeturians, particulièrement ceux qui jouent en bourse ou entreprennent, préféreront toujours s'affronter et se réconcilier par les affaires, non par la guerre.

Comprenons par là que les engagements économiques caeturians ont fait passer un Produit Intérieur Brut de 120 milliards de caeturi en 2036 (soit 60 milliards de dollars), à 208 milliards de caeturi en 2039 (104 milliards de dollars).

Une performance qui s’est traduite dans le quotidien des caeturians:
  • par la revalorisation salariale avec un salaire minimum 2036 à 578 caeturi par mois, avant de passer à 732 caeturi en 2039,
  • par la diversification des biens à la consommation née de la recherche et du développement, allant provoquer des ruptures tarifaires entre des produits aujourd’hui perçus comme déclassés et ceux émergents,
  • par une élévation globale du pouvoir d’achat caeturian,
  • par l’entretien de relations bilatérales qui ont permis de densifier les flux commerciaux et les projets d’investissement sur le territoire et à l’étranger.
“Les relations étrangères actuellement entretenue par le Caeturia, ont permis l’aboutissement de différents projets économiques majeurs, de nature à inciter le salariat et le patronat caeturian à souscrire vers de nouveaux engagements dans le maintien d’un statut quo.

Les récentes oppositions diplomatiques autour de la question du Caskar, interrogent légitimement une partie de l’opinion sur la capacité du conglomérat, à entretenir l’activité commerciale et de facto, la bonne santé économique actuelle.

Cependant, il est important de comprendre que ces informations ascendantes traduisent des inquiétudes sur l’avenir et non une aversion pour les hommes et femmes qui protègent ce pays.”

Des inquiétudes légitimes mais infondées souhaite nous rappeler M. FItzberald.

“La politique de défense du Caeturia, c’est un budget actuellement à 8% de son PIB contre 11,52% en 2036. Dans les faits, le Conglomérat a déjà acté, la réduction des dépenses militaires au profit de la redynamisation économique du pays, sans jamais s’en détourner depuis maintenant près de 5 ans.

Une volonté gouvernementale alignée sur un calendrier ambitieux avec différents objectifs atteints qui entretiennent l’ensemble des indicateurs financiers au vert.”

Si les dépenses militaires se sont vues réfrénées d’année en année, il est important de considérer la part non négligeable que jouent les industries de l’armement caeturianes au sein de l’activité économique du pays.

Les commandes d’armement pour l’exportation sont montées en puissance ces 2 dernières années et conditionnent la performance économique de la moitié de notre outil industriel lourd et pour lequel le Nuevo-Rio trouve peu à peu sa place.

“Dans ces conditions, diaboliser les politiques d’armements du pays actuelles semble hors de propos, compte tenu des larges propensions des armements caeturians, à s’exporter.”

Du côté des institutions, le niveau de militarisation actuel du pays est défendu tout en le reconnaissant “perfectible, particulièrement via le développement d'un réseau diplomatique. Développer son réseau diplomatique serait, à l'instar des organisations militaires actuelles, une opportunité d'alléger le budget de la défense caeturiane via la mutualisation des moyens de défense”.

Le GPIC Shawn Stewart, a rappelé que “le Caeturia n’est pas un territoire à la souveraineté reconnue par chacun de ses voisins”, et que par conséquent “il s’avère plus que nécessaire pour lui, de satisfaire au respect de sa souveraineté par un investissement militaire constant.”

Si l’officier général à la tête de l’état-major corporatiste a défendu le niveau d’investissement militaire actuel par une absence de relations bilatérales régionales saines, il a également précisé que “aucun pays, ni organisation militaire, n’a actuellement les moyens d’envahir et de défaire le Caeturia sur son espace souverain”.

Néanmoins, l’isolement diplomatique (ou même géographique) du Caeturia l’oblige à un éclatement de ses partenariats vers l‘étranger. Ces partenariats vers le Nuevo-Rio, l’Aurora, les Panoa, exigent en effet d’entretenir des forces expéditionnaires, parfois directement cantonnées sur place, de sorte à offrir une activité commerciale pérenne entre le Caeturia et ses alliés.

Cela est rendu d’autant plus factuel que les théâtres néoriotes et après cela Céruléen, ont connu des violents troubles qui auraient pu être de nature à perturber l’activité commerciale proche sur ces secteurs, indépendamment de la volonté de l’administration Azevedo, à répondre aux enjeux humanitaires de ces crises.

Parallèlement à cela, le rassemblement prochain des forces armées néoriotes et caeturians sous l'égide du RCE appellent les deux états à une obligation de moyens, pour concrétiser ce que beaucoup verront comme la nouvelle internationale corporatiste des casques rouges qui ont choisi de servir la paix et le progrès.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

22 octobre 2040 - Des chercheurs caeturians posent le pied dans une production ostréicole Uassani.


Image

Positionnée sur une poche et retournée tous les mois pour son entretien, l’huître panolgarienne mettra 3 ans pour atteindre sa valeur marchande et rejoindre vos assiettes.


La production ostréicole de Marisa Canencia n’a pas été choisie de manière fortuite, désertée par les bateaux à moteur, positionnée à la jonction des eaux douces et salées du pays, elle constitue un point de départ destiné à orienter les travaux scientifiques.

Fille de la communauté Chicani, ex-biologiste et consommatrice du crustacé, Marisa ne boude pas son plaisir à compiler chacune de ses passions au coeur de son activité quotidienne. “Jamais je n’aurais imaginé être à la tête d’une ostréiculture, au pied de l’océan Déchinésien...”

Epaulée par une équipe de scientifiques en biologie, Marisa suit avec assiduité la pose de ses collecteurs pour identifier les environnements les plus favorables à un niveau de rendement optimal.

“On s’attache à vérifier le taux de salinité de l’eau, le degré d’exposition des collecteurs aux marais, on s’assure également que des mollusques ne s’installent pas à la place sur les collecteurs, les bigorneaux perceurs étant un prédateur redoutable à l’huître.” Le but est, vous l’aurez compris, que les huîtres panolgariennes puissent se développer correctement pour permettre leur vente en quantité et en qualité, dans une région qui ne connaît pas encore la surproduction.

Indépendamment des check-up de santé, ce sont de véritables rondes de surveillance que Marisa et ses 3 bateliers accomplissent en raison du nombre croissant de larcins autour desp roductions ostréicoles.

A marée haute, rien ne laisse soupçonner la présence d’huîtres à l’ombre des mangroves, si ce n’est les bouées retenues aux racines. Un cadre atypique qui porte son lot de qualité pour des chercheurs quotidiennement positionnés sur l’étude génétique de ces crustacés de luxe.

“Nos bilans comparatifs entre les huîtres Uassani et néoriotes témoignent d’une qualité renforcée sur les productions Uassani. Une productivité en lien direct avec la qualité des eaux, l’entretien des collecteurs qui limitent l’apparition de maladies fatales à l’huître panolgarienne.”

Au terme de leurs premières analyses, les chercheurs ont relevé que l’exposition d’une huître dans l’eau se liait intrinsèquement à sa capacité de s’alimenter et de grossir plus rapidement, jusqu’à 35% plus vite. Cependant Marisa est formelle, la manipulation excessive d’une huître est de nature à la fragiliser.

Pour garantir son niveau de productivité actuel, Marisa trie et nettoie ses huîtres une fois par mois et fournit aux équipes scientifiques, des données quotidiennes, pour à terme initier de nouvelles opportunités commerciales nées de la maîtrise génétique du crustacé…
HRP:
RP lié à la recherche présente et futur de la technologie OGM

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

6 décembre 2040 - L’Administrateur Azevedo acte le retrait des troupes caeturianes au Caskar.


Image

Sourires aux lèvres, les premières troupes planifiées au calendrier ont l’espoir de rentrer dans la péninsule olgarienne pour les fêtes de fin d’année.


Après la suspension des opérations militaires caeturianes au Caskar, l’Administration du Conglomérat s’est déclarée favorable à un retrait de ses troupes présentes sur le territoire insulaire, au terme d’une réunion exceptionnelle ce 6 décembre 2040 à 9h, heure de la capitale.

La volonté amorcée par le Conglomérat le 18 octobre dernier semble avoir aujourd’hui réuni l’ensemble des conditions favorables à son exécution, pour acter et débuter le retrait des troupes caeturianes.

“L’installation d’un cessez-le-feu suivi de négociations au Caskar nous a laissé entrevoir la capacité des factions locales à nourrir un dialogue promoteur de la paix. Un dialogue au terme d’une guerre civile débutée le 4 décembre 2039 et qui atteint aujourd’hui le lourd bilan humain de plus de 210 000 morts dont au moins 180 000 civils porté à notre connaissance” introduit l’Administrateur Azevedo dans sa déclaration.

Réunies à Twanaskis (Caskar), l’ensemble des factions armées locales a décidé le maintien d’un cessez-le-feu jusqu’au 6 mars 2041, terme d’un calendrier de négociation pour lequel les factions auront échangé quant au déroulement d’un processus de pacification durable du territoire.

En même temps que l’annonce autour de la prolongation d’un cessez-le-feu se soit opérée, les représentants de factions locales ont unanimement demandé le retrait des forces étrangères présentes au sein des terres et des espaces maritimes caskars, pour favoriser le processus de paix. Un choix “entendu et compris” par les autorités caeturianes qui ont réitéré la volonté d’engager un retrait des forces corporatistes sur zone.

“Le retrait des armées étrangères du Caskar est une évidence et une impérieuse nécessité. Dès l’instant que les factions locales ont su démontrer leurs aptitudes à ouvrir et à entretenir les pourparlers vers un arrêt définitif du conflit, il nous appartient à chacun de contribuer au développement d'une légitimité des acteurs locaux, nécessaire pour poursuivre ces négociations.

Une légitimité pour qu’ils puissent parler librement, sans faire soupçonner un marionnettiste étranger, et ensuite fédérer le pays autour de projets nationaux à l’intérêt collectif inattaquable.”

Ce sont sur ses paroles que l’Administrateur Miguel Azevedo a confirmé le lancement d’un calendrier autour du retrait des forces caeturianes, amené à s’initier dans le courant de la semaine, pour espérer voir les dernières troupe caeturianes rapatriées avant le 6 mars 2041, délai de rigueur où les factions locales se réuniront à nouveau pour identifier des garanties de paix pérennes qui amorceront espérons-le, la reconstruction politique de l'un des territoires les plus fratricides au monde.

Approchant les 20 000 soldats, le contingent caeturian est le 3e contingent étranger fixé en mission sur le théâtre caskar, derrière ceux du Gansernberg et de la CND. Associé à des moyens mécanisés et logistiques importants, son retrait est une nouvelle opération en soi qui oblige à une démarche structurée et progressive.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

7 décembre 2040 - Le Conglomérat du Caeturia a lancé les premières phases de ses manoeuvres pour un retrait durable du contingent caeturian au Caskar.


Image

L'unité nationale Caskare, un objectif conditionné par le retrait des forces étrangères sur place?


Après qu’aucune violation de la trêve du 12 octobre de cette année n’ait eu lieu à ce jour, les autorités caeturianes ont estimé l’arrêt des conflits crédible pour confirmer le lancement des coordinations logistiques, pour un retrait progressif du contingent corporatiste.

“Le déploiement militaire étranger au sein de l’espace territorial Caskar est devenu l’aveu d’un échec cuisant pour l’entretien d’actions humanitaires.

Dans le même temps, la création d’une organisation intergouvernementale régionale est venue offrir des opportunités de médiation qu’aucun des acteurs étrangers actuellement présents sur l’île, ne saurait imiter” a présenté le politologue Ross Fitzberald pour identifier le contexte favorable qui doit inciter au retrait des forces militaires étrangères sur zone.

"L'OTC marque l'identification d'acteurs à la fois légitimes et désengagés du dossier, tout en supprimant la légitimité des intervenants actuels pour solutionner la guerre civile en cours.

Certes, le Conglomérat a déployé d'importants moyens, humanitaires mais aussi militaires, vers le secours et l’assistance des populations caskares. Cette militarisation de l’action humanitaire, a toutefois fait des émules parmi d’autres nations étrangères, qui ont très vite trouvé les limites logistiques d’une action humanitaire au sein d’un espace qu’elles ont surmilitarisé.

Une contre-performance qui a aujourd’hui fait naître un péril sur le déploiement humanitaire au sein des espaces sinistrés et un risque croissant d’actes de rébellion populaires envers les éléments de l’opération Dytolian Shield.

L’action humanitaire initiée par la CND est manifestement une opération humanitaire en échec et face à laquelle les autorités caeturianes ainsi que les factions locales, semblent résolues à se désolidariser. Cette action marque d’une pierre noire, la perte de légitimité autour de toute présence étrangère sur ce théâtre.”

Un constat inquiétant pour l’atteinte d’une paix jusqu’ici entre visible mais de plus en plus floutée.

Soucieux de préserver une paix fragile au sein d’un théâtre difficile, l’Administration Azevedo a réitéré la volonté caeturiane de favoriser l'autodétermination caskare. Une volonté associée à des actes par la confirmation et l’accélération d’un calendrier de retrait des forces caeturianes sur le sol Caskar.

Toujours selon le politologue Ross Fitzberald, “l’instauration d’un processus de paix au Caskar ne passe désormais plus par l’accompagnement des opérations de protection des civils, ni la fourniture d’une aide humanitaire. La paix locale est subordonnée à la reconstruction politique du pays pour laquelle aucune force armée étrangère actuellement présente ne semble pouvoir efficacement s’inscrire.

Et c’est normal, la couleur politique du Caskar doit émerger du Caskar lui-même pour ne souffrir d'aucune contestation et trouver les dynamiques nécessaires à l'établissement d'un cadre harmonieux et paisible sur le plan local. Le Caeturia, en ayant neutralisé la venue d’insurgés étrangers et de personnalités politiques étrangères, est à même de comprendre les limites à sa présence actuelle au Caskar et la nécessité d’un retrait progressif de ses forces...”

Ainsi donc, les troupes caeturianes seront amenées à débuter leur retrait du Caskar par voie maritime, sur la semaine en cours, pour progressivement s'accentuer en janvier 2041. Une action politique caeturiane, directement inscrite dans la validation des premières conditions d'un retour à la paix, émises par le Sommet de Twanaskis.

Amené à franchir le blocus maritime et aérien émis par la CND et destiné à empêcher l'entrée de nouvelles forces militaires sur le sol caskar, non leur retrait, le contingent militaire caeturian s'impose comme un exemple à suivre pour l'ensemble des manoeuvres étrangères sur zone, si elles ambitionnent de réintroduire la paix au sein d'une des régions les plus troublées au monde.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

26 décembre 2040 - La crise Caskare, retour sur une réussite Caeturiane.


Image

Positionnée sur des enjeux humanitaires, commerciaux et politiques, l’intervention Caeturiane a-t-elle été la nouvelle réussite du mandat d’Azevedo?


Le Caeturia, ce donneur d’alerte.

L’engagement humanitaire caeturian au Caskar a porté l’attention internationale sur la guerre civile qui s’y déroulait, et qui se trouvait marquée d’une certaine indifférence par ses plus proches voisins. Des voisins qui ont tardé à s’y investir et dont quelques uns viennent aujourd’hui expliqué avoir sauvé le pays.

Le Caeturia, cet accélérateur pour la paix?

Primo-intervenant au lendemain du tsunami, neutralisation de criminels de guerre, secours aux populations utilisées comme boucliers humains par des factions sakhinistes et des combattants valdaques, le Conglomérat a cumulé les engagements locaux pour sauvegarder l‘intégrité des populations civiles, jusqu’à l’adoption des résolutions de Twanaskis où il a été le premier à annoncer le retrait progressif de ses troupes pour pérenniser le cessez-le-feu émis par les factions caskares.

Une action concrète, fort heureusement imitée par les autres contingent militaires sommés à se retirer depuis Twanaskis et qui vient étayer l’implication Caeturiane pour sauver la paix au Caskar. Le Caeturia venait de donner le “La” à la désescalade au Caskar.

Quel bilan pour le Caeturia?

Si la première satisfaction Caeturiane demeurera pour l'administration Azevedo, d’avoir “protégé la population et servi la paix”, la fin de la guerre civile caskare ancrera durablement, n’en déplaise à certains, la réussite caeturiane en Cérulée.

Emergence d’une organisation autour de l’intérêt de la Cérulée et multiplicité des dynamiques commerciales entre la Panolgarie et la Cérulée.

Jusqu’ici cantonnée à quelques vociférations en provenance d’un même état, la Cérulée a profité de la crise caskare pour se doter de plusieurs voix, voire la formalisation d’une seule, pour défendre avec crédibilité l’intérêt des céruléens.

L’OTC, pour la nommer, vient développer le premier rapprochement politique des acteurs engagés pour la Cérulée. Des acteurs identifiés par le Conglomérat pour espérer faire prospérer les échanges commerciaux avec l’espace économique harmonisé Panolgarien sur le principe de la règle des 3P “Partage, Prospérité, Paix” et qui viendrait durablement stabiliser la situation régionale.

“Par le biais d’une OTC, qui n’intègre toujours pas la Valdaquie, le Caeturia et ses partenaires de l’EEH (notamment le Nuevo-Rio et l’Uassan) identifient des nouveaux partenaires “sains” pour sécuriser et densifier les échanges vers cette région qui voit sur son banc de touche, une Valdaquie allongée sur le bas côté des routes de la soie” commente l’économiste néoriote Idelfonso Curiel.

L’élargissement de l’EEH Panolgarien d’une part, et la création de l’OTC d’autres parts, posent ainsi donc les bases favorables à la mise en place de tractations destinées à échanger avec sérénité, sur les opportunités d’un renforcement des échanges commerciaux entre la Panolgarie et la Cérulée.

La Cérulée est, rappelons-le, encore à ce jour parmi les principales voies commerciales maritimes à l’international.

“La co-construction d’un espace commercial dynamique entre les états signataires de l’EEH et ceux de l’OTC, verrait l’ouverture d’interfaces nouvelles que le Caeturia n’a jamais pu, ne serait-ce qu’imaginer deux ans auparavant.”

A côté de cela sont confronté les rivalités naissantes avec l’Internationale Communiste et états sympathisants pour lesquelles la presse Valdaque exprime une défaite stratégique majeure du Caeturia, qu’en est-il?

Le déroulement de la bataille de Lars entre les forces navales corporatistes et communistes, a reposé sur une action Caeturiane pour la neutralisation de personnalités et de milices gandhariennes au sein de mouvements étrangers pour l’insurrection au Caskar.

Un affrontement qui selon la presse valdaque vient marquer la fin de la symbiose olgarienne.

Pour le politologue Ross Fitzberald “s’il est permis aux actuels partenaires du Caeturia de contester ses agissements au Caskar sans contester le déploiement de dix milles miliciens et d’une personnalité politique gandharienne de premier plan au sein d’un territoire souverain, leur éloignement du Caeturia s’avèrerait nécessaire, voire profitable à ce dernier.”

Oui, profitable ose notre invité, en rappelant les rivalités historiques de certains état signataires de l’OTC, avec l’Internationale Communisme.

“L’affrontement entre Caeturians et Communistes est au mieux une page dont chacun comprendra qu’elle mériterait d’être tournée, au mieux un argumentaire supplémentaire pour faire naître l’activité commerciale entre l’EEH et l’OTC.

Un homme comme Miguel Azevedo n’est pas un boucher sanguinaire mais un homme d’affaires, il a connaissance de ces choses là et sait pertinemment quels leviers il lui sera permis d’exploiter par la suite, en réaction aux interventions de ses partenaires.”

Une présence militaire caeturiane en Cérulée renforcée.

Présenté comme un retrait des forces caeturianes en Cérulée, l’espoir de paix dans la guerre civile au Caskar motive en réalité un renforcement de l’aide corporatiste envers ses alliés céruléens.

“Les forces militaires caeturianes quittent un Caskar pour lesquelles elles ont joué leur rôle. Si les soldats positionnés sur 10 mois d’OPEX retournent bien au Caeturia, le nombre de créations de postes et d’affectations longue mission en Aurora, s’est démultiplié, pour déporter la force militaire Caeturiane au Caskar, en Aurora.”

Forces navales, contingents expéditionnaires, bouclier antimissile et systèmes de défense côtier, missiles de croisière longue portée, sont finalement venus marquer la coopération entre le Caeturia et certains des acteurs Céruléens, pour identifier des nouveaux points d’ancrage solides dans le renouvellement d’une route commerciale pacifiée.

Ouverture de canaux de communication vers les acteurs céruléens, bénéfices commerciaux, coopération militaires renforcées, l’EEH et le Caeturia multiplient finalement les opérations gagnant/gagnant en direction de la Cérulée, pour faire de la fin de la crise politique caskare une victoire géopolitique caeturiane, à la barbe de tribuns étrangers adoptant une vision court-termiste et pour qui redéploiement des forces caeturianes en Cérulée, est synonyme de défaite corporatiste...

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

2 janvier 2041 - MARINS DE L’IC: Quelle destination et pour quelle sentence?


Image

Tantôt combattus et vaincus, sauvés de la noyade et faits prisonniers, les marins bykovs rescapés de la bataille navale de Lars imposent la gestion post-conflit d'une victoire caeturiane.


“Il aura fallu attendre de les capturer pour que les troupes de l’IC ne deviennent plus pénibles qu’elles ne l’ont jamais été” confiait le GPIC Shawn Stewart à l’égard des 456 marins (pour la plupart bykovs) ayant affronté les forces corporatistes en mer Céruléenne.

Effectivement, l’affrontement des forces corporatistes et de celles communistes a donné naissance à un post-conflit qui semble avoir quitté le domaine militaire pour entrer sur les champs juridiques. Une situation qui vient compliquer l’après-guerre au Caskar sous des aspects logistiques et légaux.

Premier point de difficulté, la venue sur le territoire caeturian d’un peu moins de 500 bykovs détenus après l’envoi sous l’eau d’une flotte communiste au large du Caskar. “Les bykovs arrivent en nombre et sous la désignation de prisonniers de guerre, pouvons-nous les mettre aux côtés des prisonniers de droit commun?” s’interroge le politologue Ross Fitzberald. “Dans le cas où la réponse est non et que ces derniers ne peuvent être mis avec ces prisonniers, quelles structures sont-elle à même de les accueillir?”

Invité à répondre à la question, le GPIC Shawn Stewart a réaffirmé la considération faite au statut protecteur de prisonniers de guerre, “Il n’est pas concevable de traiter au sein d’un même champs, des personnes de nationalité caeturiane ayant violé les lois du Caeturia et celles de nationalité étrangère les ayant violé pour satisfaire des obligations légales, constitutionnelles, au sein de leurs pays respectifs.”

Sur l’aspect logistique, le GPIC Stewart a invoqué un devoir de discrétion quant à la gestion opérationnelle des prisonniers de guerre bykovs tout en précisant que “les infrastructures dédiées à leur détention seront de nature militaire et positionnées au sein du bush caeturian”, un choix destiné à formaliser l’éloignement des prisonniers de guerre vis-à-vis des centres urbains, ainsi que la fragmentation homogène des captifs sur près de 4 petites et moyennes structures de détention militaires dont une est basée au Nuevo-Rio.

Plusieurs experts prédisent des conditions de détention limitées, par la surpopulation carcérale que ceci engendrera au sein de centres structures militaires. Leur transfert permanent vers les pénitenciers militaires néoriotes est à l’étude, non sans poser la question d’une harmonisation juridique entre les deux états du RCE.

En effet, la difficulté d’une telle option viendrait résider dans la multiplicité des textes juridiques relatifs aux sanctions à émettre à l’encontre d’un détenu condamné.

Premier point de divergence notable: le statut de prisonnier de guerre. Si le Conglomérat de Caeturia est d’avis que les marins bykovs doivent bénéficier d’un statut particulier, scindant les actions de la flotte communiste à celles identifiées sous l'appellation d’actes terroristes, le Conglomérat du Nuevo-Rio ne semble pas consentir à adopter un pareil distinguo.

Une manoeuvre particulièrement politique pour l’état dorimarien, qui s’est extirpé avec peine de 40 ans de guérillas révolutionnaires d’extrême-gauche. “Le Nuevo-Rio ne veut pas de révolutionnaires d’extrême-gauche sur son territoire, y envoyer les marins bykovs serait leur faire courir le risque d’une condamnation à mort” assure M. Fitzberald. “La condamnation à mort, interdite au Caeturia, reste de mise au sein du Conglomérat Dorimarien. C’est la question de l’égalité des hommes devant la justice et l’équité de traitement qui se pose… Comment justifier qu’un marin X d’un navire A, puisse se faire pendre là où le marin Y du même navire A soit placé en détention?”

L’arrivée dans la péninsule olgarienne de prisonniers de guerre communistes ayant perdu la Guerre civile Caskare face aux forces corporatistes est in fine une démonstration de force politique et militaire de la part de l’Administration Azevedo qui ne souhaite laisser planer aucune ambiguïté sur le caractère décisif de l’action caeturiane au Caskar. Cependant pour Miguel Azevedo, la gestion de l’héritage post-guerre doit s’écrire sous des lettres de noblesse que la diversité des législations entre le Caeturia et le Nuevo-Rio ne doit pas entacher d’un caractère arbitraire.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

6 janvier 2041 - MARINS DE L’IC: Les juridictions caeto-néoriote renvoient au RCE le jugement des marins bykovs pour lequel il se dote d’un tribunal militaire.


Image

Les Conglomérats Caeturian et Néoriote ont désigné une entité supranationale, pour permettre l’instauration d’un tribunal militaire au sein du Rassemblement Corporatiste pour l’Entrepreneuriat (RCE).


“Les marins communistes bykovs feront l’objet de procès groupés, accomplis par une entité supranationale qui adoptera une échelle harmonisée des condamnations possibles,” c’est la déclaration émise par le Congrès de Conciliation caeturian, à la suite d’une rencontre entre l’Administration Azevedo, son état-major corporatiste et le département de la justice, avec les représentants néoriotes dont le Général Arquimedes Cavazos.

“Le jugement des prisonniers de guerre bykovs sera effectué à partir d’un cadre légal unique, harmonisé d’un commun accord entre les deux états membres du RCE” lance le commissaire aux affaires étrangères Wilson Prime pour garantir définitivement l’équité de traitement entre les prisonniers de guerre détenus au Caeturia d’une part, et ceux détenus au Nuevo-Rio d’autres parts.
Une annonce qui fait office de réjouissances puisque l'harmonisation des textes légaux qui seront mis en application au sein du tribunal militaire du RCE, a exclut la présence d’une peine capitale.

Le RCE vient de mettre au monde la première justice internationale” analyse le politologue Fitzberald et “d’instaurer un premier statut juridique autour des prisonniers de guerre, en excluant la peine de mort à leur encontre”.

Une nouvelle manière de rendre la justice qui met fin aux spéculations sur l’autoritarisme supposé des états signataires, par l'intronisation d’un acteur supranational dont la décision s’impose aux états. En définitive, c’est un symbole fort et humaniste qui vient sans cesse plus conforter le Caeturia et le Nuevo-Rio, au sein des nations vertueuses.

La présidence du RCE reste néanmoins formelle, l’instauration d’un tribunal militaire international au sein de l’organisation devra se faire sur les fonds nationaux de ses états membres. Actuellement fixé à 0,1% du PIB ou du chiffre d’affaires des entreprises signataires, le budget de fonctionnement du RCE pourrait donc à terme se revoir à la hausse, pour permettre la création de cette nouvelle instance et lui conférer des moyens de coercition supplémentaires.

“Bien que présidé par le chef de l’état caeturian ou néoriote, le RCE est composé de personnes convaincues par la nécessité d’entreprendre et d’innover. Une force de conviction qui abat certaines positions identitaires et les amène à se considérer presque apatrides lorsqu’il s’agit de suivre les valeurs fondatrices du RCE.

Les cadres dirigeants du RCE se battront pour une revalorisation du budget de fonctionnement du RCE, et non la réduction des cotisations de ses états signataires voulues par les administrations Tircazes et Azevedo.”

Pour le politologue Ross Fitzberald, il ne fait alors aucun doute que la patate chaude envoyée à destination du RCE constituera un axe de négociation majeure, pour la revalorisation budgétaire de l’organisation et qui sera susceptible d’émanciper la force militaire de l’organisation aujourd'hui cantonnée à 2 000 soldats.

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

8 janvier 2040 - Le Caeturia et l’Oroverdie pourraient se rapprocher grâce à une politique de lutte contre les cartels de la drogue.


Image

La lutte contre les narcotrafics en Oroverdie doit faire l’objet d’efforts quotidiens et conjoints avec les pays frontaliers, pour espérer estomper les traces d’un fléau quotidien.


Après l’arrestation manquée d’un grand pontife des cartels Oroverdiens le 18 décembre dernier à Orocalle et le terrible fiasco de l’opération policière qui coûta la vie à plus de 150 personnes parmi les forces de l'ordre, le pouvoir royal Oroverdien s’intéresse à l’externalisation d’une partie des moyens de lutte contre ses narcotrafics. Une volonté du pouvoir royal qui génère pour l’Oroverdie, un vrai levier de discussion majeur pour ses échanges régionaux.

Pour le politologue Ross Fitzberald, “les narcotrafics présents en Oroverdie, disputés entre ses mafias locales et celles caeturianes, font peser des enjeux de sécurité et de santé publique qui ne se limitent pas à la seule localité Oroverdienne”.

Les économies souterraines, la criminalité, les flux migratoires… semblent être autant de sujets caeturians souffrant d’une extrême porosité avec la situation intérieure de l’Oroverdie. Un constat qui semble attirer le pouvoir royal de Sancastie et le Conglomérat autour d’une même table.

Pour que les autorités Oroverdiennes puissent lutter efficacement contre les narcotrafiquants, le Conglomérat doit donc prendre sa part et accentuer la vigilance à ses frontières, pour dénicher les caches et les zones de repli échappant à la juridiction Oroverdienne.

Miguel Azevedo veut faire la guerre aux cartels.

Indépendamment des actions entreprises sur l’intérieur du territoire, le Conglomérat est décidé à fournir le concours humain et matériel nécessaire à la conduite d’actions de lutte directement localisés sur le territoire frontalier d’Oroverdie.

Un contingent de 550 miliciens corporatistes est destiné à la mobilisation en Oroverdie, pour soutenir les forces voisines dans la conduite des opérations de contrôle et de sécurisation des frontières.

Plusieurs unités caeturianes vont rejoindre l’autre côté de la frontière pour Sancastie, avec chacune sa lettre de mission”. En effet, là où les milices corporatistes sont destinées à procurer les effectifs suffisants lors des contrôles frontaliers et à permettre une certaine occupation du terrain, des éléments du Département des ContreMesures corporatistes seront eux positionnés sur des actions de reconnaissance et de filature ainsi que la planification d’opérations spéciales pour maintenir les cartels sous pression.

L’engagement caeturian aux côtés de l’Oroverdie n’est pas exempt de solutions douces et vertueuses puisque pour Ross Fitzberald: “le pouvoir royal Oroverdien, ne pourra lutter avec efficacité contre les cartels, que s’il entreprend le développement économique de sa région. Un développement économique qui ne serait possible que par l'inscription de l'Oroverdie au sein de son espace économique et formalisé au travers de l'EEH Panolgarien.”

Les narcotrafics sont actuellement une économie souterraine notable en Oroverdie, ce qui contribue à l’activité économique de quartiers défavorisés et positionne les cartels, comme les acteurs socio-économiques d’une partie de la population Oroverdienne.

Technologie mobilisée
Drone II
Contingent engagé
550 soldats archaïques (miliciens corporatistes) + 80 soldats modernes (agents du DCM).
6 hélicoptères de combat obsolètes
20 blindés type transport de troupes blindés et chars à roues (chars obsolètes si besoin de la précision)

Avatar du membre
Serance
Maitre du monde
Messages : 1056
Enregistré le : dim. avr. 29, 2018 2:20 pm
NJ V4 : Caeturia + Nuevo Rio + Uassan + San Oscar

Re: Médias officiels du conglomérat de Caeturia

Message par Serance »

11 janvier 2041 - OROVERDIE: Le Conglomérat de Caeturia souhaite légitimer le pouvoir royal de Sancastie.


Image

Devant l’empreinte grandissante des cartels dans le tissu socio-économique Oroverdien, l’Administration Azevedo a souhaité développer sa coopération à destination du pouvoir en place.


C’est à l’occasion de sa visite à Sancastie (OROVERDIE), que le chef de la diplomatie caeturiane Wilson Prime, a réaffirmé la volonté du Conglomérat à renforcer la coopération entre ces deux pays frontaliers pour réactiver la lutte contre les cartels de la drogue.

Le commissaire aux affaires étrangères caeturian Wilson Prime et son homologue Oroverdien Camilla Amallon, ont exprimé l’intérêt commun aux deux états, d’entreprendre une guerre totale au trafic de drogue qui saigne aujourd’hui le royaume Dorimarien. Pour le diplomate caeturian, il est une erreur de penser que la lutte contre les cartels se mène uniquement par des interventions de police.

“La disparition d’une économie, quand bien même elle est illicite, doit être remplacée par une autre pour éloigner durablement l’emprise des mafias sur une population qui identifie parfois le trafic de drogue, comme l’unique source de revenus dans le foyer.”
Éducation, économie, retour à l’immigration, les chantiers à émettre en Oroverdie sont encore nombreux pour espérer concrétiser des solutions au trafic de drogues.

Toujours selon M. Prime, “il n’y a de problèmes Oroverdiens ou de problèmes Caeturianes en matière de drogues, il n’y a que des problèmes de drogues.”

Dans cet esprit, le commissaire expliquait que le Caeturia n’était jusqu’ici pas étranger à l’entretien d’une économie Oroverdienne par les drogues. “Les drogues produites en Oroverdie ont pour une bonne partie d’entre elles, un cheminement logique vers les marchés noirs ou pharmaceutiques caeturians qui ont réglementé les drogues douces et dures sans les interdire.

“On ne peut pas limiter la production de drogues d’un côté de la frontière si celle-ci est commercialisable de l‘autre côté, il y aura toujours quelqu’un pour y voir du business. La solution consisterait à renforcer la traçabilité des opiacées distribuées sous un cadre médical, pour exclure les produits émanant des cartels.”

Indépendamment de la distribution médicale, c’est la lutte contre les consommations interdites qui s’impose aux autorités corporatistes, si elles souhaitent réfréner les importations de poudre blanche.

“Le train-de-vie d’un foyer caeturian a drastiquement évolué depuis 2035 et présente un niveau de vie moyen supérieur aux ménages Oroverdiens” (un ménage caeturian gagne en moyen 7 000 caeturi par an, soit 3 500 dollars, contre 1 500 caeturi, soit 750 dollars dans un ménage Oroverdien).

Les drogues Oroverdiennes, y compris les plus dures, demeurent très accessibles aux revenus des caeturians, ce qui laisse aux cartels l’opportunité d’entretenir ce trafic vers cette destination. La lutte contre les producteurs de drogues en Oroverdie passe inéluctablement par la lutte contre les consommateurs caeturians…”

Loin de lui l’envie de jeter la pierre sur la situation Oroverdienne, le Caeturia est en réalité prêt à effectuer des efforts à parts égales au sein de la péninsule Olgarienne. Pour le politologue caeturian Ross Fitzberald “le Conglomérat souhaite développer la légitimité des pouvoirs locaux Oroverdiens”, par l’établissement de coopérations militaires, économiques et même scientifiques de sorte à inscrire durablement le régime de Sancastie au sein de son environnement géopolitique.

L’objectif partagé entre les deux états est alors d’améliorer l’efficacité de la coopération et non pas de trouver des responsabilités aux uns et aux autres.
HRP:
RP lié au développement présent et futur de la technologie Médicaments ▮▮

Répondre

Retourner vers « Caeturia »