Informations Turquaniennes | PRESSE & MEDIAS

Lots 78 85 86 91
Avatar du membre
Octavian
Dirigeant respecté
Messages : 342
Enregistré le : ven. févr. 28, 2014 12:52 am

Re: Informations Turquaniennes | PRESSE & MEDIAS

Message par Octavian » lun. mai 14, 2018 12:33 pm

Image


Lundi 11 février 2036

Guerre en Aminavie : l'horreur prévaut chez tous les belligérants - 250 Turquaniens morts

Image

A Aït-Tinifer, les bombardements sont quotidiens. La guerre est partout


Kastamonu - L'année 2036 sera donc meurtrière et tâchée de sang. La Guerre en Aminavie éclate succéssivement à celle au Moyen-Orient. Toutes liées ces deux conflits font en fait partie d'une guerre plus globale entre deux blocs, deux visions du Monde. D'un côté la LIM, cour de récréation d'un Karmalistan sermonneur et menaçant envers quiconque diverge de sa pensée ; et de l'autre l'OLEC, pseudo organisation de lutte anti-terroriste servant au final les intérêts militaires et économiques de ses membres. Deux organisations à but bien précis qui mettent aujourd'hui à mal l'équilibre précaire qui régnait fin-2035 et qui jettent l'opprobre sur la paix et le respect humain. En Aminavie, l'Empire Luciférien d'Algarbe a décidé de devenir un Etat criminel en attaquant sans cassus-belli valable un Etat souverain. Suivi par le Caskar, partenaire de la Turquanie, les Lucifériens ont décidé de massacrer une population innocente qui paie le tribu d'un Etat coupable et irrésponsable. Le Caskar s'est ensuite impliqué dans l'attaque pour des raisons que nous énoncerons après. Nous ne critiquons pas le fond de cette intervention. L'Aminavie est depuis longtemps un état terroriste qui héberge sur son sol des organisations liées aux Frères Wahhabites qui sévissent sur notre sol turquanien. L'Aminavie ne tenait en Algarbe que par le soutien de la LIM et du Karmalistan. Mais nous condamnons la manière charognarde du Caskar et des Lucifériens de s'en prendre à un Etat souverain et à sa population.

Cependant, après nous être fait défenseur de l'Aminavie sur les points précèdents, nous ne pouvons plus l'être sur les points qui suivront. Déguisés sous des couleurs lucifériennes, des hélicoptères ont détruit les vols affrêtés par le Waldberg pour rapatrier les étrangers restés sur le sol aminien. Parmi eux, 250 turquaniens sont morts, dans cet attentat délibérés contre des pays hors du conflit comme la Turquanie. Nous dédions cette édition à ces innocents, pour qu'ils ne soient pas des dommages collatéraux, pour que les coupables paient le prix forts de cette félonie. 2000 innocents ont perdus la vie : Moriniens, Waldbergeois, Vonalyans, Amarantins, Montalvéen, Posnans, Britons... L'Aminavie a décidé de jeter l'opprobre sur son propre honneur et d'entacher de sang son drapeau. Nos ressortissants travaillaient en Aminavie, n'était en rien liés aux activités criminelles du gouvernement en place ou de ses influences à l'étranger. La Turquanie pleure aujourd'hui ses morts et se pose la question : la paix que nous connaissions depuis notre retour sur la scène internationale est morte. Nous avons vite déchanté devant ce monde qui se déchire. Devons-nous intervenir pour laver l'honneur de nos martyrs ? L'intervention nous engagerait dans une guerre à laquelle la Turquanie n'est pas prête, nous ferait rentrer dans un camp, et nous mettrait plusieurs partenaire à dos. Réunis en urgence ce matin par le Roi au Palais de Săcele, Ujkan Recep-Peker et ses Ministres doivent prendre une décision géopolitique forte qui sera communiquée dans la semaine.
L'Extrême Droite et la Droite Orthodoxe recommande de rentrer en guerre contre l'Aminavie après cet affront sans nom perpétué par un gouvernement islamiste criminel. La Gauche est nuancé comme la Coalition de Droite actuellement au pouvoir. L'USD a recommandé la non-intervention dans ce conflit comme le Gouvernement devrait l'annoncer. Les Communistes eux se positionnent en tant que non-alignés et souhaitent que la Turquanie condamne les agissements criminels des deux pays. Enfin, du côté des formations terroristes sévissant dans notre pays : les Frères Wahhabites ont manifesté leur soutien à l'Aminavie, "à leurs frères morts en martyrs pour l'Islam des purs". Le Balli Kombëtar a communiqué sur sa condamnation des actes criminels du Caskar et des Lucifériens tout en portant son soutien à l'Aminavie. Pour rappel, le Balli Kombëtar a encore perpétué ses exactions récemment dans les montagnes de l'Almaj, militant pour l'indépendance de la Kalliny et l'union de Metenica dans un seul peuple albanais.

Avatar du membre
Octavian
Dirigeant respecté
Messages : 342
Enregistré le : ven. févr. 28, 2014 12:52 am

Re: Informations Turquaniennes | PRESSE & MEDIAS

Message par Octavian » jeu. mai 17, 2018 5:09 pm

Image


Jeudi 21 février 2036
Militaire : le budget de la Défense augmenté

Image

Les Unités Commandos défilant à Kuçovë le 15 février // Vue de la Base aérienne d'Insuratei (Olt-Moldova)


Kastamonu - La réouverture diplomatique turquanienne a été un succès sur bien des tableaux. Le pays a pu renouer avec une économie de marché maitrisée et florissante, des échanges commerciaux, un budget excédentaire, une croissance au-dela des espérances... Le gouvernement met tout en place pour rencontrer de nombreux pays et rendre à la Turquanie, sa légitimité internationale et son pouvoir d'influence. Mais justement, l'influence, est-ce que nos succès économiques nous en donnent ? A première vue, non ! Dans quelques années en développant nos partenariats et nos entreprises, la Turquanie sera en mesure de titiller les plus grands. Mais en ce début d'année 2036, la Turquanie a vue que sa force diplomatique et négociatrice n'était encore que peu reconnue. L'échec de la Conférence de Tornuz, où Recep-Peker et Përnaska s'étaient jurés de repartir avec la paix, a été une cruelle désillusion pour la Turquanie qui souhaitait renouer de façon durable avec le Monde Musulman. Nous n'avons donc pas pu empêcher la guerre d'éclater. Les puissants ont des arguments supplémentaires à faire valoir qui changent le cours de l'histoire. Le Karmalistan, malgré sa taille, pèse le même poids que nous économiquement parlant. Seulement, sa puissance militaire inégalée lui permet de peser lourd dans la diplomatie internationale et d'être le patron d'un bloc géopolitique. Nous avons pu le voir : le Karmalistan est en mesure de défier l'Hachémanie et de mener une guerre larvée avec les pays de la Coalition intervenue en Aminavie. L'Aminavie d'ailleurs où la Turquanie n'a pas souhaiter intervenir malgré les 250 ressortissants massacrés par les anti-aériens aminiens. La raison est ailleurs !
Recep-Peker a annoncé ne pas vouloir céder à la haine et que le pays avait assez souffert. Mais le pays a également assez souffert d'être exclu des plans géopolitiques internationaux à cause de son désordre interne. Viendra le jour où nous pourrons intervenir militairement pour protéger nos populations et nos intérêts.

En attendant, c'est un fait, la Turquanie n'est pas prête militairement, moralement. Une situation à laquelle le gouvernement Recep-Peker a décidé de remédier. L'Intalnire, réunie au complet ce lundi, a voté à 63% pour, le budget 2036 publié début février par Paula Tănase et le Ministère de l'Economie. Le nouveau budget voit une augmentation du budget de la défense qui passe à 7% du PIB et donne plus de moyen à l'industrie nationale de défense, d'innover et de fabriquer pour le compte des Forces Armées Royales. La Turquanie, dont les technologies militaires futures sont encore en développement, pourra passer par des sociétés militaires étrangères dans les pays alliés ou partenaires, afin de renforcer des secteurs laissés vacants par l'obsolescence de certaines armes ou bâtiments de guerre. L'Armée de l'Air est en plein renouvellement et ce n'est pas une nouvelle. Le chantier est colossal pour Geldon Bibeni (PNL), Ministre de la Défense et des Forces Armées. Le Roi a souhaité, que l'Armée de l'Air égale les monarchies dytoliennes en puissance. La Marine Royale, fidèle à elle-même, continuera son développement, même si elle demeure dans les 6 meilleurs armadas du Monde. L'Armée de Terre se verra renforcée cette année avec le recrutement et l'entrainement, d'environ 20 000 soldats modernes et commandos (source non-officielle) afin de renforcer la force de défense et la sécurité intérieur.
Le développement militaire turquanien est inéluctable si le pays veut exister géopolitiquement parlant, influer, protéger son intégrité territoriale, renoncer à des accords ou combattre pour des intérêts nationaux.

Avatar du membre
Octavian
Dirigeant respecté
Messages : 342
Enregistré le : ven. févr. 28, 2014 12:52 am

Re: Informations Turquaniennes | PRESSE & MEDIAS

Message par Octavian » mar. mai 22, 2018 1:28 pm

Image

Mardi 5 mars 2036
Economie Turquanienne : un besoin de privatisation ?

Kastamonu - 2036 sera l'année des réformes avait annoncé Ujkan Recep-Peker. C'est ce qu'il se passera si le Premier Ministre est réélu lors des Législatives d'Avril 2036. Mais de plus en plus de sceptiques recommandent de ne pas confondre reconstruction et déconstruction.. Que veut-ils dire ? Suite aux fantastiques résultats économiques de l'année 2035, le Gouvernement confiant compte continuer sur sa lancée en se donnant une marge de manoeuvre suffisante afin de réaliser sa politique d'expansion économique. Pour se faire, il n'est pas à exclure que plusieurs sujets seront sacrifiés. A l'annonce du budget 2036, on ne peut s'empêcher de remarquer la hausse du budget de la défense de 1% du PIB contrairement à d'autres sujets sacrifiés comme les télécommunications ou l'écologie. Selon le gouvernement, les classifications culturelles des sites naturelles ainsi que le choix de l'hydroélectrique au profit du pétrole permettent de rêver d'une Turquanie plus propre. C'est sans compter l'avance prise par les pays dytoliens en la matière. Conclusion : la Turquanie est en retard. Ensuite, le nouveau budget est donc la conséquence de la politique de dynamisme politique et diplomatique engagée depuis janvier 2035 par Kastamonu. La Turquanie veut donc se développer militairement pour peser en influence et exister diplomatiquement devant les conflits qui gangrènent notre Monde. Les budgets Santé et éducation sont conservés et ont augmenté suite à la hausse du PIB de 25,30%. Les résultats sont assurés d'être au rendez-vous mais est-ce la bonne politique ?

L'Etat a déjà engagé des réformes pour limiter son rôle dans l'économie turquanienne, au niveau de la santé (budget conséquent mais nous permettant d'être numéro 1 mondial), les télécommunications et l'energie. Concernant l'énergie, l'état a finalement semblé opter pour l'investissement en construisant la Centrale Hydroélectrique de Bilbor permettant de supprimer la production électrique au gaz dans le pays sous peu. Mais la gestion de cet ouvrage, le deuxième plus gros du pays, va demander de la main d'oeuvre ultraqualifiée et des salaires en conséquent. ASTRA Electroputere demeure le pantin de l'état malgré sa privatisation partielle. Concernant les télécommunications, la vétusteté du réseau téléphonique et le peu de foyers disposant d'un réseau internet ont finit de convaincre Ujkan Recep-Peker d'engager une privatisation très prochainement afin de recevoir de nouvelles technologies de la part des investisseurs étrangers ainsi que des capitaux permettant l'entretien évident du réseau. Une question se pose, l'Etat ira-t-il jusqu'à ouvrir le marché à la concurrence ou conservera-t-il le monopôle sur le réseau Internet et Mobile. La rédaction de BBT se concerte et répond : OUI. Un appel d'offre sera transmis très prochainement et permettra de moderniser un secteur délaissé et en retard par rapport aux partenaires de la Turquanie. La privatisation permettra des économies évidentes en développant certains secteurs privilégiés du gouvernement : une tactique politique intelligente mais pas du goût de tout le monde. A Gauche, les sociaux-démocrates sont atterés de voir Recep-Peker sacrifier cette entreprise publique que leur gouvernement a crée il y a 30 ans. Les Travaillistes craignent pour les 12 400 emplois de TTM Cosmote+ et le font savoir à l'Intalnire. L'opposition de Gauche sera clairement contre. Les Communistes ont déjà affiché leur soutien à l'insurrection publique, ont fait savoir qu'ils bouderont toute représentation à l'Intalnire. Certains militants arrêtés il y a deux mois lors de troubles à l'ordre public et insulte à la monarchie, ne jouent pas en leur faveur.

Il ne sera pas question de délocalisation, TTM étant une firme se voulant turquanienne pour les turquaniens, l'Etat restera maitre du Conseil d'Administration. Cependant, l'extrême lourdeur administrative de l'entreprise pourra être un frein à l'investissement étranger sur une entreprise nécessitant modernisation et capitaux.

Image

Avatar du membre
Octavian
Dirigeant respecté
Messages : 342
Enregistré le : ven. févr. 28, 2014 12:52 am

Re: Informations Turquaniennes | PRESSE & MEDIAS

Message par Octavian » mar. mai 22, 2018 2:18 pm

Image


Mercredi 6 mars 2036
Le Thermalisme à Moldoveneşc, une tradition centenaire

Image

Les Thermes Sederhat à Moldoveneşc comptant parmi les plus grands établissements thermaux de Dytolie.


Kastamonu - Depuis de nombreux siècles à Moldoveneşc, capitale historique de l'Olt-Moldova et des Olteniens, 6e ville du pays, on se baigne. Non pas dans la mer, mais dans l'eau chaude et calcique des thermes municipales. Une tradition plus qu'un souci du pratique, les Olteniens n'ayant pas la mer. Les habitants de Moldoveneşc se ruent donc tous vers les thermes géantes de Sederhat en hiver comme en été. Le thermalisme était une activité déjà répandue chez la population romaine d'Aquincum (qui signifie littéralement « riche en eaux »). Des ruines des bains construits pendant l'Antiquité tardive sont encore visibles à Óbuda. Entre 1541 et 1686, les Musulmans développent les bains à vocation médicinale, dont certaines sont encore en activité aujourd'hui. La réputation thermale de Moldoveneşc s'installe après 1910, date à laquelle un état des lieux du potentiel économique de l'eau thermale est dressé. Dès 1937, Moldoveneşc devient officiellement une ville thermale.
La fréquentation des bains passe pour partie intégrante du mode de vie moldoveneşci. Si de nombreuses personnes âgées fréquentent encore des établissements de quartier, la forte augmentation des grilles tarifaires pour le grand public commence à restreindre le thermalisme de la ville à ses vocations touristiques et médicinales (on y soigne les rhumatismes et l'arthrite). Certains établissements organisent des soirées de musique électronique ou des festivals dans leurs bassins, attirant ainsi une clientèle plus jeune.

Il existe différentes catégories de bains à Moldovenesc. La première est celle des bains turcs, dont les thermes Ternavoda (1592) et les thermes Rudas sont les plus emblématiques. Ils sont structurés autour d'une piscine coiffée d'une coupole dont les trous laissent pénétrer de fins faisceaux de lumière. La deuxième catégorie de bains date de la monarchie bucovinienne Ainsi, les thermes Sederhat, de style Art nouveau attenants à l'hôtel du même nom, sont achevés en 1909. Les thermes de l’Olt, d'origine musulmane, restructurés à la fin du XIXe siècle, sont considérés depuis 1950 comme un lieu de rencontres du milieu intellectuel et des artistes moldovenesci. Les thermes de Sederhat sont l'un des plus grands complexes de baignade de Dytolie. L'intérieur des bains médicinaux date de 1905 et les piscines en plein air de 1923. Les services qui y sont proposés rappellent à la fois la tradition des bassins latins, des baignoires grecques. Les trois piscines extérieures sont ouvertes toute l'année, y compris l'hiver. Les traitements médicinaux courants à l’époque sont maintenant moins courants. Mais même les Rois se sont aventurés dans ces thermes depuis leur création, de Pierre Ier à Alexandre Ier aujourd’hui. Preuve que l’eau thermale de Moldoveneşc est une fierté nationale.



Morino : des législatives aux résultats hétérogènes

Image

Alessandro Martinetti et ses alliés conservateurs, conservent une majorité parlementaire suite aux législatives.


Sergamo - Focus maintenant sur nos alliés moriniens. Leur intervention en Aminavie aux côtés des amarantins et waldbergois avait fait réagir une partie de la classe politique turquanienne. L'entente affichée entre Kastamonu et Sergamo étant ratifiées désormais par plus que des accords diplomatiques et économiques, Ujkan Recep-Peker suit maintenant de près la politique morinoise dirigée depuis 3 ans par le Président Martinetti. Président qui a d'ailleurs vu sa majorité parlementaire, composée de libéraux, de conservateurs, être reconduite. Ce dernier va donc pouvoir continuer d'engager son action gouvernementale fructueuse jusqu'à présent. Mais ce qui frappe au-delà de la victoire d'Alessandro Martinetti et de sa coalition, c'est l'extrême hétérogénéité politique du territoire morinien. Pour prendre exemple, en Arezzi d'abord, le pouvoir libéral et les conservateurs sont arrivés en tête avec respectivement 36 et 24%, ce qui écrase toute l'opposition de gauche et les indépendantistes. Dans le territoire numéro 1 on l'aura compris, l'action gouvernementale de Sergamo est acceptée. Plus conservatrice encore, la Province de Breglia a vu les Conservateurs arriver en tête avec 35% des voix et à la différence d'Arezzi, les socialistes ont fait un score médiocre. Une Province encore plus conservatrice qui contraste de façon permanente avec l'Ile de Lodia. Lodia la rebelle, l'incomprise, qui méprise quelque peu Sergamo. A Lodia, les socialistes et les radicaux de gauche ont rattrapé leur retard en obtenant 26 et 14%, pour que les socialistes talonnent au niveau national les libéraux. Mais au final, Lodia fut prise, à la surprise générale. Bastion socialiste depuis des années, l'Ile se rallie à la majorité présidentielle. Alicia Polozzi, leader des socialistes, a très mal vécu cette perte et l'a fait savoir au Président par média interposé. Le torchon brûle donc entre les libéraux et l'opposition socialiste. La Guerre des mots peut commencer.

Avatar du membre
Octavian
Dirigeant respecté
Messages : 342
Enregistré le : ven. févr. 28, 2014 12:52 am

Re: Informations Turquaniennes | PRESSE & MEDIAS

Message par Octavian » mer. mai 23, 2018 10:13 am

Image

Mercredi 6 mars 2036
Ciprian Anca accusé de détournement de fonds publics

Image

Le leader de l'USD est retenu dans les locaux de la PR.


Kastamonu - Coup de théâtre ce matin dans la sphère politique turquanienne. Un potentiel scandale dont ce serait bien passée la classe politique et les socialistes à un mois des élections. La Police Royale a annoncé ce vendredi matin, retenir dans ses locaux de Kastamonu, Ciprian Anca, 55 ans, Secrétaire Général de l'Union Social Démocrate (USD). Le Patron de la Coalition de Gauche à l'Intalnire a été cueilli à la sortie de son domicile dans le quartier de Galaţa ce matin à 7h pour répondre aux questions de la PR. Il devra répondre aux accusations d'anciens membres de son équipe parlementaire sur un possible détournement de fonds publics destinés au Judeţ de Petrila (Districte du Sarât) dont il est député depuis 2023. Abus de pouvoir, détournement de fonds européens, emplois fictifs, faux et usage de faux sont les principales accusations à l’encontre de l’homme fort de l'USD. Un préjudice de 21 millions $ de fonds publics destinés à des projets d’infrastructures. Huit autres personnes sont visées par cette enquête qui secoue l’échiquier politique, qui vise aussi la société Articol, de constructions BTP, qu’il est suspecté de diriger dans l’ombre. Avec ces charges « Daddy », surnom qu’il apprécie car il joue souvent au père protecteur avec ses collègues, est aujourd'hui dans la plus mauvaise des postures à 1 mois des législatives où l'USD perd déjà du terrain sur la majorité gouvernementale.

Survenu après les accusations portés par les anciens membres de l'équipe parlementaire Anca et relayé par le Parquet Royal Anticorruption, la convocation du leader de la Gauche met en lumière de possibles pratiques illégales et des collusions mafieuses entre la Pègre Bucovinienne et les milieux politiques. Saisis par le Parquet Royal Anticorruption en Novembre, les procureurs ont depuis fait leur propre enquête :

« Depuis 2029, Ciprian Anca a mis en place un groupe criminel dont le but a été de détourner les fonds publics et au moyen de l’évasion fiscale, du blanchiment d’argent et d’abus de pouvoir » Tudor Urache, Procureur du Roi

Lors de sa conférence de presse rendue possible par la Police, Ciprian Anca s'est exprimé sur les accusations qui pèsent sur lui et a sous-entendu une possible influence du Gouvernement dans cet « acharnement policier » :

« Je ne suis pas coupable, c'est une attaque contre les dirigeants de l'Union Social-Démocrate. C'est une honte d'intenter à mon intégrité à un mois d'élections qui seront alors totalement faussées ! Je sais à qui je m'adresse et je leur répond, que rien n'atteindra ma détermination et la confiance de mes électeurs en ma capacité à contrer ces calomnies. »

Le compte à rebours semble avoir commencé pour l’homme qui rêvait d’être premier ministre en 2036. Dans les coulisses du parti, nombre de Sociaux-Démocrates mais aussi de Travaillistes parlent de sa démission car les aventures pénales de « Daddy » risquent d’affecter irrémédiablement l’image du parti. Anca avait déjà été condamné en 2033 à deux ans de prison avec sursis pour fraude électorale. Il est maintenant en procès pour un détournement de fonds publics. Selon les Procureurs du Parquet Royal Anticorruption, d'autres têtes politiques (nous ne savons pas de quel bord) seraient accusés de collusions et de conflits d'intérêts.

Avatar du membre
Octavian
Dirigeant respecté
Messages : 342
Enregistré le : ven. févr. 28, 2014 12:52 am

Re: Informations Turquaniennes | PRESSE & MEDIAS

Message par Octavian » lun. mai 28, 2018 2:46 pm

Image


Lundi 23 mars 2036
Anca, discrédité auprès de l'opinion publique

Image

Le duel entre le Premier Ministre et son principal rival a atteint son paroxysme.


Kastamonu - Relâché après sa garde à vue de la semaine dernière, le leader de la Coalition de Gauche vit une semaine particulièrement compliquée. A moins d'un mois des législatives, l'affaire du détournement de fonds publics secoue toute la caste politique turquanienne. Cette affaires arrive au plus mauvais moment, un moment où les turquaniens recommençaient à faire confiance aux hommes politiques et en leur efficacité. La corruption ayant été massives durant les années 2010-2020, le pays vivait un renouveau depuis la fin des Troubles en Kalliny (2029-2032). Cette affaire, si elle est avéré renverrait une bonne partie de la gauche démocrate et modérée hors de l'Intalnire par un vote de sanction. C'est ce qui pend au nez de Ciprian Anca depuis début mars. Sa garde à vue et la divulgation dans la presse de son emprisonnement, a fait considérablement chuté sa popularité et les intentions de vote envers l'USD et la Coalition de Gauche. Anca ne serait finalement crédité que 18% des votes contre 23-24% fin décembre. Ces derniers chiffres ont alarmé le bureau fédéral de l'USD qui songe déjà à l'après Anca.. La bête n'est pas morte, mais déjà que les chiens se repaissent de sa charogne encore vive ! Le Parti Travailliste pourrait quitter la Coalition, de plus en plus en désaccord avec le contrat de coalition et le Programme publié par Anca en décembre. L'Affaire du Détournement pourrait faire craquer plus qu'un homme, mais toute un parti et une idéologie. L'USD soutient encore son Secrétaire Général mais jusqu'à quand ? Cette affaire plombe profondemment le parti dans les sondages, même auprès de son électorat traditionnel, lui préférant le PRPT (communistes) plus radicale et anti-système. La chute de l'USD pourrait faire du PRPT le principal parti d'opposition. Un danger potentiel pour toute la démocratie turquanienne et la monarchie. Tout le monde a encore en souvenir le rôle du Parti Communiste dans la Guerre Civile (1986-1992) où le Parti avait pris les armes en Kalliny pour former une République Socialiste, causant massacre et désolation, comme le fit la Belkuria, l'extrême-droite bucovinienne.

Si l'enquête avance, rien n'est encore averé même si selon certaines voix à gauche, "le Parquet Royal Anticorruption s'acharne et ne s'arrêtera pas avant d'avoir fait tomber la seule opposition crédible à Recep-Peker". Le Premier Ministre justement, qui s'est exprimé dans le sens du PRA et des autorités judiciaires et a attaqué Anca pour l'avoir attaqué dans la presse, sur une prétendue pression, mise par le gouvernement sur la Justice Royale. :

"Si une enquête est mené, c'est qu'il y a quelque chose. Je pense que M. Anca est très mal placé pour parler d'influence occulte de la part du gouvernement. Qu'il réponde d'abord des actes dont il est accusé et ensuite, un débat politique pourra être mené. Mais le fait d'attaquer le Gouvernement sur une prétendue influence sur la Justice est tout bonnement inacceptable et démontre la faiblesse et la culpabilité d'un système qui sévit à Gauche depuis des années et qui n'a jamais été démantelé ! Mon gouvernement s'est juré de lutter corps et âme contre la corruption étatique et politique depuis 4 ans, il n'y aura pas d'exception même si les élections sont dans un mois !" Ujkan Recep-Peker, Premier Ministre, leader de la Coalition de Droite, Président du Parti Libéral-Démocrate de Turquanie

Même si le doute est permit, le Premier Ministre devrait être reconduit pour un nouveau mandat dans un an, continuant sur sa politique libérale d'expansion économique, sur le renforcement militaire et sur l'augmentation de l'influence turquanienne dans la région et en Dytoolie. La guerre des mots ne fait que commencer. L'USD devra de son côté faire un choix détérminant, entre conserver son leader, en procédure de justice, ou changer de candidat et condamner les agissements de Anca si les faits sont avérés. Cette réalité est dure à accepter et est même suspecte selon plusieurs députés USD de l'Intalnire qui avancent que, le Roi serait intervenu pour discréditer la seule force d'opposition crédible, car il a des liens privilégiés depuis 2030 avec Recep-Peker. On parle également d'une affaire montée de toute pièce par les Dardizarii (paramilitaires du Roi, externe à l'Etat). Quoi qu'il en soit, la Gauche est compromise et la montée du PRPT (Parti Révolutionnaire pour la Révolution Turquanienne) et de la Droite Radicale et Orthodoxe (PPCCon) annonce le pire pour la Coalition de Gauche, elle-même menacée d'implosion par les Travaillistes.

Répondre

Retourner vers « Turquanie »