Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Les événements importants gérés par le Maître de Jeu (MJ) ont lieu ici et les nations peuvent réagir et participer.
Répondre
Avatar du membre
Leraptopes
Dirigeant vénéré
Messages : 958
Enregistré le : mer. févr. 04, 2015 6:29 pm

Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Leraptopes » lun. juin 27, 2016 8:22 pm

Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie
24 juin 2030


Image

On retiendrait deux dates du côté Aiglantin, le 10 Avril 2029 pour avoir accueillit pour la première fois une ambassade de l’URR et le 24 Juin 2030 pour avoir accueilli un représentant officiel rostov sur le territoire insulaire ! Bien qu’historiquement parlant, M. Borisovitch n’était pas le premier représentant diplomatique de l’URR à fouler le sol de la République Aiglanaise, l’ouverture et le maintien de ladite ambassade ayant nécessité plusieurs réunions entre délégations des deux protagonistes d’une part, et d’autre part un personnel de service rostov assurant le bon fonctionnement de cette dernière.

Puisque l’Aiglantine avait encore tout à construire dans ses relations, la politique établit en la matière était dite de la neutralité. Du moins neutralité, on cherchait avant tout à se faire des amis plutôt que des ennemis (c’était bien la dernière chose que l’on souhaitait), mais neutre dans le sens où l’on ne souhaitait pas se préoccuper des liens déjà établis entre les différents pays du monde. Car à ce rythme, cela n’aurait pas changé grand-chose à l’isolationisme aiglantin.

Et donc dans la continuité du développement des relations Aiglanaises, on s’était enfin décidé à contacter la Rostovie, poids-lourd international et acteur majeur de la scène internationale…après quelques années d’entrainements. Il fallait bien l’avouer, on manquait encore cruellement d’expérience et surtout de confiance pour ne serait-ce qu’oser prononcer le nom officiel de la nation il y a encore 3 ans. Car si les Aiglantins avaient eu la chance de ne jamais croiser le chemin de la main noire, les différents récits à son propos rapporté après coup avaient eu l’effet d’une douche froide au moment de l’ouverture. Mais les multiples rencontres à l’internationale avaient permis de gagner en crédibilité et de se sentir prêt à dialoguer avec les grands de ce monde et malgré le passé houleux de la Rostovie, on était convaincu que l’URR repartait sur de bonnes bases avec une réelle volonté d’aller de l’avant. Peut-être naïvement, mais l’on préférait demeurer optimiste (le plus souvent) pour pouvoir avancer, les autres nations du monde se chargeaient déjà très bien d’imaginer tous les pires scénarios possibles et inimaginables, alors un peu de positif ne faisait pas de mal. N’empêche qu’il s’agissait de la Rostovie et que cela demeurait impressionnant.

La rencontre avait amenés de nombreuses interrogations : On ne savait pas trop comment l’Aiglantine était perçu du côté communiste en générale, bien qu’on entretenait des relations étroites avec l’Eone. L’Aiglantine est socialiste et mi-libérale, mais peut-être que mi-libérale était encore trop libérale aux goûts des marxistes convaincus. Ce qui serait dommage en soi puisque du côté aiglantin on s’adaptait facilement aux autres systèmes économiques et politique. Mais comme le pays disposait d’ore et déjà d’une ambassade rostov, on se rassurait en se disant que cela ne devait pas (trop) poser de problèmes. Venait ensuite la question de la…Fiémance ! Ex métropole coloniale et connus de tous les Aiglantins pour d’une part, une inquisition sanglante, et d’autre part dans un tout autre registre pour avoir été le premier pays de l’Histoire de la République à avoir contacté…la République. Depuis l’Aiglantine entretenaient de bonnes relations avec son partenaire historique malgré une certaine tension lors des retrouvailles. Et bien sûr il était de notoriété publique que la Fiémance portait la Rostovie dans son cœur comme la chair de sa chair. Et cela mettait une fois de plus les autorités locales sur les dents qui s’étaient préparés en conséquence avec un trajet ultra-sécurisé : Convois de véhicules lourd, 40 000 policiers et militaires mobilisés directement ou indirectement, tireur d’élites, hélicoptères, stations de métro-fermé sur le chemin,…On s’était déjà fait dire qu, peut-être, les aiglantins étaient un brin paranoïaque…mais cela avait le mérite d’être dissuasifs. Pour le coup, la police s’était montré bien pessimistes quand aux scénarios catastrophe (On se méfiait même des cargos makarans qui passaient au loin)…quoi que les dispositifs policiers aiglantins étaient toujours aussi impressionnant lors de la venue de dignitaires étrangers.

Pour cette rencontre exceptionnelle, de nombreux citoyens s’étaient déplacé à l’Aéroport des pompiers de Balthazard, là où l’avion de Sviatoslav Borisovitch devait atterrir dans la matinée. Accueillir de cette manière les représentants diplomatiques étrangers étaient devenus une petite tradition, la plupart était surtout curieux de voir le n°2 de la Rostovie, ou plus généralement l’un représentant officiel. En tout cas, peu importe les « on-dit » sur le pays du nord, l’accueil serait chaleureux et allègrement immortalisé par la presse !

Image

L’avion rostov s’était posé sans trop d’accro malgré la taille restreinte de la piste d’atterissage, et après quelques manœuvres des pilotes, l’avion s’imobilisait non loin du commité d’acceuil composé d’Adelheid Friedburg, Présidente de la République, Joséphine Mercier, Secrétaire Générale et Françoise Deschamps, Secrétaire Nationale des Affaires étrangères. Toutes étaient très élégamment vêtue de costumes en jupes mi-longue, et arboraient des bijoux discrets et assorties à leur tenue. Le tout accompagné d’une coiffure impeccable !

[Joséphine Mercier, Secrétaire Générale, nerveuse]

«Bon ! Tout va très bien se passer ! Tout va très bien se passer !»

[Françoise Deschamps, Secrétaire des Affaires Etrangères, faisant la prière en levant les yeux au ciel]
« Ô Balthazard, Maître de toutes choses, merci de nous protéger en ce jours…»

[Adelheid Friedburg, Présidente, la main sur le visage]
« Oh bordel, ça commence bien. »

[Joséphine Mercier, Secrétaire Générale, nerveuse]

«Nous allons parfaitement gérer la situation, cette journée va être magnifique, tou va très bien se passer ! »

[Françoise Deschamps, Secrétaire des Affaires Etrangères, faisant la prière en levant les yeux au ciel]
« Merci de veiller à l’équilibre, merci de veiller sur toutes les âmes qui ont quitté cette Terre aujourd’hui, qui l’ont quitté hier et qui la quitteront demain. »

[Adelheid Friedburg, Présidente, implorant discrètement le Ciel]
« Oui mais par pitié, Ô Balthazard, ne nous prend pas notre convive aujourd’hui… »

[Françoise Deschamps, Secrétaire des Affaires Etrangères, souriante]

« Vous m'avez l'air nerveuse! Vous allez bien? »

[Joséphine Mercier, Secrétaire Générale, nerveuse et ironique]
«Ouiiiiiiiii!»

[Adelheid Friedburg, Présidente, sérieuse]
« Je ne sais vraiment pas comment tu fais, quand on sait ce qu'il peut se passer si nous venions à faire un faux pas... »

[Françoise Deschamps, Secrétaire des Affaires Etrangères, souriante]

« La musique Adelheid! la musique efface tous les soucis! Je n'ai fait qu'en écouter jusqu'à maintenant, et ça marche très bien! La vie est une chanson! Et puis Balthazard veille sur nous. »

[Adelheid Friedburg, Présidente, surprise]
« Hum...ah oui... »

[Joséphine Mercier, Secrétaire Générale, nerveuse]
«Gotterdam ! Souriez ! »

Les trois femmes se turent et regardèrent avec attention la porte de l’appareil qui venait de s’ouvrir.

Avatar du membre
Vladimir Ivanov
Grand Chronologiste
Messages : 6542
Enregistré le : mer. mai 14, 2008 5:30 pm
NJ V0/V1 : Corea
NJ V2 : Tehran
NJ V3 : Rostovie / Main Noire
NJ V4 : Karmalistan

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Vladimir Ivanov » mer. juin 29, 2016 4:28 am

Quelques mauvaises langues auraient rapporté d'obscures plaisanteries circulant dans les couloirs du siège du Viétché au Kremlin de Novgorod à propos de cette future rencontre. Selon cette plaisanterie, deux pays s'intéresseraient particulièrement à l'Aiglantine, chacun pour une raison précise : la Fiémance et la Rostovie. Les diplomates fiémançais d'abord, lesquels invoquent officiellement l'histoire commune qui lie leur pays avec l'île d'Aiglantine... mais n'auraient d'yeux en réalité que pour sa secrétaire des affaires étrangères ; tandis que les diplomates rostovs d'un autre côté, lesquels invoquent pourtant leur fascination du drapeau aiglantin... n'auraient d'intérêt que pour son minerai de bauxite, cela afin d'alimenter en alumine leur complexe militaro-industriel !

Trêve de plaisanteries, la Rostovie comptait sincèrement sur son ouverture diplomatique : dans le contexte conjoncturel du G-30 qui s'était réunie explicitement sans elle (et donc indirectement contre elle), dans le contexte structurel de son caractère très farouche (paranoïa maladive et sentiment d'obsidionalité du fait de son intransigeance idéologique communiste), et enfin dans un contexte historique plus large en souvenir des indicibles "péripéties" de la Main Noire (nuisant à jamais à son image), la Rostovie nourrisait un impérieux besoin de s'ouvrir au monde, sans en oublier pour autant les menaces (non-seulement militaires mais aussi économiques et culturelles !).

Comme indiqué par ailleurs, il est important de savoir que la tradition rostove en matière de diplomatie repose sur un principe simple : l'égalité. S'il est parfois nécessaire d'impressionner voire d'intimider face à des puissances belliqueuses ou militarisées comme le Kirep, le Raksasa ou la Fiémance, cette stratégie s’avérait de toute façon totalement contre-productive à l'égard d'autres pays lorsque ceux-ci n'avaient pas de mauvaises intentions, ce qui était le cas de l'Aiglantine. Mais ce n'est pas seulement une question de stratégie, c'est surtout idéologique : les rostovs croyaient en l'égalité humaine, en l'égalité des peuples, y compris en matière diplomatique. Tous diplomates kirovistes qui se respectent, historiquement, surtout dans les pays membres de ce qu'on appelait jadis le "Tiers-Monde", se devaient d'être des "amis égaux" de leurs homologues (en particulier communistes, cela va de soi), mais également respecter à n'importe quel prix la volonté souveraine des États pacifiques non-communistes.
L'Aiglantine est l'égal absolu de la Rostovie, voilà un principe essentiel pour le Kremlin axiome préalable à toute discussion. Et c'est ainsi que Sviatoslav Borisovitch était venu : en tant que représentant d'une nation finalement "normale", dans le but de partir sur des bases saines, de confiance et de respect mutuels. L'objectif était de créer une relation d'amitié politique réciproque et égalitaire, des "États amis", pas forcément alliés, mais en tout cas amis, où des échanges commerciaux équitables profiteraient aux deux pays, avec pourquoi pas, une coopération technique et des relations culturelles dans la mesure du possible et de la volonté mutuelle.

A titre purement informatif sur le personnage :
Vieil expert en politique étrangère, Sviatoslav Borisovitch conseilla en leur temps les gouvernements de l'URSR puis de Kirov entre 2007 et 2017. Parfois écouté, parfois non, il prônait la prudence : une politique militaire menaçante quand il le faut mais toujours pacifique, dans le respect des autres États, il s'opposait à l'ingérence. Chrétien peu pratiquant, il rejoint le camp saratovien le jour où Terienkov l'expulse dès mars 2017, préparant le génocide viek et son invasion du Pelabssa. Profondément meurtri par la Main Noire, il sera déporté quelques mois après son limogeage dans un camp, sa famille sera réduite à néant : épouse assassinée, leurs enfants et petits-enfants exterminés.
Profondément fatigué par cette dure épreuve, il sera même hospitalisé pour une grave dépression et une sous-alimentation en 2024. La pratique religieuse le sauvera en 2025 et se restaurera malgré son âge avancé (70 ans). Pour son expérience, il sera rappelé en politique trois ans plus tard, pour réformer l'armée rostove, qu'il contribuera à réduire massivement (plan Boriso-Arkhar). Pacifique en relations internationales, c'est un saratoviste convaincu, il croit au projet du Mir, et espère que les kirovistes s'y rallieront. Il déclarera même : "avant ma mort, je souhaite que se noue autour du Mir une réconciliation profonde et sincère entre ces deux factions qui menacent de déchirer notre pays. Pour son salut et la mémoire de Saratova, je pense que le Mir est la clé d'un avenir prometteur."


Il est actuellement le commissaire du Peuple (Narkom) de la défense nationale rostove, et implicitement le N°2 du pays, en principal conseiller d'Oleg Dniepropetrov et plus influent que lui encore au Viétché, l'instance parlementaire suprême de la Rostovie.
Sviatoslav Borisovitch descendait péniblement les marches de la passerelle en escalier de l'avion. En excellente santé mentale, il supportait également très bien sa vieillesse bien qu'elle le rendait quelque peu lent physiquement, surtout lors d'un effort important. Mais il parvint à rejoindre ses homologues aiglantins avec un franc sourire, content de réaliser un voyage sur une splendide île du Sud, après avoir quitter Novgorod sous la pluie, le tonnerre et la boue. Narkom de la défense, les voyages à l'étranger n'étaient en effet pas son habitude depuis sa dernière chute politique en 2017 : il avait beaucoup à faire en Rostovie pour réformer l'armée rostove, en forte réduction numérique ces dernières années.
Son sourire comme sa joie étaient donc naturels, et quel que soit le temps qu'il faisait alors, il était heureux de respirer un nouvel air, vivifiant, sur une île hier isolationniste mais déjà plus rayonnante que son propre pays, dotée d'une culture originale à la fois zanyano-altevumaise, fiémançaise et quantarienne, dont-il éprouvait un fort sentiment de respect. Avant de partir, certains obscures conseillers du Narkomat de la défense l'auraient harcelé sur la question du fameux minerai... mais il s'emporta et leur répondit sèchement qu'il venait surtout servir la diplomatie rostove et l'image de son pays à l'étranger, connaissant justement la qualité de celle de l'Aiglantine. Il fit référence ici à la "politique du rayon de Soleil" mené jadis par le Numancia à l'égard de la Rostovie. Capitale culturelle mondiale, reliée au monde entier et extrêmement populaire, le Numancia, lors des années 2011-2014 entretenait d'excellentes relations avec une Rostovie très isolationniste, crainte, méprisée voire haïe par quantité d'autres États.... et cette relation permis à la Rostovie de redorer son image, grâce à l'éclat numancien. Pour Borisovitch, il devait en être ainsi avec l'Aiglantine : ce joyau culturel de l'Altevum, ce pays lumineux, devait rayonner jusqu'à Novgorod !

Voilà donc ce qui motivait les rostovs en République Fédérale d'Aiglantine : instaurer une politique du rayon de Soleil, la très pacifique et chaleureuse Aiglantine ensoleillant une Rostovie fatiguée de toute cette violence qu'elle a connu historiquement de la Main Noire jusqu'à la crise actuelle avec le Kirep et la Fiémance.


Image

Sviatoslav Borisovitch : Bonjour à vous ! Merci infiniment pour votre accueil, je suis en tout cas très heureux et confiant pour cette grande journée qui s'annonce !
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».

Avatar du membre
Leraptopes
Dirigeant vénéré
Messages : 958
Enregistré le : mer. févr. 04, 2015 6:29 pm

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Leraptopes » mar. juil. 05, 2016 1:36 pm

Image

Adelheid Friedburg, Présidente - Joséphine Mercier, Secrétaire Générale - Françoise Deschamps, Affaires Étrangères et Cultures


Il faisait bon et chaud en cette belle mâtiné de juin, les pluies de la veille avaient diminué le mercure pour rendre bien plus supportable la chaleur estivale. Le soleil continuait inlassablement son ascension dans le ciel comme chaque jour et déjà les ombres projeté des grands arbres de la jungles diminuaient à vue d’œil sur le tarmac de l'aéroport. A peine ses rayons touchaient le sol que la température grimpait en flèche!
Pour la première fois, les aiglanaise virent Sviatoslav Borisovitch ailleurs que dans les journaux. C'était un ainé, respectable et qui serait respecté pour son âge, qui se présenta à elles sous une averse de clichés prise par la presse journalistique présente et, un peu plus au loin, par de nombreux citadins présent derrière les barrières quand ces derniers ne lui faisaient pas des signes chaleureux de bienvenue. Aucunes d'entre elles n'avaient eu vent du triste passé du vieille homme, elles s'en seraient sentit profondément désolé, pour sûr, mais elles étaient en position d'ignorante heureuse, souriante et ouverte...peut-être le genre de personne qui pourrait agacer certaines personnes meurtrie par la vie, justement, ou au contraire les tirer vers le haut et leur redonner foi en l'avenir. Adelheid, Joséphine et Françoise s'avancèrent d'elles même de quelques pas en direction de l'escalier et donc de M.Borisovitch en signe de bienvenue, mais aussi afin d'écourter la distance à effectuer pour le diplomate rostov. Lorsque ce dernier arriva à distance raisonnable des aiglanaise, elles le saluèrent avec enthousiasme et cela commença par une franche poignée de main. Au fil de leur rencontre, Adelheid, Joséphine et Françoise avaient bien comprit que la poignée de main semblaient être la référence en la matière en tant que salut diplomatique mais en tant qu'Aiglanaise, elle n'omirent pas en saluant de poser leur main gauche sur le coeur en effectuant une petite courbette. Ce geste traditionnel et symbolique transmettait un message de bienveillance, d'ouverture et de respect, choses indispensables à toutes discussions constructives. C'est alors qu'elles se lancèrent dans un petit exercice, elles s'exprimèrent dans un rostov syntaxiquement correcte mais non sans un accent teinté de fiémançais et de quantarien.

[Adelheid Friedburg, Présidente, souriante et chaleureuse, en fiémançais et en Rostov]
"Bonjour! Bienvenue en Aiglantine! C'est une joie et un honneur de vous rencontrer! Merci infiniment à vous d'avoir fait le déplacement!"

[Joséphine Mercier, Secrétaire Générale, souriante et chaleureuse, en fiémançais et en Rostov]

"Enchanté! Bienvenue! Nous sommes heureux de pouvoir vous accueillir aujourd'hui!"

[Françoise Deschamps, Secrétaire des Affaires Etrangères, souriante et chaleureuse, en fiémançais et en Rostov]

"Bienvenue parmi nous! Nous espérons que vous avez fait bon voyage! C'est un honneur de vous recevoir sur nos terres! Je suis certaine que cette journée sera fantastique! A partir de maintenant, nous nous tiendrons à votre entière disposition!"

Joséphine jubilait et s'auto-congratulait pour avoir réussis à prononcer cette phrase dans un rostov qu'elle jugeait plus que recevable. Du coup, elle se sentit beaucoup plus détendu après avoir évité un possible faux pas. Sviatoslav Borisovitch fit une très bonne première impression, avec de la chaleur et de l'enthousiasme dans sa voix, ce qui mit en confiance les dirigeantes aiglanaises. Elle s'exprimait dès lors en fiémançais.

[Adelheid Friedburg, Présidente, souriante et enthousiaste]

"Mais nous serions bien impolis de ne point nous présenter! Je suis Mme.Friedburg, Présidente de la République! Et voici mes deux inestimables collègues, Mme.Mercier, Secrétaire Générale de la République"

[Joséphine Mercier, Secrétaire Générale, souriante et en s'inclinant poliment]
"Monsieur."

[Adelheid Friedburg, Présidente, souriante et enthousiaste]
"Et voici Mme.Deschamps, Secrétaire des Affaires Etrangères."

[Françoise Deschamps, Secrétaire des Affaires Etrangères, souriante et en saluant poliment, en fiémançais]
"Enchantée!"

[Adelheid Friedburg, Présidente, souriante et sérieuse]
"Nous espérons sincèrement que le voyage vous a été agréable, aussi rapide soit l'avion, les trajets sont toujours long...mais vraiment, vous pourrez vous reposer ici aussi longtemps qu'il vous plaira, vous êtes ici chez vous!"

Elle eut envie de rajouter que le cadre formel des rencontre ne les réussissait vraiment pas et que le Narkom pouvait considérer son voyage en Aiglantine comme des vacances mais...ce serait crever les seuils légaux de formalité minimum justement.

Au passage, un traducteur avait traduit les paroles des aiglanaises dans la langue maternelle de Sviatoslav, et il lui demanda également poliment s'il souhaitait qu'il continue son exercice ou si le Narkom souhaitait parler en fiémançais ou en quantarien.

Avatar du membre
Vladimir Ivanov
Grand Chronologiste
Messages : 6542
Enregistré le : mer. mai 14, 2008 5:30 pm
NJ V0/V1 : Corea
NJ V2 : Tehran
NJ V3 : Rostovie / Main Noire
NJ V4 : Karmalistan

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Vladimir Ivanov » mar. juil. 05, 2016 6:53 pm

Parlant couramment fiémançais, Sviatoslav Borisovitch félicita ses homologues de la bonne prononciation des mots rostovs, et poursuivit donc en fiémançais. L’interprète serait toujours utile au cas où lorsque le vif du sujet abordera d'épineuses questions, par exemple. Saluant ses trois homologues, il avait confiance au succès de cette rencontre.

Image

Sviatoslav Borisovitch : Et à mon tour, je me dois de vous remerciez pour ce chaleureux accueil ! J'ai bon espoir que cette rencontre sera une réussite historique pour nos deux pays, si différents, si lointains, et justement pour cette raison, si complémentaires.
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».

Avatar du membre
Leraptopes
Dirigeant vénéré
Messages : 958
Enregistré le : mer. févr. 04, 2015 6:29 pm

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Leraptopes » mer. juil. 06, 2016 10:26 pm

Adelheid acquiescait, souriante, aux propos du Narkom Rostov.

[Adelheid Friedburg, Présidente, souriante et enthousiaste]
"Et bien je le pense aussi! Nous ferons tout pour que cela le soit!"

[Françoise Deschamps, Secrétaire générale, souriante]
"Notez que nous allons devoir nous séparer durant le voyage! J'espère que cela ne vous dérangera pas, Madame la Présidente vous tiendra compagnie! Pour ce qui est de moi-même et de Mme.Mercier, nous serons juste derrière!"

Alors à quelques mètres des voitures et sans pouvoir finir sa phrase, de nombreux journalistes de la presse nationale interpelèrent le diplomate - poliment toutefois - mais de manière assez "active", en fait surtout très enthousiastes, et ce tenu à distance raisonnable par des barrières de sécurité. Micro et perches tendu, ces derniers espérait obtenir la bénédiction de Sviatoslav.

[Journaliste de TA1]
"Bonjour M.Borisovitch! Une déclaration s'il-vous-plaît!?"

[Journaliste de La Première]
"Monsieur Borisovitch! S'il-vous-plaît! Le choix de la date de cette rencontre a-t-elle été influencé par le G30 tenu à Santilloz en Fiémance?"

[Journaliste de TA2]
"Quels sont vos premières impressions!? La Rostovie a-t-elle une bonne opinion de notre pays?"

[Journaliste de Krystal 3]
"Monsieur Borisovitch! Le fait que l'Aiglantine entretiennent de bonnes relations avec la Fiémance est-il un obstacle aux développement des relations aiglano-rostov?"

Entre autres, il s'agissait des questions les plus audibles. Bien sûr, rien n'obligeait le Narkom rostov à se prêter au jeux des questions, il ne s'agissait pas d'une conférence de presse mais bien de questions lancées à proprement dites. Adelheid fronça les sourcils en faisant un signe discret de la main pour dire à la joyeuse foule de modérer leur enthousiasme. Sviatoslav avait le choix: foncer à la voiture ou bien bénir la presse de ses paroles. Dans les deux cas, les aiglanaises suivraient sans le moindre problème.

Avatar du membre
Vladimir Ivanov
Grand Chronologiste
Messages : 6542
Enregistré le : mer. mai 14, 2008 5:30 pm
NJ V0/V1 : Corea
NJ V2 : Tehran
NJ V3 : Rostovie / Main Noire
NJ V4 : Karmalistan

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Vladimir Ivanov » lun. juil. 11, 2016 6:04 pm

Le Narkom Borisovitch décida de répondre -brièvement- aux questions des journalistes, par respect pour tout le monde : pour satisfaire un minimum les journalistes et pour ne pas trop retarder la rencontre et faire attendre ses homologues.

Image

Sviatoslav Borisovitch : Si cette rencontre a un quelconque rapport avec le G-30, sur la date ou même sa raison d'être ? Absolument pas, croyez moi. Les diplomates aiglantins savent aussi bien que nous que celle-ci était prévue de longue date, depuis près de deux ans maintenant. A la suite de la visite de la Reine thorvalienne en Rostovie, la République Fédérale d'Aiglantine faisait partie de nos priorités diplomatiques au côté du Royaume du Maok. Victimes du terrible passé autarcique terienkoviste, l'on pourrait presque dire que les citoyens rostovs découvrent votre pays en même temps que moi (du moins c'est la première fois que je m'y rend), et je dois dire que nous sommes très enthousiastes. J'espère que nous pourrons enterrer ensemble le sombre passé rostov et j'ai bon espoir que l'Aiglantine fera partie de ces pays qui rayonneront sur la Rostovie par sa richesse culturelle et sa force diplomatique pour nous aider à remonter la pente. Voyez-vous, si nous serons disponibles pour délivrer quelques aides techniques -pourquoi pas- à votre économie, c'est surtout nous en réalité, qui quémandons de l'aide à votre peuple ! En clair, la simple coopération économique et culturelle -mutuellement profitable- de nos deux pays, si elle venait à être concrétisé par un accord commun, même limité, susciterait une grande joie chez tous mes compatriotes, assoiffés d'ouverture avec l'international, notamment avec des pays pacifiques à la culture rayonnante tels que l'Aiglantine ou le Maok !
Enfin pour finir à propos de la rivalité rosto-fiémançaise, sachez que la souveraineté nationale est pour nous une chose sacrée. Tous les pays choisissent librement leur politique extérieure comme intérieure, et c'est très bien comme cela. Merci.

-il salue la foule des journalistes, avec un léger mais franc sourire, et monte dans la voiture-
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».

Avatar du membre
Leraptopes
Dirigeant vénéré
Messages : 958
Enregistré le : mer. févr. 04, 2015 6:29 pm

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Leraptopes » mar. juil. 12, 2016 2:32 pm

Les journalistes s'étaient subitement tue - tout comme la foule -, s'abreuvant des paroles du Ministre Rostov. Le gros plan de Sviatoslav Borisovitch entouré de micros prit par l'une des caméras de télévision présente entrerait irrémédiablement dans les archives nationales comme témoignage historique de cet événement majeure de la diplomatie aiglanaise! Les journalistes n'ajoutèrent rien, sinon des remerciements sincères et la foule retrouva son enthousiasme en applaudissant et en saluant le diplomate rostov. Le chauffeur tenait la portière de la berline noire, bien loin d'être exagérément grande et imposante mais toutefois fort confortable. Adelheid se glissa dans la même voiture que Sviatoslav lorsque celui-ci eut fini de s’installer, le traducteur rostov qui n'était autre qu'un employé de l'ambassade du même pays à Balthazard se glissa également sur le siège passager avant du véhicule. Quant à Françoise et Joséphine, après avoir prit soin de saluer poliment (et avec le sourire) le Narkom, elles s’installèrent dans le véhicule de queue.

Le convoie démarra en trombe, silencieusement, et se dirigea vers la route menant à la première avenue de la ville, escorté par la police. Adelheid avait bouclée sa ceinture dès sa monté dans le véhicule et avait invité Sviatoslav à faire de même.


[Adelheid Friedburg, Présidente, souriante]
"Nous voici en route! J'espère que nos journalistes ne vous ont pas trop importuné, on nous a déjà dit plusieurs fois que notre presse était...enthousiaste, ou du moins différente des autres pays, je ne sais pas si le même scénario se serait produit en Rostovie par exemple!

Bien, encore une fois M.Borisovitch, c'est un plaisir et un honneur de vous accueillir ici, à Balthazard. Nous avons beaucoup entendu parlé de la Rostovie...pour les raisons que vous avez mentionné aux journalistes certes...mais aussi de l'U.R.R, de la chute de la main noire, de chose bien plus réjouissante en sommes. Inutile de vous dire que nous vous souhaitons tous le bien de l'humanité, nous avons foi en l'avenir même si, forcément, il nous a été bien plus simple qu'aux autres d'être optimistes. Nous avons pris la peine d'étudier l'histoire rostov, avec intérêt afin d'apprendre à vous connaître d'une part, mais aussi afin de comprendre comment les choses se sont enchaîné...et comment elles s'enchainent aujourd'hui. C'est un sujet fourni, comme pour toutes autres civilisations bien sûr, certaines choses peuvent encore m'échapper mais je pense cerner les grandes lignes! Cela ne fait que quatre ans que nous avons accès à la documentation internationale, ce n'est vraiment pas une blague quand je vous dis que nous n'avions jamais entendu parlé ni de la Rostovie, ni de la main noire avant 2026, alors je vous laisse imaginer notre niveau actuelle en matière d'analyse géopolitique mondiale..."


Elle dit gênée et presque amusée

C'est une honte.


Puis elle sourit de nouveau en employant l'ironie, bien sûr, malgré l’isolationnisme aiglantin, il fallait vraiment le vouloir pour passer à côté de certaines informations.

Mais nous avons ouïe dire que la Rostovie avaient quelques différents avec certains pays almérans...et du reste du monde. Et nous avons observé le rapprochement de votre pays avec le Raksassa et, sincèrement, malgré les mauvaises langues, nous nous sommes réjouis de ce premier pas, de cette volonté d'aller de l'avant! Nous avons le sentiment qu'une "Nouvelle Rostovie" si vous me permettez l'expression, est en train de se construire et c'est une Rostovie que nous avons envie de connaître et de soutenir. Jugez après de la valeur de notre soutient, Monsieur Borisovitch, mais il se voudra dans tous les cas sincères. Nous ne souhaitons que la paix et le respect pour tous et entre tous, cela reste un souhait et il n'est malheureusement pas partagé par tout le monde, mais j'ai espoir de voir des jours meilleurs à l'avenir, cela ne tient qu'à la volonté des peuples et de leurs dirigeants à faire fit des erreurs passé et à tendre la main - comme la Rostovie à pu le faire - à ses adversaires.

Rassurez-vous, je ne suis pas sourde et j'ai écouté votre déclaration avec attention, - au passage je vous remercie pour toutes les gentilles choses que vous avez adressé à mon pays - et c'est un plaisir de voir que nous partageons le même point de vue! Je voulais simplement vous exposer notre point de vu actuellement, comment nous considérons la Rostovie...malgré tout ce qui a pu se passer, je vous assure que nous avons une bonne opinion de votre pays et aujourd'hui, je suis certaine qu'elle ne cessera d'augmenter!

Et...vous disiez tout à l'heure que la Rostovie nous demandait de l'aide...jamais nous ne pourrions le refuser. Vous l'aurez Monsieur, et à vrai dire, vous l'avez certainement déjà."

Avatar du membre
Vladimir Ivanov
Grand Chronologiste
Messages : 6542
Enregistré le : mer. mai 14, 2008 5:30 pm
NJ V0/V1 : Corea
NJ V2 : Tehran
NJ V3 : Rostovie / Main Noire
NJ V4 : Karmalistan

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Vladimir Ivanov » lun. juil. 18, 2016 4:41 pm

Image

Sviatoslav Borisovitch : La "Nouvelle Rostovie" est toute jeune, comme la "Nouvelle Aiglantine" ! Finalement nous sommes nés à peu près en même temps, nous sommes de la même génération, celle du "Dégel" post-Main Noire des années 2020s ! Malheureusement c'est n'est pas mon cas personnellement ! -franc sourire et rires légers, accompagnés d'une toux heureusement courte et très bénigne-
Cette aide dont je fais mention ici, de l'Aiglantine vers la Rostovie, bien-sûr, serait politique et donc "passive", elle proviendrait du simple fait du succès de cette rencontre. Lorsque celle-ci sera achevée pour marquer nos histoires nationales respectives. Ce sera là un grand jour pour la diplomatie rostove, mettant un terme à notre autarcie maladive !
Notre autarcie, quoique moins radicale que la votre avant 2026, est profondément ancrée dans notre culture et reste attachée politiquement à nos divers courants idéologiques, tel un réseau de lierre qui envahie les murs d'une vieille demeure. Paradoxalement, nous avons besoin de retirer ce lierre pour espérer que la paix triomphe dans ce monde fragile.
Et ce rapprochement avec le Raksasa vient de cette doctrine là. Il permettra d'éloigner les risques d'une guerre atomique. Tout en réduisant l'ampleur (intensité militaire), la fréquence (temporelle) et le nombre (géographique) de conflits "par procuration" que se livrent par défaut, ou "pourraient se livrer" Jiyuan et Novgorod à travers le monde, celui-ci apaisera je l'espère par répercussion les tensions internationales et entravera probablement la formation de "blocs" définis. En clair : nous cherchons à tuer dans l’œuf la prochaine Guerre Froide qui se profilait entre nos deux pays. Si nous échouons, au moins pourrons nous peut-être éviter une guerre déclarée apocalyptique en atténuant les conflits indirects.

A propos de votre opinion au sujet de la lointaine Rostovie, j'en suis très touché à mon tour, croyez-moi ! Notre image compte beaucoup désormais. Voilà un virage pris à 180 degrés par rapport à l'ère Terienkov...

[HRP : toutes mes excuses pour ma lenteur, j'ai pas mal de boulot à faire IRL ces jours-ci, d'où ma relative absence]
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».

Avatar du membre
Leraptopes
Dirigeant vénéré
Messages : 958
Enregistré le : mer. févr. 04, 2015 6:29 pm

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Leraptopes » jeu. juil. 21, 2016 1:26 pm

Adelheid se sentait plutôt bien en compagnie de Sviatoslav, pour l'instant tout se passait très bien et le courant semblait passer, ce qui n'était pas pour la déplaire! Au fil de la discutions, Adelheid remarquait que le vieil homme semblait fatigué, sans doute à cause de son âge avancé, mais aussi, semblait-il, à cause des épreuves qu'il avait plus traversé. Malheureusement c'est n'est pas mon cas personnellement !Elle n'était pas stupide au point d'oublier que la population rostov avait elle aussi été victime de la Main Noire. Sur le coup, elle n'osa rien dire, de peur de ne pas trouver les mots justes. Mais si elle avait pu, elle lui aurait certainement répondu que les anciennes générations perdus feraient la fierté des génération futures, pour avoir combattu pour la paix et pour leurs enfants. Qu'en dépit de tout ce que M.Borisovitch avait pu subir, c'était terminé, qu'il pouvait désormais vivre en paix et qu'il ferait un jour la fierté de la Nouvelle Rostovie. Elle ne lui souhaitait en tout cas que du bien.

[Adelheid Friedburg, Présidente, souriante et sérieuse]
"Vous ne pouvez pas savoir à quel point il est rassurant d'entendre cela, et comment il est rassurant de savoir que des hommes raisonnables et responsables s'engagent pour l'avenir. Beaucoup de mal peuvent être accomplis avec le pouvoir, mais l'inverse est aussi vrai. La volonté, vous l'avez, et c'est là votre plus grand atout. La Rostovie parviendra à se défaire de ses lierres, c'est une certitude! Aujourd'hui même vous en taillez quelques branches *dit-elle avec un trait d'humour* Cela doit être une opération bien plus difficile que pour nous qui passons pour de parfait inconnus, de petit nouveaux sur la scène diplomatique. Nous créons notre image à l'international alors que la Rostovie doit la redorer, et je suis parfaitement consciente de cette difficulté supplémentaire. Toutefois, comme je vous le dis, si votre pays multiplie les prises de dialogues avec ses anciens adversaires, la Rostovie rayonnera à nouveau. Je pense que le monde entier doit avoir envie de tourner la page et je suis certaine que tous seront prêt à faire un pas dans votre direction. Il y a du changement dans l'air, j'ai beau ne pas avoir été là pour voir tous les conflits qui ont opposé les nations du monde, mais je sens une réelle volonté d'avancer. Donc continuez comme vous le faites si bien et vos efforts seront récompensé!

Elle croisait les jambes et se tournait un peu plus vers Sviatoslav.

En parlant d'autarcie, vous avez fait mention de votre culture et de vos courants idéologiques, je crois comprendre que vous faites référence au communisme c'est bien cela? Enfin c'est directement ce avec quoi j'assimile "courants idéologiques" mais vous l'avez employé au pluriel, donc j’essaie d'ôter mes doutes. Je vous avouerais que j'ai encore du mal avec tous ces termes, communistes, capitalistes, und so weiter...nous n'avons pas vécu la Guerre Froide du siècle passé...auriez-vous l'amabilité de m'expliquer brièvement ce qu'est le communisme au sens de la Rostovie? Comment elle est appliqué dans votre pays par exemple, comment elle organise la vie des rostovs au niveau social, économique,...Bien sûr, si cela vous fait entrer dans un trop long exposé ou si ce sujet ne vous plaît guère, je n'insisterais pas bien entendu! Je souhaitais juste profiter de votre présence pour me faire une idée claire."

[HRP: Pas de soucis je t'assure! Je devrais m'excuser à mon tour, j'ai aussi été très occupé ces derniers temps. Content de te revoir!]

Avatar du membre
Vladimir Ivanov
Grand Chronologiste
Messages : 6542
Enregistré le : mer. mai 14, 2008 5:30 pm
NJ V0/V1 : Corea
NJ V2 : Tehran
NJ V3 : Rostovie / Main Noire
NJ V4 : Karmalistan

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Vladimir Ivanov » ven. juil. 29, 2016 3:20 am

Image

Sviatoslav Borisovitch : -ému- Je vous remercie pour vos encouragements, cela fait chaud au cœur, à moi-même autant qu'à celui de mon pays qui a besoin de paix et d'ouverture.

Sur le communisme... voilà une bien vaste question ! -rires-
Pour aller plus vite, je vais vous citer son principal théoricien national, Arkharov en personne :
Le communisme, au sens kiroviste du terme, est d'abord une idée réaliste, une idée construite sur la base d'un constat rationnel opéré par l'Homme sur les choses et les évènements spatio-temporels qui l'environnent (temps donc histoire, espace donc géographie). A partir de cette réalité qu'il perçoit (représentation par les sens), qu'il découvre (par les recherches scientifiques) et qu'il déduit (par le raisonnement logique), l'Homme se dote d'un axiome fondamental : par ma volonté rationnelle d'être assoiffé d'amour, et en conformité avec le sens logique et mécanique de l'Histoire, je reconnais que l'Humanité a le droit et le devoir de poursuivre librement et dignement sa quête de Justice égalitaire et d'Amour véritable de tous et pour tous. Conformément à ce premier postulat, l'Homme s'efforce donc d'accélérer le sens de l'Histoire pour bâtir une société nouvelle fondée sur ces deux vertus suprêmes.
Néanmoins, puisque la réalité environnementale s'impose à l'homme (inné biogénétique et acquis empirique) et puisque le collectif domine (directement ou indirectement, mais systématiquement) l'individu, le facteur déterminant par lequel l'Homme peut exercer son pouvoir (pour ensuite déclencher en société des cercles vicieux ou vertueux) ne peut être que l'infrastructure socio-économique, à savoir le mode de production.
Ce "mode de production" est lui-même issu d'un long processus de facteurs déterminants, antérieurs à l'homme : la mort des étoiles créent les planètes et leur géologie (structure atomique et moléculaire, énergie...), la géologie terrestre au sens large détermine la géographie (ou plutôt les natures élémentaires, organique et minérale), géographie physique qui à son tour détermine les forces productives (moyens naturels utilisés par l'homme pour vivre ou survivre, dont lui-même).
Ce processus fondamental (qui anime l’Évolution) est le résultat de forces contradictoires, lesquelles sont dépassées ensuite par d'autres forces qui naissent de ces rapports de forces et les abolissent. Une fois produites par les contradictions entre l'homo sapiens et son environnement naturel, les forces productives (donc les outils au sens large) entrent alors en contradiction avec les rapports de production (organisation sociale, relations interhumaines pour leur survie par l'usage des outils) ce qui a pour conséquence la transformation, ou plutôt l'évolution du mode de production, à savoir l'agencement lui-même entre le type d'économie et sa structure sociale (forces productives + rapports de production).
Jusque-là, Arkharov repousse souvent et malgré lui son lecteur dans une froideur technique qui l'effraie. Mais ce n'est pas terminé, il ajoute ensuite :
Pour sa survie d'abord, mais ensuite pour sa vie elle-même, l'homme vivra dans et pour ce modèle économique. C'est ainsi qu'au bout du compte, telles les racines donnent l'arbre, telle la tige donne la fleur, c'est le mode de production qui détermine les croyances, elles-mêmes issues de l'expérience de la vie en société modelée par son infrastructure économique. Et qu'enfin, ces croyances déterminent... le comportement humain.
Les contradictions qui animeront le mode de production, pousseront les hommes à évoluer, phénomène progressif ou brutal, pacifique ou violent, qui a transformé la société antique (esclavage) en société féodale (servage ou vassalité -corporatisme-), puis la société féodale en société capitaliste (salariat-prolétariat), et, inévitablement, la société capitaliste en société communiste (société sans classe, égalité universelle).
Pour mener à bien cette évolution, il convient de l'accélérer. Aussi déterminé soit-il, l'homme est doté d'une liberté profonde, mystérieuse et impossible à quantifier, produit d'une série de facteurs d'une complexité telle que cette liberté en est justement le fruit. C'est tout le paradoxe entre déterminisme total et liberté personnelle : les deux existent et s'imbriquent, les deux se déterminent. Une relation qui bien-sûr dans ses caractéristiques élémentaires, dépasse l'entendement humain.

Le réel (concret) détermine l'irréel (abstrait). Le matériel détermine l'immatériel. L'économie détermine la société. La société détermine l'homme. Voilà le seul raisonnement qui soit scientifiquement valide et qui se prouve tous les jours, sous nos yeux, dans notre vie quotidienne : pas de Justice sans égalité, pas de paix sans conditions de paix, pas d'amour sans preuve d'amour.

En définitive, pour en revenir aux deux vertus suprêmes (objectif absolu des communistes) : c'est bien la Justice sociale qui précède l'Amour véritable, lequel n'est qu'hypocrisie sans la première, puisque déconnectée du réel (qu'est l'injustice ambiante), la souffrance des uns pour satisfaire les besoins de jouissance des autres dénatureront tous les bons sentiments, puisque basées sur une présomption instinctive, sur une malhonnêteté égocentrique.
Les kirovistes, dans leur définition du communisme, s'inspirent largement du kimo-ovskorinisme (marxisme-léninisme IRL) mais y ajoute un fond spirituel complexe, que l'on pourrait détailler et expliquer des heures durant. -sourire-

Mais voici déjà une bonne base purement philosophique pour comprendre le communisme. Je pense que vous le comprenez déjà dans son application concrète : collectivisation économique (coopératives), égalité sociale réelle (redistribution équitable voire nivellement des richesses), dons, fraternité et gratuité, etc...
Quant à son application dans notre pays, nous nous considérons dans une phase politique qu'on appelle généralement "socialisme" : une transition nécessaire entre les deux modes de production que sont le capitalisme et le communisme. Tant que le capitalisme existera sur cette Terre et représentera une menace quelconque, le socialisme subsistera pour conserver les durs progrès réalisés dans notre chemin vers la société communiste.
Je ne vous cacherai pas qu'il existe aussi certains "retours en arrière", surtout ces derniers mois, en Rostovie... mais la construction du communisme n'est pas une mince affaire et ses ennemis sont encore nombreux. Les contradictions du capitalisme ne sont pas encore dépassées, malheureusement -sourire-
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».

Avatar du membre
Leraptopes
Dirigeant vénéré
Messages : 958
Enregistré le : mer. févr. 04, 2015 6:29 pm

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Leraptopes » mer. août 10, 2016 11:45 am

L'exposé réalisé par Sviatoslav était très complet et monopolisait toute l'attention d'Adelheid. Elle écoutait attentivement pour se construire une idée de la maxime rostove, il s'agissait de quelque chose de nouveau et pourtant elle trouvait une certaine forme d'universalisme dans ses propos, à savoir la recherche de la justice, de la paix et de l'amour. Enfin universalisme, c'était vrai au moins pour son pays. En tout cas rien de ce qui fut dit ne la perturbait, elle en était d'accord. Elle se dit tout de même qu'avec une si bonne volonté, il était ironique que ce soit de la Rostovie que soit né le pire groupe terroriste connu à ce jour.
Une fois que le Narkomat eut fini de parler, elle souriait à son tour tout en acquiesçant. Elle en profitait pour poser brièvement son regard par la fenêtre d'où défilait le paysage qui alternait entre rangé d'arbres touffus et avenue monumentale. Elle se tenait au courant de l'avancement du trajet même si concrètement le paysage défilant la mettait mal à l’aise. Avec l’Avenue entièrement vide, le convoi roulait à 120 km/h.


[Adelheid Friedburg, Présidente, sérieuse et souriante]
" C’est un mode de vie qui me parait très bien et je trouve cela très beau de prôner la paix, l’égalité et l’amour. Dans les grandes lignes, je crois pouvoir dire que nous sommes sur la même longueur d’onde ici. Votre exposé était très riche et complet ! Il y a beaucoup d’information à retenir mais j’en ai saisi les principales idées. Je suis agréablement surprise de voir que nous recherchons les mêmes choses, sans doute par des moyens différents certes, mais c’est le résultat qui compte n’est-ce pas ?

Donc si j’ai bien suivis, la Rostovie est actuellement dans un régime économique mixte mêlant capitalisme et communisme ? Vous contrôlez vous aussi votre économie, c’est-ce bien cela ? C’est ainsi que cela fonctionne chez nous. Par exemple, je ne sais pas si nous pouvons parler de « collectivisation » étant donné que le sens de ce mot m’échappe, mais je crois avoir compris que vous parliez de coopératives…si c’est bien le cas, nombreuses sont nos entreprises à fonctionner ainsi, à commencer par le secteur agricole. Avec un territoire restreint, nous nous devions de gérer à la perfection nos productions, d’où toutes les exploitations agricoles appartiennent à l’état par exemple. Les entreprises d’extractions minières sont aussi toutes propriétés de l’état, il y a aussi les banques, de nombreux services, und so weiter…Et le salaire de chacun, qu’il soit artisan ou patron est étroitement contrôlé par la Bourse Fédérale qui s’occupe d’empêcher tout abus. En soit, elle fixe le juste salaire des employés en fonction des recettes de l’entreprise et de la difficulté de leurs tâches. Les ouvriers à la chaîne et les agriculteurs sont par exemple les mieux payé du pays, au même titre qu’un médecin ou un ingénieur, et parfois mieux payé que leurs propre employeur…je le signale car ce n’est pas le cas dans nombres de pays, ce qui est étonnant en fait quand on sait que tout repose sur l’agriculture…Nous nous efforçons de garantir la justice sociale, qui tous ait de quoi vivre décemment peu importe le travail fournis. Nous partons du principe que tous les métiers se valent et sont nécessaires au bon fonctionnement de notre pays même si certain sont moins contraignant que d'autre. Enfin bref, je ne m’étalerais pas sur le sujet, je me vois mal résumer le fonctionnement de tout un pays en quelques minutes ! Mais je me demande si un tel système existe également en Rostovie, est-ce le cas?

Et je me permets de poser une autre question, quel est le rapport global de la Rostovie à la Nature ? C’est une question qui nous importe beaucoup ici, en Aiglantine…"

Avatar du membre
Vladimir Ivanov
Grand Chronologiste
Messages : 6542
Enregistré le : mer. mai 14, 2008 5:30 pm
NJ V0/V1 : Corea
NJ V2 : Tehran
NJ V3 : Rostovie / Main Noire
NJ V4 : Karmalistan

Re: Rencontre diplomatique Aiglantine-Rostovie

Message par Vladimir Ivanov » dim. nov. 27, 2016 3:15 pm

Image

Sviatoslav Borisovitch : Non, en ce qui concerne le domaine économique, la Rostovie s'efforce de suivre le pur modèle socialiste, en y supprimant le plus d'éléments capitalistes possible. Malgré l'économie souterraine -dont souffre tous les pays du monde-, notre économie est donc totalement socialiste ("communiste" au sens pratique et arriéré du terme).

Je vois que le modèle aiglantin n'est pas si éloigné du notre ! Si vous utilisez le modèle coopératif, et/ou nationalisés pour le bien public dans certains secteurs clés, alors nous sommes faits pour nous entendre ! Nous admirons votre conception de la Justice sociale et du respect de chaque métiers utilitaires, ce sont des valeurs que nous nous efforçons de mettre en place chez nous également. Bien-sûr, certains nous accuseraient même de pousser à l'extrême ce modèle "coopérativiste", étant donné notre système collectiviste d'économie. Il faut dire que le capitalisme nous a tant fait souffrir que nous le haïssons de toute notre âme. -sourire-

Concernant la Nature, c'était là un de nos péchés traditionnels majeurs. La Rostovie, pourtant fondamentalement admiratrice de la nature du temps du paganisme et des premiers temps du christianisme (principautés chrétiennes du Moyen-Age puis Novgorodie), a trahi ses propres principes depuis l'industrialisation et l'embourgeoisement du XXe siècle, lorsque s'affrontaient capitalisme (pseudo-christianisme bourgeois, néoféodaliste et bourgeois) et socialisme hyper-industrialiste. Au nom de la "gloire des Tsars", puis au nom "du progrès et du développement humain", l'Empire rostov puis l'URSR et enfin la première ère Kirov ne se sont que que trop peu souciés du respect de leur environnement naturel. Conséquence : la Mer Bleue est devenue une des mers les plus polluées au monde, les pluies acides font partie de notre quotidien sur presque tout le territoire, et de nombreux sites où passent nombre de rivières, sont devenus de vrais dépotoirs industriels... sans parler de l'explosion de la centrale nucléaire d'Ovskograd (Tchernobyl de simpo, datant du 31 mars 2011) c'est une honte pour notre pays et notre passé... pire encore, le couteau fut à nouveau enfoncé dans la plaie par Terienkov et le régime rovostraniste, qui, tourmenté par un tel mépris à l'égard de la nature, chercha même sciemment à polluer... une horreur digne de lui. La seconde ère Kirov, suivie de Saratova avait commencé à réparer les erreurs de l'ex-URSR, en sensibilisant la population sur cette question, en lançant quelques programmes de "nettoyage", ainsi qu'un vaste projet de recyclage avec le Khaldidan, et en demandant pardon pour les errements du passé sur cette question. Mais Terienkov mit fin à tout cela durant ses 6 années de pouvoir. Heureusement, la cause écologiste est revenue en force aujourd'hui dans notre pays, et nous nous efforçons, avec difficultés je dois bien vous l'avouer, à refaire de notre pays un lieu où l'on vit en communion avec un environnement que nous tant maltraités...

Vous découvrez ici une autre "face sombre" de notre histoire. L'écologie vient se greffer désormais au socialisme comme idéologie d'avenir pour le développement futur de notre pays, et c'est tant mieux. En espérant que cette fois-ci les efforts de sensibilisation culturelle, de nettoyages divers, de programmes de développement durable, recyclage et autres, soient définitifs et sincères.

[HRP : tu réponds si tu veux, que cette version soit considérée comme éteinte ou secondaire :D ]
Victor Hugo : « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ».
Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime ».

Répondre

Retourner vers « La Scène Internationale »