[Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Lots 32, 34, 34, 43, 2
Répondre
Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » lun. avr. 01, 2019 2:48 am

Image
30 Septembre 2038

Une descente de la Police Métropolitaine de Sontey contre la Bande de Sontey tourne en boucherie

Image
Suspects arrêtés par la PMS

Les opérations contre le crime organisé ne sont pas quelque chose de nouveau à Sontey, voir même dans le reste du pays alors que les actions des autorités contre les groupuscules criminels s'accentue pour la plupart dans la violence, notre belle de Sontey n'est malheureusement pas épargnée par l'intransigeance grandissante des autorités policières envers le crime organisé. L'opération s'est déroulée à l'aube contre un complexe résidentiel délabré des quartiers nord de la ville abritant selon la Police Métropolitaine de Sontey de nombreuses opérations de la Bande de Sontey, groupe criminel contrôlant le trafic de drogue dans toute la région. Plus de 500 policiers auraient été impliqués dans cette opération, incluant aussi des éléments du Bureau impérial d'Investigation et de la Gendarmerie Royale de Dak Hoà, collaborant aux enquêtes contre le groupe criminel. Bien que pris par surprise, les hommes de la Bande ripostèrent violemment faisant sombrer toute l'opération en véritable bain de sang.

D'un côté, des forces policières, armées jusqu'aux dents, équipé de protection lourde, de bouclier et d'équipement moderne et de l'autre des pecnots en short et en t-shirt armé d'AK-47. Vous devinerez que se sont les forces de la Police Métropolitaine de Sontey qui sortirent victorieuses de cette bataille. La fusillade, qui dura près de deux heures se solda par la mort de 46 membres de la bande, ainsi que l'arrestation de 200 autres. Alors que du côté de la police, un décès a été déploré, ainsi qu'une douzaine de blessés, sans oublier les victimes collatérales au nombre de sept, des prostituées blessées lors d'échanges de tirs. Alors que les forces policières se félicitent du succès de l'opération, de nombreuses voix ont critiqué la force excessive déployée par la Police Métropolitaine de Sontey, craignant une escalade entre le groupe criminel et les autorités policières alors que la population se retrouverait coincée entre les deux.

Des témoignages d'un certain zèle déplacé des policiers à «abattre les criminels» ont inquiété suffisamment la Couronne pour demander une enquête préliminaire sur le déroulement de l'opération et vérifier si aucun manquement n'a été fait du côté des policiers. Sur les réseaux sociaux, les messages haineux envers la Bande de Sontey se sont multipliés, moquant leurs pertes et louant les prouesses des forces policières. Le réseau Networld a même dû fermer plusieurs comptes utilisateurs partageant des vidéos montrant les corps de certains membres de la bande gisant sur le sol entouré de policiers souriants. Ces débordements ne semblent toutefois pas inquiéter le Surintendant de Sontey qui a réitéré son soutien entier à la PMS rejetant du revers de la main les critiques envers celle-ci. Devons-nous nous inquiéter d'une telle indifférence de la part des élites politiques de la ville? Peut-être. Espérons qu'ils se réveilleront lorsque les rues de la ville seront parsemées des corps des victimes collatérales de la guerre contre le crime organisé.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » ven. avr. 12, 2019 2:05 am

Image
03 Novembre 2038

Un rapport du Ministère impérial des transports et des infrastructures recommande la privatisation des chemins de fer au Kaiyuan

Image

Obtenu grâce à la loi d'accès à l'information, un rapport émanant du Ministère impérial des transports et des infrastructures dévoile au grand jour l'exploration par le ministère sur la possibilité de privatiser les chemins de fer du pays. Un rapport commandé par le ministre Tao Shushen alors qu'il venait tout juste de liquider les aéroports du pays au plus offrant. Rappelons-nous que les chemins de fer au pays sont actuellement publics et que le transport de passager par train est actuellement sous le monopole de la Société Impériale des transports qui possédait il y a quelques années aussi la gestion des aéroports du pays. Cette société d'État avait été créée par l'Empereur Yangchen tout juste après la fin de la guerre afin de rétablir rapidement le réseau ferroviaire jugé essentiel pour la conversion d'une économie de guerre vers une économie de paix. Laisser au privé le soin de rétablir un tel réseau aurait été chaotique et inégal à travers le territoire puisque beaucoup de lignes ne seraient profitables que lors d'une reprise économique régionale. Une reprise qui n'aurait jamais eu lieu sans connexion avec le reste du pays. Toutefois, 15 ans plus tard, cette société d'État est-elle toujours nécessaire?

«La demande en infrastructures ferroviaires est en constante augmentation depuis 2030 et le gouvernement ne dispose pas des moyens financiers nécessaires pour l'expansion du réseau alors que celui-ci désire mobiliser ses moyens financiers pour s'attaquer à d'autres problématiques pouvant freiner l'expansion économique du pays tel que l'accès à l'électricité, l'accès au réseau de téléphonie cellulaire ou l'accès à l'internet. Le gouvernement a fait son travail en réhabilitant le réseau ferroviaire après la guerre civile et devrait laisser le secteur privé faire le sien en assurant son expansion. » Zhao Desong, Président de la Chambre de Commerce de Fuxianji

Auprès des grands clans, l'intérêt est bien évidemment présent au vu du transport ferroviaire de marchandise déjà entre les mains du privé qui doit toutefois verser des redevances à la Société Impériales des transports pour l'utilisation des voies ferroviaires. Toutefois, chez les clans mineurs l'option de la privatisation n'est pas accueillie avec enthousiaste.

«À l'heure actuelle, seuls les clans majeurs disposent des ressources nécessaires pour se partager le réseau ferroviaire kaiyuanais dans l'éventualité d'une privatisation. Lorsque l'on sait que les médias contrôlés dans le clan Seikyung refusent de diffuser toute publicité d'entreprise issue du Clan Faishan, l'on peut se poser des questionnements et des inquiétudes si une situation similaire s'appliquait dans le réseau ferroviaire; un clan majeur refusant que les trains d'un clan rivaux utilisent ses chemins de fer. Au vu des alliances et rivalités claniques actuelles, les clans mineurs et intermédiaires auraient le plus à perdre dans une telle situation. Maintenir le réseau de chemin de fer entre les mains de l'État évite que ce service essentiel pour l'économie kaiyuanaise soit impacté négativement par des rivalités claniques qui ne suivent parfois aucune logique économique.» Dr. Ti-Khuan Lupao, Professeur d'économie et Directeur du département des sciences économiques de l'Université de Shengfen

Les clans mineurs proposent plutôt la mise en place d'une Coopérative ferroviaire nationale où tous les clans seraient membres à l'image des initiatives de transport communautaires mise en place localement au sein de petits ensembles de communautés à travers le pays. Ceci ne serait pas la première fois que le modèle coopératif serait envisagé à un niveau national. En effet, les producteurs de caoutchouc naturel du pays ont mis en place avec succès une coopérative industrielle nationale de production de pneumatique; la Wanli Tire. Ou encore la Confédération impériale des Caisses Agricoles, une coopérative bancaire créée par la puissante Union des Producteurs agricoles au bénéfice de tous les agriculteurs du pays

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » sam. mai 04, 2019 8:18 pm

Image
12 Janvier 2039


La Black Lotus acquiert Lianxiang et Networld, excitation sur les marchés boursiers Ventéliens


Image

Alors que le géant de la téléphonie mobile vient à peine d'ouvrir son capital pour 7,3 milliards $, voilà que l'entreprise a annoncé l'achat de l'entreprise posunoise Networld pour 1,1 milliard de $ et le géant de l'informatique Lianxiang pour 10 milliards $. Deux acquisitions qui ont généré une certaine excitation sur les marchés boursiers hier, faisant notamment augmenter les titres de la Black Lotus d'au moins 3,7%.

De ce fait, la Black Lotus démontre sa volonté de se diversifier afin de mettre fin à sa dépendance pour la téléphonie mobile qui représente actuellement 91% de son chiffre d'affaires et qui pourrait se fragiliser au vu de la concurrence déloyale de la Dytolie qui impose actuellement des taux de douanes prohibitifs sur les produits électroniques ventéliens. L'acquisition de Networld permet à l'entreprise d'entrer dans le secteur des réseaux sociaux et de l'internet alors que celle-ci a enregistré de grandes difficultés face au marasme économique au Posun et l'échec de sa percé sur le marché du Lianwa torpillé par des les autorités tentant de mettre fin aux mouvements sociaux embrassant la petite république. De ce fait, le marché kaiyuanais représentait sa principale source de revenus, d'où l'intérêt porté par la Black Lotus pour son achat. Le titre de Networld ayant perdu plus de la moitié de sa valeur initiale depuis quelques années, les actionnaires de Networld ont réussi à conclure un accord à l'amiable avec la Black Lotus leur permettant de couvrir une grande partie de leurs pertes.

Du côté de Lianxiang, l'entreprise fait face au marasme politique de la République du Lianwa, des limites de son modèle d'affaires axé sur les produits informatiques de luxe au sein d'un marché déjà saturé et de plusieurs concurrents plus dynamiques qui s'accapare d'année en année une plus grande place sur le marché mondial. Face à cette situation, le titre de Lianxiang a perdu durant les deux dernières années plus de 27,5% de sa valeur et l'entreprise aurait alors formé un comité spécial d'administrateurs indépendants chargé d'évaluer les propositions d'achat avec l'aide de conseillers financiers et juridiques, et ce, dans le secret le plus total.

Secret qui sera toutefois dévoilé dans la presse Santognaise le 15 décembre dernier, faisant bondir le titre de Lianxiang de 20,3%. Alors que la Black Lotus avait convenu d'un achat autour de 8 milliards $, cet article de presse aura fait débourser 2 milliards de $ supplémentaires à l'entreprise Kaiyuanaise soulevant des questions légitimes sur la possibilité d'un crime de délie d'initié impliquant des acteurs Lianwais et Santognais dans cette affaire. Pour la Black Lotus, l'affaire est contrariante puisqu'elle ne peut porter plainte aux autorités du Lianwa afin qu'une enquête soit menée sur la transaction au vu de l'apparente déliquescence politique sur l'île. Elle pourrait toutefois se tourner vers les autorités Santognaises, voir faire appel à la justice Santognaise afin du Courrier Santognais dévoile ses sources concernant l'achat de Lianxiang par la Black Lotus et ainsi démontrer si il y a eu ou non un crime de délie d'initié qui aura coûté à l'entreprise 2 milliards $. Une somme astronomique pour certains, mais acceptable aux yeux de la Black Lotus, considérant son chiffre d'affaire actuel.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » sam. mai 11, 2019 7:23 pm

Image
02 Février 2039

De la remise en question des investissements étrangers

Image


Nous y voilà, la Société Vonalyanne du Gaz au Kaiyuan a annoncé sa mise sous la protection des tribunaux contre ses créanciers. La chute des cours du gaz naturel aura eu raison de cette filiale survivante de l’ancienne plus grande société énergétique de la planète. D’autant plus que la société ne ce n’est jamais véritablement relevé de l’affaire de la vente frauduleuse de la SVG qui a grandement entaché sa réputation et la confiance des créanciers envers son conseil d’administration. Sans oublier le fait que l’entreprise était entièrement dépendance des exportations et ne pouvait compter sur une consommation intérieure conséquente, encore très faible au pays. Ajoutons à cela l’annonce de Statoil, l’entreprise énergétique Lianwaise, qui étudiait la possibilité d’abandonner ses activités d’exploitation au Kaiyuan d’ici la fin de l’année. Comment en sommes-nous arrivés là? Ce n’est pas uniquement le secteur gazier qui est touché, mais aussi d’autres secteurs, notamment la gestion des aéroports.

Alors que le pays a privatisé ses aéroports il y a quelques années, les investisseurs étrangers se sont bousculés à nos portes pour les acquérir. Aujourd’hui, ces investisseurs ont disparu, leurs aéroports flambant neuf ont été vendus à des intérêts nationaux et seuls quelques acteurs étrangers persistent toujours sur le territoire tels que les investisseurs Caskars et Lianwais, bien que des signes négatifs aient été perçus par le passé craignant un abandon de leurs actifs au pays. Malgré ces abandons en série, le Kaiyuan reste le pays disposant de la meilleure cote de confiance des entreprises et des consommateurs de la planète, pourquoi? La réponse est simple; les échecs des investisseurs étrangers au pays ne sont pas dus à des facteurs intérieurs, mais des facteurs extérieurs. La filiale de la Société Vonalyane du Gaz au Kaiyuan a subi des difficultés dès que sa société mère fût frappée par la tourmente politique au sein des îles nordiques. Même constat auprès des entreprises étrangères d’Oblakee, de Soverovie, du Zeederland et d’autres encore.

Alors nous devons sérieusement nous poser la question suivante; est-il toujours viable d’ouvrir nos portes aux investisseurs étrangers? Surtout si ceux-ci sont incapables de soutenir de manière viable une expansion vers l’étranger au vu de la faiblesse de leur assisses intérieures. Le Gouvernement impérial doit redéfinir sa politique en matière d’investissement étranger, notamment en mettant en place des procédures d’évaluation afin de déterminer le sérieux des propositions d’investissements, d’évaluer la solidité financière des entreprises concernées notamment en matière de crédit, de transparence financière et de gouvernance. Mais aussi pour évaluer les capacités de l’entreprise a faire affaire au Kaiyuan; je parle ici des fonds disponibles, des résultats d’études de marché effectué sur place ou des relations établies avec le milieu des affaires kaiyuanais, mais aussi clanique.

Il est grand temps que nous puissions accueillir des investisseurs sérieux où sinon la confiance des consommateurs, mais aussi des entreprises et du marché envers les entreprises étrangères pourrait en pâtir. Une baisse de confiance qui pourrait nuire à Sa Majesté Yangchen, instigateur de l’ouverture diplomatique et internationale du pays il y a 9 ans. Celui-ci avait ouvert le pays pour y accueillir les investissements étrangers et inciter ceux-ci d'y rester par la suite. Mais les échecs répétitifs de ces investisseurs remettent en question le bien-fondé de cette ouverture, voire même les bienfaits des investissements étrangers pour l'économie kaiyuanaise. Dans le cas du secteur gazier que nous avons abordé un peu plus haut, sans repreneur fiable, environ 70 000 emplois seront perdus. Des chiffres qui n'auront aucuns difficultés a attiser le ressentiment de la population kaiyuanaise, mais aussi des clans, envers les entreprises étrangères.

Journaliste: Tum Vibol

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » sam. mai 18, 2019 1:13 am

Image
21 Février 2039

Rupture de contrat entre Feng System et le Gouvernement impérial: La Cour Impériale de Fuxianji tranche en faveur du gouvernement

Image
L'Aéroport international de Fuxianji, un des deux aéroports au coeur du litige entre Feng System et les autorités impériales

C'était aux premières heures de l'ouverture diplomatique du Kaiyuan à la fin de l'année 2030 alors que le Gouvernement apposa sa signature au premier traité liant la République du Lianwa et l'Empire du Kaiyuan. Un traité qui prévoyait la vente à un prix dérisoire à Feng System de l'Aéroport international de Fuxianji en piteux état. Signant ainsi un contrat de vente en bonne et due forme, l'aéroport fut vendu pour quelques dizaines de millions de $ avec la garantie d'investissements majeurs de la part de l'entreprise afin de dynamiser à nouveau les infrastructures aéroportuaires de la capitale impériale. Investissant près de 2 milliards de $ pour la réfection de l'aéroport, son agrandissement et sa modernisation, Feng System avait jusqu'ici tenu toutes ses promesses comme le stipulait son contrat avec le gouvernement impérial. Or, depuis la fin de l'année 2036, rien ne va plus au sein de la République Lianwaise. La crise politique qui se cristallise et la montée de l'autoritarisme ont brisé le pacte social entre la population et le gouvernement faisant sombrer la République dans une spirale de crise sans fin. Les incertitudes entourant l'avenir de la République ont mené à une baisse généralisée de la bourse d'Aravindapura, d'une baisse de la valeur de la Livre Lianwaise, d'une baisse du pouvoir d'achat et surtout d'une baisse impressionnante du nombre de visiteurs sur cette île de la mer de Ventélie Occidentale.

Feng System qui exploite l'Aéroport international d'Aravindapura c'est retrouvé face à une baisse drastique des vols à destination de l'étranger dont elle est entièrement dépendante alors que de nombreuses compagnies aériennes ont mis fin à de nombreuses lignes aériennes où ont déplacé leurs lignes vers des aéroports internationaux sur le continent telles que celui de Fuxianji, Shengfen et Surin. Ayant emprunté énormément d'argent pour la rénovation de l'Aéroport international de Fuxianji et pour l'achat d'aéroport de Surin, couplé à la perte considérable de revenu au sein de ses installations d'Aravindapura et de sa dégringolade boursière, mais aussi face à la concurrence grandissante des aéroports de Shengfen, de Pattayat et de Mowloon;Feng System s'est rapidement retrouvé à position délicate. Face à la pression de ses créanciers, mais aussi de ses actionnaires l'entreprise a procédé à une restructuration de ses activités, diminuant de moitié le nombre d'employés au sein des aéroports de Fuxianji et de Surin. Une baisse qui aura alors pour conséquence de causer des maux de tête pour les voyageurs kaiyuanais et étrangers au sein de ces deux aéroports.

C'est cette problématique qui est au cœur du litige entre le gouvernement impérial et Feng System alors que le bureau de la sécurité aérienne du Kaiyuan a enregistré pour l'année 2018 une augmentation des incidents au sein des aéroports de près de 232%. Troubles causés par des passagers mécontents, laxisme en matière de sécurité par manque de personnel, diminution du temps alloué aux inspections des appareils, pertes massives de bagages, file d'attente montueuse aux guichets, coupe drastique dans les budgets d'entretiens. La liste s'allonge pour Feng System que les autorités accusent de ne pas respecter son contrat en mettant la sécurité des citoyens kaiyuanais en péril. Un point de vue partagé par la Cour Impériale qui a ordonné la rétrocession des aéroports entre les mains du gouvernement selon les termes prévu par le contrat signé entre l'entreprise et le gouvernement. Une décision que Feng System a annoncé vouloir portée en appel alors que la valeur de ses actions chutait de 56% en marge de la décision judiciaire. Reste à savoir si la Cour d'Appel Impériale acceptera d'entendre la cause de l'entreprise Lianwaise.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » dim. mai 19, 2019 1:26 am

Image
24 Février 2039


Inauguration du site de stockage de la Réserve Stratégique Kaiyuanaise du port de Surin


Image

En retard de quelques mois suite aux inondations ayant frappé la capitale surinoise et une grande partie de la péninsule, les autorités impériales ont inauguré devant la presse l'énorme champ de cuve de stockage construit à proximité du port de Surin. Ce projet né des suites de la guerre des conteneurs est le résultat des inquiétudes du pays face à une rupture d'approvisionnement en carburant qui pourrait rendre la société, l'économie et l'Armée kaiyuanaise particulièrement vulnérable. Ainsi, une directive du gouvernement impérial a lancé en 2035 la création de la Réserve stratégique Kaiyuanaise qui consisterait à la construction de plusieurs sites de stockage à travers le pays afin de pouvoir stocker un minimum de carburant équivalent à 8 mois de consommation nationale. Le site de Surin qui peut contenir près de 75 millions de barils de pétrole est l'un des trois principaux sites choisis par les autorités impériales comme principal centre de stockage de la réserve stratégique. Les sites de Surin, Shengfen et Angkor Boray représentent une capacité de stockage de 170 millions de barils, soit un peu moins de la moitié de la consommation annuelle de carburant du pays. Une vingtaine de sites supplémentaires de moindre envergure vient compléter la réserve, dispersée sur l'entièreté du territoire national, allant d'Arikan à Fuxianji, de Mowloon à Dak Hoà, en passant par Khimphu et Sontey.

Une inauguration qui a toutefois aussi laissé place à la Défense nationale qui a profité de l'occasion pour présenter aux médias son projet de filière de production de carburant synthétique. Soit la mise en place d'une Division militaire chargée de la production de carburant synthétique à partir du charbon, abondant au Kaiyuan, s’inscrivant dans une optique purement stratégique et aucunement à but lucratif. En effet, la production de carburant synthétique est considérablement plus coûteuse à produire que le pétrole lui-même. Alors qu'un baril de pétrole coûte entre 20 et 40$ à produire selon sa provenance d'extraction, un baril de carburant synthétique peut coûter entre 40$ et 90$ le baril dépendamment des installations présentes et de l'accessibilité à une ressource peu coûteuse. Une production à petite échelle sera évidemment plus coûteuse qu'une production à grande échelle qui bénéficie notamment des économies d'échelles. La proximité du charbon aidera certainement l'armée à réduire ses coûts de production et devrait pouvoir faire descendre celui-ci proche des cours actuels du baril. Bien que le projet soit à l'état de simple projet, une partie du site de stockage de la réserve stratégique Kaiyuanaise de Surin aurait été déjà réservé pour la construction d'une unité CTL (Coal to Liquid) d'une capacité de 20.000 barils par jour (soit 7,5 millions de barils par année) et qui sera chargé de produire du carburant pour les Forces Armées impériales. Si ce projet réussit à atteindre ses objectifs, une deuxième unité pourrait voir le jour à l'est du pays, bien qu'aucun site n'ait été précisé pour celle-ci. Les autorités impériales ont toutefois rappelé qu'une telle filière n'était pas destinée à mener à terme à une autosuffisance en carburant du pays et que le pétrole du Kars, du Caskar et des Valvatides alimentera pour encore de nombreuses décennies l'économie kaiyuanaise.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » jeu. mai 30, 2019 9:20 pm

Image
29 Mars 2039

Le Big Nine pourrait-il bientôt devenir le Big Ten?

Image
Emblème du Clan Cao

C'est une question sérieuse que se pose tous les économistes du pays au vu de la progression fulgurante de la Cao Industries qui appartient au groupe des 16 Tigres, 16 puissants conglomérats associés à 16 clans classés comme étant intermédiaire au vu de leur taille et influence. En opposition au Big Nine ou les neuf Dragons composés de neuf puissants conglomérats associés aux neuf clans majeurs du pays et qui dominent généralement les palmarès des chiffres d'affaires à l'échelle du pays. Pour preuve, selon les dernières données de 2038, sur les 30 entreprises ayant enregistré le plus grand chiffre d'affaires au pays, 21 appartenait au Big Nine et seulement 6 appartenaient aux 16 Tigres, alors que les trois derniers n'avaient aucune affiliation clanique ou une affiliation multiple. Mais de ce palmarès, l'on remarque que la Black Lotus domine ce classement du haut de son piédestal, affilié au clan Huan, clan de l'Empereur, alors que ses concurrents les plus proches sont la Faishan Motors du clan Faishan et Hibao du Clan Cao.

C'est cette dernière entreprise qui est la clé de la progression fulgurante du clan Cao, Hibao, géant Kaiyuanais du commerce électronique qui a réussis a surfer sur la vague de la diffusion d'internet et des téléphones mobiles à travers le pays. L'entreprise a su s'imposer sur le marché de la distribution en comblant un vide généré par la guerre civile avec notamment Hibao.com spécialisée dans le commerce en gros entre entreprises et Hibaoexpress.com spécialisés dans le commerce en gros d'entreprises à destination des particuliers. De ce fait, la plateforme de commerce électronique possède déjà 20% marché du commerce de gros au Kaiyuan notamment grâce aux autres entreprises du clan Cao, mais aussi à des partenariats avec d'autres clans, mineurs ou intermédiaires. C'est l'une des particularités du club des Big Nine; des entreprises du conglomérat produisant des produits industriels ou de la matière première brute et ceux-ci sont vendues et distribuées par le biais d'une entreprise commerciale à l'intérieur du même conglomérat.

L'on pourrait même parler du Big Eleven étant donné la position similaire où se trouve le Clan Charya, ceux-ci s'approchant tout comme le Clan Cao du million de membres, soit le palier symbolique leur permettant d'atteindre le statut de clan majeur. Mais contrairement au clan Cao, le clan Charya ne dispose pas d'entreprises phares pouvant véritablement rivaliser avec celles des clans majeurs, et ce, malgré leur certaine influence au sein du Royaume de Boray grâce à leur chaîne de télévision Apsalay Television, première chaîne du Royaume de Boray. Il est donc plus probable que le clan Cao puisse accéder plus rapidement à ce nouveau statut et se taille une place de choix parmi les clans Majeurs. Tout n'est plus qu'une question de temps.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » mar. juin 04, 2019 10:30 am

Image
10 Avril 2039

  • Le Clan Taifu reprend le contrôle de la Wenlei Shipbuilding & Marine Engineering Corporation: C'est devant une conférence de presse devant les chantiers navals de l'entreprise à Lucheon que le Groupe Taifu a annoncé que la Wenlei Shipbuilding & Marine Engineering Corporation revenaient sous contrôle total du Groupe Taifu plusieurs années après la fusion de la Taifu Shipbuilding et de la Liakshmi Shipping Construction. Le Clan Taifu qui détenait la moitié des parts de l'entreprise fusionnée à procédé à l'achat des parts des actionnaires Lianwais pour une somme de 400 millions $, l'action côté à la bourse d'Aravindapura ayant perdu énormément de valeur. Le Groupe Taifu aurait déjà l'intention de rapatrier le siège social de l'entreprise à Lucheon et retirer l'entreprise de la bourse de Lianwa afin de faire son entrée à la bourse de Shengfen.
  • Un TGV pour relier Fuxianji à Surin: C'est le projet que le Ministère impérial des Transports et des Infrastructures aurait en tête afin de lier les deux plus grandes villes du pays par un lien de transport rapide autre que l'avion, mais aussi la région touristique du corridor Langkok-Ampuen peu peuplé, mais subissant une forte croissance immobilière par la construction d'importantes stations balnéaires le long de la côte est de la péninsule de Sangkthom. Aucun tracé n'est pour l'instant prévu, mais le scénario le plus probable serait un tracé de 5 arrêts en excluant Fuxianji et Surin eux-même; Citabung Sen, Langkok, Si Lonburi, Mukdahan et Samut. Un appel d'offres international serait prévu par le Ministère puisqu’aucune entreprise kaiyuanaise ne détient l'expertise nécessaire pour construire un tel TGV. Le Groupe Faishan, producteur de trains conventionnels a critiqué le projet estimant plus abordable pour les dépenses de l'État de favoriser la construction d'une nouvelle ligne de train conventionnel d'autant plus qu'elle serait construite par des entreprises nationales et non étrangères.
  • Air Kaiyuan vendu à la Compagnie des Cieux: Dans un communiqué envoyé à la presse économique, Air Kaiyuan a annoncé avoir réussis à négocier une entente entre la Compagnie des Cieux et les actionnaires de l'entreprise majoritairement détenue par des intérêts du Lianwa pour le rachat d'Air Kaiyuan. Une somme de 675 millions de $ aurait été conclue entre les deux partis annonçant une nouvelle ère pour l'entreprise en stagnation depuis quelques années dues aux fortes exigences de ses actionnaires qui ont considérablement réduit ses possibilités d'investissement alors que les profits de l'entreprise étaient majoritairement transférés aux actionnaires sous forme de dividendes. Conséquences des pertes générées par la descente boursière Lianwaise qui généré une pression accrue sur les acquisitions kaiyuanaises détenues par des actionnaires Lianwais. Une situation peu enviable alors que le Kaiyuan subit un boom touristique que l'entreprise devrait largement profiter.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » mar. juin 04, 2019 8:40 pm

Image
11 Avril 2039

Le retour d'exil des sociétés de production kaiyuanaise

Image

Alors que nous avions écrit en 2033 que le cinéma kaiyuanais subissait une véritable renaissance avec le retour de ses artisans ayant fui la guerre civile, nous avions rapporté que la réalité était bien différente de ce que le cinéma kaiyuanais nous laissait bien voir. En effet, à cette époque nous avions mis en lumière l'importante domination des sociétés de production basée à Aravindapura dans la production cinématographique représentant 80% des productions de films kaiyuanais. D'autant plus que la majorité des investissements dans ces films était issue d'investissements Lianwais. Une telle situation avait généré des critiques virulentes dans le milieu allant même à des accusations de propagande républicaine financé par le Lianwa. Or, la situation semble avoir changé dans le milieu cinématographique alors que la République du Lianwa sombre jour après jour dans la déchéance autoritaire. Étouffé par la censure, les sociétés de production ont amorcé depuis l'année dernière un retour au pays, en commençant par la Société Lindhao appartenant au producteur Jiang Hanying qui a récemment mit fin à statut d'expatrier Kaiyuanais en retournant vivre au Kaiyuan après 25 ans d'exil. Une bonne douzaine de sociétés de production on suivit son exemple se relocalisant à Shengfen, Fuxianji et Surin amenant avec eux de nombreux réalisateurs, techniciens et même des acteurs kaiyuanais qui habitaient jusqu'ici dans les riches quartiers d'Aravindapura. Le cinéma ne semble pas être l'unique secteur artistique touché alors que des phénomènes similaires sont rapportés dans le milieu de la production musicale et le milieu de l'édition de livre. On croirait que tous semblent fuir le navire qui sombre, voyant à nouveau le Kaiyuan comme une alternative stable pour leur sécurité et leur liberté de création et d'entreprendre ou pour continuer sur la même image, comme un navire robuste venu à leur rescousse. Alors que plusieurs applaudissent une indépendance retrouvée, certains pleurent la déchéance d'une terre d’accueil qui les accueillit avec bienveillance à une époque trouble et chaotique.

Brèves nouvelles culturelles

Festival: Ouverture du festival des lanternes de Chongwoon qui devrait doubler sa fréquentation cette année due à l'apport considérable du tourisme étranger.

Photographie: Ce mois-ci, le photographe Ti-Wu Sai nous présente au centre des expositions de Fuxianji une exposition inédite sur les Syirs du Karmalistan, nous dévoilant par l'image leur mode de vie, leur culture et leurs traditions.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » mer. juin 12, 2019 4:48 am

Image
03 Mai 2039

Surpopulation des prisons de haute-sécurité partout au pays

Image

Au Kaiyuan, le système carcéral est divisé en deux niveaux; les prisons de faible sécurité qui se trouve entre les mains du privé, plus précisément celles des clans et les prisons de haute sécurité gérée par le service correctionnel impérial qui dépend du Ministère impérial de l'Intérieur. Les premières regroupent les prisonniers ayant commis des crimes jugés comme mineur ou de faible envergure et purgeant des peines de moins de cinq années. Vol, fraude, possessions de drogues, prostitution, voie de fait, tel est le lot de crime commis par les détenus de ces prisons de faible sécurité. Or, du côté des prisons de haute sécurité, nous avons affaire ici au meurtre, viol, gangstérisme, terrorisme, marchand d'armes, narcotrafiquant, soit des crimes graves et violents.

Ainsi chaque Royaume dispose d'un certain nombre de centres de détention de haute sécurité dépendamment de ses besoins et il s'avère que ceux-ci ont atteint, pour la plupart, leur capacité maximale. Le Ministère impérial de l'Intérieur et de la Protection civile explique cette situation par l'explosion, depuis la fin de la guerre civile, des offensives des forces policières et des instances judiciaires contre le crime organisé, remplissant du coup les prisons du pays ont atteint le maximum de leur capacité. Les prisons du Royaume de Khimphu sont pratiquement au-delà de leur capacité humainement raisonnable (156% de ses capacités), les Royaumes de Dak Hoà (122%), de Surin (113%) et d'Arikan (104%) suivent de près, alors que les Royaumes de Khao Cham (97%), de Kunhan (95%), de Boray (91%) et de Lucheon (89%) ferme la marche avec des chiffres s'approchant de la pleine capacité. Même constat du côté des domaines impériaux et des Cités-Libre alors que leurs prisons de haute sécurité atteignent des sommets, notamment Sontey (117%), Fuxianji (102%), Shengfen (94%), Marinduque (89%) et Mowloon (85%). Seuls quelques territoires semblent être épargnés, notamment Phuket dont les prisons à haute-sécurité sont remplis à 13% de ses capacités, soit le plus bas taux au pays, mais aussi Xiannan (17%), Kapayane (22%), Tranchéry (23%), Valchegen (33%) et Yentsu (42%).

Cela oblige le gouvernement impérial a se pencher sur la problématique liée à la capacité de ses prisons qui ne peuvent suivent la cadence que lui impose la politique gouvernementale contre le crime organisé qui c'est considérablement endurci ces dernières années comme le démontre la violente descente policière de septembre dernier à Sontey. Or, le gouvernement rechigne à vouloir ouvrir sa bourse afin de financer de nouvelles prisons même si celles-ci s'avèrent nécessaires, et ce, principalement pour des raisons politiques dues à la très grande impopularité de tels projets aux yeux de l'opinion publique. Ainsi cela fait des années que des projets de nouveaux centres de détentions sont à l'étude, mais ceux-ci sont encore à l'étape d'étude préliminaire au vu de l'impopularité que représentent de telles infrastructures auprès des communautés, surtout celles accueillant ces prisons sur leurs territoires. Depuis une dizaine d'années, les clans se renvoient la balle et les travaux de la Sous-Commission de la Sécurité intérieure sur le Service correctionnel impérial tournent en rond sans qu'une piste de solution soit trouvée.

Situation dénoncée récemment par plusieurs organismes des droits de l'homme basé à Mowloon et Shengfen accusant le gouvernement de fermer les yeux sur la détérioration des conditions de vie dans ses prisons et a refusé aux détenus un confort et une dignité minimale selon les critères carcéraux. Une dénonciation accompagnée d'une campagne sur les réseaux sociaux affichant des images-chocs affublées de phrases choquantes telle qu'une image qui associe la négligence gouvernementale à de la torture planifiée ou bien celle ne démontrant aucune différence entre une prison du Moyen-Âge et celle gérée par le Service Correctionel Impérial. Pour l'instant le gouvernement impérial n'a pas répondu à ces critiques, préférant réitérer les informations sur les projets de prisons actuellement sur la table et la vision optimiste des autorités sur la conclusion des travaux de la Sous-Commission de la Sécurité intérieure sur le Service correctionnel impérial.

Tan Liunxian

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » mar. juin 18, 2019 1:17 pm

Image
23 Mai 2039

Le Bateau-Dragon se dote d'une Fédération!

Image


C'est lors d'un immense congrès de trois jours se déroulant à Li'an, dans la préfecture de Jibei, que les représentants des 122 Festivals de Bateau-Dragon du pays se sont réunit afin de discuter de l'avenir du sport et de l'uniformisation des normes et des règles entourant sa pratique à l'échelle du pays. En effet, depuis des siècles, voir des millénaires, la pratique du Bateau-Dragon consistait à un regroupement annuel au sein des festivals afin de commémorer le réveil du dragon des Mers et des Rivières lors de la mousson. À ce moment de l'année les rivières sortent de leurs lits et la mer de déchaîne causant toujours de grandes et tristes tragédies. Ainsi, à l'origine, ce sport n'était pas considéré comme un sport, mais comme un rituel et souvent, les noyades qui y était associé était considéré comme un sacrifice au Dragon des Mers et des Rivières. Ces regroupements se traduisaient par des festivités et souvent, les courses de bateau-dragon différait d'un festival à l'autre.

Or, au fil du temps, les traditions sont resté, mais le rituel n'est plus devenu qu'un simple rituel, mais un sport pratiqué par de véritables sportifs. Face à la pression des pratiquants, aux problèmes généré par la déréglementation et aux noyades toujours présente chaque année et fortement critiqué par les autorités impériales, les festivals de bateau-dragon ont donc décidé d'un commun accord d'organisé cet important congrès. C'est ainsi, que tout les représentants ont voté pour la création d'une Fédération Impériale de Bateau-Dragon et l'établissement de normes obligatoires sur les dimensions standard du bateau-dragon;
Longueur de la coque excluant la tête et la queue de dragon: 12.40 m.
Largeur maximale: 1.146 m.
Espacement entre les rangées de sièges: 67.5 cm .
Poids minimal excluant la tête et la queue, le tambour, le siège du drummer et la barre: 250 kg
Ces décisions ont été très bien accueillit par les autorités impériales, dont le Ministère Impériale de l'Éducation, de l''Enseignement Supérieur et des Sports exprimant toutefois certaines réserves, étant donné que les questions sécuritaires n'ont pas encore été abordé. Mais les représentants ont toutefois assuré que la Fédération pourra organisé divers congrès, dont sur la thématique sécuritaire, afin de déterminer des normes de sécurité adéquate pour la pratique de ce sport de deux millénaires.


Brèves sportives nationales et internationales

Boxe Surinoise: Le boxeur Samart Lawanprasert affrontera Tanit Beryannakul lors d'un match attendu ce soir au Stade Jyappura de Surin.

Dâcau: Début du Championat Impérial de Dâcau à Langkok. Les organisateurs ont annoncé une liste de participants record cette année malgré de nombreux matchs éliminatoires.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » dim. juin 23, 2019 7:21 am

Image
07 Juin 2039


Ouverture du Sommet National des Mines, de l'Énergie et de l'Acier à Khimphu


Image

Les grandes pontes de l'industrie minière, de l'industrie énergétique et de l'Industrie de l'acier du Kaiyuan ont convergé aujourd'hui vers Khimphu afin de participer au Sommet des Mines, de l'Énergie et de l'Acier organisé et chapeauté par le Clan Shushen via la Shushen Mining Corporation filiale de la Shushen Group et qui détient la mine d'or de Dongshu. Le Clan Huan était présent en force avec l’Iron & Steel Corporation, détenant les grandes aciéries situées à proximité du Port de Shengfen. Évidemment, la présence du Clan Thiem était de mise puisque ceux-ci exploitent la totalité des gisements de charbon du pays via la Enhok Coal Mining Corporation. Autre acteur important, le Clan Taifu dont la Taifu Mining Corporation exploite le fer du nord du pays et la Taifu Steel Company le transforme en acier à Lucheon. N'oublions pas le clan Clan Charya dont la Charya Extraction Company exploite des gisements de Jadéites, de magnésite et d'Étain, ainsi que le Clan Shen spécialisé dans les pierres fines et les pierres précieuses via la Shanli Extraction Company. Parmi les petits joueurs, l'on pouvait remarquer la présence d'Omasu, spécialisé dans l'extraction de plomb, de la Chueathai Mining Company (clan Chueathai) qui détient la mine de nickel de Maliwan dont est aussi retiré du platine et de la Huo Mining Company, du clan Huo, propriétaire de la mine de zinc d'Henuo. Son Excellence, l'honorable Huan Yue Fang, le ministre Impérial de l'Environnement, des ressources naturelles et de l'Énergie et ministre délégué à la Société Impérial à l'Énergie fermait la marche de ce joli petit rassemblement réunit à Khimphu pour discuter de l'avenir de l'industrie.

Un sommet qui tombe à point, au vu des récentes montées des cours de la plupart des matières premières sur les marchés mondiaux et qui ont été le centre des discutions du sommet malgré les raisons qui ont mené à son organisation, soit la sécurité des données des entreprises du secteur et la protection de leurs propriétés technologiques dans un contexte d'espionnage industriel venant de l'étranger. Premier constat, la nécessité pour l'Industrie d'investir dans l'innovation afin de valoriser les ressources minières du pays jugé sous-exploité par les dires même du ministre Huan Yue Fang. La montée des cours de certaines matières premières exploitée par le Clan Huo (Zinc), le Clan Chuethai (Platine) et le Clan Taifu (Fer) pourrait leur permettre d'engranger davantage de revenus pouvant être investis dans l'innovation et la modernisation desdites mines. Le ministre aurait même déclaré que son ministère était prêt à soutenir financièrement de tels projets si les clans clés du secteur se décidaient à investir. Deuxième information importante, le ministre aurait mentionné, en marge du sommet, que des discussions étaient en cours entre la Seikyung Bank et la Société Impériale à l'Énergie concernant l'avenir des gisements gaziers du nord du pays dont les compagnies exploitantes, en faillites, sont sous le contrôle de leur principal créancier, le Clan Seikyung. Une possible bonne nouvelle pour les 75.000 emplois du secteur, en congé forcé pour la plupart et qui attendent toujours de savoir ce qu'il adviendra des gisements gaziers d'Attyga, de Guongmei et de Dashiangde.

Troisième élément important de ce sommet, l'échec du clan Thiem à retirer un quelconque soutien de ses congénères face à l'apparente hostilité de la Société Impériale à l'Énergie envers le charbon. Hostilité que le ministre Huan Yue Fang n'a pas hésité à démontrer tout au long du sommet à se refusant toutefois à se prononcer sur l'avenir des dernières centrales au charbon aux Royaumes de Dak Hoà et de Boray, pomme de discorde au sein de l'Alliance du Bouddha d'Or. Le sommet s'est conclu avec la signature d'une entente de principe sur la création d'une association des producteurs miniers, ainsi que sur des promesses d'Investissements et des engagements gouvernementaux à ce sens associé à des partenariats en matière de sécurité et de protection des propriétés technologiques des entreprises. Fait à noter, le clan Thiem aurait refusé de signer l'entente, jugeant celle-ci insuffisante pour les intérêts du clan, laissant présager une relation de plus en plus conflictuelle entre celui-ci et le gouvernement impérial.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » sam. juin 29, 2019 8:51 pm

Image
26 Juin 2039


Acquisitions, nationalisation et restructuration à la Société Impériale à l'Énergie


Image

L'on avait reçu quelques informations en marge du Sommet National des Mines, de l'Énergie et de l'Acier organisé à Khimphu et l'on s'attendait à une annonce de la Société Impériale à l'Énergie sur l'avenir des puits de gaz du nord du pays, mais voilà que la société publique a dévoilé en grande pompe en conférence de presse hier plusieurs grands changements apportés à la société d'État et qui auront une incidence considérable sur l'économie kaiyuanaise. En premier lieu, l'annonce qui en a surpris plus d'un, la nationalisation de la distribution du pétrole contrôlé par une nouvelle filiale nommé la Imperial Petroleum. À l'image de la Société Impérial des Drogues qui a le monopole de la distribution, du cannabis médical, des opioïdes et d'autres drogues utilisés dans le domaine médical, Imperial Petroleum auraient ainsi le monopole de la distribution du carburant à travers le pays devenant ainsi l'intermédiaire obligé entre les compagnies pétrolières étrangères et les consommateurs kaiyuanais. En résumé, le pétrole serait importé par la Imperial Petroleum et vendu par celle-ci via des stations-service dispersées à travers le pays.

«Non seulement une telle nationalisation permettra au gouvernement d'atténuer les fluctuations trop brutales des prix sur le carburant, mais aussi permettre à des régions à l'approvisionnement difficile de bénéficier d'un traitement égal aux régions faciles d'accès. Actuellement, le marché favorise les marchés à forte consommation et à forte croissance alors que les régions éloignées reçoivent du carburant à des prix prohibitifs ayant une influence non négligeable pour l'économie de ces régions. En nationalisant la distribution, la Société Impériale à l'Énergie pourra uniformiser les prix à l'échelle du pays dans une optique de développement économique.» Tanit Kounavudhi, Président Directeur général de la Société Impériale à l'Énergie

Deuxièmement dévoilement, la création de la Imperial Gaz System, nouvelle filiale de la SIE qui aura la charge de l'exploitation, la transformation et la distribution du gaz naturel des gisements du nord du pays. La SIE aura ainsi réussi l'acquisition de ces gisements en concluant un accord avec la Seikyung Bank qui maintiendra une participation de 30% dans le capital de la Imperial Gaz System. De ce fait, la SIE hérite d'installations d'exploitation, de deux gazoducs et de deux terminaux gaziers quasiment neufs d'une valeur de plusieurs milliards de dollars, ainsi que de 75.000 employés bien contents de pouvoir sauvegarder leur emploi.

Autres dévoilements d'importance, le volet concentrant la production et la distribution électrique sera dorénavant sous l'égide d'une autre filiale, la Imperial Electric. Tout comme le volet BTP alors que la Société Impériale à l'Énergie confiera ces activités à sa nouvelle filiale qui portera le nom de SIE Construction Service. Celle-ci se spécialisera dans le BTP énergétique et pourra exporter son expertise vers l'internationale. De plus, la société accueillera aussi un volet financier avec la création de la SIE Corpotate et Investments Bank qui aura la charge d'investir dans divers secteurs stratégiques de l'économie kaiyuanaise grâce aux apports financiers générés par la vente du gaz naturel. Pour clôturer cette vague de grandes annonces, le Président Tanit Kounavudhi a aussi dévoilé devant la presse que le Gouvernement impérial confierait à la Société la gestion de la Réserve stratégique kaiyuanaise et de ses sites de stockages actuellement en construction à travers le pays.

Cette restructuration très ambitieuse a étonné les milieux économiques alors que l'on s'attendait uniquement qu'a une reprise des activités gazières par la Société d'État. Ces annonces expriment clairement la volonté de l'État à soutenir son développement économique en se dotant d'outils efficace et puissant afin de favoriser le développement de l'arrière-pays, très en retard comparativement au cœur économique du pays composé des régions de Moshensu, de Fuxianji et du Triangle Surinois. Bien que les monopoles d'État inquiètent les acteurs économiques privés, l'on remarquera l'acquisition du modèle corporatif kaiyuanais par la Société Impériale à l'Énergie, soit le conglomérat, divisant ses activités en diverses entreprises afin de former un immense réseau interrelié.


Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » dim. juin 30, 2019 10:13 am

Image
28 Juin 2039

Une foule de manifestants mettent le feu au siège de l'Association Populaire des Travailleurs à Fuxianji

Image

Depuis plus d'une semaine, le siège de l'Association Populaire des Travailleurs a été la cible de manifestants venus exprimer leur colère en marge des attentats en Ennis et plus récemment du coup d'État perpétré au Westrait démontrant les tensions encore existantes entre la société kaiyuanaise et les sympathisants communistes. Un ressentiment issu de la guerre civile, causé par l'assassinat de l'Empereur Songto par un sympathisant communiste donnant le coup d’envoi aux insurrections ouvrières à travers le pays. Des Insurrections qui dégénéreront rapidement en conflit civil alors que l'État de droit s'effrite et que les factions se multiplient, propulsant le pays dans une sanglante guerre civile pour le contrôle du trône impérial. La trêve signée avec les communistes mènera à la création de la République populaire du Juggong où une bonne partie des communistes d'alors s'exileront. Ceux laissés derrière se diviseront entre l'ancien Parti communiste kaiyuanais, en conflit armé avec les autorités impériales dans les forêts du nord et l'Association Populaire des Travailleurs, un parti politique censé représenter les idéaux communistes au sein de l'Assemblée clanique.

Bien que leur présence à l'Assemblée ait été autorisée par l'Empereur lui-même en signe de bonne volonté et de réconciliation, beaucoup de Kaiyuanais jugent inacceptable leur présence au sein de l'une des plus importantes institutions kaiyuanaise. Habitué des manifestations devant ses portes, l'APT a bénéficié d'une protection policière accrue ces dernières années en marge des tensions avec la République populaire de Juggong, attisant la haine à son endroit. Or, les récentes nouvelles internationales en Ennie et au Westrait ont mis le feu aux poudres alors que les forces policière ont été incapable d'empêcher plusieurs manifestants de pénétrer dans le bâtiment et d'y mettre le feu forçant l'évacuation de ses occupants dans un chaos principalement alimenté par l'affrontement entre policiers et manifestants. Les autorités métropolitaines de Fuxianji ont évidemment condamné cette poussée de violence, tout comme les autorités impériales et le Président de l'Assemblée clanique. Toutefois, certains clans ne se sont pas gêner d'exprimer leur plus grande satisfaction, jugeant l'évènement comme étant inévitable et nécessaire au vu de la menace que représente les communistes pour la société kaiyuanaise. Sans surprise, nous avons en tête le Clan Faishan, ayant combattu ardemment les communistes durant la guerre, tout comme le clan Charya dont les forces communistes les avaient chassés de leur fief à Sontey en 2016. Les Sisowath et les Thiem ont préféré la tempérance bien que n'ayant pas condamné l’événement contrairement aux Clans Surinois et au clan Taifu. Chez les Shushen, silence complet, leur alliance avec les Huan y étant certainement pour quelque chose.

Pour l'Association Populaire des Travailleurs, l’événement est pour eux une preuve supplémentaire du laxisme du gouvernement impérial sur la protection des membres et des locaux du Parti jugeant ces lacunes comme étant une tactique de répression supplémentaire contre les mouvements socialistes et communistes au Kaiyuan. Heureusement, aucun des occupants de l'immeuble incendié n’a été blessé lors de l'incendie. Du côté des manifestations, l'on ne déplore qu'une vingtaine de blessé également divisée entre les manifestants et les policiers.

Avatar du membre
Rumy
Maitre de la galaxie
Messages : 4586
Enregistré le : sam. mars 26, 2011 9:30 pm

Re: [Média]: Presse écrite du Kaiyuan

Message par Rumy » jeu. juil. 04, 2019 3:17 am

Image
09 Juillet 2039

Un parti nationaliste Khansi aux élections générales de 2040?

Image
Le moine Bönpos Thurein Myint, chef de file du mouvement nationaliste Khansi

Nous sommes loin de l'Image paisible, vénérable et tolérante que laisse généralement les moines Bönpos ou bouddhiste alors que le Royaume de Khansi se laisse séduire et influencer de plus en plus par les sermons agressifs d'une minorité de moines nationalistes. La principale et uniquement cible de ces sermons? Les musulmans ouïgours. Au nombre de 450 000, cette minorité ne représente que 7,54% de la population du Royaume d'Arikan et 1,66% de la population du Royaume de Khao Cham et pourtant ces moines nationalistes les accusent de tous les maux. Une haine cristallisée notamment dans la préfecture d'Ambo où le nombre de Khansi et de Oïgours sont quasiment identique (45% Oïgours, 55% Khansi), alimentant la peur chez ces Khansi d'un «Grand Remplacement» perpétré par «L'Ordre islamiste mondiale» alimenté elle-même par une panoplie de fausses nouvelles circulant sur les réseaux sociaux. Or, alors que ces nationalistes agissaient de manière désorganisée, de manière spontanée et émotionnelle, voilà que le mouvement pourrait se retrouver sur la scène politique. Alors que nous avions assister à la création de la Brigade nationale de Libération en début d'année, un groupe paramilitaire nationaliste illégal anti-musulman, voilà que nous assistons aujourd'hui à la naissance du Parti nationaliste Khansi qui pourrait se présenter aux élections pour le renouvellement du Parlement kaiyuanais en 2040, mais aussi à un niveau plus régional au sein de l'Assemblée royale d'Arikan où ils risquent de réussir une percée non négligeable.

Du côté du gouvernement impérial, ceux-ci ont les mains liées, puisqu’aucune loi ne régit les partis politiques au sein de l'Assemblée clanique puisque celle-ci est essentiellement composée d'Alliances politiques changeantes selon les intérêts claniques. De ce fait, avec ce vide juridique, n'importe qui peut fonder un parti et se présenter lors des élections. Tant qu'il franchit la barre des 100 000 électeurs pour pouvoir obtenir un siège à l'Assemblée. Le grand perdu pourrait être l'Alliance impérial qui dispose de grands soutiens Khansi et pourrait perdre au maximum une trentaine de sièges aux prochaines élections si tous les électeurs Khansi votaient pour ce parti nationaliste en délaissant leur clan, chose peu probable, voir impossible. Bien qu'en théorie ce nouveau parti ne pourrait gagner au maximum que 53 sièges, la simple entrée à l'Assemblée des Clans serait une victoire pour les nationalistes Khansi en recherche de visibilité afin d'augmenter leur influence au sein du Royaume d'Arikan. Rendez-vous en 2040 pour connaître ces résultats.

Journaliste: Malo Miravongs

Répondre

Retourner vers « Kaiyuan »