Conférence de Bolków

Sommets et organisations entre nations.
Avatar du membre
Nizam
Maitre du monde
Messages : 1016
Enregistré le : jeu. déc. 22, 2016 5:51 pm

Conférence de Bolków

Message par Nizam »

Conférence de Bolków

Alors que les tensions grimpaient en flèche en Dytolie orientale, notamment autour de la question nistrove et des manoeuvres militaires frontalières valvates, le Royaume de Slézanie avait lancé l'initiative de réunir à Bolków l'ensemble des acteurs concernés de la région.

Image

La capitale slézane allait accueillir un évènement diplomatique majeur, et toutes les dispositions nécessaires avaient été mises en place par les autorités. Forte présence militaire, sécurité accrue sur les différents axes de circulations et de transports. Rien ne devait être laissé au hasard.

La Chancelier slézan en personne, Michal Rudzoski, allait présider cette conférence et recevoir ses homologues dans un grand salon de la chancelerie. Alors que les différentes délégations transitaient de l'aéroport international de Bolków vers la chancellerie en étant escortées par l'armée, le chef du gouvernement terminait ses derniers préparatifs. Enfin, il reçu les délégations et après que tout le monde fut installé - à savoir Valdaquie, Nistrovie, Sarkhovie, Valvatides et Daugavie, il ouvra la conférence.

Image

Michal Rudzoski, Chancelier du Royaume de Slézanie : « Excellences, bienvenue à Bolków. Je tenais à vous remercier chaleureusement pour avoir accepté l'invitation de la Slézanie et participer à cette conférence qui, je l'espère, sera fructueuse pour la paix régionale.

Comme vous le savez tous, la Dytolie orientale est en proie à un regain de tensions dangereuses et menaçantes pour la stabilité et la paix de la région. Nonobstant, je suis convaincu qu'un terrain d'entente peut être trouvé entre nous sur les questions qui fâchent depuis longtemps. La Slézanie que je représente se donne pour objectif d'offrir un cadre serein et constructif afin que nous puissions travailler ensemble vers des compromis permettant d'entamer que désescalade des tensions régionales. Il sera notamment question de la Nistrovie, sujet de tensions historique entre la République de Valdaquie et la Fédération de Sarkhovie. Le gouvernement slézan aura différentes propositions et suggestions à émettre au cours de cette conférence, en incluant la Nistrovie, pour que ces tensions s'apaisent de façon durable comme une aide accrue à l'émigration des slaves nistrovs, ou différents pactes de non-agression et engagement de non-militarisation de la Nistrovie.

Sur la question valvato-sarkhovite, qui a déclenché ce regain de tensions, j'ai pleinement conscience des difficultés auxquelles nous devrons faire face pour trouver un accord. La décision du gouvernement sarkhovite de suspendre sa participation aux débats sur les tensions avec son voisin valvate doit être respectée, et je compte grandement sur l'ouverture d'esprit des dirigeants valvates et daugaves pour faire un pas vers la Sarkhovie afin de débloquer cette situation tendue autour des récentes frictions frontalières. Je suis convaincu qu'un accord autour d'une zone démilitarisée frontalière peut être trouvé.

L'objectif de la Slézanie est donc simple : entamer une désescalade des tensions régionales, et travailler sur des compromis et accords solides et durables, préservant la paix et la stabilité de la Dytolie orientale.

Je vous propose nonobstant de vous laisser la parole afin que nous commencions cette conférence, notamment en débutant par la question nistrove. J'invite donc les délégations valdaque, nistrove et sarkhovite à prendre la parole afin d'exprimer leur point de vue sur la situation, exprimer leurs demandes et leurs propositions. La Slézanie de son côté, réitère ses propositions exprimées auparavant, à savoir une aide accrue du gouvernement nistrov aux slaves souhaitant émigrer vers la Sarkhovie, un pacte de non-agression tripartite entre la Valdaquie, la Nistrovie et la Sarkhovie et la neutralité de la République nistrove qui ne devra pas accueillir de troupes étrangères sur son sol mise à part si elle est agressée. »

Avatar du membre
Alexei
Maitre du monde
Messages : 2541
Enregistré le : ven. mai 17, 2013 6:12 pm
NJ V3 : Tcherkessie - Kirep
NJ V4 : Valdaquie

Re: Conférence de Bolków

Message par Alexei »

Le sommet débutait mal. La Sarkhovie, en refusant de dialoguer avec le Royaume-Uni des Valvatides - alors que cela était le but initial de cette conférence - semblait avoir fermé la porte à toute résolution pacifique du conflit qui l'oppose à ce dernier, sapant par la même les efforts slézans pour parvenir à un compromis. Cette preuve de mauvaise volonté, mise en exergue par la Valdaquie, avait également eu pour conséquence de réveiller les craintes de la Nistrovie qui, en cas d'invasion des Valvatides, savait qu'elle serait la prochaine sur la liste.

Oleg Balan, le ministre des Affaires extérieures de la République de Nistrovie, peinait à cacher sa nervosité une fois qu'il eut pris place à la table des négociations, à côté d'un Ionuț Pădurariu plus habitué à ce genre d'événements, qui affichait un calme olympien. Paradoxalement, c'était ce dernier, beaucoup plus jeune, qui tentait de rasséréner le vieux diplomate nistrove (ayant du sang hotsalien), craignant que son pays se transforme en champ de bataille si la médiation slézane échouait. Une fois que tout le monde s'eût assis et après avoir salué poliment leurs homologues valvato-daugaves, les deux hommes écoutèrent attentivement le chancelier Rudzoski, acquiesçant de la tête pour montrer leur accord avec les paroles du maître de cérémonie au gré de la traduction qui sortait de leur oreillette. Toutefois, les deux diplomates latins échangèrent un rapide regard désapprobateur en entendant les propositions de Michal Rudzoski sur la "question nistrove". Oleg Balan fit signe à Ionuț Pădurariu qu'il se jetterait à l'eau en premier.



Image

Oleg Balan
Ministre des Affaires extérieures de la République de Nistrovie

« Avant d'entrer dans le vif du sujet, je tenais tout d'abord à remercier infiniment le Royaume de Slézanie, et monsieur Rudzoski plus précisément, pour l'initiative pacifiste dont il est à l'origine. Bien que revenue il y a peu sur la scène internationale, la Slézanie semble avoir parfaitement compris les problématiques auxquelles la Dytolie orientale est soumise ces dernières années - voire même ces dernières décennies. Car comme vous l'avez souligné, et en ce qui concerne mon pays, des tensions avec la Fédération de Sarkhovie subsistent depuis notre indépendance vis-à-vis d'elle, il y a presque un demi-siècle. Sans pour autant me lancer dans un (interminable) cours d'histoire, le toponyme "Nistrovie" a été créé presque ex nihilo par les souverains hotsaliens, qui ont récupéré ce territoire, partie intégrante du voïvodat de Dobrogévie à l'origine, au XIXème siècle. Initialement d'esprit et de langue valdaque, mon pays a vu l'arrivée massive de colons slaves, dont les descendants forment un peu plus de 30% de la population actuelle.

Malgré cela, et le fait que, de tous temps, les valdacophones ont été majoritaires, je peux vous garantir qu'aucune politique de discrimination n'est en vigueur contre ladite majorité slave - quoi qu'en disent certains agitateurs. Néanmoins, nous comprenons que la crise économique que notre pays connaît à l'heure actuelle pousse nombre de sarkhovophones à retourner sur la terre de leurs ancêtres. Et bien que nous ne souhaitions pas voir ce mouvement se transformer en exode, nous ne pouvons entraver leur liberté de mouvement. Ainsi, je pense qu'il est envisageable de faciliter le départ de ceux qui le souhaitent - en instaurant une réciprocité des diplômes, entre autres pour les plus qualifiés. Ces dispositions pourront d'ailleurs être l'objet d'un futur traité nistrovo-sarkhovite, qui comprendrait également un pacte de non-agression et de non-ingérence, comme l'a proposé notre hôte.

Cependant, je souhaite exprimer des réserves sur le dernier point que vous avez évoqué, monsieur Rudzoski. La Fédération de Sarkhovie possède une armée, reconnaissons-le, extrêmement puissante. Ce facteur, combiné aux idées pan-slavistes qui animent certains dirigeants de ce pays et le passif que nous avons avec ce dernier, suscite de nombreuses craintes ainsi qu'un sentiment réel d'impuissance si un gouvernement sarkhovite moins diplomate venait à revendiquer la Pridnistrie (partie slave de la Nistrovie) un jour. Aussi, je tiens à rappeler à cette assemblée qu'aucune troupe étrangère n'est stationnée en Nistrovie aujourd'hui - bien que la Valdaquie nous assiste dans notre politique de défense nationale. D'ailleurs, nous avons convenu avec Albarea qu'il serait mal interprété que celle-ci envoie des soldats sur notre territoire dans le contexte actuel. Cela constitue, je pense, un geste fort de bonne foi et de confiance envers les autorités sarkhovites.

Ainsi, et à l'instar du futur traité nistrovo-sarkhovite que nous défendons, ces gestes de bonne foi doivent être réciproques. Et si la Sarkhovie souhaite avoir l'assurance que jamais notre voisin valdaque ne passera par notre territoire pour lui faire la guerre, la Nistrovie et la Valdaquie doivent être certains que la Sarkhovie ne le fera pas non plus. De ce fait, nous n'accepterons l'accueil d'aucune troupe étrangère qu'à la condition que la Sarkhovie s'engage à ne pas stationner de troupes à moins de 50 kilomètres des frontières nistroves. Je vous prie de bien considérer - et cela n'est pas une insulte - que l'armée sarkhovite pourrait prendre Tighinău en moins d'une journée si elle le souhaitait, compte tenu de sa motorisation et de sa puissance de feu. Mon pays ne peut résolument vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Là encore, n'y voyez aucune insulte ou critique. J'espère que cette inquiétude sera comprise, et que cette contre-proposition sera acceptée.

Je vous remercie. »
« Nous excellons dans la destruction de l'ancien monde et dans la construction du nouveau. » Mao Tsé-toung
Image

Yul
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : ven. déc. 08, 2017 7:35 pm
NJ V4 : à la table...

Re: Conférence de Bolków

Message par Yul »

Zangief Kārkliņš était loin d'être ravi d'avoir à se présenter à Bolków, surtout pour devoir se justifier et répondre aux singeries d'une Sarkhovie qu'il percevait de plus en plus comme un véritable poison dans la région. Le souverain des Valvatides et djorvanin de Daugavie avait le mandat des deux pays pour les représenter officiellement lors de cette conférence. Il se demandait cependant comment les choses allaient tourner, d'autant plus que Sarkhgorod semblait vouloir boycotter une partie de la conférence.

Tout cela puait. Vraiment. Zangief se demandait ce que cachait toute cette histoire, et il notait que la Slézanie, au lieu de se ranger et de soutenir aveuglément derrière son allié Valdaque, semblait exprimer un discours légèrement dissonant. La Sarkhovie cherchait-elle à embraser la Dytolie orientale et le Natolique dans le but de provoquer des premières fêlures dans la CND en y semant les germes de la zizanie? Il avait observé le rapprochement des Sarkhovites avec la Ligue de Lébira, et se disait que toutes ces histoires faisaient à elle aussi ses affaires. Il était clair que Sarkhogorod avait exagéré exprès les événements et gesticulé suffisamment pour provoquer l'inquiétude des chancelleries dytoliennes. Quelques soldats courant dans une forêt ne méritaient pas un pareil raffut, et le daugavo-valvate soupçonnait une entourloupe.

Zangief Kārkliņš avait compris qu'il aurait à attendre son tour. Après avoir salué ses homologues respectueusement, comme le veut le protocole, il écouta silencieusement les Valdaques et les Slézans débattre de la question nistrove.

Image
Discord : Yul#4741

Avatar du membre
Gwenael
Dirigeant respecté
Messages : 210
Enregistré le : lun. juil. 22, 2019 11:55 pm

Re: Conférence de Bolków

Message par Gwenael »

Image
Maria Petrovna Odina
Ministre des Affaires Étrangères de la Fédération de Sarkhovie

Si la dépopulation des régions slaves de Nistrovie sert les intérêts du nouveau gouvernement nistrov, il n'en va guère de même concernant la Fédération de Sarkhovie. Les Nistrovs, qu'ils soient slaves ou latins, ont vocation à vivre en Nistrovie. Il ne nous appartient pas de favoriser l'exil de ceux qu'on l'on pourrait considérer comme indésirables, en conséquence de quoi nous laissons cette charge à ceux qui en ont la volonté. Cette question ne préoccupe guère l'administration que je représente à l'heure actuelle.

La seule question préoccupant le Gouvernement de la Fédération est le maintien de la neutralité du territoire de la République de Nistrovie, constituant une zone tampon d'un intérêt vital pour la sécurité de nos citoyens. Je ne ferai pas l'affront à mes partenaires de les couvrir de procès d'intention présumant des menaces pouvant émaner de tel ou tel participant à cette conférence. Une telle attitude serait indigne aux yeux des nations que nous prétendons représenter. Aussi, je me contenterai d'aller droit au but, avec toute la sincérité inhérente à l'exercice auquel nous nous prêtons.

Votre proposition d'établissement d'une zone militarisée est intéressante, mais imparfaite. Premièrement, son caractère unilatéral placerait la Fédération de Sarkhovie en position de faiblesse face à la perspective d'une agression militaire de la part de l'un de ses voisins occidentaux. Deuxièmement, il convient de rappeler que ces négociations ne se tiennent pas seulement entre la Sarkhovie et la Valdaquie. La République de Nistrovie est un État souverain dotée d'un certain potentiel économique et militaire qui ne peut être négligé dans nos discussions. Troisièmement, et ce sera là mon dernier point, la démilitarisation totale des zones frontalières n'est pas envisageable considérant le rôle joué par le personnel militaire dans des activités échappant aux considérations géostratégiques, mais entre autres relatives au contrôle douanier ou à la sécurité des personnes.

En conséquence, je prendrai la liberté d'affiner la proposition de mon homologue nistrov en substituant à la zone démilitarisée en territoire uniquement sarkhovite, une zone à militarisation limitée (en des termes quantitatifs qu'il conviendra de fixer ultérieurement) s'étendant à la fois des deux côtés de la frontière sarkhovo-nistrove et du côté valdaque de la frontière valdaco-nistrove, afin d'offrir une garantie de sécurité mutuelle à toutes les parties prenantes.
Image

4 février 2020 : Chantons la Catholique, vive le Forum et Dieu !
2 février 2020 : Louons le Maitre Esprit
1er août 2019 : Naissance de l'ENTITÉ alias le NEXUS
19 octobre 2018 (An I) : Il vous suffira de dire : j'étais au couronnement de l'Empereur-Administrateur, pour qu'on réponde : voilà un brave !

Yul
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : ven. déc. 08, 2017 7:35 pm
NJ V4 : à la table...

Re: Conférence de Bolków

Message par Yul »

Zangief Kārkliņš éternua, puis s'excusa.
Discord : Yul#4741

Avatar du membre
Nizam
Maitre du monde
Messages : 1016
Enregistré le : jeu. déc. 22, 2016 5:51 pm

Re: Conférence de Bolków

Message par Nizam »

Le chef du gouvernement slézan était globalement satisfait par ces premiers échanges autour des tensions liées à la Nistrovie. Les valdaques et nistrovs avaient tendu une perche aux sarkhovites, et ces derniers semblaient réellement ouverts et attachés à l'idée d'un accord. Le Chancelier était donc optimiste pour trouver un compromis.

Image

Michal Rudzoski, Chancelier du Royaume de Slézanie : « Je pense que nous avons déjà fait un pas important vers un accord, en réalité. Cela est très encourageant. Je suis pleinement conscient qu'il existe un rapport de force extrêmement déséquilibré entre l'armée nistrove et l'armée sarkhovite, et sur ce point les inquiétudes formulées par la Nistrovie et son Excellence Oleg Balan me paraissent pleinement légitimes. Tout comme les revendications sarkhovites sur la nécessité d'une neutralité du territoire nistrove et l'idée d'une zone à militarisation limitée le sont également.

Je pense donc qu'un accord et qu'un compromis sont possibles. La Slézanie propose donc l'accord tripartite suivant : Les Républiques de Valdaquie, Nistrovie et Sarkhovie signent un pacte de non-agression. Les parties prenantes s'engagent donc à ne pas agresser militairement les autres parties prenantes de cet accord tripartite. De plus, une zone de militarisation limitée sera mise en place, 50 kilomètres de chaque côté de la frontière nistro-sarkhovite, et du côté valdaque de la frontière nistro-valdaque. Ces zones de militarisation limitée devront être débarrassées de toutes unités militaires à caractère offensif ou susceptibles de participer à une agression militaire. En revanche, comme l'a justement indiqué son Excellence Maria Petrovna Odina, les éléments militaires liés aux services douaniers ainsi qu'à l'assistance et la sûreté des personnes civiles seront habilités à être présents dans ces zones de militarisation limitée.

S'agissant des populations slaves vivant en Nistrovie, étant donné le fait que le gouvernement sarkhovite ne réclame pas d'aide particulière s'agissant de leur émigration, la Slézanie estime par conséquent que cette question nistro-nistrove doit rester à la discrétion des autorités de la République de Nistrovie.

J'estime que nous avons là un accord et un compromis satisfaisant permettant d'entamer une désescalade dans la région. »

Avatar du membre
Alexei
Maitre du monde
Messages : 2541
Enregistré le : ven. mai 17, 2013 6:12 pm
NJ V3 : Tcherkessie - Kirep
NJ V4 : Valdaquie

Re: Conférence de Bolków

Message par Alexei »

Oleg Balan et Ionuț Pădurariu avaient écouté avec la plus grande attention leur homologue sarkhovite, prenant en note ses idées principales. Alors qu'Oleg Balan semblait prêt à accepter la proposition de Michal Rudzoski, Ionuț Pădurariu se leva pour prendre la parole.

Image

Ionuț Pădurariu
Ministre des Affaires extérieures de la République de Valdaquie

« Pardonnez-moi de vous couper, monsieur Rudzoski, mais j'aimerais éclaircir un dernier point avant la formalisation d'un accord.

Etant donné la situation économique peu reluisante de la République de Nistrovie à l'heure où nous parlons, ainsi que sa faiblesse démographique, je pense que tout expert se respectant, qu'il soit valdaque, nistrove, sarkhovite ou même makengais, établira l'impossibilité pour Tighinău de menacer ses voisins ; que cela soit aujourd'hui, dans un futur proche ou même dans cent ans. En tout cas, nos analystes sont formels : compte tenu de la puissance militaire actuelle de votre pays, madame Odina, la Nistrovie est plus en position de faiblesse qu'autre chose. Empêcher ses forces armées de déployer du matériel à 50 kilomètres de ses frontières est tout bonnement impensable d'un point-de-vue sécuritaire, considérant la petitesse du territoire nistrove par rapport à la taille du votre, et serait même suicidaire. Dans le sens où les craintes - légitimes - de Tighinău ne seraient en rien apaisées et que, de surcroît, elle se retrouverait fortement pénalisée si un gouvernement sarkhovite décidait d'envoyer des troupes violer sa souveraineté dans le futur. En l'espèce, le rapport de forces est complètement à l'avantage de Sarkhgorod, c'est un fait. Et, si votre gouvernement voit effectivement la Nistrovie comme une véritable menace, je vous conseille, si vous me le permettez, de remplacer vos analystes.

La République de Valdaquie est, de son côté, en mesure de faire cette concession si cela peut rassurer Sarkhgorod, et réduire les tensions régionales. Toutefois, je me dois de rappeler à toute fin utile que si nous sommes réunis autour de cette table, mes chers confrères, c'est avant tout pour trouver une issue pacifique à la crise valvato-sarkhovite qui met sérieusement à mal la stabilité régionale, et qui pourrait déboucher sur un conflit ouvert si elle n'était pas résolue rapidement. La "question nistrove" n'est, en réalité, que très subsidiaire. D'autant plus que le Royaume-Uni des Valvatides est un éminent partenaire diplomatique et économique de la République de Valdaquie, et par extension de la Communauté des Nations dytoliennes. Vous n'êtes pas sans savoir qu'une ligne rouge a été tracée par Albarea, qui sera contrainte d'agir, avec tous les moyens mis à sa disposition, si l'escalade verbale entre le Royaume-Uni des Valvatides et la Fédération de Sarkhovie venait à déboucher sur des actions militaires offensives.

Ainsi, tout compromis concernant la Nistrovie devra s'accompagner d'un compromis valvato-sarkhovite, et cela n'est pas négociable. Si nous pouvons comprendre que le gouvernement sarkhovite ait vécu les manoeuvres valvato-daugaves comme une provocation - voire les prémices d'une attaque - le refus de ce dernier de dialoguer avec les deux pays nordiques, et même de les considérer comme "indignes de confiance", tant que ceux-ci n'auraient pas formulé d'"excuses officielles", revient plus à jeter de l'huile sur le feu qu'autre chose. Je ne pense pas me tromper en affirmant que jamais la Fédération de Sarkhovie n'aurait présenté d'excuses publiques au Royaume-Uni des Valvatides si ces dernières le leur avait demandé suite à des manœuvres militaires d'intensité dérisoire. Là encore, je tiens à préciser que le rapport de forces militaire est indubitablement à l'avantage de la Fédération de Sarkhovie.

J'encourage donc ma très estimée consœur à revoir la position de sa diplomatie et à profiter de la présence de Sa Majesté Zangief pour montrer que la Fédération de Sarkhovie est un Etat responsable, raisonnable, et soucieux de préserver la paix. En l'absence d'accord entre le Royaume-Uni des Valvatides et la Fédération de Sarkhovie, aucun compromis ne sera accepté par mon administration au sujet de la Nistrovie. »
« Nous excellons dans la destruction de l'ancien monde et dans la construction du nouveau. » Mao Tsé-toung
Image

Avatar du membre
Gwenael
Dirigeant respecté
Messages : 210
Enregistré le : lun. juil. 22, 2019 11:55 pm

Re: Conférence de Bolków

Message par Gwenael »

Image
Maria Petrovna Odina
Ministre des Affaires Étrangères de la Fédération de Sarkhovie

Comprenez bien que la Fédération de Sarkhovie, que je représente, ne se présente pas à vous aujourd'hui en adversaire, mais en partenaire avec lequel, je l'espère encore, la République de Valdaquie saura trouver un point d'accord sur une résolution mutuellement profitable. Considérant les règles de bienséance qu'une telle disposition implique, je ne vous ferai pas l'affront de critiquer les experts avec lesquels vous travaillez, ni de les mépriser. Je constate cependant qu'il subsiste un point d'incompréhension et suis tout à fait disposée à admettre qu'un défaut d'expression de ma part puisse en être à l'origine. Aussi, laissez-moi vous exposer plus clairement les raisons pour lesquelles notre gouvernement tient à ce que le territoire nistrov reste un espace de neutralité. Il nous importe, certes, de protéger la souveraineté de l’État sarkhovite sur son territoire. Cependant, notre aspiration première réside avant tout dans la sécurité des citoyens de notre Fédération. Il est évident que nous ne puissions laisser nos forces armées déserter totalement des zones peuplées et potentiellement menacées en laissant leurs habitants à la merci de la première agression, peu importe des moyens militaires et financiers dont pourraient disposer les menaces éventuelles.

Il n'est guère nécessaire au gouvernement que je représente de présenter des éléments comme « preuves de bonne foi » quant à sa volonté de négocier pacifiquement un accord mutuellement bénéfique. L'implication de la Fédération de Sarkhovie dans les dossiers en cours n'est qu'une réaction à de seules sollicitations extrinsèques, s'agissant entre autres des présentes négociations auxquelles j'eus l'honneur d'être conviée par notre hôte slézan, ou de notre refus d'apporter des concessions aux autorités valvates sur une affaire dans laquelle la responsabilité portée par notre gouvernement est nulle. Tout comme le gouvernement sarkhovite s'est jusqu'alors refusé à s'ingérer dans les affaires internes de la République de Nistrovie, je demanderais à nos partenaires valdaques d'en faire de même concernant la politique adoptée par la Fédération face aux provocations dont elle fut victime de la part du Royaume-Uni des Valvatides. En l'absence de réponse à nos doléances passées ou de satisfaisantes explications postérieures aux événements incriminés, la Fédération de Sarkhovie ne modifiera pas sa ligne de conduite à l'égard du Royaume-Uni des Valvatides, dont les intentions à l'égard de notre pays restent troubles. En aucun cas les menaces de représailles militaires formulées par nos partenaires n'entrent en ligne de compte dans les processus de décision de la diplomatie sarkhovite. La question des relations sarkhovo-valvates étant sans rapport avec le sujet de cette réunion, nous considérons le sujet comme clos.

J'espère que nos partenaires sauront se séparer de leurs préoccupations, manifestement hors-sujet, relatives aux relations liant la Fédération de Sarkhovie à des États ne figurant pas parmi les parties prenantes des présentes négociations. Si nos partenaires se présentent ici avec l'objectif d'obtenir des concessions unilatérales de la part de notre gouvernement, je crains que cette conférence soit une perte de temps pour chacun de nous. Le cas échéant, je serais la première navrée de l'échec de ces négociations, particulièrement pour notre hôte slézan dont la volonté sincère, que nous partageons, d'aboutir à un compromis mutuellement profitable ne fait aucun doute. Je m'adresse à présent à nos partenaires valdaques et nistrovs : si votre volonté est de mettre à présent un terme à ces négociations, je me plierai à votre décision, avec amertume certes, mais le cœurs léger, consciente que les observateurs objectifs sauront identifier qui porte la responsabilité de l'échec de cette réunion pacifique. Dans le cas contraire, puisque nous semblons nous accorder sur la nécessité d'une démilitarisation partielle des territoires frontaliers des trois États impliqués, je pense que nous pouvons entamer la mise en forme d'une proposition finale de résolution.
Image

4 février 2020 : Chantons la Catholique, vive le Forum et Dieu !
2 février 2020 : Louons le Maitre Esprit
1er août 2019 : Naissance de l'ENTITÉ alias le NEXUS
19 octobre 2018 (An I) : Il vous suffira de dire : j'étais au couronnement de l'Empereur-Administrateur, pour qu'on réponde : voilà un brave !

Avatar du membre
Alexei
Maitre du monde
Messages : 2541
Enregistré le : ven. mai 17, 2013 6:12 pm
NJ V3 : Tcherkessie - Kirep
NJ V4 : Valdaquie

Re: Conférence de Bolków

Message par Alexei »

Oleg Balan se passa la main sur le visage en voyant la joute verbale dans laquelle ses deux puissants voisins s'étaient engagés. Ionuț Pădurariu, visiblement peu convaincu par les explications de la Sarkhovite, but une gorgée d'eau avant de répondre à cette dernière, toujours affublé de son plus grand sourire.

Image

Ionuț Pădurariu
Ministre des Affaires extérieures de la République de Valdaquie

« Si vous considérez effectivement la République de Valdaquie comme un partenaire aujourd'hui, alors cela prouve que votre ligne diplomatique est capable de changer, laissez-moi vous rafraîchir la mémoire. En 2039, lorsqu'un terrible attentat a frappé le métro de Palitsva, la Valdaquie a été la première à adresser son soutien à votre peuple, ainsi qu'à votre gouvernement. Cet appel du pied est pourtant resté sans réponse ; l'administration sarkhovite se bornant à voir mon pays comme une menace, alors qu'aucun geste hostile n'a été conduit par celui-ci à votre encontre. Jamais je ne me permettrais de vous dire comment mener votre diplomatie, madame Odina, mais vous auriez dû voir Albarea comme un partenaire à ce moment là. A l'heure actuelle, je crains que cette vision ne soit pas réciproque, et que ce soit bel et bien votre pays - et non le Royaume-Uni des Valvatides, ni la République de Valdaquie ou encore moins la République de Nistrovie - qui doive prouver sa bonne foi.

Car, sauf votre respect, ma chère collègue, la Fédération de Sarkhovie est loin d'être venue à Bolków en position de force. Cela est vrai dans cette pièce et en Dytolie-orientale. Votre pays, qui est également entré en récession l'année dernière, vient de revenir dans le concert des nations et a encore à démontrer sa fiabilité, tant auprès des chancelleries dytoliennes que des investisseurs internationaux. Si je ne peux que saluer la bienveillance de notre hôte slézan, qui est par ailleurs un allié de premier plan pour mon pays dans la région, je suis dans l'impossibilité de la partager à l'heure actuelle. Votre fermeture au dialogue vis-à-vis des Valvatides, alors que l'objectif premier de ce sommet est bel et bien de régler les griefs que vous avez vis-à-vis de cette dernière, ainsi que la diversion que vous tentez de mettre en place en mettant la "question nistrove" sur la table - alors que votre gouvernement ne l'a jamais soulevée par le passé - constituent un véritable soufflet envoyé à notre visage, mais aussi à celui de monsieur Rudzoski.

Je vais être clair : la République de Valdaquie ne vous laissera pas menacer le Royaume des Valvatides sans réagir. Vous avez toutes les cartes en main pour désamorcer une crise dont les conséquences pourraient être désastreuses pour la Dytolie de l'Est et l'image internationale de votre pays. Je le répète, le règlement du "problème" nistrove est subordonné à la signature d'un accord entre le Royaume-Uni des Valvatides et la Fédération de Sarkhovie. Je vous prie donc de bien vouloir reconsidérer ma proposition une dernière fois, et de faire un pas vers vos voisins nordiques qui, eux, ont fait l'effort de prendre officiellement contact avec votre Etat, et d'assister à cette conférence malgré tout. Si cela représente un effort insurmontable pour la Fédération de Sarkhovie, alors elle devra assumer, seule, l'échec de ces négociations ainsi que les conséquences qui en découleront. Personnellement, j'espère de manière sincère que vous ne ferez pas cette erreur, et que l'initiative de monsieur Rudzoski sera couronnée de succès. Je vous remercie. »

Le Valdaque se rassit, soufflant quelques mots dans l'oreille de son homologue nistrove et de son staff, avant de se tourner vers le roi Zangief, dont la prise de parole pourrait permettre soit de débloquer la situation, soit de mettre définitivement en lumière l'absence de volonté sarkhovite de résoudre pacifiquement la crise.
« Nous excellons dans la destruction de l'ancien monde et dans la construction du nouveau. » Mao Tsé-toung
Image

Avatar du membre
Gwenael
Dirigeant respecté
Messages : 210
Enregistré le : lun. juil. 22, 2019 11:55 pm

Re: Conférence de Bolków

Message par Gwenael »

La Ministre reprit la parole avant que le roi valvate puisse s'exprimer. Elle n'avait aucune intention d'écouter ce qu'il avait à dire, alors même que sa participation à cette conférence restait un mystère.

Image
Maria Petrovna Odina
Ministre des Affaires Étrangères de la Fédération de Sarkhovie

La Fédération de Sarkhovie a déjà pris sa décision concernant l'attitude à adopter vis-à-vis du gouvernement valvate, et aucune menace de quelle nature qu'elle soit ne pourra remettre en cause cette situation. Le reprise du dialogue devra émaner du Royaume-Uni des Valvatides, et de lui seul. Je vous présente mes excuses, Excellence, mais mon temps est malheureusement trop précieux pour que je puisse vous suivre dans la comptabilisation des mots doux échangés par les chancelleries de Dytolie orientale. Je me contenterai simplement de remarquer que l'attitude du gouvernement de la Fédération, atone jusqu'à la réception de l'invitation slézane à participer à ce sommet devant explicitement régler la question nistrove, n'a jamais varié sur ce dossier précis.

Tâchons donc de mettre un terme à cet échange futile et infamant de contre-vérités pour nous concentrer sur les sujets qui feront réellement avancer cette conférence, au lieu de la plonger dans la stagnation. Je ferai, pour cela, appel à l'arbitrage de votre « allié de premier plan » qu'est notre hôte.

Elle se tourna vers le Chancelier Rudzoski.

Estimez-vous, Excellence, que la résolution des tensions entre la Sarkhovie et les Valvatides soit un préalable nécessaire à la continuation de cette conférence, ou pouvons-nous poursuivre nos discussions concernant la Nistrovie ?
Image

4 février 2020 : Chantons la Catholique, vive le Forum et Dieu !
2 février 2020 : Louons le Maitre Esprit
1er août 2019 : Naissance de l'ENTITÉ alias le NEXUS
19 octobre 2018 (An I) : Il vous suffira de dire : j'étais au couronnement de l'Empereur-Administrateur, pour qu'on réponde : voilà un brave !

Avatar du membre
Alexei
Maitre du monde
Messages : 2541
Enregistré le : ven. mai 17, 2013 6:12 pm
NJ V3 : Tcherkessie - Kirep
NJ V4 : Valdaquie

Re: Conférence de Bolków

Message par Alexei »

Le ministre, sans attendre que son homologue ait terminé, se saisit d'un épais fichier qu'il ouvrit, avant de répondre directement à la Sarkhovite.

Image

Ionuț Pădurariu
Ministre des Affaires extérieures de la République de Valdaquie

« Dans ce cas, j'ai bien peur que vous ne vous soyez trompée de conférence, madame la ministre. Dans la missive qui nous a été envoyée, il est explicitement question, je cite, "des tensions frontalières entre Valvates et Sarkhovites", ainsi que des "frictions frontalières avec les Valvatides et la Daugavie". Plus sérieusement, et je pense que mon hôte me rejoindra, les thèmes de ce sommet ne sont pas à la carte. Les tensions que vous entretenez avec le Royaume-Uni des Valvatides font courir un risque mille fois plus imminent pour la paix régionale que la "question nistrove", que monsieur Rudzoski a placé à l'ordre du jour pour tuer dans l'oeuf toute crispation future entre nos deux pays - ce que je salue. Chacune des personnes autour de cette table doit prendre ses responsabilités ; la République de Nistrovie l'a fait, de même que la République de Valdaquie. Pour le moment, la Fédération de Sarkhovie ne l'a fait que partiellement.

Ainsi, si la Fédération de Sarkhovie souhaite continuer à faire la sourde oreille vis-à-vis de son voisin du Nord, grand bien lui fasse. Mais dans ce cas-là, la République de Valdaquie ne voudra pas entendre parler d'un accord de "militarisation limitée" au sujet de la Nistrovie du moment que les tensions ne seront pas apaisées dans le Nord. »

Il se tourne également vers le chancelier slézan.

« Votre bonne volonté vous honore, monsieur, et je suis certain que les relations entre nos deux pays ne ressortiront que plus fortes de cette conférence. Cependant, je me dois de vous prévenir que les sécurités nationales de la République de Valdaquie et de la République de Nistrovie ne sont pas négociables en l'état actuel des choses. Si la diplomatie sarkhovite ne daigne pas faire preuve de plus de bon sens, alors notre présence ici n'aura, malheureusement, plus lieu d'être. »

Sur ces mots, le diplomate mit dans l'ordre dans sa paperasse, imité quelques secondes plus tard par Oleg Balan, visiblement prêts à partir.
« Nous excellons dans la destruction de l'ancien monde et dans la construction du nouveau. » Mao Tsé-toung
Image

Avatar du membre
Nizam
Maitre du monde
Messages : 1016
Enregistré le : jeu. déc. 22, 2016 5:51 pm

Re: Conférence de Bolków

Message par Nizam »

Image

Michal Rudzoski, Chancelier du Royaume de Slézanie : « Les dossiers valvate et nistrov sont deux rouages de la géopolitique régionale qui sont de facto liés. En revanche, utiliser les tensions frontalières entre les Valvatides et la Sarkhovie pour geler toute négociation sur la Nistrovie, centre de tensions depuis bien plus longtemps que ne le sont les Valvatides, est à mes yeux une erreur freinant l'avancée de nos débats. La résolution des tensions entre les Valvatides et la Sarkhovie ne devrait pas être une condition indispensable à l'avancée des négociations concernant la Nistrovie. Nonobstant, la position intransigeante valdaque sur ce sujet nous pousse de fait à régler une bonne fois pour toute les tensions à la frontière valvato-sarkhovite, qui sont en réalité assez insignifiantes comparées aux enjeux autour de la Nistrovie. Lorsque les égos de chacun freinent les négociations, il devient nécessaire de s'en remettre au bon sens et au pragmatisme. »

Après l'intervention du Chancelier slézan, les délégations valdaque, nistrove et sarkhovite furent invités à sortir prendre une pause comme convenu, suite à la décision provisoire de la Sarkhovie de ne pas discuter avec les Valvatides et la Daugavie. Ne restaient donc dans le salon que les slézans et les valvato-daugaves.

Michal Rudzoski, Chancelier du Royaume de Slézanie : « Excellence Zangief Kārkliņš, je pense qu'il est désormais nécessaire de régler une bonne fois pour toute les tensions frontalières avec la Sarkhovie. Le gouvernement slézan persiste à penser que l'organisation de manoeuvres militaires à la frontière avec la Sarkhovie, et ce quelle que soit leur envergure, est une maladresse et une erreur du fait des antécédents tendus entre vos nations. En revanche, je reste convaincu que les Valvatides et la Daugavie ne nourrissent aucune velléité belliciste à l'égard de la Sarkhovie. Bien que vous ayez ces derniers mois entamé un renforcement d'envergure de vos forces armées, cela ne pourrait vous être reproché par des pays sur-militarisés comme la Valdaquie ou la Sarkhovie. Toutefois, je pense que vous sortiriez très grandi de cette conférence si vous acceptiez de faire le premier pas avec votre voisin. Vous n'avez aucun intérêt à ce que la situation dégénère et qu'un conflit éclate entre vos pays. Alors si vous décidiez de reconnaitre officiellement que ces manoeuvres étaient malvenues, maladroites et que les Valvatides et la Daugavie ne nourrissent aucune volonté de conflit avec la Sarkhovie, cette dernière sera dans ce cas bien obligée de revenir autour de la table et de négocier avec vous. S'ouvrirait alors la possibilité d'une zone frontalière à militarisation limitée impliquant les Valvatides, la Daugavie et la Sarkhovie ainsi qu'un pacte de non-agression. La balle est dans votre camp, Excellence. L'heure est au pragmatisme dénoué d'égo. »

Yul
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : ven. déc. 08, 2017 7:35 pm
NJ V4 : à la table...

Re: Conférence de Bolków

Message par Yul »

Image


Zangief Kārkliņš : Nous avons par deux fois essayer de tendre la main à nos voisins, en 2039, puis plus récemment, à la suite de leur réaction à nos exercices d'orientation. Quoi que nous acceptions, je crains que ça ne change pas grand chose : le gouvernement de Sarkhovie fait preuve d'une mauvaise foi extrême et je ne crois pas qu'elle ait envie que la situation s'apaise, bien au contraire. J'ignore à quel jeu ces petits malins comptent jouer, mais je ne suis pas non plus un imbécile, et je n'aime pas perdre mon temps. Il n'y aura de toutes façons aucun accord possible si aucun représentant officiel de leur pays ne vient le parapher, vous en conviendrez...
Discord : Yul#4741

Avatar du membre
Nizam
Maitre du monde
Messages : 1016
Enregistré le : jeu. déc. 22, 2016 5:51 pm

Re: Conférence de Bolków

Message par Nizam »

Image

Michal Rudzoski, Chancelier du Royaume de Slézanie : « Je conçois tout à fait que la position sarkhovite peut paraitre hermétique, mais je ne peux leur donner tort sur certains aspects. Je le répète encore une fois, je suis convaincu de votre volonté d'apaisement et de paix avec la Sarkhovie, tout comme je suis convaincu que nous partageons la volonté et l'objectif de faire revenir les sarkhovites autour de la table. Cependant ces derniers ont jugé que n'étiez pas un interlocuteur crédible, notamment du fait que vous n'ayez pas répondu à leurs demandes initiales après l'annonce de vos manoeuvres. Vous n'avez pas répondu et les exercices ont quand même eu lieu.

Si vous souhaitez apaiser la situation, comme je le pense, pourquoi ne pas avoir répondu aux inquiétudes sarkhovites et discuter d'un possible aménagement de ces manoeuvres pour qu'elles ne suscitent pas de tensions infondées ? »

Yul
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : ven. déc. 08, 2017 7:35 pm
NJ V4 : à la table...

Re: Conférence de Bolków

Message par Yul »

Image


Zangief Kārkliņš : En réalité, c'est ce que nous avons fait, nous avons justement maintenu un exercice que je qualifierai de "léger", sans utiliser d'armement, contrairement à ce que nous souhaitions faire à l'origine. Cela nous paraissait amplement suffisant. Franchement, si la presse n'en avait pas parlé pour se féliciter de l'évolution des rapports entre les Valvatides et la Daugavie, ces exercices seraient passés inaperçus, ou au pire, auraient été complètement ignorés. C'est bien pour se faire de la publicité que la Sarkhovie gesticule ainsi, tant sur le plan international pour se construire une crédibilité auprès des nations opposées à la CND que sur le plan national : dans un pays où on crève littéralement de faim, dont la région sud est prête à exploser et est muselée par la violence et où la seule ambition économique est d'exporter des greluches bien roulées à l'étranger, le gouvernement Sarkhovite a tout intérêt à ne pas se montrer trop médiocre sur tous les plans...
Discord : Yul#4741

Répondre

Retourner vers « Diplomatie mondiale »