Informations nationales

NJ secondaire
(D2-NJ)
Iskupitel
Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Informations nationales

Message par Iskupitel » mar. janv. 15, 2013 9:39 pm

[favicon]http://img96.xooimage.com/files/c/9/9/7 ... 3d2984.png[/favicon]

Le mehrati libre


L'ancien Palais Tribal de Tel-Mehrat s'est vu hier rebaptisé par le chef du gouvernement indépendantiste, M. Thomas FRANK, devenant le "Palais de la Gloire indépendantiste de Tel-Mehrat", ou "Palais présidentiel de Tel-Mehrat". Refusant pourtant d'endosser le rôle de Président, jugeant n'avoir pas été choisi par le Peuple, M. FRANK a voulu que soient mises en place des élections "libres et justes" afin de définir qui sera le premier Président de la République Tribale de Tel-Mehrat. Les principaux candidats et partis sont, par ordre d'importance selon les récents sondages d'opinion :
  • - Parti Libéral-Démocrate (M. Samuel Jonnes)
    - Parti Conservateur (M. Deithem Adulÿadej)
    - Parti Communiste (M. Loki Von Valdorf)
    - Parti Indépendantiste (M. Thomas Frank)
    - Parti Nationaliste Ethniciste (M. Hicham El-Alaoui Ben-Salam El-Allah)
Le vote sera organisé le 20 février prochain, appelant tous les citoyens à prouver leur bonheur quant à l'indépendance mehratie. M. FRANK a également annoncé que l'abstention serait une "tristesse dans le paysage politique de notre jeune Nation". L'on pourra lors retrouver des soupçons de nationalisme dans ses propos, qui mettent en valeur le fait que le programme indépendantiste, très faible, ne peut tenir la route face aux trois grands partis de ces élections. L'on remarquera également l'absence de parti suniste ainsi que de parti xénocrate, partis régnant sur l'échiquier politique de Tel-Érib.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Message par Iskupitel » jeu. janv. 17, 2013 10:06 pm

<center>Le mehrati libre</Center>

Les résultats de l'élection présidentielle seront ici retranscrits selon leur première forme, qui peut être variable de quelques voix. Le verdict ne peut pourtant pas être changé différent.
  • 1- M. Deithem ADULŸADEJ (Parti Conservateur ; 52% des suffrages)
    2- M. Samuel JONNES (Parti Libéral-Démocrate ; 20.5% des suffrages)
    3- M. Loki VON VALDORF (Parti Communiste ; 12% des suffrages)
    4- M. Hicham EL-ALAOUI BEN-SALAM EL-ALLAH (Parti Nationaliste Ethniciste ; 10.5% des suffrages)
    5- M. Thomas FRANK (Parti Indépendantiste ; 5% des suffrages)
Toute la rédaction du Mehrati Libre souhaite faire part de ses félicitations à M. ADULŸADEJ, nouveau et premier Président de Tel-Mehrat. La cérémonie d'investiture se fera le 24 février et ne sera pas retranscrite ici.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Message par Iskupitel » mar. janv. 22, 2013 9:54 pm

<center>Le mehrati libre</Center>

M. Deithem ADULŸADEJ, nouvellement élu à 52% des suffrages exprimés, a annoncé par communiqué de presse sa volonté de changement de régime. À la lecture de ces quelques lignes, sachez que la repsiration des membres de la rédaction du mehrati libre s'est arrêtée brusquement. Mais elle a vite repris son cours, M. ADULŸADEJ annonçant la proclamation de la Monarchie parlementaire. Sera dorénavant notre Roi à tous sa Majesté le Roi Clemens I de Tel-Érib, tel que sera son nom de sacre, et sera le Premier Ministre de la nouvelle "Sainte, Catholique et Parlementaire Monarchie de la Tribu de Tel-Mehrat" M. ADULŸADEJ, élu du Peuple avant tout. Pour l'instant, aucune modification de la Constitution n'est prévue, mais d'ores et déjà le Roi s'est vu "ému" et se voit "sacré au plus tôt". Un second sacre sera peut-être organisé dans le but de recueillir l'approbation solennelle de Sa Sainteté le Pape, à qui la demande de la présence d'évêques à Tel-Mehrat devrait se faire dès que possible. Par ailleurs, un lien entre sa Majesté et la famille royale thorvalienne serait existant, ce qui conduirait rapidement à une rencontre diplomatique entre le Thorval et Tel-Mehrat. À cela s'ajoute l'optique résolument internationaliste du gouvernement, ce qui était présent dans le programme politique de chacun des candidats à la récente élection présidentielle. Cette optique annonce une volonté gouvernementale, confirmée par sa Majesté le Roi d'entrer à l'Assemblée des États à plus ou moins court terme. Le communiqué ne dit rien quant à une possible entrée à la Sainte Alliance.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Message par Iskupitel » mer. mars 20, 2013 7:43 pm

Le mehrati libre


Les conditions de l'indépendance de Tel-Mehrat étaient claires pour M. Thomas Frank, leader du Parti Indépendantiste. En plus du territoire de l'ancienne tribu tel-éribaine, Tel-Mehrat devait se doter d'un accès libre et complet à la mer. Pour cela, la possession des îles du Missm Austral, au nord de Tel-Akko, était demandée. Acceptée rapidement par un secrétaire d'État de Tel-Érib, aujourd'hui le président nommé par le Conseil des Sages, Waddaulah Khairi. Pourtant, le missm (nom traditionnel tel-éribain pour désigner ce que d'autres nations appelleront un archipel) est toujours revendiqué par la république d'à côté. Nostalgique, Érib envoie toujours des navires de guerre patrouiller dans les eaux souveraines de la nouvelle nation pour dissuader les chalutiers et autres navires de pêche mehratis de s'y installer. Pourtant, le bon droit de Mehrat est bien là, et quoiqu'en dise M. Khairi, ces îles sont sous la responsabilité du territoire indépendant. Riches en crabe, les zones de pêche associées à la possession et l'administration de ce missm sont le principal intérêt de l'endroit, bien loin devant la dizaine de milliers d'habitants et leur avis. Selon une récente pétition, les îliens ont réaffirmé leur volonté de faire partie de Tel-Mehrat administrativement. Bien que culturellement et historiquement Tel-Érib soit dans son droit, la signature d'accords lors de la négociation de l'indépendance empêche Érib de revendiquer ces morceaux de terre. "C'est une honte", a déclaré M. Deithem Adulÿadej, Premier Ministre mehrati. "Nos droits sont ce qu'ils sont ; nos terres sont aussi peu étendues qu'elles le sont ; et Dieu nous a confié la garde de ces îles", a ajouté, confiant que Tel-Érib reculerait, Le Roi, continuant : "depuis quelques jours, nous avons reçu l'immigration de nombreux croyants. Nous devons offrir à nos frères de confession un environnement plein, un environnement qui compte à son actif le missm austral."

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Message par Iskupitel » dim. mars 24, 2013 4:37 pm

<center>Le mehrati libre</Center>

11 septembre 2020

Une révolution est-elle en marche ? C'est ce que pensent certains experts aujourd'hui. Depuis plusieurs jours, des manifestations ont été organisées à Dehat et, dans une moindre mesure, à Mehrat. Mis à mal par les forces de l'ordre, les manifestants se sont à chaque fois rapidement dispersés, n'abandonnant pourtant pas leur demandes : la démission du gouvernement et l'instauration d'un gouvernement communiste. D'abord lancée par des immigrants en provenance du Kirep, la contestation s'est accrue de jour en jour. Et, hier, un soulèvement armé s'est fait connaître sous le nom de "Front de Libération Égalitaire de Tel-Mehrat". Le FLE, armé, s'est rapidement emparé des complexes industriels de Dehat mais peine à prendre pied dans les quartiers pavillonnaires, utilisés par la police urbaine comme bastion. Alors que les combats font rage dans la grande ville du nord de Tel-Mehrat frontalière de la Cyrénanie, les yeux se tournent lentement sur la capitale, où un soulèvement similaire serait des plus crédible. Dans les campagnes, enfin, les avis restent divisés, au nord comme au sud, et aucun combat réel ne s'y fait ressentir. "Bof, on a ben l'hab'tude, maint'nant, v'savez" commente un agriculteur du sud de Dehat. "C'est pas comme si qu'on s'tait battus pour not' liberté du Prince, puis des Sunistes, puis d'Tel-Érib ; un chang'ment de gouvern'ment ça nous touche plus, v'savez." ajoute-t-il, pensif.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Message par Iskupitel » lun. juil. 29, 2013 12:02 am

<center>Mehrati Royal</center>

<center>Image
Vue d'artiste de la cathédrale Notre-Dame de la Rédemption de Tel-Mehrat</center>

La Religion Catholique mise en avant
23 septembre 2021

Avec plus de 85% de catholiques, Tel-Mehrat est l'état le plus catholique du sud-vicaskaran. En ce sens, le Roi Clemens I a fait appel à la Reine Annabelle II du Thorval, afin de prodiguer à la population mehratie un lieu de culte à la grandeur de leur Foi. La construction de la cathédrale Notre-Dame de la Rédemption de Tel-Mehrat a débuté il y a un mois, et son inauguration ne devrait pas avoir lieu avant deux ans. Pourtant, la pierre utilisée étonne déjà, car c'est de la pierre sombre issue des montagnes tel-éribaines qui ont commencé à être alignées à la base de l'édifice. Pourquoi avoir fait venir ces pierres de Tel-Érib ? Pourquoi édifier une cathédrale noire ? Pourquoi l'appeler Cathédrale Notre-Dame de la Rédemption ? Selon le Porte-Parole Royal, une telle décision aurait été prise pour rendre hommage aux victimes de la Guerre de Sécession Tel-Mehratie. Construire une telle merveille est donc un formidable hommage à toutes ces âmes à présent au Paradis. Il est déjà évoqué que l'inauguration de la cathédrale doive se faire, dans deux ans, en la présence illustre de la Reine Annabelle II, ce qui serait un grand honneur pour tout le Peuple tel-mehrati. À la construction de la cathédrale s'ajoute celle d'une statue du Christ-Roi, réplique parfaite en un peu plus petit de la statue du Christ-Roi qu'on peut admirer au Qabar et qui sera disposé sur une colline au Nord-Est de Mehrat, en direction de Jérusalem (et, étonnamment, de Tel-Jérusalem également). Là encore, la Statue du Christ-Roi ne sera admirable que dans deux années, au bas mot, hélas.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Message par Iskupitel » jeu. oct. 24, 2013 12:48 pm

<center>Culture et Tradition</center>

L'éducation tel-mehratie reconnue
11 juin 2022

Depuis la fin de la guerre civile qui a mené à la création de l'infâme état socialiste de Tel-Dehat, Tel-Mehrat vit dans le bonheur, et cela est en partie grâce à notre éducation, unique sur l'Île du Prince. En raison de la richesse de l'état, qui existe grâce à Dieu, bien que les institutions internationales ne nous reconnaissent pas toutes comme indépendants de Tel-Erib et ses méthodes religieuses biaisées, l'éducation est devenue une priorité de notre bon roi Clemens, et ses méthodes sont reconnues sur toute l'île du Prince pour leur fiabilité. En effet, il est habituel de ne pas avoir plus de dix enfants par professeur, et l'éducation se veut très proche des élèves, afin de permettre l'élévation intellectuelle de tous - bien entendu dans la gloire du Christ : chaque semaine, la messe est obligatoire et quatre heures de Culture Biblique sont dispensées par des professeurs en théologie. L'université de Tel-Mehrat, empruntant un ancien bâtiment dictatorial de l'ère d'Iskupitel, propose plusieurs cursus et diplômes, tous adaptés en termes d'horaires et de matières à l'élève, afin que son parcours soit une réussite. Chaque année, 1% des élèves sort du système scolaire sans le diplôme de fin d'études primaires, qui est passé lors de la dix-huitième année. Pourtant, Ces élèves sont généralement en échec familial et ne passent pas l'examen, et le taux d'obtention de ce diplôme est de 99%, une réussite pour tous les professeurs.
Hélas, disposer d'un diplôme ne fait pas tout, et c'est à présent le travail qui commence à manquer, le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans atteignant 14% selon une étude royale de mars dernier. Le chômage global des actifs, lui, atteindrait 11%. Ayant pris connaissance de ces chiffres alarmants par rapport à Tel-Erib ou Tel-Dehat, qui affichent tous deux des taux de chômage en-dessous de 2%, le Roi a déclaré souhaiter bientôt mettre en place une réforme qui permettra d'optimiser l'offre d'emploi.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Message par Iskupitel » ven. mars 07, 2014 9:43 pm

[quote="Iskupitel"]<center>Mehrati Royal</center>

<center>Image
Sa Sainteté, le Pontifex Maximum Alexandre IX</center>

Deux catholicismes ?
21 juillet 2023

En tant que Roi Catholique, notre Bien-Aimé Roi Clemens I, cousin de la famille royale du Thorval, a lors de son couronnement assuré son allégeance à Sa Sainteté Pontificale, établie au Thorval. Profitant de la Guerre Civile à Tel-Mehrat, il a pu être couronné en Alméra, sous les auspices d'un Archevêque thorvalien. Depuis, plus de 3 années ont passé, et jamais les catholiques tel-mehratis, au nombre d'environ 5 400 000 en 2022, soit 90% de la population du Royaume, n'ont été pris en compte. Les prêtres sont en majorité issus d'autres pays catholiques reconnus par le Saint Siège, donc almérans, et les prêtres tel-mehratis sont si rares qu'ils ne sont plus présents qu'en périphérie du territoire, que ce soit du côté de Tel-Dehat ou de l'autre côté de la frontière avec Tel-Érib, ayant pour statut celui de missionnaire. Le monopole de la prêtrise semble donc acquis aux almérans. Il est également important de noter que le Viertenstein, lors de l'annonce de son congrès des nations catholiques concernant la remise en place du pouvoir temporel du Pape, n'a pas jugé bon d'inviter d'importantes nations telles que l'Océania, le Raksasa, le Khaldidan ou Tel-Mehrat. Cette décision a été considérée comme une offense, bien que le Roi Clemens I ait annoncé espérer une issue favorable au Congrès viertensteinois. Un article raksasan s'offusque également au nom des catholiques du pays selon les mots suivants : "Nous avons le très net ressentiment d’un désintérêt total d’Urba pour notre condition." Le Saint-Empire est soutenu clairement par Son Altesse Clemens I, et cette réaction illustre bien un des problèmes actuels : la quasi-totalité des pays catholiques est favorable à un retour du Pape comme dirigeant d'Urba, mais des initiatives non coordonnées divisent les catholiques et l'influence de ceux-ci sur le retour du Pape en Urba. L'autre opposition à cet honorable projet est la crise traversée par Urba en 2018 et, plus spécifiquement, la solution trouvée en coopération avec l'AdE. En effet, comme le Secrétaire Général Waddaulah Khairi l'a rappelé dans une allocution, l'AdE a aidé le peuple d'Urba à mettre en application son droit à l'auto-détermination, et les nations membres en reconnaissent la légitimité. Il apparaît donc impossible de faire revenir Alexandre IX en tant que chef de l'état urbain sans entrer en contradiction avec l'AdE. Son Altesse Clemens I a d'ores et déjà annoncé qu'il ne serait pas opposé au fait de participer à la prise de décision concernant le retour du Pape, et qu'il suivrait les volontés du Saint-Empire du Schlessien ainsi que celles de la famille de Braunschweig. Quel sera l'avenir d'Urba ? Bien que rien ne concerne le territoire de manière directe et que tout reste à l'état de discussions, l'on peut s'attendre au pire, et les nations les plus actives à l'AdE semblent prêtes à sauter sur quiconque ne les respectera pas.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Re: Informations nationales

Message par Iskupitel » lun. nov. 17, 2014 6:47 pm

Mehrati Royal


Tel-Mehrat bientôt membre de l'Union du Vicaskaran ?
21 août 2025

Notre Bien-Aimé Roi Clemens I a émis l'idée, lors d'un dîner à son Palais, d'intégrer l'Union du Vicaskaran. Bien que Tel-Mehrat n'ait que très peu de relations avec les autres pays du continent, il serait en effet intéressant de rejoindre l'UV, avec pour objectif de s'ouvrir au monde extérieur et de favoriser la démocratie de notre pays tout en harmonisant notre politique avec celle d'autres états plus dynamiques que Tel-Érib, ce géant conservateur. Alors que les élections vicaskarannaises se déroulent en Aquanox, au Danube, au Perlian et au Northland, Tel-Mehrat pourrait se placer en contre-pied de la décision tel-éribaine de rester éloigné de cette Union jugée "déficiente et hypocrite". Peut-être serait-ce une attitude jugée enfantine et idiote, mais au moins serait-elle réelle et inscrite dans l'évolution actuelle du continent. « Nous ne souhaitons pas que Notre Royaume soit seul et uniquement à la botte de Tel-Érib. Nous souhaitons lui trouver un nouveau souffle et de nouveaux partenaires », avait très justement déclaré Sa Majesté le Roi Clemens I lors d'une entrevue avec un journaliste tel-éribain, l y a de cela quelques semaines. Cette décision entrerait donc dans ce contexte et viendrait se porter également à contre-pied de Tel-Dehat. L'état matérialiste issu de la récente guerre civile à Tel-Mehrat est plus isolé que jamais. S'ouvrir à l'Union du Vicaskaran permettrait donc de se démarquer de Tel-Dehat, que même ses confrères socialistes et communistes ont abandonné. Il est bien entendu clair que cela ne peut se faire sans le consentement du parlement, mais cela ne devrait pas poser de problème, étant donnée la large majorité de la Coalition pour le Bien de Tel-Mehrat, regroupant les deux partis ayant le plus de représentation, le Parti Conservateur et le Parti Nationaliste-Ethniciste. Cette coalition, ayant réellement fondé le pays avec son Premier Ministre, M. Adulÿadej, devrait opposer une résistance qui sera contournable par des concessions mineures et peu importantes. Le Parti Xénocrate, ardent défenseur de la domination « naturelle » de Tel-Érib sur notre Tribu sécessionniste, sera à la pointe de la contestation, mais cela ne devrait pas représenter un obstacle infranchissable : bien que leurs 6 parlementaires soient les plus virulents, ils ne représentent que 3% des votants. En admettant que le Parlement donne son accord, notre Tribu ne sera-t-elle pas vue comme le dindon de la farce lors de son adhésion à l'Union du Vicaskaran ? Les 4 membres actuels sont fondateurs, disposant tous d'une institution sur leur sol. Tel-Mehrat ne sera-t-elle pas alors le nouvel adhérent qui n'aura aucun moyen de pression et, finalement, aucun poids sur les décisions ? Notre mince population s'ajoutant à notre faiblesse politique et diplomatique ne permettront que de recevoir des ordres et consignes. L'Union du Vicaskaran est-elle plus dérangeante qu'appréciable ? Cela est discutable, car l'on peut espérer que sitôt les élections vicaskarannaises achevées des mesures favorables à tous les pays de l'Union seront prises, sous l'étendard principal du Danube. C'est alors que la question de l'adhésion peut être recentrée : n'est-il pas davantage préférable de plutôt s'harmoniser avec le Danube, de manière bilatérale ? Que peut réellement apporter l'Union du Vicaskaran ? La position de membre observateur n'est-elle pas préférable dans un premier temps ? Cela semblerait étrange, car ce n'est pas la façon de procéder du Roi Clemens I. « L'observation n'est ni l'action, ni la contemplation. Elle n'est que la passivité subie entre deux états », a-t-il dit lors de son investiture, complétant en assurant son envie de ne pas être observateur mais acteur du monde. L'Union du Vicaskaran nous tend les bras ; saurons-nous nous y accrocher et nous servir de son étreinte pour nous libérer du joug tel-éribain ?

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Re: Informations nationales

Message par Iskupitel » lun. janv. 12, 2015 11:41 am

Mehrati Royal


Les élections approchent
05 février 2026

L'année 2026 sera pour tous les tel-mehratis la première occasion de confirmer la stabilité de leur système politique. La monarchie constitutionnelle, mise en place en février 2020, seulement quelques jours après la sécession de Tel-Érib, n'aura pas nécessité d'élections avant 2026. Bien que la loi constitutionnelle fixe le mandat du Premier Ministre et des parlementaires à 4 ans, Deithem Adulÿadej a, en mars 2021, après la sécession de Tel-Dehat, déclaré "l'année zéro du système tel-mehrati", repoussant les élections de 2024 à 2025. À la fin de l'année 2024, les élections de février 2025 approchant, le Premier Ministre demanda, avec l'accord du Roi Clemens I, à repousser les élections à février 2026, afin de permettre d'organiser correctement les élections. Le Parlement ayant accepté la proposition du Premier Ministre, les élections approchent. Il ne reste plus que quelques semaines aux quatre candidats pour la course présidentielle. Le Roi a pour l'occasion souhaité élire le Parlement à la proportionnelle. Le Premier Ministre sera ainsi élu selon un scrutin uninominal à un tour et à la majorité (non absolue). Les parlementaires seront nommés par le parti auquel ils appartiennent en fonction des résultats de leur candidat aux élections étatiques. L'on a plutôt critiqué cette décision, les formalités de présentation aux élections étatiques éloignant du Parlement certains petits partis qui ne réunissent pas suffisamment de voix au niveau tribal pour pouvoir être représenté différemment du niveau local. Devons-nous voir en nos sénateurs des représentants des localités ou une extension du pouvoir tribal ? La question est soulevée parmi tous les hommes politiques. Pourtant, Sa Majesté Clemens I a souhaité que sa décision reste telle quelle, invoquant son droit de gouvernement par décret.

Les quatre candidats représentent le Parti Libéral, le Parti Conservateur, le Parti Monarchiste et, contre toute attente, le Parti Xénocrate. Alors que le premier a pour objectif de mettre en œuvre des mesures libérales rapprochant Tel-Mehrat de Tel-Érib, du Danube ou encore du Mayong, de la Franconie ou de l'Océania, les partis conservateur et monarchique sont difficiles à différencier. Le premier est au pouvoir, soutenant la dynastie thorvalo-brathenbourgeoise au Vicaskaran représentée par Clemens I, tandis que les seconds soutiennent que la dynastie légitime est la dynastie cynavienne. Cette dynastie, dont l'héritier est Syman Kaàcyn, également appelé officieusement Syman II, Roi de Cyrénanie, Duc de Bandastralan. Selon l'histoire tel-éribaine, confirmée par l'histoire cyrénane, c'est sous les ordres de son ancêtre Ludolf V qu'Iskupitel fut envoyé à la conquête des terres qui constituent aujourd'hui Tel-Érib, Tel-Mehrat et Tel-Dehat. Les deux partis monarchistes s'opposeront donc violemment, et la lutte représentera d'autant plus d'enjeux que le règne de Clemens I peut s'arrêter net en cas d'élection d'un Premier Ministre issu du Parti Monarchiste. Le choix d'une élection des parlementaires en proportion des voix du Premier Ministre est un choix dangereux pour Sa Majesté. L'élection sera donc à quitte ou double pour lui : être destitué ou porté en triomphe. L'on peut pour cette raison observer une campagne très importante en faveur du Parti Conservateur de la part de la fortune royale. Enfin, le Parti Xénocrate défendra tant bien que mal la volonté de rattachement à Tel-Érib.

Notre sondage quant aux élections étatiques donne les résultats suivants :
  • M. Deithem Adulÿadej, Parti Conservateur (37,2%) ;
  • M. Ezra Novosh, Parti Libéral (27,4%) ;
  • M. Ludolf Ehrinc, Parti Monarchiste (25,9%) ;
  • M. Hohoth Vahash, Parti Xénocrate (9,5%).

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Re: Informations nationales

Message par Iskupitel » mer. févr. 25, 2015 2:56 pm

Mehrati Royal


Victoire du Parti Conservateur aux élections étatiques
11 juin 2026

Le 7 juin 2026, plus de 3 millions de tel-mehratis se sont déplacés dans les bureaux de vote installés dans les bâtiments municipaux de tout le pays. Aucun acte de fraude n'a été à déplorer, et à la fermeture des votes, à 21:00, les votes ont été comptabilisés. Le Roi Clemens I a fait le déplacement à pied jusqu'à un des bureaux de vote de Mehrat et a glissé son bulletin dans l'urne, à l'instar des dizaines de citoyens faisant la queue afin d'élire le Premier Ministre pour les 4 prochaines années. Les quatre candidats ont tous prononcé un discours après les votes afin de remercier tous les votants. Hier, les résultats ont enfin été annoncés après plusieurs jours de centralisation et de décompte des suffrages. Le Responsable du Comité de la Vie Démocratique (CVD), organe financé par les cotisations obligatoires de tous les citoyens. Le vote obligatoire a permis d'avoir un taux d'abstention atteignant à peine 0,005 %. Les votes blancs, en revanche, ont représenté 11 % des suffrages exprimés. Les résultats officiels publiés par le CVD sont :
  • M. Deithem Adulÿadej, Parti Conservateur (30,2%) ;
  • M. Ludolf Ehrinc, Parti Monarchiste (26,5%) ;
  • M. Ezra Novosh, Parti Libéral (20,4%) ;
  • M. Hohoth Vahash, Parti Xénocrate (11,9%).
  • Vote blanc (11%)
Le leader du Parti Conservateur voit donc son mandat être renouvelé. Des scènes de liesse ont été observées dans les rues de Mehrat et de Rauha. Élu en 2020 Président de Tel-Mehrat au lendemain de l'indépendance en récoltant 52 % des suffrages exprimés, M. Adulÿadej s'est exprimé devant la Mairie de Mahrat. Après avoir assuré sa joie de voir la confiance de près d'un quart de toute la population tel-mehratie lui être accordée, il a souhaité remercier tous les citoyens pour leur participation et leur maturité démocratique, affirmant même : « L'élection montre un véritable esprit démocratique au sein de la population. Regardez autour de vous : ce sont d'autres citoyens, comme vous. Et vous l'avez mieux compris que d'autres pays », en faisant sans doute référence à Tel-Érib, où les élections ne sont pas aussi calmes et démocratique que prétendues. « J'étais à lors de l'indépendance. J'ai pu voir le pays évoluer. J'ai pu voir le nord du pays se séparer de Mehrat. Et je peux le dire avec fierté : Tel-Mehrat est un grand pays, et ses citoyens sont de grands démocrates, fiers de leurs grandes traditions monarchiques », a ajouté le Premier Ministre. La majorité au Parlement devra toutefois être atteinte afin que le pays soit gouvernable. Le moins étonnant serait une coalition monarchique entre Parti Conservateur et Parti Monarchiste. Mais les grands désaccords entre les deux partis concernant la dynastie à la tête du pays risquent de rendre les négociations longues et complexes. En s'alliant au Parti Libéral, M. Adulÿadej peut atteindre la majorité d'un siège. Négocier une telle coalition serait, là, plus simple et rapide. Bien qu'il soit conservateur, le parti du Premier Ministre n'est pas opposé à ajouter une touche de libéralisme économique à sa politique économique, en s'ouvrant notamment aux entreprises vicaskaranes. Mais la faible majorité au Parlement ainsi obtenue serait branlante, et donnerait au Parti Monarchiste un rôle d'opposition très puissante. Clemens I a, de son côté, exprimé sa joie de voir la réussite du processus démocratique et s'est gardé, comme le veut son poste, de faire tout commentaire sur la victoire du Parti Conservateur.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Re: Informations nationales

Message par Iskupitel » mer. mars 18, 2015 4:58 pm

Mehrati Royal


La coalition gouvernementale sera Conservatrice-Libérale !
23 août 2026

Hier, le Premier Ministre Deithem Adulÿadej a annoncé, au sein d'un communiqué aux médias nationaux, quelle est la coalition finalement constituée dans le but de gouverner le pays. Comme cela fut attendu, une coalition Conservatrice-Monarchiste ne fut pas réussie, étant donné la volonté du Parti Monarchiste d'accéder au pouvoir seul. « Nous ne pouvions accepter que Clemens reste au pouvoir. Un tel personnage est illégitime, et nous ne pouvons en aucun cas traiter avec des gens qui aiment à soutenir un imposteur », a indiqué Ludolf Ehrinc, candidat pour le Parti Monarchiste. Il n'est donc pas étonnant que la coalition entre ces deux partis ait été impossible. Le Parti Conservateur, de même, refuse la plupart du temps de traiter avec le Parti Monarchiste, qu'ils considèrent comme « un Parti dont le seul but est de perturber la démocratie du Royaume » (Tzhash Ludel, ministre de l'intérieur de 2023 à 2026 et cadre du Parti Conservateur). L'opposition entre conservateurs et monarchistes est évidente, mais pourtant M. Adulÿadej a souhaité tenter d'ouvrir des négociations dans le but de former une coalition gouvernementale, preuve de la volonté du parti au pouvoir d'apaiser l'opposition à sa politique. Mais l'échec de ces pour-parlers fut très rapide, et c'est finalement le Parti Libéral qui fera partie de la coalition, et ce selon des conditions qui sont très favorables au Parti Libéral. Le troisième plus grand parti obtient ainsi plusieurs ministères, dont les Affaires Étrangères, les Finances, le Commerce et l'Éducation. Toutefois, ces ministres, dont fait partie Ezra Novosh, qui était candidat pour le Parti Libéral aux élections de juin 2026 et obtient les Affaires Étrangères, ne seront pas indépendants, et resteront sous l'autorité de M. Adulÿadej. Le Premier Ministre pourra en effet renvoyer les ministres, en risquant toutefois un incident politique mettant en péril la coalition au pouvoir. De même la majorité des décisions que les ministres prendront devront être acceptées par le Premier Ministre, ce qui rendra difficile -- mais pas impossible -- l'adoption de règles ministérielles davantage en accord avec les volontés des libéraux que des conservateurs. En effet, les ministres peuvent toutefois proposer des lois directement au Parlement, sans attendre l'avis du Premier Ministre, mais cela est peu probable, étant donné la position minoritaire des Libéraux au sein de l'organe législatif. Bien qu'ils aient obtenu les postes clés qu'ils souhaitaient contrôler, les Libéraux restent minoritaires au sein de cette coalition, mais leur avenir est encore très ouvert, et il est possible pour le Premier Ministre de renverser le gouvernement s'il le souhaite, et le Roi peut provoquer des élections législatives lorsqu'il le souhaite en dissolvant le Parlement. Voici, jusqu'à nouvel ordre, la composition du gouvernement Adulÿadej II :
  • Premier Ministre : Deithem Adulÿadej (PC) ;
  • Ministre de l'Intérieur : Philip Saakhanovitch (PC) ;
  • Ministre des Affaires Étrangères : Luï Novosh (PL) ;
  • Ministre de la Défense : Maarekh Dahmann (PC) ;
  • Ministre des Finances : Betheï Jehn (PL) ;
  • Ministre du Commerce : Niv Nazhbaalish (PL) ;
  • Ministre de la Justice : Ismaël Noviv (PC) ;
  • Ministre de la Santé : Clemens Phaher (PC) ;
  • Ministre de la Culture et du Sport : Ammhan Beshem (PC) ;
  • Ministre de l'Énergie : Zeev Doleïm (PC) ;
  • Ministre de l'Éducation : Jacob Rahaoui (PL) ;
  • Ministre de la Recherche : Noé Chélah (PC) ;

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Re: Informations nationales

Message par Iskupitel » ven. mars 27, 2015 9:28 am

Mehrati Royal


En Océania, un sénateur très pieux
20 septembre 2026

NewHope est un parti océanien créé il y a seulement quelques jours par le Sénateur James Branwell. Cet homme, fervent défenseur de la supériorité de Dieu, s'est fait remarquer au sein du parlement océanien en créant ce nouveau parti qu'il veut ériger en défenseur de la Foi au niveau politique. Il a violemment critiqué, pendant les débats parlementaires, la prise de contrôle du libéralisme sur la société océanienne, insistant sur le constant et continu péché de la société océanienne. « Nous maltraitons, humilions, exploitons. Nous vivons dans le péché, dans la luxure. Messieurs, aujourd'hui il est temps que l'Océania retrouve ce qui a fait son essence, la foi dont elle a été baignée depuis sa fondation », a-t-il alors fustigé, rappelant les termes du préambule de la constitution où il est dit que l'Océania doit « vivre et prospérer dans l'amour de Dieu qui l'a libéré ». En basant tout son discours sur la nécessité de revenir dans le droit chemin de Dieu, il a révolté toute la classe politique, et en particulier les libéraux, actuellement au pouvoir. Il y a deux jours, il a complété son discours en affirmant que la théorie de l'évolution et la tentative d'explication scientifique de la création de l'Univers n'étaient que des mensonges de la part des partis au pouvoir, qui obligent les enfants à apprendre cette « propagande ». Interrogé sur la question, Sa Majesté le Roi Clemens I de Tel-Mehrat a indiqué qu'il était « envisageable que le Sénateur Branwell ait raison », avant d'ajouter : « Il revient au Saint-Siège de trancher sur la question. Il me semble impossible, à titre personnel, de contredire le descendant de Saint-Pierre ». Clemens Phaher, Ministre de la Santé, a apporté tout son soutien à James Branwell, expliquant que le monde est d'une telle complexité qu'il était impossible que l'origine en soit le hasard. « Le Sénateur Branwell et son parti NewHope empruntent le droit chemin de Dieu. L'Océania n'est pas la seule à pécher. Trop de Nations en ce monde sont viciées. Il nous faut agir pour les libérer de Satan et les ramener dans le juste chemin de la Cité Céleste », a-t-il affirmé. Interrogé sur la question, le père supérieur du monastère de Mehrat a indiqué que Dieu ferait un signe pour indiquer le meilleur des deux chemins, si faire un choix pouvait remettre en question l'accession à la Cité Céleste. De leur côté, certains hommes politiques du Parti Conservateur et du Parti Monarchiste ont appelé au soutien général à James Branwell, qui a milité en faveur de l'envoi de troupes océaniennes à Tel-Mehrat lors de la guerre d'indépendance de Tel-Dehat. La vie politique océanienne semble comporter son lot de surprises et d'intérêts, et malgré les kilomètres les tel-mehratis se sentent proches de cette vision catholique de la société. Toutefois, selon un sondage, seuls 4% des personnes interrogées pensent que les théories de James Branwell sont dignes d'intérêt.

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Re: Informations nationales

Message par Iskupitel » sam. avr. 18, 2015 1:05 pm

Mehrati Royal

Image


L'agriculture en péril ?
23 novembre 2026

Les grands espaces du territoire tel-mehratis semblent être faits pour l'agriculture. De l'intérieur des terres jusqu'à la mer, les collines sont rares et les cours d'eau abondants. Au cours des siècles, les tel-mehratis ont travaillé la terre, d'abord manuellement, lentement, hardiment. Puis, au fur et à mesure du temps, les techniques agricoles se sont modernisées. À l'indépendance vis-à-vis de Tel-Érib, il y a de cela bientôt sept années, les agriculteurs tel-mehratis disposaient de vieux tracteurs. Grâce à des investissements faits par l'État, le secteur primaire, majoritaire, s'est agrandi. Il représente aujourd'hui 45% des emplois sur le territoire, ce qui est non-négligeable pour un pays qui se veut dans la vague du progrès. Le paysage agricole tel-mehrati est composé de domaines de grande taille cultivés par de multiples agriculteurs. Ce système de grands domaines est un héritage de Tel-Érib, qui administrait ainsi son immense territoire. À présent, ces terrains sont divisés entre de nombreux agriculteurs, qui profitent de la terre et ne doivent reverser qu'une commission légère au propriétaire des terres. Cette taxe oscille dans sa valeur entre 0.1% et 0.3% des bénéfices obtenus suite à la vente mensuelle de l'entièreté de la production. Toutefois, si la production n'est pas vendue à au moins 95% ou si sa vente ne produit pas de bénéfice, rien n'est dû au propriétaire. Ceux-ci, conscients que la productivité de leurs locataires est une de leurs sources de revenu, ont actuellement tendance à encourager de plus grands rendements, quitte à aller à l'encontre de la qualité de l'environnement ou des terres.

Ainsi, bien que les Organismes Génétiquement Modifiés soient interdits à la production et à la vente sur le territoire tel-mehrati, 2% des agriculteurs ont admis en faire pousser et en vendre sans l'indiquer sur pression de leur employeur, propriétaire des terres. S'ils ont souhaité gardé l'anonymat pour que leurs employeurs ne soient pas inquiétés par la juste, le fait est que c'est un problème auquel l'État doit répondre au plus vite. De même, selon une récente étude menée par l'agence cyrénane de sondages CyPolls, plus de 23% des agriculteurs tel-mehratis utiliseraient des pesticides afin de protéger leurs cultures et, donc, augmenter leur rendement. Sa Majesté Clemens I a pris la parole il y a quelques jours pour dénoncer cette utilisation qu'il considère « contraire à ce que Dieu nous a appris ». Une campagne auprès des consommateurs de revalorisation des produits issus de l'agriculture biologique a été lancée dans toutes les villes du pays.

Mais l'agriculture tel-mehratie a d'autres obstacles à franchir. Le mode de production est un problème, mais un plus grand problème est l'organisation de la production. En effet, les grands domaines alloués à de multiples agriculteurs est en passe de disparaître au profit d'une agriculture de masse conduite par les propriétaires. Ainsi, en plus d'utiliser des pesticides, certains renvoient leurs employés agriculteurs, abolissent les séparations entre les parcelles allouées, et profitent des grands espaces tel-mehratis pour cultiver à la tel-éribaine, c'est-à-dire de manière intensive et à très grande échelle. Ainsi, ce sont lors des récoltes des dizaines de véhicules qui se succèdent en formation pour venir à bout de la culture des immenses terrains. Cette pratique, condamnée par Sa Majesté Clemens I du fait de l'atteinte portée aux emplois dans le secteur de l'agriculture, ne tend pourtant pas à disparaître, au contraire. C'est donc une refonte totale du système agricole que propose le Secrétaire d'État à l'Aménagement du Territoire, subordonné au Ministère de l'Économie. Dans sa proposition qui arrivera au Parlement d'ici quelques jours, les propriétaires seront soumis à de nombreuses contraintes, dont l'obligation d'employer un nombre d'agriculteurs proportionnel à la taille de leur terrain sous peine d'expropriation et l'obligation d'une agriculture biologique sous peine d'une lourde amende. Si l'agriculture tel-mehratie est en péril, le gouvernement fait son possible pour relancer ce secteur essentiel, selon le Premier Ministre Deithem Adulÿadej, « à la conservation des traditions tel-mehraties que nous nous devons de faire perdurer. »

Iskupitel
Maitre de la galaxie
Messages : 3256
Enregistré le : ven. oct. 28, 2011 9:04 pm

Re: Informations nationales

Message par Iskupitel » dim. oct. 11, 2015 5:20 am

Mehrati Royal

La fin des enclaves cyrénanes

Jusqu'à hier, il existait 19 enclaves cyrénanes au sein du territoire tel-mehrati. Grâce à l'accord conclu entre les deux puissances du Vicaskaran Austral, leur nombre a aujourd'hui été réduit à 2. Un pas qui confirme les excellentes relations entre les deux voisins.

Leur existence relevait souvent plus de la bizarrerie historique et géographique que d'une réelle volonté de cribler le territoire tel-mehrati de 19 impacts gênants. En effet, le long de la frontière est, 19 enclaves avaient jusqu'ici été maintenues avec la Tribu de Tel-Jérusalem. Initialement, les seigneurs locaux avaient mis en jeu, lors de parties de jeux de cartes et d'autres amusements de nobles lors du Moyen-Âge, de petites parties de leur domaine personnel. C'est ainsi que se sont formées ces étranges et tout à fait abstraites séparations entre les deux Tribus. Si au départ cela ne posait pas problème, tant la centralisation à Tel-Érib durant l'ère du Prince Iskupitel était prononcée, l'indépendance de Tel-Mehrat a fait surgir la question, et a nécessité une coopération bilatérale. Jusqu'en 2026, la question fut écartée par les deux parties, Tel-Érib ayant pour habitude de ne pas discuter un quelconque changement de son territoire. Mais lors du changement de propriétaire, en 2026, les autorités cyrénanes se sont vues plus enclines à discuter le sort de ces petits morceaux de terres coupant parfois des villages en deux.

Et ce n'est qu'après deux ans de négociations qu'un premier accord aura été obtenu. Les deux puissances ont pris la décision d'échanger chaque hectare de terrain cyrénan entouré de territoire tel-mehrati par un nombre égal d'hectares pris sur le territoire royal. C'est ainsi que le village de Yoov, à l'ouest de Jérusalem, a changé, en une nuit et par le pouvoir de deux signatures, de nationalité, et se trouve à présent sous l'administration hiérosolymitaine. Ce village n'a pas été choisi au hasard, et la discussion fut longue à ce sujet. Yoov a trois caractéristiques : tout d'abord, il correspondait au nombre d'hectares cédés par la Cyrénanie ; ensuite, il était frontalier ; enfin, sa population est à 85% juive. Ce n'est donc pas étonnant que la nouvelle ait été accueillie avec joie par les yoovis, qui sont sortis dans les rues et ont accroché des drapeaux cyrénans à leur fenêtre tout la journée d'hier. Dans les parcelles rendues à Tel-Mehrat, de la même façon, l'annonce a été faite avec joie, et pour cause : cela facilitera grandement la vie des habitants, et permettra d'assouplir toutes les relations, auparavant internationales, entre les populations et leurs riverains. De plus, cela permettra d'empêcher que la situation apparue lors de la Révolution Rouge se reproduise. En effet, pendant le conflit, Tel-Érib a verrouillé ses frontières, pour isoler les deux pays et empêcher les flux migratoires et autres débordements. Dans ces enclaves, également, des barbelés et autres barricades ont été dressés, mais rarement dans l'intérêt des habitants, qui ne pouvaient plus sortir de chez eux et étaient difficilement ravitaillés par les autorités tel-éribaines. Certes, des largages aériens de nourriture et autres produits nécessaires étaient organisés, et les communications téléphoniques continuaient à marcher, mais il arrivait que le colis parachuté se retrouve quelques mètres trop à l'est, en territoire tel-mehrati, et que les autorités royales refusent de rendre les paquets aux tel-éribains. À présent, si la Cyrénanie désire couper tout contact physique avec Tel-Mehrat et Tel-Dehat, cela se fera beaucoup plus en douceur et moins dans le mécontentement des riverains.

Toutefois, l'accord est annoncé comme n'étant que le premier, car trois sujets n'ont pas encore trouvé de solution convenant aux deux parties. Tout d'abord, la seule enclave tel-mehratie en territoire tel-hiérosolymitain persiste, et une enclave cyrénane proche de la frontière avec Tel-Aqshiah également. Enfin, les deux États voulaient, au passage, aborder le problème du missm austral. Ce vieux contentieux datant de l'indépendance de Tel-Mehrat se voulait au départ un moyen pour Tel-Érib de revendiquer sa puissance sur le tout jeune État. Considérant la déclaration donnant son contrôle à Tel-Mehrat comme inapplicable juridiquement, les autorités tel-éribaines ont longtemps bataillé pour que leur bon droit historique et culturel sur l'île soit reconnu, et ce contre l'avis de la majorité du millier de locaux. La Cyrénanie ne s'est pas annoncée plus encline à donner l'archipel à Tel-Mehrat ; mais au moins a-t-elle accepté de négocier en bonne et due forme sur le sujet. Hélas, deux ans ne semblent pas avoir suffi, et les habitants continuent de se trouver dans une situation étrange, à cheval sur deux états. La solution envisagée la plus répandue semble être la cogestion de l'archipel ou sa scission en deux - cette deuxième solution étant, dans les sondages, systématiquement refusée par les populations locales. Quant aux deux enclaves restantes, elles devraient être instituées en zones économiques spéciales ayant pour but de favoriser les échanges économiques entre les deux pays. Officiellement, leur cas a été remis à plus tard en raison de leur positionnement géographique ne répondant pas aux mêmes critères que les 17 enclaves qui ont été concernées par le premier accord, puisqu'en effet elles ne sont pas des enclaves cyrénanes sur le territoire tel-mehrati à proximité de la frontière avec Tel-Jérusalem. Les négociations se poursuivent donc, alors que chaque gouvernement veut montrer qu'il est amplement capable de mettre en application les principes notifiés dans le premier accord diplomatique entre les deux États, qui garantissent de bonnes relations entre les deux puissances de l'Île du Prince.
Jacob Rehesh,
1er mai 2028

Répondre

Retourner vers « Tel-Mehrat »