Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Lot 38
(Flavie, en cours)
Répondre
Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » ven. oct. 11, 2019 4:29 pm

Image

ROYAUME DE NORTHLAND
ENCYCLOPEDIE GENERALE


Note importante : cette encyclopédie a vocation à être éditée et modifiée régulièrement.
dernière mise à jour HRP : 11 octobre 2019
dernière modification : création


SOMMAIRE



I/ GENERALITES
II/ HISTOIRE
III/ POLITIQUE ET ADMINISTRATION
  • 1. Présentation générale
  • 2. Le pouvoir royal
  • 3. Le pouvoir exécutif
  • 4. Le pouvoir législatif
  • 5. Le pouvoir judiciaire
  • 6. Philosophie générale de la démocratie aux Northlands et note sur les conséquences et des particularités du régime
  • 7. Les compétences dévolues aux collectivités locales
  • Annexe 1. Situation législative et du droit
  • Annexe 2. La vie politique entre 2000 et 2040 comme illustration du fonctionnent du système politique
IV/ GEOGRAPHIE
  • 1. Géographie naturelle
  • 2. Géographie étatique
IV/ CULTURE ET SOCIETE
  • 1. Présentation générale
  • 2. La question religieuse
V/ SITUATION ACTUELLE
  • 1. Partis politiques connus
  • 2. Presse connue
  • 3. Personnalités connues

Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Re: Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » ven. oct. 11, 2019 9:40 pm

I/ GENERALITES


Fiche générale d'identité


GENERALITES
  • Inspirations culturelles IRL : Highland/Ecosse/Angleterre (mélange)
  • Nom officiel du Pays : Royaume de Northland (Kingdom of Northland)
  • Nom usuel : (les) Northlands
  • Gentilé : (les) Northlanders
  • Langue officielle : Gaélique Northlander
  • Autres langues reconnues : Britton et Gaélique
  • Devise nationale : "Au nom de Dieu, notre Liberté"
  • Devise du Roi : "Je sers"
  • Drapeau : Croix de Saint-Georges azure sur fond bleu, Rose rouge (le bleu représente la mer, la Rose rouge est le symbole de la Monarchie)
  • Fête nationale : 25 juillet, Saint James (Saint-Patron et fondateur du Royaume de Northland)
  • Capitale : Campbell (capitale politique)
  • Autres villes importantes : Grant (capitale économique)

    POLITIQUE
    • Forme de l'Etat : Monarchie parlementaire
    • Idéologie de l'Etat : Monarchisme (constitutionnel), parlementarisme, démocratie.
    • Roi actuel : John X (Dynastie McGregor)
    • Premier Ministre actuel : Alister Murdoch (conservative)
    • Speaker actuel : Billy Ramsey (labour)
    DEMOGRAPHIE - CULTURE - RELIGION
    • Population : environ 5 millions d'habitants
    • Superficie : 96 046.5 km²
    • Densité de population : 52.06 hab/km²
    • Religions :
      • Protestantisme (Northlandisme) : Elle n'est pas religion d'état mais le Chef d'Etat est défenseur de la foi. L'Archevêque de Campbell est le chef spirituel de la foi. C'est la première religion du pays.
      • Catholicisme : Le catholicisme n'est pas particulièrement apprécié (le Pape est depuis longtemps très critiqué et non reconnu). Il y a eu des affrontements et des guerres de religion par le passé. Les catholiques sont une minorité.
      • Judaïsme : Les juifs représentent la 2e force religieuse en présence.
      • Islam : très peu représentée, en dehors de certaines communautés dans les grandes villes.
      • Autres : part insignifiante
      • Ne revendique aucune religion : environ 5% de la population
    ECONOMIE
    • PIB : 20 000 000 000 $
    • PIB/Hab : 4000 $
    • Monnaie : Livre Northlander (N£)

Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Re: Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » dim. oct. 13, 2019 5:17 pm

II/ HISTOIRE

1. Les temps anciens


ImageImage
Ruines et fortifications antiques

Le territoire du Royaume, située sur une île, est habité très tôt à la préhistoire comme en attestent les découvertes archéologiques, même si peu d'éléments nous sont parvenus sur cette époque. Les premières civilisations à s'y établir de façon plus certaine sous l'antiquité se structurent en "clans" ou cités relativement indépendantes les unes des autres. La période antique est sans doute relativement calme et les fouilles archéologiques attestent d'un commerce entre les cités. Avec le temps et l'évolution de la structure des clans, des dynamiques de pouvoir local plus larges que les simples cités apparaissent et il semblerait que les premiers raids et opposition armées entre les différents clans soient très fréquents à part de la fin de l'antiquité.

La fin de la période antique se situe entre le Ve et le VI siècles, alors que l'arrivée progressive du christianisme qui semble attester d'une activité et de liens, sans doute commerciaux avec des populations plus continentales, ou l'arrivée d'une catégorie de population qui apporte avec elle ses croyances. La population finie par devenir majoritaire chrétienne et les rites anciens disparaissent à mesure que passent les siècles. Toujours est-il que des restes de bateaux et embarcations de cette période ont été retrouvés dans les eaux proches de côtes lors de fouilles. À partir de cette période, il semble que les cités et tribus aient été structurés en véritables province où chaque tribus ou clan règne en maitre. La période du haut moyen âge est particulièrement violente. Les différents seigneurs se font la guerre.

Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Re: Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » dim. oct. 13, 2019 10:35 pm

2/ Aux fondements de la Monarchie

ImageImage
Ruines de châteaux du Moyen-Âge. Les clans et seigneurs locaux occupent une place importante à cette époque et sont régulièrement en guerre les uns contre les autres

Il semblerait que la Monarchie trouve ses sources au VIIe siècle, à une époque où l'instabilité et la guerre poussent certains seigneurs de plusieurs clans à s'unifier sous l'égide d'un "super seigneur" pour garantir une paix durable. Dans les faits et durant une grande partie du moyen-âge, ce grand Seigneur (devenu Roi probablement au VIIIe siècle, le titre apparaissant sur certaines sources pour Edwy, un seigneur des territoires de l'ouest de l'actuelle Northland qui est le premier à prendre le titre de Roi). À l'époque, la Monarchie est élective et les grandes familles nobles forment ce qui est généralement désigné comme l'ancêtre du Parlement : une Assemblée qui élit le souverain à la disparition du précédent. Dans la pratique cependant, le Souverain peine à maintenir la paix et les Seigneurs locaux des clans ont souvent plus de pouvoir que lui, si bien qu'il arrive parfois que certains menacent le Roi pour obtenir gain de cause (le Roi fut semble-t-il en guerre contre l'un de ses vassaux à la fin du VIIIe siècle).

Il est important de noter une chose essentielle pour comprendre le devenir des Northlands : bien que les croyances religieuses aient été influencés relativement tôt, les cultures latines ont eu assez peu d'influence sur le fonctionnement de la société. Les Northlands ont ainsi une culture très pauvre de l'écriture pour produire des documents outils de pouvoir. Ce qui explique la faiblesse des sources historiques antérieures à la conquête. Les différents clans vont se déchirer sans que le Roi n'ait l'autorité ni le charisme suffisant pour maintenir la paix jusqu'au IXe siècle. C'est à cette époque que la féodalité va prendre toute son importance. Le souverain Sven dit "le Grand" décide d'assoir son autorité et impose en 876 la religion catholique partout et dans tout son royaume dans un acte écrit qui est aujourd'hui vu comme le fondement du futur Royaume de Northland. A l'époque cependant, l'autorité du Roi ne s'étend que sur quelques seigneuries de la partie Est de l'île. Sven se lance à la conquête des seigneuries qui lui résistent et les soumet à son autorité. L'autorité du Roi instaurée, Sven parvient à apporter la paix. Mais à sa mort, probablement à la toute fin du siècle, relance les querelles, pour sa succession, de nombreux seigneurs souhaitaient profiter de la nouvelle autorité construite du souverain pour agrandir leur territoire. C'est finalement le fils de Sven qui est élu. À partir de cette date et pour les 100 prochaines années environ, bien que le trône reste électif, c'est la descendance de Sven qui est quasiment tout le temps élue, presque sans discontinuer.

Durant tout le Xe siècle, la paix instaurée se maintient tant bien que mal, malgré une société féodale assez instable et des seigneurs aux revendications et aux appentis gourmands, ce qui crée de nombreuses tensions. À cette époque la souveraineté n'échappe pratiquement pas à la descendance de Sven. Mais à partir de la fin du siècle, l'autorité du souverain est de plus en plus contestée par des seigneurs de plus en plus puissants et qui rêvent d'assoir à leur tour leur puissance, comme Sven l'avait fait. La succession de souverain devient de plus en plus complexe et l'assemblée des seigneurs, chargée d'élire parmi elle le successeur à la Couronne semble en proie à des affrontements qui finissent par se traduire dès le début du Xie siècle par des affrontements militaires.
[/quote]

Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Re: Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » sam. oct. 19, 2019 3:22 pm

3/ La conquête lorthonienne

ImageImage
Tapisseries représentant l'expédition maritime et les batailles menées pendant la conquête


Dès le début du Xie siècle, la paix est menacée et l'autorité du souverain n'est plus suffisamment forte pour éviter de replonger dans une guerre entre seigneurs, qui se revendiquent mutuellement des territoires. C'est dans ce contexte troublé que prend place la fondation de ce que l'on peut appeler le Royaume de Northland au sens moderne du terme.

C'est du côté des Iles Lorthon qui faut regarder pour trouver la source des Northlands. Dans les années 1010, Richard Northmond est de plus en plus puissant, jusqu'à devenir régent en 1015. Les Northmond sont une famille de marchands qui ont fait fortune dans la laine. Devenue puissante, la famille finie par arriver au pouvoir grâce à Richard. Alors que ce dernier entame une campagne de conquête et d'unification des îles Lorthon, son neveu, James Northmond, décide de mener une expédition avec une poignée d'hommes et une petite armée. Désireux de faire lui aussi ses preuves, James embarque pour une expédition de plusieurs mois qui le conduit jusqu'aux côtes de l'actuelle Royaume. Avec ses hommes, James mène alors bataille et parvient à s'emparer d'une place forte côtière en 1019 en chassant le seigneur local, alors que le Royaume qu'il trouve est en plein chaos, les guerres intestines étant relancées depuis quelques années. James s'établit dans cette petite seigneurie et en conquiert les places fortes et contrées avoisinantes, jusqu'à agrandir considérablement sa seigneurie. Face à cela, le nouveau souverain voit en lui le moyen de garantir son autorité et son pouvoir, face à des seigneurs qui n'en finissent plus de contester les contester. Ainsi, James obtient le titre de baron en 1020 et est donc officiellement reconnu comme seigneur en son fief. Si bien que le souverain décide de lui confier une mission : restaurer son autorité en soumettant s'il le faut les seigneurs du Royaume. Le Roi lui permet même de lever une armée plus large qu'il finance. En trois ans seulement, James soumet les seigneurs locaux et permet à l'autorité royale d'être restaurée.
Mais James nourrit une ambition plus grande. Il profite d'avoir soumis les seigneurs insurgés pour les retourner contre le Roi. En 1023, il lève une armée et se lance à la conquête de l'ensemble du Royaume. En promettant la paix et l'autorité aux seigneurs, James parvient même à les convaincre de déposer le Roi en 1025. Mais celui-ci n'entend pas se laisser faire. James profite cependant de la mort (aujourd'hui les conditions de ce décès sont assez énigmatiques) du Roi pour se faire élire à sa place par les seigneurs et se fait couronner Roi par l'évêque (il n'est pas encore archevêque) de Campbell en 1026. C'est la fondation du Royaume de Northland.

En effet, James, qui prend le nom de James Ier, instaure pour la première fois le nom de Royaume de Northland (à partir du nom de sa propre famille) et supprime l'assemblée des seigneurs (et donc l'élection du souverain, qui sera désormais héréditaire). Devant la rébellion des seigneurs à qui il avait fait des promesses, James Ier se lance dans une grande campagne de pacification grâce à son armée. Son Royaume conquit, il place ses compagnons et leur descendance sur les trônes de provinces désormais fidèles à la couronne et refonde l'ordre féodal, en faisant de seigneurs ses véritables vassaux. Enfin, il s'arroge pour lui et ses descendants la Couronne. Le Roi dispose désormais d'une autorité incontestée et quasiment absolue sur son Royaume, dont les frontières sont toutefois plus étroites que les actuelles. James épouse la fille de son prédécesseur qu'il avait lui-même déposé et fonde une dynastie à son nom. James maintient la religion et impose le Gaélique comme langue de l'élite (et donc des institutions). Il meurt en 1042.

Mais sa mort ouvre sur une crise successorale. En effet, son fils n'est âgé que de quelques années. Les seigneurs, compagnons et fidèles de James protègent donc l'autorité du prince devenu Roi et assurent l'effectivité des tâches jusqu'à l'âge qu'ils jugent de majorité du Roi. En réalité, le nouveau Roi s'empare du pouvoir alors qu'il n'a que 13 ans, considérant que celui-ci lui revient de droit en tant que digne fils de son père (probablement a-t-il été encouragé par sa mère). Cet évènement va forger un caractère méfiant du nouveau Roi à l'égard des seigneurs et de la noblesse. James II va régner pendant plus de 50 ans. Durant son règne, il s'efforce donc d'assoir son autorité souvent au détriment des seigneurs qui étaient pourtant à l'origine installé par son père, et donc censés être fidèle au Roi. Il est notamment à l'origine d'un acte qui fixe l'âge de majorité du Roi à 13 ans et confie la gouvernance du pays en cas de minorité du Roi à sa mère (pour retirer ce pouvoir que les nobles s'étaient attribués à la mort de son père). C'est la création de la régence, vécue comme une humiliation pour la noblesse qui considère qu'avoir été remplacée par une femme est intolérable. Sous son règne, James II voit l'émergence d'une opposition à sa pratique absolue du pouvoir dans une large partie des élites qui réclament un partage des pouvoirs (attention, il n'est pas question ici de séparation des pouvoirs, mais uniquement de partage des pouvoirs entre le Roi -pour éviter une pratique tyrannique- et les nobles et seigneurs eux-mêmes). Il meurt en 1093.

Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Re: Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » mer. oct. 23, 2019 9:44 pm

4/ L'époque féodale

ImageImage
A gauche : représentation de l'Assemblée des Seigneurs à l'époque féodale. A droite : la charte de 1129



Les successeurs de James II ne changent pas de ligne de conduite malgré l'opposition de la noblesse. En 1101, James IV alors âgé de 19 ans est assassiné (probablement empoisonné) par son oncle qui souhaitait monter sur le trône. Mais Richard Ier est un souverain qui s'inscrit dans la lignée absolutiste de ses prédécesseurs. La révolte des nobles se fait de plus en plus importante si bien que le Roi, après avoir tenté d'utiliser la force pour maintenir son autorité, se retrouve menacé de déposition et est contraint d'accepter de sacrifier une partie de son pouvoir. Une charte est établie en 1127 et reconnait notamment l'autorité des seigneurs sur leurs terres et leur droit à rendre justice en échange d'une soumission en tant que vassal du Roi et une protection armée sur laquelle le Roi peut aussi compter en cas de guerre. Mais rapidement après sa signature, Richard Ier abroge la charte et elle ne sera jamais vraiment reconnue par le Roi.

Après sa mort, deux ans plus tard, William Ier, son fils, lui succède. Plus pragmatique, William est souvent considéré comme le fondateur du processus qui permettra au Royaume de devenir une démocratie progressivement (un processus qui dura plusieurs siècles et dont on lui attribue le commencement). Beaucoup plus libéral que son père, William accepte à sa montée sur le trône de promulguer la charte que son père avait signée avec les barons et les seigneurs avec quelques extensions. Ainsi les seigneurs retrouvent leur autorité, peuvent rendre la justice et obtiennent en plus (en échange de l'acception de l'acte de régence de James II) la création d'une Assemblée (la première depuis la suppression de l'assemblée élective plus d'un siècle plus tôt lors de la conquête) qui sera chargée de s'assurer de l'application de la charte pour qu'elle ne soit jamais plus contestée par un souverain (ancêtre du parlement). C'est la première limitation effective (et volontaire) du pouvoir royal. La charte de 1129 est considérée comme un texte fondamental et la base à la foi de l'état de droit mais aussi de la common law, principe qui va régir l'organisation du droit (et d'un droit non écrit) au Royaume de Northland puisqu'avec la reconnaissance du droit de justice aux seigneurs, la common law va se développer.

Le règne de William est aussi marqué par la guerre puisque le Roi, avec le soutien retrouver de la noblesse, se lance dans une grande campagne d'agrandissement du royaume. Si cette campagne est très fructueuse, elle lui sera cependant fatale puisque William, blessé au combat, décède en 1141.

Cette mort aurait pu être "classique" pour l'époque si elle n'avait pas eu des conséquences dramatiques et à l'origine d'une crise dynastique sévère. En effet, le Roi laisse derrière lui une Reine Mary enceinte d'un enfant (dont on ne connait pas le sexe). Le Royaume est donc sans Roi. Tout l'avenir repose sur le sexe de l'enfant à venir. Trois parties s'opposent alors pour savoir à qui confier la régence en attendant la naissance : le premier, favorable à une régence de la Reine Mary jusqu'à la naissance, une deuxième favorable à une régence d'Edward (1109-1163, frère de William Ier et héritier du trône si l'enfant à naitre est une fille) et enfin les partisans d'un couronnement immédiat d'Edward puisque le Royaume ne peut être sans Roi et que même si l'enfant à naitre est un garçon, il n'existe pas encore. Pour la première fois de l'histoire, l'Assemblée va jouer un rôle primordial en outrepassant ses fonctions (la Charte lui confiait seulement un rôle de contrôle de l'application de la Charte) et va trancher en faveur de la Reine Mary. En effet, la création de l'Assemblée avait été consentie par William Ier contre la reconnaissance de l'acte de régence de James II. Mary accouche d'un garçon (faisant de lui l'unique Roi de l'histoire à avoir régné de sa naissance à sa mort) qui devient alors Richard II (nommé ainsi en hommage à son père).

Mary reste dans l'histoire comme la première femme à avoir dirigé le Royaume. Car si l'interrègne ne dure pas une année entre la mort de William Ier et la naissance de William II (1141), Mary reste régente jusqu'à la majorité du Roi en 1154. Elle va laisser pendant toutes ces années une trace importante dans l'histoire puisqu'elle élargit la charte en reconnaissant à l'Assemblée le pouvoir de statuer en cas de conflit sur la dévolution de la Couronne. C'est aussi elle qui, sur la base de la réorganisation féodale de son défunt époux, établi le premier découpage du Royaume (notez que ce découpage a évolué depuis) en Duchés (correspondant grossièrement aux actuelles Régions), Comtés (correspondant grossièrement aux actuels districts), Baronnies (correspondant grossièrement aux actuelles circonscriptions législatives) et en paroisses (à l'époque religieuses, aujourd'hui civiles, correspondants aux communes). Du fait de la création de ces divisions, l'application de la charte vaut pour chaque seigneur sur son fief (de fait par exemple, si un baron rendait justice sur son territoire, celui-ci correspondait aussi à une partie du territoire du Comte qui lui-même se trouve sur une partie du territoire du Duc. Ainsi, un seigneur de rang supérieur pouvait casser un jugement d'un rang inférieur. C'est l'ancêtre de l'appel et de la hiérarchie des instances juridiques, bien qu'il faille noter qu'un individu condamner ne pouvait pas lui-même faire appel de la décision devant un seigneur de rang supérieur et que la cassation d'un jugement inférieur par un seigneur supérieur est à cette époque très liée à des raisons politiques). Autre gros changement, l'Assemblée des nobles passe de quelques membres (20-25) à plus de 500 (à cette époque, le royaume étant plus petit, il y a moins de divisions qu'aujourd'hui, et leurs frontières ne sont pas découpées comme actuellement).

En 1167, une nouvelle crise dynastique faillit mettre fin à la dynastie lorsque Richard III (le fils de Richard II), meurt jeune. C'est finalement le fils d'Edward (1109-1163, frère de William Ier, ancien prétendant au trône), qui monte sur le trône et le nom de la dynastie est conservé.

Durant le XIIIe siècle, le Royaume connait ses principales extensions qui lui donne pratiquement ses frontières définitives. Durant toute cette période le fonctionnement institutionnel est resté assez stable et se poursuit sur les principales constructions précédentes.

Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Re: Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » dim. nov. 03, 2019 6:19 pm

5/ Le premier schisme, le protestantisme et la fin de la dynastie

ImageImage
A gauche : la Charte de 1325, 2e charte après celle de 1129. A droite : le book of common prayer, résultant du premier schisme de William II. Ici, réédition du XVIIe siècle.



Au début du XIVe siècle monte sur le trône William II. C'est sous son règne que d'important changements institutionnels ont lieu. Avec les dérives tyranniques de ses prédécesseurs, la noblesse commence à réclamer plus de contrôle sur le pouvoir royal et une nouvelle limitation de celui-ci. William, pragmatique et opposé à la tyrannie concède à la noblesse (qui la lui arrache quand même mais qui permet de maintenir la paix) une nouvelle charte en 1325 qui octroie un élargissement considérable du rôle de l'assemblée. Désormais, pour toute loi, il faudra consulter l'assemblée. C'est aussi à cette époque que le Roi prend pour habitude de nommer un Gouvernement (qui a alors le nom de Conseil du Roi). Mais la nomination de 3-4 membres est la prérogative du Roi (l'Assemblée n'y a pas droit de regard). Toutefois, malgré cette apparente avancée, William maintient une pratique très personnelle du pouvoir. En effet, voyant ses difficultés à avoir un héritier mâle, et afin d'éviter que la couronne ne passe à une branche cousine de la famille et ne change de dynastie, William décide de modifier l'ordre de succession afin d'ouvrir l'accès à la couronne pour ses filles s'il n'a pas de fils. Contraint par sa charte à consulter l'Assemblée, celle-ci s'y oppose. Cela n'empêchera toutefois pas William d'en faire une loi (prétextant n'être tenu que de consulter).

Dans le même temps, William cherche toujours à avoir un héritier mâle. Il souhaite divorcer de son épouse qui ne lui en a pas donné pour épouser la fille d'un de ses compagnons militaires dans l'espoir qu'elle lui donne un enfant. Mais le Pape ne le permet pas. William prend donc l'initiative d'un divorce et est à l'origine du premier schisme d'avec l'Église catholique en instaurant une religion antipapiste (dite Northlandisme) et s'octroie le rôle de chef de l'Église de Northland et défenseur de la foi (il sera excommunié de l'Église Catholique, ce qui sera à l'origine d'une importante baisse de sa popularité, car avec le Roi c'est tout un peuple qui touché (la religion étant religion d'état) et celui-ci, majoritairement catholique, vivant cela comme une trahison). Le Roi tente toutefois d'imposer sa foi à son peuple et fait retirer les objets de culte catholique et interdire les messes. Il édite un livre des prières en briton visant à remplacer la Bible en latin, symbole catholique.

Remarié, William aura finalement un fils mais celui-ci meurt très jeune. Pour la première fois de l'histoire, une femme ceint la couronne en la personne de sa sœur ainée (son frère en tant que garçon lui est quand même passé devant dans l'ordre de succession selon la règle de primogéniture masculine relative) sous le nom d'Elizabeth Iere. Après une période de régence, la Reine, et après elle sa sœur, va instaurer une période de paix sur le Royaume avec la fin des conquêtes (le Royaume acquiert ses frontières définitives sous Mary Iere en 1359, alors que la Reine conduit elle-même l'armée -première femme à le faire-). De plus, elle permettre d'apaiser des tensions créées par le schisme de leur père puisque Elizabeth et Mary ont été élevée dans la foi catholique, tout comme la population du royaume (qui se retrouvait avec William avec un Roi d'une confession différente de son peuple, malgré les tentatives du Roi pour imposer sa religion). Les deux Reines ouvrent une période d'âge d'or avec le développement du commerce et culturel interne mais aussi avec l'étranger (fondation d'une université royale, promotion d'artistes, Cour d'érudits, …). Malgré tout, Mary ne s'étant jamais mariée et étant morte sans enfant en 1362, c'est à son cousin (descendant de Henri (1110-1157), frère de William Ier) que passe la couronne. C'est la fin de la Dynastie de la Maison de Northmond et le début de la Maison de Campbell. Or la nouvelle dynastie a été élevée dans la confession Northlandiste (antipapiste). Des tensions entre les seigneurs encore fidèles à la foi catholique et le souverain éclatent. Dans la population, avoir un souverain d'une confession différente apporte également des tensions.

Avatar du membre
Alexandre
Dirigeant puissant
Messages : 541
Enregistré le : mar. févr. 05, 2019 10:09 pm
NJ V4 : Royaume de Flavie

Re: Encyclopédie Générale Royaume de Northland

Message par Alexandre » lun. nov. 04, 2019 12:08 am

6/ La dynastie Campbell et le second schisme

ImageImage
A gauche : le Religion Act de Henri Ier. A droite : une rébellion armée d'un seigneur local durant la guerre civile dite guerre de religion qui occupera le XVe siècle (ici à la fin du XIVe siècle).



Durant la seconde moitié du XIVe siècle, les premiers Rois de la Dynastie de Campbell vont tenter d'assoir et d'imposer leur religion. Pour ce faire, Henri Ier est à l'origine du Religion Act, que l'Assemblée refuse. Mais une nouvelle fois, le souverain passe outre la consultation de l'Assemblée pour l'instaurer. Il s'agit d'une loi qui fait de la foi du souverain celle de l'Etat. Les dignitaires de l'église sont désormais nommés par le Roi et l'Archevêque de Campbell (lui-même désigné par le Roi). Les anciens prêtre et évêques catholiques sont remplacés et une conversion de la société est voulue par le Roi. Le book of common prayer est réinstauré. Cependant, tout au long du XVe siècle, cette décision sera à l'origine d'une guerre civile dite guerre de religion, entre les antipapistes fidèles au roi, de plus en plus nombreux, et les papistes, défenseurs de la foi catholique, soutenus par certains seigneurs fidèles au Pape et qui aimeraient renverser le Roi. Cette situation va donner lieu à des rébellions, des affrontement parfois armés et des massacres tout au long du siècle, un des plus noires du pays.

C'est dans ce contexte qu'en arrivant au pouvoir en 1427, Henri IV va faire preuve d'ingéniosité. Il décide de créer l'Assemblée des paroisses et des bourgs (aujourd'hui vu comme l'ancêtre de la Chambre des Communes). En créant arbitrairement cette Assemblée, le Roi entend directement faire concurrence à l'Assemblée des seigneurs qui ne lui sont pas favorable. L'idée est très simple mais assurément efficace. Le Roi honore certaines villes en leur offrant un ou plusieurs représentants à l'Assemblée. En échange de cette reconnaissance, les villes obtiennent ce privilège du Roi (souvent les villes les plus importants), les notables (qui sont désignés par les échevins et bourgeois commerçants qui administrent les villes) élisent bien souvent des représentants favorables au pouvoir royal (à Campbell par exemple, il y a 15 notables électeurs et 2 sièges à l'Assemblée). Henri IV décide que désormais, le Roi pourra consulter l'une ou l'autre des assemblées pour faire une loi (toujours de façon consultative) pour contourner ainsi l'influence grandissante des seigneurs, par ailleurs en rébellion contre l'autorité religieuse du Roi. Par ailleurs, l'Assemblée des bourgs obtient le droit d'être consultée pour les impôts qui les concernes (alors que la plupart des villes estiment qu'elles sont trop taxées, notamment par les seigneurs). Les villes sont reconnaissantes au Roi de cette avancée et le Roi peut, par ce procédé, ancré sa religion et ainsi isoler politiquement l'influence des seigneurs.

Mais tout au long du siècle, cette Assemblée ne plait pas aux nobles. L'Assemblée des bourgs s'affranchie d'une partie des impôts imposés par les seigneurs (qui possède autorité sur leurs terres) pendant que les impôts royaux sont moins menacés (le Roi ménageant la nouvelle Assemblée pour qu'elle lui reste favorable).

Répondre

Retourner vers « Northland »