Presse: Nouvelles du Gandhari

Lots 52-53-54-55
Répondre
Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

5 mars 2041


Le Gandhari devient un pays laïc


Image
Le pays ne dispose plus de religion officielle


Après une tentative infructueuse l'année dernière, le gouvernement Kéjar a tenté une seconde tentative qui s'est avérée gagnante. Profitant de sa promesse formulée lors des élections anticipées de novembre 2040, le chef du gouvernement a pu s'appuyer sur sa majorité puissante pour faire passer le projet au Parlement sans encombre. La session à la chambre haute aura été toutefois un peu plus délicate en raison de l'absence de majorité mais l'abstention d'une partie des députés libéraux a scellé l'issue du débat.
Pour la première fois en Janubie, un pays fait donc le choix de ne plus lier État et religion et affirme que toutes les religions présentes sont sur un pied d'égalité.
Le projet de loi comporte également une disposition qui risque de faire jaser dans le clergé: le transfert immédiat de tous les lieux de culte lui appartenant vers le domaine public.
Concrètement, ce sera désormais la collectivité qui gérera les lieux de culte et la création d'une fondation du patrimoine religieuse apporte des garanties sur l'entretien de ces édifices quasiment millénaires pour les plus anciens.
La Commissaire chargée des Affaires Intérieures Ikna Omara réfute donc toutes les critiques en rapport avec une destruction préméditée de la culture gandharienne.

"La différence à l'avenir c'est que l'Etat ne financera plus le culte hindou et met sur un pied d'égalité toutes les religions qui existent dans le monde. On ne prêtera plus serment sur des préceptes hindous mais cela ne veut dire en rien que la religion est l'objet d'une campagne d'éradication de la part du gouvernement comme j'ai pu l'entendre de la bouche de députés incendiaires. Le patrimoine religieux inestimable continuera d'être entretenu mais avec un peu plus de fonds issus de particuliers et de donations. L'Etat continuera à financer une partie de l'entretien des lieux de culte au titre de leur valeur patrimoniale mais plus aucun sou n'ira au financement des offices religieux".

Le clergé, dernière véritable forteresse épargnée par la révolution communiste jusque là, a déploré une baisse considérable des moyens pour effectuer les cérémonies. Conséquence de cette laïcisation abrupte, les célébrations de la divinité Krishna qui ont lieu tous les ans lors de l'avant-dernière semaine du mois de juin et qui charrient plusieurs millions de fidèles sont purement et simplement annulées.

"La disparition brutale des financements de l'Etat nous contraint à nous réorganiser pour trouver des fonds alternatifs. Nos ressources vont drastiquement baisser dans les prochaines semaines et nous contraignent à faire des choix. Le clergé a donc pris la décision d'annuler l'édition de cette année des grandes célébrations de la divinité Krishna au sanctuaire de Gollokorunda. Nous sommes désormais dans l'obligation de solliciter des dons de la part de nos fidèles."

L'annulation des festivités du mois du juin risquent de frustrer la partie la plus conservatrice de la population qui reste très croyante et massivement mobilisée lors des festivités de Krishna à Gollokorunda. Cette ville qui est paradoxalement le berceau du communisme gandharien et sa place forte a vu son maire réagir de façon ironique sur les réseaux sociaux.

"Tant mieux, cette année on ne sera pas submergés par ces bigots qui s'offusquent dès qu'ils voient la faucille et le marteau affichés en grand dans nos rues. En juin, pour une fois on aura la paix".

Face au tollé, le maire de Gollokorunda a vite retiré ses propos mais n'a pas désarmé en décrétant le remplacement des festivités par un hommage grandeur nature au mémorial d'Asha Lota. Quelques heures plus tard, sa boîte au lettre municipale débordait de menaces de morts...

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

9 mars 2041


Choc pétrolier: Le Gouvernement suspend les taxes pétrolières pour éviter une panique


Image
La hausse du prix du baril de pétrole de 47% a provoqué d'énormes files d'attente, les automobilistes voulant faire leur plein en anticipant de nouvelles hausses


La hausse infernale se poursuivra-t-elle ?
La guerre en Marquésie a en tout cas eu un effet quasiment immédiat sur les prix à la pompe qui ont flambé en quelque jours à peine. De 0,33 livres en moyenne le litre de gazole, le prix est passé à 0,49 livres et rien n'indique que la hausse est stabilisée. Cette crainte de voir le prix encore augmenter a incité de très nombreux automobilistes à se jeter sur les pompes les plus proches pour faire le plein.
Face à ce début de panique, le gouvernement a réagi en ordonnant le rationnement des ravitaillements à 25 litres par jour et par personne jusqu'à nouvel ordre afin de dissiper la ruée vers les pompes. Il a également interdit les jerricans.
Le Commissariat du Peuple aux Affaires Intérieures a appelé la population au calme en affirmant que le comportement de certains automobilistes ne ferait que rajouter une situation de pénurie sur une situation de flambée des prix.
Jasbir Kéjar a de son côté affirmé que l’État consentait à suspendre la taxe sur les produits pétroliers en chiffrant la mesure à 27 millions de livres par jour. Cette mesure permettra de faire diminuer le prix du litre d'environ 11 cents et le ramener à une moyenne de 0,37 livres par litre.
La mesure risque toutefois d'aggraver le déficit budgétaire de l’État et donc de creuser sa dette. Le gouvernement indique assumer prendre cette mesure pour protéger les consommateurs de la hausse insoutenable du prix du pétrole.
Concernant les gisements du Vryheid passés sous contrôle d'un consortium de l’État gandharien, le Commissaire à l'Environnement, à l’Énergie et aux Transports Janam Khatra a déclaré que l'exploitation ne devait pas démarrer avant mi-2041, rendant de fait impossible de les faire entrer en action pour soulager le prix de l'or noir.
Les réserves stratégiques de carburant synthétique ne seront de leur côté pas débloqués car réservés aux périodes de pénuries graves, situation qui ne se produira pas ici.
Finalement, reste donc à savoir pendant combien temps les prix resteront à ce niveau car chaque jour qui passe, l’État gandharien perdra 27 millions de livres.
Jasbir Kéjar, aussi Commissaire du Peuple aux Affaires Économiques, rappelons-le, temporise:

"Nous assumons d'endetter l’État dans ces circonstances car il en va de l'intérêt général. Le budget carburant d'un ménage est très important et cette hausse compromet son pouvoir d'achat. Nous préférons suspendre les taxes dont le coût à l'arrivée sera bien moindre qu'une baisse violente de la consommation."

La mesure a été bien accueillie par la population qui semble avoir été rassurée. Les énormes files d'attente aux stations se sont vites taries malgré des montagnes de jerricans confisqués...

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Logon ka Sangh - लोगों का संघ

Journal communiste - 0.65 £g

12 mars 2041


Le 12 avril, jour de la mort d'Asha Lota, désormais fête nationale


Image
L'ancienne dirigeante du Gandhari sera célébrée chaque année ainsi que tous les martyrs morts pour la liberté


A un mois jour pour jour de la mort d'Asha Lota, le gouvernement a annoncé que la fête nationale serait désormais fixée au 12 avril. Baptisé "Jour des Martyrs", le 12 avril célébrera plus largement toutes celles et ceux tombés au combat en faveur de l'ordre nouveau qui a triomphé au Gandhari. La volonté de faire du 12 avril un jour de fête est un moyen évident de faire du sacrifice d'Asha Lota quelque chose de positif et de fondateur pour le Gandhari.
La mort de celle qui a fait triompher le communisme au Gandhari n'a absolument pas eu l'effet escompté par les adversaires qui misaient indéniablement sur une déstabilisation du pays. Il n'en a rien été et aujourd'hui le pays a triomphé de ses ennemis internes tandis que le gouvernement du peuple vole de succès en succès.
Il est vrai que ceux qui ont eu la peau d'Asha Lota en ont fait une victoire énorme à afficher tel un trophée. Il n'en n'est rien car tandis que son corps repose sur les terres dont elle a brisé les chaînes, son engagement sera célébré chaque année pour les siècles qui arrivent.
Asha Lota est désormais élevée au rang de figure fondatrice de la République des Conseils et le mythe de son épopée irriguera toutes les générations à naître. Lorsqu'on lèvera un œil sur un portrait ou une statue la représentant, on se rappellera de ses sacrifices et de ses combats qui ont fait de notre pays en endroit juste et libre.
Les célébrations de la mort d'Asha Lota ne seront jamais un moment de tristesse mais au contraire un temps collectif de fête et de mémoire.
En transférant la fête nationale au 12 avril, le gouvernement reconnaît à Asha Lota le statut de Mère de la Patrie, celle sans qui la libération de tout un peuple n'aurait pu advenir.
Mais célébrer tous les martyrs le 12 avril c'est aussi rendre hommage à ceux qui sont tombés pour notre pays. Le premier d'entre eux est sans doute Parampal Kahlon, mort le 11 octobre, non communiste, mais qui avait le sens du respect pour qui ne pensait pas comme lui et avait également le sens de l’État.
Le 12 avril rappellera pour l'éternité cette étrange élection de 2039 dans laquelle Asha Lota et Parampal Kahlon se sont affrontés. De manière parfois vive mais toujours dans le respect de la démocratie et de la parole de l'autre. Leur vision était opposée mais ils n'étaient assurément pas dans la catégorie des gens malveillants qui sont portés au pinacle dans bien trop de pays aujourd'hui.
Leur mort est un véritable sacrifice, un sacrifice qui aura permis le triomphe de notre combat et l'ouverture d'une nouvelle ère au Gandhari qui se traduit par la liberté, la prospérité, le vivre ensemble et le bonheur.
Dans un mois le Gandhari se parera de ses meilleurs atours pour célébrer ses héros, ceux qui ont permis de briser les chaînes et d'ouvrir un nouveau chapitre de notre histoire.

Lal Salam
Que vive Asha Lota, la Mère de tous les Gandhariens !

Jasbir Kejar
Président du Conseil des Commissaires du Peuple

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Logon ka Sangh - लोगों का संघ

Journal communiste - 0.65 £g

14 mars 2041


Vikam Kawera aurait dissimulé de l'argent au Kaiyuan


Image
Le Commissaire du Peuple aux Affaires Extérieures aurait œuvré pour échapper aux saisies de patrimoine de la révolution communiste


L'affaire risque d'éclabousser gravement le gouvernement et de porter une tâche quasiment indélébile sur son action et le soutien dont il jouit. D'après un signalement dont l'origine reste encore à éclaircir, le numéro trois du gouvernement serait coupable d'avoir organisé son évasion fiscale et patrimoniale pour conserver sa fortune intacte. D'après la note de signalement, Vikam Kawera aurait fait déposer dans un coffre à la Fuxianji Imperial Bank of Commerce plus de 1,5 million de livres. Si pour l'instant l'affaire se résume à une simple dénonciation, la justice gandharienne pourrait se saisir du dossier et entamer des démarches auprès de la Fuxianji Imperial Bank pour mener des investigations et retrouver le coffre au cœur de l'affaire.
Ces révélations ont d'ores et déjà fait l'objet d'une bombe et ont enflammé les réseaux sociaux qui ont réclamé que la vérité soit faite et qu'en cas de culpabilité avéré, Vikam Kawera devrait payer cher sa trahison de la révolution communiste.
L'affaire secoue déjà les institutions puisque l'opposition a formulé une demande d'audition de Vikam Kawera par le Conseil Suprême. Cette audition devrait intervenir dès que les premiers éléments de l'enquête judiciaire auront été rendus. Du côté de la Chambre du Peuple, une motion de révocation à l'encontre du chef de la diplomatie gandharienne serait déjà rédigée et prête à être déposée si plus d'informations allant dans le sens de son implication dans cette affaire seraient avérés.
Au gouvernement, les commissaires avaient du mal à cacher leur gêne et leur stupéfaction mais nombre d'entre eux ont rappelé le principe de la présomption d'innocence.
Jasbir Kéjar a même affirmé qu'au stade actuel de la situation sans éléments factuels incriminant, Vikam Kawera gardait son soutien plein et entier. Une position risquée qui pourrait coûter cher au locataire du Gurbaghat Taoni si les accusations se révélaient fondées.
Seul Ramindar Dahang, le nouveau Commissaire du Peuple à la Justice a refusé de se positionner sur le sujet, déclarant que sa position l'obligeait à faire preuve de neutralité absolue et l'interdisait même de s'exprimer sur l'affaire.
Au-delà du scandale, une chute de Vikam Kawera, diplomate jusque là estimé et respecté qui s'est illustré devant le monde entier à la conférence de Paix de Karagol pour son calme exemplaire devant l'intransigeance de ses adversaires, risque d'affaiblir considérablement le gouvernement Kéjar.
Il s'agit également du premier scandale de ce type depuis l'instauration de la République des Conseils. Une question se pose donc naturellement: est-il si raisonnable pour les communistes gandhariens de clamer leur pureté alors qu'ils ne sont au fond que des êtres humains comme les autres, facilement tentés par le pouvoir et l'avidité ?
Voilà qui devrait amener un peu de modestie et faire mûrir cette révolution gandharienne qui est encore très loin de connaître la maturité...

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

17 mars 2041


Guerre en Cérulée: "C'est très bien, qu'ils se bouffent entre eux et surtout, pourvu que ça dure !" déclare le Général Kachela


Image
Le Commissaire du Peuple à la Défense et Chef d’État major se réjouit de voir Lébira, Ennis et Valdaquie se faire la guerre


Alors que le pourtour céruléen voit un second conflit d'importance éclater, le Général Kachela n'a pas caché sa satisfaction de voir quelques puissances locales se faire la guerre ouvertement. Si la première phase du conflit semble avoir démontré une résistance plus forte que prévu des lébiriens, le général affirmer se ficher de l'issue du conflit. Selon lui, ces puissances se sont lancées dans une guerre dont nul ne peut deviner l'issue et pense que le coût a été largement minimisé.

"Je pense que le président ennissois allait dans ce conflit la fleur au fusil en pensant que s'appeler République Fédérale d'Ennis était un mot magique qui ouvrait les portes en grand d'une victoire écrasante. Bien mal lui en a pris et les pertes ont été assez salées pour une entrée de conflit. La Valdaquie semble avoir un peu plus de bouteille en terme de gestion des conflits armées et il faut le souligner. Quant à la Ligue de Lébira, je leur conseillerais de ne pas trop faire les malins non plus car le monde entier ne peut plus les supporter. Mais si Ennis se prend une bonne leçon on ne boudera pas non plus ce scénario et on se fera un plaisir de leur rappeler que la menace pour la paix c'est eux et pas la menace imaginaire de l'Internationale Communiste.
Moi je vais vous le dire, cette guerre est un délice. Voir ces pays s'écharper est un pur spectacle. Qu'ils se bouffent entre eux et surtout, pourvu que ça dure !"


En complément de cette déclaration fracassante, le Général Kachela a annoncé que le Gandhari allait poursuivre le renforcement de sa défense en faisant des test antimissile puis en testant des missiles balistiques courte portée en plein océan de Bonne-Espérance.
Concernant la dégradation de la situation en mer de Cérulée, le Gandhari a annoncé que les avions civils ne survoleraient plus la zone de conflit par précaution. Cette mesure visant à prévenir tout accident risque de rallonger les vols et de provoquer une hausse des prix des billets d'avion.
Enfin, le Gandhari a déconseillé le déplacement en Cérulée orientale jusqu'à nouvel ordre.
Le pays n'a toutefois fait aucune annonce officielle par rapport à la guerre qui vient d'éclater et compte afficher sa neutralité.

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

24 mars 2041


Kawera remplacé par le Général Samuel Henderson: "Finie la diplomatie aventureuse du Gandhari !"


Image
Tandis que Vikam Kawera qui se dit innocent a décidé de quitter le gouvernement pour organiser sa défense, Jasbir Kéjar a nommé Samuel Henderson à la surprise générale pour lui succéder.


Il s'agit d'une première dans l'histoire du Gandhari. Tous les gouvernements qui se sont succédé étaient entièrement composés de gandhariens nés au Gandhari. Remplaçant de Vikam Kawera, le Général Samuel Henderson, haut-dignitaire de la Légion Révolutionnaire du Gandhari hérite du poste de Commissaire du Peuple aux Affaires Extérieures. Westréen de naissance, ce dernier s'est illustré lors de la guerre civile westréenne et a appartenu à la légendaire Quinzième Colonne qui a eu un rôle décisif dans la victoire finale des communistes. Engagé depuis fin 2039 au sein de la Légion Révolutionnaire pour aider le Gandhari à vaincre ses ennemis, Samuel Henderson avait alors reçu la nationalité gandharienne. Il porte aujourd'hui la double nationalité. Se disant encore attaché au Westrait, sa patrie de cœur et de naissance, il se dit amoureux d'un Gandhari qui a su émerger de ses années sombres.
Lors de la cérémonie de passation de pouvoir avec Vikam Kawera, Samuel Henderson a annoncé que la diplomatie gandharienne entrait dans une nouvelle ère.

"Comme tout bon communiste, il faut savoir regarder dans le rétroviseur et faire le bilan pour amasser les autocritiques pour pouvoir ensuite progresser. La République des Conseils du Gandhari n'a qu'un an et demi et nous sommes encore loin d'avoir atteint une maturité diplomatique. Mon rôle sera de continuer à garder des liens profonds avec nos partenaires actuels tout en veillant à casser pour de bon cette image belliqueuse qui nous colle à la peau. Je le dis, l'ère de la diplomatie aventureuse est terminée ! Plus jamais d'expéditions hasardeuses en Vasconie ! Encore moins des conflits risqués avec des prétextes fallacieux. Notre réseau diplomatique est aujourd'hui bien formé, nous n'avons plus besoin d'aller chercher des alliés à tout va autour du monde et être amis avec tout le monde. Nous avons nos partenaires socialistes bien évidemment mais nous devons conserver des liens forts avec les nations de la Ligue Islamique Mondiale et avec l'Organisation de Coopération de Choenglung avec laquelle la hache de guerre est enterrée. Et bien évidemment le Makengo qui est notre premier partenaire économique en Algarbe. Ma première mission sera de prendre contact avec la République du Vryheid et d'établir des relations économiques et mutuelles saines et respectueuses !"


Malgré le fait que le tempérament de Samuel Henderson soit reconnu comme adapté à un poste de diplomate, la droite et le centre n'ont pas tardé à accuser Jasbir Kéjar de militariser son régime en faisant entrer un second général dans son gouvernement.
Mata Jaghal n'a pas mâché ses mots.

"On se demande combien de temps il reste avant que Jasbir Kéjar ne se proclame Maréchal et revête l'uniforme. Qu'est-ce que c'est que cette histoire de voir l'armée à des postes aussi stratégique dans un gouvernement ? Samuel Henderson est certainement très compétent mais ne serait-il pas plus à l'aise en dirigeant son régiment d'élite de la Légion Révolutionnaire ? Je soulève juste des points qui posent question c'est tout."

Pour mettre un terme à la polémique, le Général Henderson a assuré qu'il n'aurait plus de fonctions militaire tant qu'il serait le chef de la diplomatie gandharienne. Il a néanmoins rappelé que le gouvernement Kéjar avait associé les postes de Commissaires du Peuple à la Défense Nationale et de Chef d’état-major en raison des troubles internes que le pays avait connu. La menace n'étant pas tout à fait jugulée, ce cumul reste justifié.
L'armée a également publié un communiqué dans lequel elle assure qu'elle n'a aucune influence dans les décisions politiques du gouvernement, hormis dans le périmètre correspondant aux actions la concernant directement. Elle promet également que le Général Kachela se retirera du gouvernement lorsque la menace conservatrice sera considérée comme éradiquée.
Une réponse satisfaisante, semble-t-il, qui a éteint la polémique et démontré que l'armée n'avait pas d'ambition autre que le respect de la démocratie et le retour à l'ordre dans le cadre des dispositions extraordinaires encore en vigueur...

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

31 mars 2041


Réforme de la justice: Le plan Dahang dévoilé


Image
Le nouveau commissaire du peuple à la justice a dévoilé sa réforme, et elle est explosive


Depuis son investiture, Ramindar Dahang s'est attelé à construire son ambitieux plan de réforme du système de justice gandharien. Restant encore entièrement à construire après la révolution communiste, le système actuel est encore calqué sur le modèle du système de Sankar Amrish et repose largement sur des juridictions locales.
Ramindar Dahang entend moderniser ce système en créant en premier lieu une Cour Populaire Suprême qui sera la juridiction la plus élevée du pays avec 9 juges élus au suffrages universel tous les 3 ans.
Le but de ce turn-over est de freiner tout attachement du juge populaire suprême à sa fonction. Le système gandharien étant communiste, il est devenu inconcevable d'attacher la personne à de telles fonctions à vie comme on le retrouve souvent dans les démocraties occidentales. Dans un premier temps, trois juges seront élus cette année et ils seront suppléés par des juges intérimaires qui céderont progressivement leur place à mesure que le premier cycle électoral de la Cour se rapprochera de son terme de 2043. En 2042 et en 2043, les six autres juges seront élus.
La Cour Populaire Suprême représentera de fait le pouvoir judiciaire du pays et veillera au respect des lois et de la constitution.
Si cette nouveauté est plutôt bien accueillie, la plupart des autres dispositions risque de faire grincer des dents de l'opposition jusqu'aux communistes les plus modérés.
Et pour cause, Ramindar Dahang propose la création d'un crime "d'atteinte à la Révolution" dont l'intensité s'intercale entre la "trahison" et la "haute trahison". A ces trois crimes cités, le commissaire du peuple à la justice veut imposer comme unique peine le séjour en camp d'activité laborieuse et de rééducation citoyenne.
Derrière ce nom huilé se cache purement et simplement le rétablissement de camps de travail et de détention, réservé toutefois à ceux jugés comme étant des ennemis du nouveau Gandhari socialiste.
Avec le maintien en détention de plusieurs dizaines de milliers de combattant amrishiens depuis fin janvier, ces camps pourraient fleurir à toute vitesse et se remplir aussi vite que leur apparition.
Dans la majorité, les députés verts ont publiquement protesté contre un "projet qui emmène la démocratie et la justice à la dérive". Si du côté des députés réputés fidèles à Jasbir Kéjar la tension est à son comble, aucun commentaire publique n'a émané de leur côté. Mettraient-ils leur poing dans la poche à la demande de leur chef pour éviter des conflits destructeurs dans la majorité ?
Les députés communistes les plus modérés ont de leur côté réclamé des garanties contre toute dérive judiciaire menant à son instrumentalisation à des fins politiques.

"Si c'est pour frapper tout opposant d'accusation d'atteinte à la révolution comme le Raja d'Anantram accusait toute personne de l'offenser pour un regard de travers, c'est non. Dahang va devoir s'expliquer et apporter des garanties car moi et mes 40 collègues modérés on s'abstiendra en l'état actuel. Le projet doit être édulcoré sinon il sera rejeté."

Devant les soubresauts chez les communistes modérés et les Verts, les communistes radicaux de Dahang ont répliqué sur la frilosité et le laxisme de leur collègues qui refuseraient de voir en face la nécessité de punir sévèrement les séditieux du mois de janvier pour imposer le respect de la République des Conseils.
Reste cependant que Jasbir Kéjar avait promis à Ramindar Dahang une latitude dans son action de répression des ennemis de la révolution. Une volte-face de sa part risquerait tout autant de provoquer le désordre...

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

2 avril 2041


Henderson: "Le Gandhari soutient la LIM"


Image
Le nouveau commissaire du peuple aux Affaires Extérieures a réaffirmé le soutien du Gandhari aux États membres de la LIM


Si le Gandhari a pris soin jusque-là de prendre ses distances avec l'intervention en Dranavie, la tempête mondiale que l'opération a engendré et les innombrables attaques contre les pays membres de la Ligue Islamique Mondiale a contraint le gouvernement a sortir du silence et à se positionner.
Devant l'ampleur du mouvement #BreakTheTreaties et la rupture des relations prononcées à la fois par la Lantanie et la Santogne, la position gandharienne envers ses alliés devenait intenable.
Même si le Gandhari n'est à fortiori que membre observateur de la LIM, des traités le lient avec la quasi-totalité des membres qui sont en réalité parmi les partenaires les plus proches du Gandhari sur la scène internationale.
Un expert des relations internationales explique:

"Le Gandhari a la particularité de fonder l'essentiel de ses relations sur le bassin Marquéso-algarbien. La puissance janubienne entretient des liens forts avec le monde musulman et ne cache pas sa sympathie pour l'Islam qui rassemble 15% de sa population. Si le pays est un membre observateur de la LIM, les relations que le pays entretient avec le Saog, le Kars, le Karmalistan et l'Ölan lui donnent un rôle officieux bien plus important qu'il n'y paraît. D'autant plus que le Kars et le Saog sont venus lui prêter main forte lors du conflit infructueux au Raja Tika".

Lors d'une conférence de presse, Samuel Henderson a réaffirmé la proximité du Gandhari avec les pays membres de la Ligue Islamique Mondiale quelque soit le contexte. Que ce soit sur le plan économique, culturel et militaire, la coopération sera toujours au rendez-vous.
S'agit-il d'un alignement du Gandhari pour la première fois depuis des décennies ? Ce serait présomptueux de répondre par l'affirmative mais malhonnête de le nier.
Le Gandhari n'est pas partie prenante des orientations internationales de la LIM en tant qu’État observateur. Néanmoins, les partenariats divers dont militaires avec les membres de cette organisation qui s'affirme de plus en plus comme une alliance militaire risquent de l'inciter à être plus qu'un simple membre observateur.
L'Islam est le cœur de ce qui réunit les membres de la Ligue Islamique Mondiale, mais devant l’émergence d'une véritable alliance qui dépasse le simple cadre culturel et religieux, le Gandhari doit sortir de sa situation hypocrite et devenir membre de plein droit.

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

3 avril 2041


Jasbir Kéjar: "Si la Slézanie franchit la ligne rouge, cela entraînera une riposte immédiate"


Image
Jasbir Kéjar a réagi après l'annonce de la présence des forces navales slézanes aux Ménechmes


Tandis que le Kars a annoncé avoir repéré la flotte slézane en mer de Cérulée vie satellite, le Président du Conseil des Commissaires à tenu à réagir et a fait preuve de fermeté. Lors de son intervention, il a condamné l'attitude de la Slézanie et dénonce le revanchisme de son gouvernement. Il appelle à Michal Rudzoski à renoncer à son entreprise dangereuse.

"Je dis au gouvernement slézan qu'il fait une erreur grossière en tentant d'intimider les parties prenantes du conflit. Monsieur Rudzoski a perdu la face et s'attèle probablement à la retrouver mais au prix d'une imprudence qui confine au mieux à l'incompétence, au pire à la folie.
Le Gandhari n'est pas impliqué dans ce conflit, mais si ses alliés ölanais et karsais venaient à être attaqués, nous serions dans l'obligation d'honorer nos engagements auprès de ces pays amis.
Il est encore temps de renoncer car si la flotte slézane passe à l'action, elle sera détruite."


Jasbir Kéjar a également évoqué les garanties suffisantes concernant l'évacuation des catholiques de Dranavie et a réaffirmé sa confiance totale envers ses partenaires ölanais et karsais pour y rétablir la paix civile.

"J'appelle la Slézanie à renoncer et à retirer sa flotte sans délai. Le monde n'a pas besoin d'un conflit de grande envergure alors que l'instabilité en ce début d'année est grande. Néanmoins le Gandhari ne se dérobera pas et portera assistance à ses alliés s'ils sont agressés."

Aux yeux de Jasbir Kéjar, une tentative de briser le blocus n'aurait aucune justification valable et aurait pour seule conséquence d'enclencher un engrenage d'alliances menant tout droit à une guerre d'ampleur jamais vue depuis la Guerre des Conteneurs. L'éclatement d'un conflit d'une telle ampleur ne serait imputable qu'à la seule Slézanie et à sa diplomatie basée sur le revanchisme.
Le Président du Conseil a enfin rappelé la forte proximité du Gandhari avec l'Ölan et le Kars et a semblé brandir ces alliances comme une menace face à l'aventurisme slézan.
Enfin, le leader gandharien a terminé en s'adressant à son homologue slézan.

"Monsieur Rudzoski, ne soyez pas celui qui aura plongé le monde dans un conflit mondial. Renoncez, ce sera tout à votre honneur et engagez-vous dans le processus de paix en Dranavie. Pour le bien de la paix mondiale, retirez votre flotte."

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

5 avril 2041


Les Verts quittent le gouvernement, fin de la coalition Rouge-Verte


Image
Le palais du Gurbaghat Taoni


Fin de partie pour le Gouvernement Kéjar II, en fonction depuis novembre 2039. Après deux départs récents, c'est au tour des Commissaires du Peuple écologistes de s'en aller après avoir acté des "désaccords considérables" avec la nouvelle ligne politique adoptée récemment. Ikna Omara et Janam Khatra, respectivement Vice-Présidente du Conseil chargée des Affaires Intérieures et Commissaire du Peuple à l'Environnement, à l’Énergie et aux Transports abandonnent leurs fonctions et rejoignent les rangs de la Chambre du Peuple en tant que députés.
Il s'agit d'un coup dur pour Jasbir Kéjar qui perd des atouts de poids et des commissaires appréciés de la population. Le motif de leur départ est clairement la politique de répression des "ennemis de la Révolution" et la venue annoncée des camps de travail.
Déjà échaudés par la tentative de rétablissement total de la peine de mort orchestrée par Ramindar Dahang, les Verts ont encaissé la goutte de trop et ont donc préféré lever le camp.
Présents au gouvernement depuis la victoire d'Asha Lota, les Verts partent en refermant derrière eux l'ère de la coalition Rouge-Verte qui s'est souvent caractérisée par une politique intérieure modérée et mesurée, prônant une révolution communiste apaisée et éloignée des violences.
Les choses pourraient changer avec la montée de l'influence des communistes révolutionnaires de Ramindar Dahang qui devraient essayer de tirer profit de la situation pour gagner du galon. Ce dernier ne cache pas sa convoitise pour le poste de Vice-Président du Conseil et le fait savoir en multipliant les allusions dès que l'occasion se présente. Il assure que le départ des Verts est une chose positive et permettra de briser les entraves qui empêchaient le gouvernement d'agir correctement jusque-là. Une attitude provocante qui déplaît jusque dans les rangs des communistes kéjaristes qui ne veulent pas d'un Dahang Vice-Président du Conseil et font le nécessaire pour éviter qu'un tel scénario se réalise.
Car l'enjeu réel de cette séquence est de savoir qui de Kéjar ou de Dahang va gagner la partie. L'un doit affirmer son autorité coûte que coûte pour ainsi contenir Dahang et les siens qui deviennent de plus en plus ambitieux mais il doit veiller à ne pas trop les froisser pour éviter une mutinerie au sein de l'aile la plus radicale du PSTUG. L'autre, dont les ambitions naissantes ne sont plus un secret, doit placer ses pions dans l'espoir de gagner toujours plus d'influence et pourquoi pas, le moment venu, remplacer Jasbir Kéjar.
Deux visions du communisme vont s'affronter dans les prochains jours: celui qui prône un attachement viscéral à la république des Conseils et au conseillisme, et celui qui préfère un mode de gouvernement vertical et autoritaire assumé pour faire appliquer la révolution à tout prix.
Une telle division court le risque de fracturer irrémédiablement la majorité et de conduire à une scission du PSTUG tant les positions pourraient finir par devenir irréconciliables.
Cet épisode risque toutefois de marquer durablement le paysage politique gandharien: le classique clivage gauche-droite hérité de la République gandharienne vit ses derniers instants...

Avatar du membre
Plutark38
Dirigeant puissant
Messages : 602
Enregistré le : ven. juin 14, 2019 2:00 pm

Re: Presse: Nouvelles du Gandhari

Message par Plutark38 »

Ganatantr - गणतंत्र

Grand quotidien national - 1 £g

6 avril 2041


Ramindar Dahang emporte 116 députés avec lui et fonde le Parti Communiste Révolutionnaire du Gandhari


Image
Le leader des communistes révolutionnaire fait scission et compte faire pression sur les kéjaristes


Le départ des Verts du gouvernement a lancé une véritable bataille d'influence et les premiers effets sont la dislocation du Parti Socialiste des Travailleurs Unifié du Gandhari. Devant la presse, Ramindar Dahang a annoncé qu'il quittait le PSTUG pour fonder un nouveau parti basé sur une ligne révolutionnaire et plus radicale. Dénonçant la passivité des kéjaristes et leur dogmatisme sur le respect de la démocratie direct et le conseillisme, le Commissaire du Peuple à la Justice a déclaré que désormais Jasbir Kéjar ne pourrait plus ignorer le désir de renforcer la révolution.
C'est un énième coup dur pour le Président du Conseil des Commissaires qui se retrouve au pied du mur et affaibli. La fin du PSTUG signe également la fin du communisme unifié au Gandhari et ouvre la voie aux querelles à l'intérieur de cette famille politique désormais fracturée.
Jasbir Kéjar n'a cependant pas désarmé et n'a pas tardé à réagir.

"Je prend acte de l'opportunisme de monsieur Dahang. Je regrette sa décision mais elle n'entame pas ma détermination à poursuivre ma mission !"

Les Verts ont de leur côté réagi à l'attitude de Dahang en dénonçant son ambition démesurée et incompatible avec la philosophie de la République des Conseils. Sans le dire explicitement, ils ont pris le parti de Jasbir Kéjar et devraient logiquement voter la confiance au prochain gouvernement Kéjar III. Ils ont toutefois exclu de revenir au gouvernement.
Avec la trahison de Dahang, Jasbir Kéjar ne semble plus devoir s'échiner à concilier les exigence des révolutionnaires et des kéjaristes. Avec le soutien acquis des Verts au vote de confiance, la voie s'ouvre malgré tout pour un nouveau gouvernement sous son égide.
Le PSTUG devrait être prochainement rebaptisé en Parti Kéjariste des Travailleurs du Gandhari. Fort de ses 155 députés, il restera la première force politique du pays. La majorité sera néanmoins plus étriquée mais toujours absolue. De plus Jasbir Kéjar devrait composer un gouvernement entièrement composé de communistes kéjaristes fervents partisans de la République des Conseils et du conseillisme.
Ramindar Dahang disposera néanmoins d'un certain pouvoir de nuisance et aura déjà marqué les esprits malgré son court passage au gouvernement...


Répondre

Retourner vers « Gandhari »