Tout est désormais rentré dans l'ordre, bon jeu à tous - Myst

Presse de Kars

Lots 16 17 26 27 30
Répondre
Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 16 mai 2040

Image

Conférence de Karagol : Importante manifestation devant l’ambassade du Karmalistan

L’évènement est assez rare pour être signalé : plusieurs milliers de karsais se sont mobilisés après la prière de ce vendredi pour manifester devant l’imposante ambassade du Karmalistan à Mahra. La raison de ce courroux karsais ? L’accueil par Karagol d’une conférence de paix visant à trouver un compromis entre l’envahisseur gandharien, le Raja Tika islamophobe et des officiers du commandement de l’Organisation de Coopération de Choenglung (OCC). La présence de l'OCC s'explique par l'envoi d'une armada navale sur la zone du conflit afin d'y imposer un blocus maritime pour contraindre le Gandhari à négocier.

Profondément heurtés par le refus de l’aide humanitaire pour des motivations clairement islamophobes, les manifestants ont manifesté leur incompréhension face à l’implication du Karmalistan dans cette affaire qui dépasse de très loin les frontières légitimes de la Ligue Islamique Mondiale. Après avoir mêlé la République Arabe du Saog à son invasion militaire, le Gandhari a réussi son coup en impliquant l’un des principaux Etats membres de la LIM via cette conférence de paix. Certains manifestants n’hésitant pas à moquer la participation d’un représentant du Raja Tika : ce dernier n’a pas voulu de l’aide karsaise car émanant d’un pays membre de la LIM, mais il accepte une médiation d’un… Etat membre de la LIM.

Si la manifestation s’est déroulée dans le calme, le seul fait de l’autoriser dans un périmètre aussi sensible que celui de l’ambassade du Karmalistan démontre bel et bien une rupture au sein de la LIM sur l’attitude à tenir vis-à-vis de cette affaire. En laissant la manifestation prendre de l’ampleur tout en proférant des slogans hostiles au Raja Tika, le gouvernement a clairement exprimé son mécontentement face au manque de considération de son allié karmali face à l’insulte reçue quelques jours auparavant. "Le Raja Tika insulte l'Islam et le Karmalistan accueille ces kouffar ?" s'emporte Djamel un manifestant de 29 ans.

La manifestation s’est dissoute d’elle-même en fin d’après-midi, sous le regard attentif des policiers déployés en nombre pour assurer la sécurité des manifestants et empêcher tout débordement envers l’ambassade du Karmalistan. Présent dans les rangs des manifestants, le président de la Chambre des députés Abdelaziz Kara a dénoncé "la pression reçue par le Karmalistan de la part du Kaiyuan pour organiser cette médiation en cédant du terrain à un Etat mené à plus de 42% par des sikhs et dont l’islamophobie n’est plus à démontrer". Contacté par nos équipes, le ministre des Affaires étrangères a refusé de s'exprimer, preuve de l'embarras de Mahra.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 26 mai 2040

Image

"Y a-t-il un problème karmali au sein de la LIM ?"

Qui aurait pu croire il y a encore quelques semaines qu’un membre éminent du gouvernement oserait poser cette question en pleine séance de questions au gouvernement dans l’hémicycle de la Chambres des députés ? C’est pourtant le contenu de la réponse du ministre de l’Intérieur face aux attaques et aux critiques répétées de la frange conservatrice de la majorité gouvernementale. Si la guerre au Raja Tika n’a pas ému la classe politique karsaise, les conséquences de ce conflit n’en finissent plus de semer les graines de la division au sein de la majorité mais également entre les Etats membres de la Ligue Islamique Mondiale. Après avoir publiquement critiqué l’invasion militaire du Raja Tika par un Etat observateur de la LIM, les autorités karsaises sont très clairement en opposition avec le rôle que tient son allié du Karmalistan dans la tentative de résolution du conflit, symbolisé par l’accueil d’une surprenante conférence de paix à Karagol.

Alors que les protestations ne s’arrêtent plus depuis la première manifestation du 16 mai dernier devant l’ambassade karmali à Mahra, la tension religieuse est en passe de franchir un nouveau cap entre le monde musulman et l’exécutif karmali qui s’est laissé appréhender par l’instabilité chronique du Gandhari pour servir de prête nom à une tentative de médiation dont certains évoquent d’ores et déjà l’échec annoncé. En effet, selon nos informations, une partie demanderait un versement de plusieurs milliards de dollars de dédommagement et l’autre partie exigerait une annexion pure et simple d’une partie d’un territoire appartenant à un Etat souverain. Le tout, en présence d’un représentant d’une organisation supranational qui a cru bon d’envoyer sur place une armada navale pour contraindre le Gandhari à renoncer à la poursuite des combats au Raja Tika. L’initiative de l’OCC est aujourd’hui de plus en plus critiquée au sein des puissances de Marquésie et de Janubie.

Du côté des partisans d’un soutien aux musulmans du Raja Tika et du Gandhari, on dénonce une pression scandaleuse des Etats membres de l’OCC et aux premiers rangs desquels l’Empire du Kaiyuan qui, embrouillé dans des tensions claniques, retrouve un bol d’air frais en s’ingérant sans aucune pudeur dans les affaires de deux Etats souverains faisant face à un désaccord territorial. A ce titre, le porte-parole des islamo conservateurs du PIU se sont prononcés pour une action coercitive des Etats membres de la LIM pour répondre à la tentative de l’OCC d’étendre sa sphère d’influence bien au-delà de ses aspirations naturelles, normalement limitées à la Ventélie. A ce titre, les partisans d’une ligne dure ont très largement apostrophé l’attitude du gouvernement face à cette situation, en dénonçant le "laxisme coupable de la LIM" et la "complicité de Karagol".

En plein cœur de cette séance de débat au climat extrêmement tendu, le ministre de l’Intérieur Majid Al-Qasabi, également en charge des cultes et des affaires religieuses, s’est permis de remettre très clairement en cause l’initiative de l’allié karmali dans cette affaire. "Nous avons un problème de perception quant à la solidarité indispensable que chaque Nation se revendiquant de l’Islam doit avoir dès lors qu’un pays frère est insulté ou agressé" a-t-il regretté.

"Le Karmalistan est un allié historique de notre pays et nous n’avons pas le sentiment qu’il délaisse la Ligue Islamique Mondiale malgré les pressions exercées par l’OCC et plus particulièrement le Kaiyuan. En cédant à la pression mise par l’OCC par l’envoi d’une flotte navale imposante, le droit international est malmené et la crédibilité de la LIM est engagée" a-t-il souligné avant d’enfoncer le clou.

"Est-ce qu’il existe un problème karmali dans l’organisation ? Je ne sais pas. Il ne m’appartient pas de me prononcer sur la politique étrangère de nos alliés karmali. Toutefois, je ne peux que regretter la décision unilatérale de la reine Mamta d’organiser cette conférence de paix sans consulter ses alliés de la LIM et en invitant un pays dont le gouvernement a publiquement exprimé une position islamophobe à l’endroit de la proposition du roi Abdallah, le Commandeur des Croyants" a-t-il ajouté sous les applaudissements nourris de l’ensemble des députés. Selon un dernier sondage, la popularité du Karmalistan et de la reine Mamta sont en chute libre parmi la population karsaise. A ce jour, aucune réunion d'urgence du Conseil de la LIM n'a été évoquée par les parties prenantes.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 20 juin 2040

Scènes de misère au Gandhari : la face cachée du blocus de l’OCC
Le Royaume brise le blocus et envoie des tankers vers les ports du Gandhari

Les efforts déployés par l’OCC pour promouvoir son action militaire en Janubie sont démesurés depuis le premier jour de cette intervention : clips de soutien dans les médias, kaiyuanais notamment, des point presse réguliers, une mobilisation diplomatique intense auprès des chancelleries étrangères, etc. Ce vaste plan médiatique n’a qu’un seul but : détourner l’attention des médias sur les conséquences catastrophiques de ce blocus sur le peuple et sur l’économie du Gandhari. Organisée dans le seul but de montrer les muscles d’une organisation qualifiée de dormante et laxiste par les observateurs les plus sévères de la scène politique internationale, cette intervention militaire qualifiée de soft n’en reste pas moins extrêmement violente pour des millions de gandhariens.

En effet, après plusieurs semaines de blocus dans l’indifférence générale, grâce aux immenses moyens déployés par l’OCC pour dérouter les débats sur d’autres sujets bien moins problématiques pour son image, les premiers reportages commencent à montrer les effets du blocus maritime de l’OCC au Gandhari. Les gandhariens rencontrent de plus en plus de difficultés à s’approvisionner en denrées alimentaires transformées. Aucun cargo n’est autorisé à gagner les ports du pays pour y décharger leur marchandise. Si l’agriculture survit avec difficulté au blocus, elle commence à connaitre elle aussi une pénurie de produits phytosanitaires qui sont essentiels pour entretenir les cultures et prévenir les risques de maladie.

Pire encore, l’industrie pharmaceutique étant quasi inexistante au Gandhari, la très large majorité des médicaments et des traitements lourds sont importés depuis l’étranger, citons le Kars ou le Jernland, deux pays à la pointe de ces industries du savoir. Depuis quelques jours, les médecins gandhariens commencent à se plaindre de l’absence de médicaments et de certains traitements vitaux pour soigner des maladies graves comme des cancers. Le blocus de l’OCC est infame puisqu’il concerne toutes les marchandises sans accorder une once d’humanité en faveur des gandhariens qui paient chèrement la volonté de l’OCC de montrer ses muscles sur un continent qui n’est pas le siens et pour une affaire entre deux Etats souverains.

Les commerçants sont également les victimes collatérales de ce blocus : toutes les marchandises importées destinées à être revendue dans les millions d’échoppes urbaines que compte le Gandhari sont bloquées dans des cargos qui stationnent pour certains depuis plusieurs semaines aux larges des côtes du Gandhari, sous l’étroite surveillance des navires des marines de guerre des pays membres de l’OCC, principalement le Kaiyuan. Les pertes seront très importantes, tant pour les importateurs gandhariens qui font face à des ruptures de stock que pour les exportateurs originaires du reste du monde : vont-ils demander des dédommagements à l’OCC pour les pertes causées par le blocus maritime ? Qui indemnisera les exportateurs et les producteurs étrangers victimes du blocus ? Le Kaiyuan ?

Mais la pénurie qui risque de secouer encore plus durement un pays déjà confronté à une instabilité politique chronique, c’est l’appauvrissement des réserves de pétrole. Selon des informations publiées par la presse gandharienne, le gouvernement aurait épuisé les réserves stratégiques depuis le début du blocus maritime. Totalement dépendant de son approvisionnement depuis l’étranger, l’économie du Gandhari ne peut fonctionner sans pétrole. Le blocus maritime de l’OCC est en passe de provoquer l’arrêt pur et simple des usines gandhariennes mais aussi et surtout de provoquer des pénuries d’essence dans les stations-services du pays, obligeant des millions de gandhariens à ne plus pouvoir se déplacer pour aller au travail ou acheter des denrées alimentaires. Le gouvernement se trouve confronter à une crise sans précédent.

Face à cette infamie, le ministre des Affaires étrangères Abdallah Al Nahyan a annoncé son intention de faire livrer plusieurs millions de barils de pétrole karsais dans les prochains jours en déroutant dès aujourd’hui plusieurs tankers de leur trajet pour rejoindre les ports pétroliers du Gandhari. Le Royaume souhaite éviter l’effondrement du gouvernement d’un pays partenaire de la Ligue Islamique Mondiale, puisqu’il est devenu un Etat observateur sous le régime de l’ancienne Première ministre Asha Lota, et qui abrite une importante communauté musulmane.

"Pas question d’abandonner le Gandhari face à la coalition des Etats membres de l’OCC mené par un Kaiyuan qui dépasse de très loin sa zone d’influence naturelle, il faut rétablir un équilibre politique dans la région" explique un porte-parole du ministère des Affaires étrangères sous couvert d’anonymat. Ainsi, les tankers karsais sont en route pour les ports du Gandhari avec pour consigne de briser le blocus pour sauver l’économie et le peuple gandhari qui sont aujourd’hui les victimes de l’OCC. Chacun assumera les conséquences de ses actions. Alors que les négociations trainent en longueur à la Conférence de paix, l’initiative karsaise ne manquera pas de faire réagir à Karagol.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 30 juin 2040

Janubie : L’OCC recule, la LIM reprend des couleurs

Il aura fallu une marée noire provoquée par l’insouciance de quelques marins kaiyuanais pour mettre un terme au blocus maritime mis en place par les Etats membres de l’OCC envers la République du Gandhari, provoquant des pénuries et une situation sociale largement dégradée. Depuis plusieurs jours, si les navires militaires de l’OCC sont toujours en place à proximité des eaux territoriales du Gandhari, ces derniers n’empêchent plus les navires civils de passer et de délivrer leurs marchandises. Ce revirement de l’OCC, dont la toute-puissance n’avait jamais été remise en cause depuis le début du blocus maritime mis en place pour sanctionner l’invasion militaire gandharienne du Raja Tika, est le résultat d’un regain de vitalité de la LIM, menée par Mahra qui a sonné la fin de la récréation sur le dossier des négociations de paix interminables de Karagol.

De toute évidence, des sources proches du ministère des Affaires étrangères karsais expliquent que leurs homologues karmali ont constaté une profonde volonté de nuire au bon déroulement des discussions du côté des autorités du Raja Tika : entre le retrait des troupes, la restitution des territoires conquis et le versement d’une pénalité financière équivalente à la moitié du PIB de l’envahisseur, les négociations sont vouées à l’échec. Loin de souhaiter ardemment la paix, le Raja Tika se pose en qualité de victime à longueur de journée pour tenter d’amadouer des puissances régionales largement impuissantes face à l’impossibilité de rapprocher les opinions, tant du côté du Raja Tika que du côté du Gandhari.

En s’ingérant avec force dans le conflit militaire qui opposait les deux puissances janubiennes, le Kaiyuan et le Liang, membres émérites de l’OCC se sont également ingérés dans l’avenir de ce conflit. Avaient-ils imaginés devoir discuter avec un Raja Tika qui ne veut pas entendre raison ? Probablement pas. Après avoir proposé de payer comme une avance de trésorerie l’indemnité colossale réclamée par le Raja Tika au Gandhari, le Kaiyuan est aujourd’hui en première ligne pour parvenir à une solution diplomatique acceptable par toutes les parties. Selon nos informations, le Karmalistan aurait été approché pour payer le Raja Tika en lieu et place du Gandhari. Si cette rumeur n’a pas été confirmée, elle ferait l’effet d’une bombe si elle venait à se vérifier à l’issue des négociations de paix : qu’un seul dirham d’un pays musulman puisse terminer dans les poches du gouvernement islamophobe du Raja Tika serait perçu comme une trahison.

En reprenant l’initiative, Mahra s’est placé au premier rang des Etats contestataires de la tentative d’hégémonie de l’OCC dans une région qui n’est pas la sienne et dans un conflit qui n’est pas le sien. En donnant l’ordre à une dizaine de tankers appartenant à la compagnie pétrolière nationale Karsoil de forcer le blocus maritime imposé par les navires de l’OCC, le roi Abdallah ainsi que le Premier ministre Akbar Al Baker ont très clairement mis une nouvelle pièce dans l’infernale machine des relations diplomatiques tendues au sein de la LIM depuis plusieurs mois. En effet, si certains membres des autorités du Karmalistan ont très clairement fait le choix de suivre l’intransigeance des karsais en matière de respect de l’islam et des équilibres régionaux, les prises de positions de la reine Mamta posent toujours question. Aujourd’hui, la LIM a repris des couleurs sur une OCC forcée de reculer, telle est la conclusion à l'issue de la fin du blocus maritime.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 3 juillet 2040

Les relations bilatérales avec la Santogne au cœur des discussions
Le Gouvernement réfléchit à la réouverture des négociations commerciales avec la CND

S’il y a bien un pays qui souffre depuis des années d’une très mauvaise réputation chez les marquésiens et plus largement au sein des populations musulmanes de cérulée, c’est la République de Santogne qui cultive, avec brio, une remarquable ambiguïté sur le sujet. Preuve ultime, la nomination il y a quelques mois d’un ministre des Affaires étrangères, Husain el-Kaleel Rouvier, d’origine karsaise et publiquement musulman. Si cette nomination n’est qu’un arbre de tolérance qui cache une forêt de mépris envers l’Islam pour certains, elle n’en demeure pas moins une habile façon de choyer les puissances musulmanes à travers le monde, démontrant, par des actes, la capacité de Forcastel à bousculer les idées reçues et s’imposer comme une puissance démocratique et tolérante.

Cible privilégiée de la Santogne, le Kars est aujourd’hui perçu comme l’un des seuls Etats de confession musulmane à pouvoir discuter sereinement et sérieusement avec la puissance céruléenne. La stabilité des institutions politiques karsaises ainsi que les nombreux discours civilisationnels prononcés par le roi Abdallah ont été des arguments de valeur au moment de choisir un partenaire avec lequel discuter et ouvrir des négociations. La Santogne ne s’était d’ailleurs pas opposée à la signature d’un traité de libre-échange entre la CND et le Kars lorsque Mahra avait initiée des négociations commerciales via l’intermédiaire du Jernland. Ces mêmes négociations s’étaient terminées par un aveu d’échec mutuel, résultant des engagements annexes des uns et des autres. Pour le Kars, il s’agissait aussi de ne pas heurter la sensibilité de l’allié karmali qui voue à la Santogne une méfiance pour le moins ferme et définitive.

Concurrent dans des secteurs économiques comme les satellites artificiels par exemple, l’économie santognaise n’en reste pas moins un potentiel partenaire de choix pour les entreprises karsaises. Si aujourd’hui les produits karsais pénètrent dans le marché de la CND, ils sont surtaxés en comparaison avec d’autres produits originaires de pays associés à la zone de libre-échange de la CND. Face à cette surtaxe, les produits karsais ne sont pas compétitifs et le flux commercial s’en ressent : alors que l’économie karsaise était en croissance de plus de 40% en 2039, les exportations vers la Santogne étaient en augmentation de seulement 3,9%. Puissance économique de premier plan et pôle de stabilité politique en Cérulée, la Santogne pourrait être un marché porteur pour les industriels et les fabricants de produits à haute valeur ajoutée.

Sous l’égide du Premier ministre Akbar Al Baker, le gouvernement travaillerait à la réouverture des négociations avec la CND et la Santogne dans un plan en deux temps : nouer un traité bilatéral le plus large possible avec Forcastel avant de revenir à Albarea pour négocier les contours d’un traité multilatéral. Les conseillers karsais réfléchiraient à une solution efficace pour contourner le refus des karmalis de discuter directement avec les santognais. Le Kars deviendrait ainsi la porte d’entrée des produits issus de la CND et appliquerait à ses frontières les mêmes contrôles que les autres Etats membres de la zone de libre-échange islamique (IFTA). Si cette solution était retenue par Mahra et acceptée par la CND, elle intensifierait les relations commerciales entre le Kars et les Etats membres de la CND tout en permettant à l’ensemble des économies membres de l’IFTA d’exporter leurs produits et leurs services vers la CND depuis le Kars.

Alors que le Karmalistan mène toujours des négociations en vue d’aboutir sur un traité de paix entre le Raja Tika et le Gandhari, les karsais espèrent de leur côté que l’intransigeance de Karagol face à la CND et aux santognais finira par s’étioler pour parvenir à la signature d’un vaste accord politique et commercial de coopération. Les gains économiques estimés avec la conclusion d’un traité réunissant les deux principales zones de libre-échange au monde sont colossaux et équitablement répartis entre toutes les économies concernées selon de récentes études. La reine Mamta détient aussi les clés d’une détente des relations entre le bloc musulman et le principal bloc de Cérulée, la CND.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 6 juillet 2040

La Karsoil s’inquiète de la trop forte production de pétrole dans le monde
Le Kars proposerait un conseil des pays exportateurs pour réguler les prix

Alors que les tensions diplomatiques sont nombreuses à travers le monde, celles-ci ne devraient toutefois pas permettre continuellement au cours du baril de brut de se maintenir à son plus haut niveau depuis plusieurs années. Avec dollars le baril, le pétrole est aujourd’hui la ressource la plus rentable en comparaison avec ses coûts de recherche, d’extraction, de transport et de raffinement. Selon des données statistiques publiées par le journal karmali Seh-rang Beyragh, le Kars produit plus de 31% du pétrole dans le monde, soit près du tiers des exportations. Si la technologie d’extraction NT1 constitue encore un avantage compétitif exceptionnel dans le milieu, la direction de la Karsoil est bien consciente de cet état de grâce temporaire qui devrait être prochainement rejoint par d’autres grands producteurs comme le Shinkyôko, le Commonwealth, le Lorthon ou les Valvatides. Si ces pays venaient à acquérir les compétences nécessaires pour produire au même niveau que la Karsoil, alors la production mondiale de pétrole doublerait en l’espace de quelques semaines.

Cette crise de la surproduction entrainerait un effondrement du cours du baril de brut et un effondrement des recettes budgétaires de bon nombre de gouvernements à travers le monde, y compris certaines monarchies pétrolières comme les Iles Lorthon ou le Kars. Notons que la guerre civile actuellement en cours au Caskar n’a pas été prise en compte dans les statistiques des experts karmalis : selon toute vraisemblance, la production du Caskar devrait chuter au moins de moitié si ce n’est plus dans les prochaines semaines. Il sera de toute façon de plus en plus complexe et immoral de se procurer le pétrole d’un pays en guerre civile. Les autres pays producteurs devraient profiter de la situation pour conserver leur niveau de production. Mais personne n’échappera à une politique de réduction du niveau de la production pour conserver un niveau de prix suffisant pour permettre aux compagnies pétrolières et aux Etats concernés de maintenir leur rentabilité.

Plusieurs fois évoquée mais jamais réalisée, l’organisation d’une réunion des pays producteurs de pétrole aurait repris de l’intérêt du côté des décideurs karsais, bien décidés à ne pas assister impuissants à l’effondrement des cours. Si l’économie karsaise est en pleine diversification et peut désormais subir une baisse de la production, les recettes budgétaires seraient directement impactées par une baisse trop importante du cours du baril de brut. Rappelons que le pétrole karsais est le moins cher à extraire compte tenu des techniques acquises depuis des décennies et des spécificités géologiques des nappes de pétrole souterraines. Jamais une telle coordination n’a été entreprise, l’objectif de la Karsoil d’unifier les politiques de production dans l’intérêt commun d’un prix plus élevé pourrait se révéler bien ambitieux. Point positif : la plupart des pays producteurs de pétrole ont à leur tête des gouvernements pragmatiques.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 11 juillet 2040

Football : Le 11 de l’épée termine en tête de son groupe
La sélection nationale affrontera le pays organisateur en ½ finale

La sélection nationale s’est qualifiée pour la phase éliminatoire de la compétition organisée au Makengo en terminant à la première place de son groupe suite à une dernière victoire éclatante sur l’un des favoris de la compétition, l’Estolie. Menée par une attaque de feu depuis plus d’un an, la sélection karsaise a enchainée les matchs de préparation à cette compétition régionale dans une dynamique plus que positive comme en témoigne les deux succès de la double confrontation organisée face à la sélection jernlander.

La phase de groupe a remarquablement débutée avec une victoire sans ambiguïté face au Karmalistan (3-0) qui ne fait pas partie des favoris de cette compétition. Le buteur star de la sélection Mohammed Al-Mutairi ayant inscrit deux des trois buts de son équipe lors de ce premier match. Toutefois, la machine s’est déréglée lors du deuxième match de la phase de groupe face à la très modeste sélection de Nucimbie. Visiblement pris de haut par les joueurs karsais, l’adversaire s’est imposé à la surprise générale (0-1) par un but inscrit à la 77ème minute. Cette contre-performance a réveillée les doutes d’une sélection qui s’était reconstruite un moral d’acier depuis son élimination prématurée lors de la dernière édition de la Coupe du monde de football au Karmalistan en 2039.

Elle tombait au plus mauvais moment pour les karsais avant d’affronter dans ce qui allait être le match de la mort les terribles estoliens, réputés pour être la meilleure équipe du groupe et l’un des grandissimes favoris de la compétition cette année encore. Selon nos informations, le roi Abdallah aurait personnellement enregistré un message vidéo de soutien pour la sélection du 11 de l’épée. Visiblement, le message est remarquablement bien passé puisque dans une rencontre à sens unique, les karsais ont écrasés par leur talent l’adversaire estolien qui n’a pas vu le jour pendant 90 minutes. Avec une dernière victoire par trois buts d’écart (3-0), la sélection se qualifie en première position pour la suite de la compétition.

L’affiche la plus sexy de ces demi-finales sera sans contestation possible la confrontation entre le pays organisateur de la compétition et remarquable pays de football, le Makengo qui affrontera la sélection karsaise dans une ambiance que chacun espère inoubliable. D’un niveau sensiblement équivalent, les deux sélections vont s’affronter lors d’un match dont on connait d’ores et déjà les caractéristiques : du défi physique côté makengais et du jeu de transition côté karsais. Egalement frustré par une défaite surprise lors du match inaugural de la compétition, les makengais se sont ressaisis lors des deux derniers matchs. Un observateur du staff de la sélection karsaise était d’ailleurs dépêché lors de ces matchs pour analyser la tactique des makengais que les karsais espéraient retrouver en demi-finale (l’Estolie étant le favori pour la première place du groupe avant le début de la compétition). Selon nos informations, le chef de la diplomatie karsaise Abdallah Al Nahyan devrait faire le déplacement pour assister à la demi-finale qui opposera le Kars au Makengo ce soir à 21h (heure karsaise).

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 2 août 2040

Le Premier ministre Akbar Al Baker achève une tournée mondiale pour la régulation du pétrole
Un consensus possible entre au moins 7 pays représentant 73% de la production mondiale

Comme nous l’annoncions dans notre édition du 6 juillet dernier, le gouvernement travaille d’arrache pieds à l’établissement d’un consensus mondial autour de la régulation des prix du pétrole pour maintenir un haut niveau de rentabilité fiscale pour les pays producteurs et exportateurs. Le Premier ministre Akbar Al Baker vient d’achever une tournée mondiale pour convaincre les principaux pays producteurs et exportateurs de rejoindre la position proposée par le gouvernement karsais visant à réguler l’offre pétrolière mondiale. Un tel projet ne pourrait voir le jour qu’avec le soutien de la majorité des pays exportateurs. Avec plus de 31% de la production mondiale, dont une très large part est pour l’export, le Kars apporte d’ores et déjà la moitié du seuil nécessaire pour la réalisation de ce tour de force.

Selon nos informations, la proposition du Premier ministre aurait été accueillie favorablement par bon nombre de pays exportateurs qui partagent les préoccupations du gouvernement karsais en cas d’effondrement du cours du baril de brut. Ainsi, le Shinkyôko (8%), le Bykova (7%), les Iles Lorthon (6%), les Valvatides (5%) et l’Ölan (4%) rejoindraient la position karsaise, soit un total de plus de 73% de la production mondiale. Du côté du Caskar, avec la guerre civile, la chute de la production semble inévitable : certains experts évoquent la possibilité d’un arrêt total de la production de pétrole de la part du second producteur mondial avec près de 12%. En conjuguant l’arrêt de la production caskare et une meilleure coordination des autres pays producteurs et exportateurs, le projet karsais aurait toutes les chances d’aboutir puisqu’il réunirait suffisamment d’acteurs pour dicter les prix et conserver une rentabilité en mesure de satisfaire aux exigences des gouvernements et des populations.

Pour l’heure, le Premier ministre karsais ne s’est pas exprimé devant les médias et n’aurait pas l’intention de le faire dans les prochains jours. Certains pays bloqueraient la création d’une véritable organisation, transparente et structurée, en charge de coordonner les politiques des pays exportateurs de pétrole à travers le monde avec pour seul objectif de conserver un prix satisfaisant. Pour d’autres pays, la création d’une organisation constituerait un argument de poids pour faire peser la voix des pays exportateurs de pétrole dans le concert des Nations et face à d’autres organisations sectorielles. Quoi qu’il en soit, le principal obstacle consistera à réunir autant de pays sous une politique unique pour créer les conditions d’un consensus tarifaire.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 8 septembre 2040

Mahra 2040 : L’incroyable succès des Jeux Olympiques d’été
Déjà 8 médailles dont 4 d'or pour la délégation karsaise

Quelques jours après une cérémonie d’ouverture qualifiée de splendide par l’ensemble de la presse internationale, les performances des athlètes karsais suscitent un engouement exceptionnel auprès des 63 millions de citoyens du Royaume qui scrutent avec une certaine fascination les exploits de leurs champions. Pour preuve, les audiences de la première chaine du pays, la KBC 1, sont en augmentation constante jour après jour. Déjà, pour la diffusion de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Mahra 2040, le record d’audience a été explosé avec une moyenne de plus de 31,7 millions de téléspectateurs entre 21h et minuit et un pic à 33,2 millions un peu avant minuit au moment de l’embrasement de la flamme géante qui domine fièrement et majestueusement le King Abdullah Stadium.

Sous les yeux de la famille royale, la cérémonie s’est largement axée autour de la culture du Royaume et des merveilles historiques du pays. Après plusieurs tableaux magnifiques racontant l’histoire du Royaume, c’est dans l’excitation générale que le roi Abdallah s’est levé de la tribune officielle pour prendre la parole et prononcer le discours d’ouverture des Jeux Olympiques d’été 2040 de Mahra. Le Commandeur des Croyants s’est largement appuyé sur des références religieuses pour exulter les athlètes à faire de ces Jeux les plus grands du XXI siècle, dans un esprit de saine concurrence et de respect de chacun. Dans son discours, le roi Abdallah a également rappelé la fierté historique du peuple karsais d’accueillir le monde entier dans des conditions de sécurité optimales.

En effet, depuis déjà plusieurs semaines, la capitale politique et économique du Royaume est quadrillée par les forces de l’ordre et appuyée par des bataillons de l’armée royale pour assurer la sécurité des infrastructures, des athlètes et des visiteurs. Ces mesures de sécurité, jugées excessives par certains membres de la classe politique, n’ont toutefois pas remis en cause le bon déroulement de la compétition et la libre circulation des visiteurs à travers les sites et les différentes infrastructures. L’organisation pour l’instant parfaite des Jeux Olympiques d’été démontre également la pertinence du vaste plan d’investissements Tourisme 2042 : les trains sont neufs et à l’heure, plusieurs applications pour smartphones facilitent la vie des touristes, la capacité hotellière du Royaume a été réhaussée en un temps record pour afficher un taux de remplissage de plus de 92% !

Au rang des performances sportives, les athlètes karsais tiennent leur rang particulièrement en athlétisme avec une foison de médailles. On notera la double médaille de bronze de Sharif al-Muhammed sur la compétition reine, le 100 m mais aussi sur le 200 m. Sur le 100 m femmes, c’est un doublé argent et bronze, respectivement pour Ghaada el-Kazi et Fakeeha al-Azzam. Les deux plus belles performances sont à mettre sur le compte des fondistes : Raadi al-Jamail, sacré champion olympique sur le 5 000 m et Taariq el-Abu, lui aussi champion olympique sur le 10 000 m. Soulignons l’autre médaille d’or karsaise avec l’incroyable Rajaa el-Radwan en saut à longueur. Pour les épreuves en mer, après la déception du porte drapeau Nasser al Hassani, reparti bredouille de ces JO, c’est la surprise Amniyya al-Abdelrahman sacrée championne olympique en monocoque solitaire. Côté sports collectifs, les volleyeuses ont pris la médaille de bronze.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 6 octobre 2040

Mahra 2040 : Une fin en apothéose

Le succès populaire de cette édition des Jeux Olympiques d’été 2040 restera probablement comme la plus grande satisfaction du Royaume : des stades pleins, un engouement populaire dans la capitale karsaise, des restaurants bondés, des transports publics efficaces, des musées ouverts à temps pour les millions de visiteurs… Mahra 2040 s’est inscrit dans la très prestigieuse liste des villes organisatrices des Jeux Olympiques d’été, au même titre que les plus grandes capitales de Dytolie, réalisant l’exploit historique d’être la première capitale d’Orient à accueillir le plus grand évènement de la planète. Couronné de succès et de louanges par la presse internationale, le comité d’organisation Mahra 2040, piloté par le prince héritier Hussein bin Abdallah, le fis ainé du roi Abdallah, s’est félicité de l’organisation parfaite de l’évènement.

Alors que certaines mauvaises langues tablaient sur des stades vides et un engouement minimaliste pour cette compétition, le peuple karsais s’est montré à la hauteur de l’évènement pendant plus de deux semaines en vibrant comme jamais avec ses athlètes nationaux mais aussi en saluant les exploits des plus grands athlètes étrangers, dont certains ont réalisé à Mahra des performances extraordinaires, dépassant un nombre incalculable de records nationaux et de records mondiaux. Les satisfactions sportives sont nombreuses, y compris pour le comité d’organisation qui s’était démené pour convaincre le Comité International Olympique de décaler les Jeux Olympiques d’été en septembre pour bénéficier d’un climat plus clément qu’en août, la date traditionnelle de l’évènement. A l’exception des marathoniens, qui, malgré un départ matinal, ont réellement subi des contreperformances à cause de la forte chaleur, le nombre de records battus témoigne des très bonnes conditions météorologiques de cette quinzaine sportive.

Seule ombre au tableau : au classement général des médailles, le Kars termine à la 5ème place avec plus de 43 médailles dont 19 en or. Symbole de cette déception, la 1ère place est occupée par la Valdaquie qui cumule 63 médailles dont 20 en or, soit seulement une de plus que le Kars. Dominateur dans les sports de combat et en natation, la Valdaquie s’est imposée à la surprise générale comme l’une des principales nations sportives du moment. Elle devance l’athlétique Makengo (34 médailles dont 20 en or), la Flavie (57 médailles dont 19 en or) et la Slézanie (47 médailles dont 19 en or). C’est l’Azouglie qui clôture le tableau des médailles à la 19ème place avec 2 médailles (1 en argent et 1 en bronze).

Saluons l’excellente performance de nos alliés du Karmalistan avec plus de 49 médailles dont 12 en or). Au rang des déceptions, le Kaiyuan n’a pas été récompensée malgré la densité de sa délégation et les moyens investis par Fuxianji pour rivaliser pendant ces JO organisés dans un contexte diplomatique tendu avec le Royaume de Kars suite à l’affaire du blocus du Gandhari par l’OCC. Avec seulement 7 médailles d’or pour le pays le plus peuplé du monde, c’est un camouflet pour le pays du soleil levant.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 27 octobre 2040

OTC : De nouveaux horizons pour la géographie de la Cérulée

Près des bureaux du chef de la diplomatie karsaise, les rires et moqueries des diplomates du ministère des affaires étrangères se font entendre partout dans le district administratif de la capitale. La source de cet étrange phénomène ? La création de l’Organisation du Traité de Cérulée (OTC) autour de seulement trois pays pour une région dont on pourrait légitimement recenser au moins plus d’une dizaine de pays supplémentaires et en mesure d’intégrer une telle organisation aux objectifs pour le moins ambitieux. La création de l’organisation n’a pas manqué de faire réagir du côté des médias et responsables politiques des pays étrangers.

Du côté des diplomates karsais, on ne donne pas cher de la durée de vie de cette nouvelle organisation aux ambitions élevées mais aux moyens réduits. Le ministre Abdallah Al-Nahyan, lors d’une conférence de presse aux côtés du ministre des affaires étrangères makengais, s’est fendu d’un commentaire public sur cette initiative. Voici quelques extraits choisis : "Nous sommes surpris de la naissance d’une organisation dont l’objectif est de fédérer les pays du pourtour céruléen au sens large sans pour autant convier au sommet fondateur de cette organisation les principales puissances de la région" a-t-il commenté. "En excluant d’une telle organisation la Santogne, le Lébira, la Valdaquie ou encore le Royaume de Kars, l’OTC démontre que ses objectifs ne sont pas réellement ceux indiqués dans son texte fondateur" a-t-il affirmé. "Notre principale incompréhension demeure dans l’invitation faite au Lore de rejoindre une organisation ayant pour prétention de gérer les affaires de la mer de Cérulée alors que cette puissance, que nous respectons, n’a rien à voir, ni de près ni de loin avec la géopolitique de la région" a-t-il conclu.

Face à ce terrible constat, partagé par les autres puissances de Cérulée, il semble peu probable que cette organisation puisse perdurer dans les mois et les années à venir. Si une existence passive semble tout à fait possible, elle ne pourra en aucun cas peser de tout son poids dans la résolution des conflits politiques, économiques ou religieux dans la région. Néanmoins, face à la pluralité des opinions et des gouvernements en mer de Cérulée, il convient de rappeler qu’une organisation supranationale avec de telles prérogatives ne pourrait vraisemblablement pas voir le jour ou tout du moins s’ancrer solidement dans les esprits. Las, ni le Kars, ni la Valdaquie, ni le Lébira ou la Santogne n’auront la possibilité de s’intéresser aux affaires d’une organisation visant pourtant à réguler leur zone d’influence.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 30 octobre 2040

Le Premier ministre prépare le projet de loi sur l’égalité homme-femme :
Quota de femmes dans les entreprises, scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans
et 1 million de places en crèche d’ici 2043

Mise en avant dans l'allocution du Nouvel An par le roi Abdallah, le gouvernement se penche enfin sur la question des inégalités homme-femme dans le Royaume, tant dans la sphère publique que dans la sphère privée. Les ambitions fixées par le souverain dans son discours sont à la hauteur des attentes de la population qui souhaite, dans sa très large majorité, accompagner la transformation économique du Royaume par une nécessaire amélioration de l’égalité entre les hommes et les femmes. Les objectifs sont multiples : favoriser l’accès des femmes à l’emploi, favoriser l’accès des filles à l’éducation et favoriser la prise en charge des enfants pour permettre aux femmes de conserver leur travail. Bien que nécessaires, ces mesures devront être débattues au Parlement et ne manqueront pas de secouer les partis politiques les plus conservateurs pour qui cette question de l’égalité homme-femme ne constitue pas une priorité.

Du côté du Premier ministre Akbar Al Baker, l’enjeu politique est immense puisqu’il s’agit de répondre à la fois aux attentes de la population, tout en respectant le cadre fixé par le roi Abdallah dans son allocution du Nouvel An. Ce dernier a donné trois priorités que le gouvernement devra transposer dans un projet de loi à la portée historique pour le Royaume compte tenu de sa place particulière au sein du monde musulman. Confronté au respect de la tradition d’un côté et des revendications toujours plus importantes des femmes de l’autre côté, le gouvernement doit s’attacher à inscrire le Royaume au même rang que les puissances avancées, sans nier toutefois le maintien des principes et des valeurs édictées par l’Islam. Du côté des conseillers du Premier ministre, on table d’ores et déjà sur l’incapacité de répondre à toutes les attentes ou plus simplement, de l’impossibilité pour l’Etat de répondre positivement à toutes les exigences des différents corps sociaux mobilisés sur cette question.

Selon les premières indiscrétions, en matière d’accès à l’emploi pour les femmes, le gouvernement proposerait la création d’une prime exceptionnelle pour les trois premières années suivant l’embauche d’une femme dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée. Cette prime valoriserait pour les entreprises le recrutement d’un salarié féminin. L’autre mesure en discussion est celle visant à créer un quota de salariés femmes au sein d’une entreprise, selon nos informations, la proposition du gouvernement serait d’imposer un minimum 30% de femmes au sein d’une entreprise d’ici fin 2042, puis 40% d’ici fin 2044. Le gouvernement estime, sur la base de nombreuses études universitaires, que le niveau de qualification des femmes n’est pas inférieur à celui des hommes et que dès lors il n’existe pas de risque économique pour une entreprise à recruter une femme plutôt qu’un homme. Si la solution coercitive n’est pas celle retenue prioritairement par le gouvernement, de toute évidence et selon les associations, sans un acte fort et une réelle incitation, la situation des femmes dans le milieu du travail n’évoluera pas.

S’agissant de l’accès des filles à l’éducation, la loi fondamentale du Royaume prévoit d’ores et déjà une obligation de scolarisation pour les filles jusqu’à 15 ans minimum. Ce texte, compte tenu de sa position dans la hiérarchie des normes du droit karsais, ne souffre d’aucune dérogation possible. Le gouvernement proposerait l’augmentation de la durée de scolarité jusqu’à 18 ans, c’est-à-dire l’âge normal à partir duquel un étudiant ou une étudiante récupère son premier diplôme scolaire avec le brevet national de scolarité. En augmentation de 3 ans la durée de scolarité, le gouvernement souhaite réduire le niveau de déscolarisation des filles tout en bloquant la possibilité pour certains parents dans certaines régions reculées d’imposer à leur fille un mariage forcé avant l’âge légal de 21 ans. Une disposition prévoit un mécanisme de contrôle par les services sociaux avec la possibilité pour l’Etat d’imposer la scolarisation des filles contre la volonté des parents. Une révision du code pénal serait d’ailleurs proposée pour ancrer dans la loi des sanctions contre les parents récalcitrants.

Dernier point et non des moindres, l’accès des femmes à l’emploi ne pourra se faire durablement qu’avec la création de plusieurs centaines de milliers de places de crèches à travers tout le pays. C’est d’ailleurs la solution principale évoquée par le gouvernement pour favoriser le maintien des femmes dans l’emploi. En effet, le manque de solution pour garder les enfants constitue le premier frein de l’accès des femmes au travail, celle-ci étant traditionnellement en charge de l’éducation des enfants dans le couple, depuis des siècles. Face à une pratique toujours très fortement ancrée dans la population karsaise, le gouvernement se doit de trouver la parade. Avec une durée d’occupation de 3 ans en moyenne, entre la naissance et la scolarisation en première année du cycle primaire, le besoin est colossal compte tenu de la natalité karsaise : près d’un million de naissances par an en 2039.

Le plan du gouvernement prévoit la création immédiate de 500 000 places de crèche publiques et gratuites (sous condition de ressources) à travers tout le territoire ainsi que l’ouverture du secteur de la garderie à des acteurs privés qui vont compléter l’offre d’accueil avec près de 500 000 places supplémentaires. Pour compenser la non gratuité des crèches privées qui seront construites dans les années à venir, le gouvernement proposera de prendre en charge directement 75% du coût, soit un coût final insignifiant pour les familles. Pour permettre la réalisation de ce projet d’ici 2043, le gouvernement prévoit de débloquer des terrains pour la construction des crèches publiques et d’accélérer l’octroi des permis de construire dès lors qu’il s’agira d’y construire une crèche privée. Le gouvernement proposera une enveloppe budgétaire de l’ordre de 5 milliards de dollars pour la construction de 500 000 places de crèche publiques. Le coût pour le secteur privé est à peu près similaire. L’appel du gouvernement à des fonds privés permettra aux finances publiques de ne pas supporter seules le coût de ce projet ambitieux.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 2 novembre 2040

Elections au Makengo : entre satisfaction et inquiétude

Après l’annonce de la victoire du président Botamba et de l’Union Makengaise pour la Démocratie (UMD) aux élections sénatoriales, la rue makengaise s’est en partie embrasée pour contester la victoire dans les urnes du pouvoir en place. Validée par le bien nommé Conseil national de la démocratie (CND), l’élection s’est déroulée dans un climat de violence tel que la plupart des partis politiques d’opposition demandent l’annulation des résultats et l’organisation de nouvelles élections. Face au refus de la commission électorale d’accéder à la demande conjointe du MFM et du MSCR, les makengais protestent encore aujourd’hui dans les rues de Lunda et des principales villes du pays.

Malgré les doutes qui entourent le dépouillement des bulletins et après la validation des résultats par la CND, le Palais royal s’est empressé de féliciter le président Youssouf Botamba et son parti pour sa large victoire aux élections sénatoriales. Les liens politiques et économiques entre le Makengo et le Kars ne cessent de se renforcer depuis plusieurs années : dans un contexte géopolitique instable, le maintien au pouvoir du Président Botamba permet au Royaume de pérenniser ses investissements. Preuve de la sensibilité du sujet au sein du pouvoir karsais, une manifestation de la diaspora makengaise annoncée dans les rues de Mahra à proximité de l’ambassade du Makengo, a été interdite par le ministère de l’Intérieur. La présence policière a été renforcée à proximité du bâtiment. Du côté du Royaume, le choix de soutenir le pouvoir de Youssouf Botamba semble définitif.

Attentat au Kaiyuan : Le napalm en réponse au gaz sarin

La violence appelle la violence. Alors que la condamnation de la communauté internationale a été unanime suite à l’attaque au gaz sarin contre un établissement pénitentiaire de la banlieue nord de Fuxianji provoquant la mort de plus d’un millier de personnes, la réaction des autorités kaiyuanaises ne devrait pas réunir tous les suffrages. En effet, la réponse du pouvoir impérial a été franche et brutale avec le bombardement des territoires contrôlés par les Brigades du Peuple du Parti Communiste Kaiyuanais. La presse kaiyuanaise évoque pudiquement le chiffre à peine croyable de 50 000 bombes au napalm larguée sur les combattants armés communistes.

Côté karsais, on se pince le nez pour ne pas devoir réagir publiquement à la riposte du pouvoir impérial dont les conséquences seront désastreuses tant sur le plan politique, ethnique qu’environnemental. Selon des sources proches du ministère des Armées, le largage de plus de 50 000 bombes au napalm sur des forêts causera évidemment l’élimination des combattants armés mais aussi de plusieurs milliers de civils et de sympathisants. Certains militaires karsais évoquent une totale disproportion entre les moyens engagés et les résultats obtenus. L’aide promise par le gouvernement karsais dans son communiqué de condamnation de l’attentat de Fuxianji a quitté l’aéroport de Mahra pour rejoindre le Kaiyuan hier tard dans la soirée.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 24 février 2041

Economie : Le roi Abdallah veut tourner la page après une année 2040 morose

Le succès extraordinaire des Jeux Olympiques d’été de Mahra ne permettra pas d’oublier les nombreuses déceptions d’une année 2040 qualifiée de « morose » sur le plan économique selon les mots choisis par le roi Abdallah au détour d’un discours prononcé devant des acteurs de la vie économique karsaise il y a quelques jours. Avec une croissance économique de seulement 10,32%, le produit intérieur brut karsais atteint désormais près de 86,6 milliards de dollars contre 78,5 milliards de dollars en 2039.

Vraisemblablement porté par les accomplissements exceptionnels du plan Tourisme 2042, l’économie karsaise n’a pas su se réinventer en 2040 et dépasser avec brio les obstacles qui se sont opposés à elle : on pense notamment à la lenteur de l’administration et au manque de réformes sociales du gouvernement du Premier ministre Akbar al Baker. Ce dernier, dont les succès à la tête de la Kars Oil Company lui ont permis de construire une image d’homme d’action n’a pas su dépasser les clivages et les obstacles inhérent à l’appareil d’Etat karsais. Pire encore, avec une croissance d’à peine 10%, l’économie karsaise prend du retard vis-à-vis de ses partenaires commerciaux historiques comme le Karmalistan, la Valdaquie et le Liang dont les croissances 2040 sont bien plus fortes que celle du Royaume.

Sorti renforcé des élections générales de juillet 2039, le Premier ministre semble aujourd’hui dans la tourmente. Plusieurs rumeurs persistantes dans les cercles proches du pouvoir royal laisseraient entendre que le roi Abdallah envisagerait le limogeage de son vieil ami Akbar Al Baker pour nommer un nouveau Premier ministre plus jeune. Selon nos informations, c’est l’actuel ministre des Transports, Suhail Al Mazroui, âgé de 46 ans, qui tiendrait la corde pour occuper le poste. Sa parfaite connaissance du milieu des affaires (ancien banquier d’affaires) et son expérience internationale, après avoir occupé pendant près de quatre années le poste d’ambassadeur auprès de la première puissance économique mondiale, constituent aujourd’hui des atouts indispensables pour tenter de redresser l’économie.

Avec la future nomination de Suhail Al Mazroui, le pouvoir royal souhaite envoyer un message de renouveau aux forces économiques ainsi qu’à la population avec l’émergence d’une nouvelle personnalité politique plus jeune et en capacité de rassembler le plus grand nombre autour d’un nouveau projet économique commun. A l’image du succès du plan Tourisme 2042, dont il a été un personnage central, le futur Premier ministre devra relancer l’économie et définir une stratégie nationale pour redresser la barre en replaçant le Royaume parmi les principales puissances mondiales avec une année 2040.

Avatar du membre
Siman
Maitre de l'univers
Messages : 5064
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman »

Image

Edition du 26 février 2041

Image

Le Grand mufti de Kars appelle les musulmans de Dranavie à résister

Dans une allocution solennelle enregistrée lors de la prière du vendredi et largement reprise sur les réseaux sociaux ainsi que dans toutes les radios du pays, le Grand mufti de Kars, Ali Rezah, a appelé les musulmans de Dranavie à "la résistance par tous les moyens face à l’agression des autorités coloniales". Face à l’appel à l’intervention d’une armée étrangère en territoire arabo-musulman, la plus haute autorité religieuse du Royaume s’est publiquement et fortement insurgé de l’opportunité pour une ancienne puissance coloniale dytolienne d’intervenir sur des terres musulmanes.

Conscient de son impact au sein du monde musulman, le Grand mufti Ali Rezah a réaffirmé la solidarité de tous les musulmans, de Marquésie et d’ailleurs, avec les martyrs du nord de la Dranavie. Considérée par beaucoup comme le dernier vestige du colonialisme blanc et occidental, le voisin du nord est aujourd’hui empêtré dans une guerre civile qualifiée d’horrible par la plupart des journalistes. Une guerre civile qui ne semble pas vouloir prendre fin malgré les assauts répétés des forces coloniales face aux résistants arabes, musulmans et juifs qui s’opposent à la mainmise des forces loyalistes.

Après avoir appelé les musulmans à la résistance, Ali Rezah s’est efforcé de rappeler l’unité indivisible du peuple musulman lorsque des frères sont attaqués pour ce qu’ils sont et ce en quoi ils croient. Largement critiqué par une partie des croyants pour son manque de soutien aux musulmans de Cybistrie, le Grand mufti est aujourd’hui clairement engagé dans la lutte pour l’émancipation des populations musulmanes. Si l’hypothèse d’une fatwa contre les autorités de Dranavie n’est pas encore à l’ordre du jour, plusieurs hauts dignitaires musulmans karsais ont émis l’idée d’une réponse dure face aux agissements des colons dytoliens.

Répondre

Retourner vers « Kars »