Presse de Kars

Lots 16 17 26 27 30
Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » ven. mai 31, 2019 9:19 pm

Image

Edition du 31 mars 2039

La Karsoil va construire un méga pipeline pour exporter son pétrole brut vers le Karmalistan

Selon nos informations, la Karsoil discuterait avec les autorités de Karagol pour débuter la construction d’un nouveau pipeline pour acheminer le pétrole karsais vers le Karmalistan. Fort de son développement économique exponentiel, les besoins en pétrole du géant marquésien sont eux aussi démultipliés. Membres de la Ligue Islamique Mondiale et co-fondateurs de l’Entente Trans-Touranienne, le projet de pipeline serait soutenu par les plus hautes autorités des deux puissances musulmanes du continent. Conscient de l’impératif d’assurer des débouchés à son pétrole produit en masse, la Karsoil prendrait en charge une grande partie de l’investissement nécessaire pour réaliser cette infrastructure qualifiée de stratégique par les dirigeants de la compagnie pétrolière.

D’une distance avoisinant les 1 445 kilomètres, le coût total du pipeline est estimé à 3,5 milliards de dollars. L’infrastructure reliera le centre du pays et la région de Masirah à la ville karmale de Tchardjou située au Nord-Ouest du pays, à quelques centaines de kilomètres de la capitale, Karagol. Les infrastructures karmales prendront ensuite le relais pour réorienter le pétrole frais en provenance de l’allié karsais. La construction devrait s’étaler sur 24 mois, le temps pour des milliers d’ouvriers et d’ingénieurs de souder un à un les pipes qui seront installés au fur et à mesure de la progression des travaux. Pour gagner en compétitivité, les travaux débuteront aux deux extrémités, c’est-à-dire côté karsais et côté karmalis pour assurer une meilleure fluidité des travaux. La construction sera opérée par une filiale de la Karsoil spécialisée dans la construction de pipeline onshore et offshore.

Selon les premières estimations, le pipeline devrait assurer le transport de 200 000 litres de pétrole par jour à son entrée en service prévue en avril 2041. Avec cette nouvelle infrastructure, plus moderne et plus technologique, la Karsoil estime être en capacité d’augmenter ses livraisons de pétrole de plus de 30% à partir de la mise en service du nouveau pipeline. Les procédures juridiques seraient en cours du côté du Karmalistan pour assurer au pipeline un trajet sécurisé. Selon nos informations, le Kars et le Karmalistan s’engageraient aux côtés des pays tiers traversés par le pipeline pour assurer la sécurité des travaux et des installations. Une fois opérationnel, le pipeline disposera des dernières technologies et notamment de plusieurs milliers de capteurs disséminés sur toute la longueur de l’équipement qui permettront de détecter plus rapidement les problèmes techniques et les éventuelles fuites de pétrole brut. Plusieurs centaines de caméras seront également installées pour surveiller les principaux points de raccordement du réseau.

Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » lun. juin 03, 2019 4:35 pm

Image

Edition du 9 avril 2039

Kars : 6 millions de touristes en 2038, le plan "Tourisme 2042" attendu au tournant

13ème destination mondiale et 1ère destination de Marquésie. Les chiffres annoncés par l’Office International du Tourisme pour l’année 2018 sont l’occasion d’un premier satisfecit pour la politique culturelle menée par le Royaume de Kars depuis son retour sur la scène internationale. La stabilité politique acquise depuis plusieurs années permet aujourd’hui au pays de jouer dans la cour des grandes puissances culturelles malgré un large déficit de visibilité à l’international. Sur ce classement 2038, la première destination touristique mondiale est le Kaiyuan avec près de 72,1 millions de touristes accueillis, suivent ensuite l’Eashatri (33 millions) et l’Aiglantine (27,7 millions). Le pays frère du Karmalistan est quatrième de ce classement international avec 24,8 millions de touristes en 2038. Considérés géographiquement comme appartenant à la Ventélie plutôt qu’à la Marquésie, le Karmalisan permet ainsi au Royaume de Kars d’obtenir la première place des destinations touristiques de Marquésie avec 6 millions de touristes accueillis l’année dernière dans le pays.

Avec les travaux engagés à Masirah, le pays espère voir augmenter de façon conséquente le nombre de touristes religieux en provenance du monde entier le pèlerinage du hajj célébré chaque année dans la Mosquée Sacrée de Masirah, considérée par les croyants comme le premier lieu saint de l’Islam. Aux côtés des travaux sur les lieux saints, il convient également de mentionner les prochains travaux d’agrandissement de l’aéroport international de Masirah avec la construction d’un nouveau terminal d’une capacité annuelle de 30 millions de passagers supplémentaires. Principalement utilisés par les touristes religieux en période de pèlerinage et par les travailleurs du secteur pétrolier le reste de l’année, l’objectif des autorités locales est d’apporter de la diversité dans l’économie locale de la région de Masirah, fortement dépendante du pétrole et du pèlerinage.

Avec la faible note de E à l'Indice d'Attractivité Patrimoniale attribuée par l’Office International du Tourisme (OIT), le Royaume de Kars est considéré comme à la traine par les observateurs internationaux qui relèvent un sous-investissement dans les infrastructures de transport pour favoriser le déplacement des touristes ainsi qu’un manque d’argent dans la restauration et la réouverture des sites archéologiques aux touristes. Si le tourisme religieux dispose d’un vrai potentiel de croissance de par la situation monopolistique du Royaume en matière de Lieux Saints sur son sol, l’énorme marge de manœuvre du pays se situe sur les autres types de tourisme : tourisme évènementiel (compétitions sportives, congrès professionnels), tourisme de nature (randonnées, parcs naturels), tourisme de détente et de relaxation (plages, balnéothérapie), tourisme sportif (pratique de sports en nature, compétitions sportives), tourisme culturel (patrimoine matériel), tourisme gastronomique (spécialités culinaires locales), tourisme artisanal (produits locaux) et tourisme de santé (thalassothérapie, médecins spécialistes).

Afin de renforcer l’attractivité touristique du Royaume, le gouvernement s’est engagé à déployer avant la fin du premier semestre 2039 un projet intitulé "Tourisme 2042" avec un objectif ambitieux : doubler le nombre de touristes accueillis dans le pays d’ici 3 ans et demi. Ce projet répond aux mesures prises par d’autres pays comme le Berlim et le Makengo visant également à l’augmentation de l’offre touristique mondiale. Ainsi, une compétition devrait s’installer entre ces pays pour damner le pion aux puissances touristiques déjà installées et, pour certaines, en perte de vitesse. Selon nos informations, le roi Abdallah serait directement à la manœuvre pour préparer le futur plan "Tourisme 2042" qui sera présenté aux acteurs économiques lors d’un Congrès exceptionnel réunissant les professionnels du secteur (hôteliers, restaurateurs, organisateurs d’évènements, agences de voyage, sociétés de transport, musées, parcs, etc.). La stratégie présentée par le pouvoir royal devra être axée sur les trois principaux piliers d’un bon développement touristique : (i) favoriser le transport vers et dans le pays, (ii) proposer des infrastructures d’accueil de qualité et enfin (iii) valoriser le patrimoine matériel et immatériel.

Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » dim. juin 09, 2019 1:55 pm

Image

Edition du 26 avril 2039

Le gouvernement et les taxis signent un accord pour la création d’un forfait aéroport à 25 dollars

C’est une première réponse et pas des moindres pour la mise en application du plan Tourisme 2042 dévoilé par le gouvernement et adopté par le Parlement en séance plénière le 16 avril dernier. L’Etat et le syndicat national des taxis sont parvenus à la signature d’un accord bipartite pour créer un forfait limitant le coût de l’aller simple entre l’aéroport et le centre-ville à 25 dollars. A partir du 1er mai 2039, l’ensemble des taxis karsais appliqueront le nouveau tarif en vigueur pour les clients souhaitant rejoindre un aéroport ou un centre-ville. Le tarif s’appliquera uniformément sur l’ensemble du territoire karsais et à tous les chauffeurs ayant une licence officielle délivrée par l’Etat. Selon les données du ministère de l’Intérieur, autorité de tutelle du métier, il y aurait 71 058 licences actuellement actives dans le pays.

Conscient de l’impératif de regagner les faveurs de l’opinion et des touristes, le syndicat national des taxis s’est prononcé en faveur de cet accord et l’a signé quelques heures après avoir consulté la base, c’est-à-dire les milliers d’adhérents du syndicat dont l’adhésion est obligatoire dès lors qu’un chauffeur reçoit une licence officielle. L’accord prévoit des renforts policiers près des aéroports et des gares routières pour lutter contre les VTC qui ne bénéficient pas des mêmes contraintes salariales et fiscales que les chauffeurs de taxis. Les policiers s’engageront dans une lutte forcenée contre les chauffeurs clandestins qui travaillent sans licence. Ce geste du gouvernement était attendu par les taxis qui se plaignaient depuis plusieurs années d’une concurrence déloyale de certains véhicules particuliers et de l’arrivée massive d’applications pour smartphones destinées à mettre en relation des chauffeurs et des passagers en demande de transport.

Le choix du gouvernement karsais de privilégier les taxis aux VTC s’explique par le rôle social et l’impact économique des chauffeurs de taxis dans l’économie nationale. Bien souvent, la licence de taxi permet à une famille de terminer ses fins de mois et gagner quelques dollars supplémentaires pour vivre mieux. Avec la création du forfait aéroport, le syndicat national des taxis karsais espère inciter les touristes étrangers à utiliser les services des taxis, au-delà des travaux d’infrastructures qui sont planifiés pour mieux desservir les aéroports via des trains et des navettes expresses. Le gouvernement souhaite inciter les taxis à effectuer une mission de service public en transportant des touristes. L’accord prévoit également des subventions publiques pour inciter les taxis à acquérir au minimum un terminal de paiement par carte bancaire et pour d’autres un terminal de paiement par smartphone. Le syndicat national des taxis s’est également engagé à déployer d’ici la fin de l’année 2039 une nouvelle application sur smartphone afin de permettre aux clients de commander un taxi sans passer par une centrale téléphonique.

Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » lun. juin 10, 2019 5:55 pm

Image

Edition du 30 avril 2039

Constitution : Le Parlement vote la création d’un poste de Premier ministre pour les législatives de juin

Comme nous l’annoncions dans notre édition du 23 janvier 2039, le Parlement s’est prononcé en faveur du projet porté par le gouvernement visant à créer un poste de Premier ministre dans les institutions de la Constitution du Royaume. Le projet de loi constitutionnelle prévoit que le Premier ministre doit être issu du parti ayant obtenu la première place aux élections législatives même s’il n’obtient pas la majorité absolue des voix. L’autre modification essentielle du projet du gouvernement est la réduction à un seule tour de scrutin l’élection des députés de la Nation et donc la mise en place d’un scrutin à la proportionnelle intégrale. Toutefois, pour élire un député à la Chambre, un parti politique devra obtenir au minimum 5% des voix contre 2,5% des voix avant la modification du texte fondamental de la Nation.

Malgré l’arrivée de la proportionnelle intégrale, les partis d’opposition pour l’instant non représentés à la Chambre ne sont pas satisfaits. En effet, une disposition de la loi constitutionnelle prévoit l’augmentation du seuil de remboursement des dépenses de campagne de 3% à 5%, ainsi il deviendra un peu plus risqué financièrement de mener une campagne électorale dans le Royaume. Selon certains membres de l’opposition, cette disposition vise à réduire l’expression de la pluralité des opinions dans le pays, ce que réfute en bloc Abdelaziz Kara, le président de la Chambre et leader de la majorité parlementaire. "L’objectif de cette disposition est de permettre une expression équilibrée et raisonnable des opinions. Si nous permettons à tout un chacun d’être élu, alors il sera difficile de construire des majorités pour gouverner le pays en bonne entente avec le Palais royal" explique-t-il.

Considéré comme le favori du roi Abdallah pour prendre la tête d’un futur gouvernement, Abdelaziz Kara n’a pas manqué de rappeler sa loyauté à la Chambre des députés qu’il dirige depuis son élection le 7 juin 2035. Les prochaines élections sont prévues le 7 juin 2039. A cette occasion, près d’une trentaine de millions de karsais iront aux urnes pour élire 100 députés. Le Parti de l’Unité Nationale (PUN, conservateurs), actuel premier parti du pays avec une majorité écrasante de 54 députés, est le favori des sondages réalisés par les différents instituts auprès des électeurs. Second parti en termes de députés, le Parti Islamique Unifié (PIU, conservateurs religieux) devrait quant à lui connaitre quelques difficultés compte tenu de son opposition systématique vis-à-vis des mesures progressistes proposées par le Palais royal. Certains n’hésitent plus à parler d’une déception du roi Abdallah envers les dirigeants du PIU.

Annoncé comme le futur grand gagnant des élections législatives, l’Union Libérale et Démocrate (ULD), dont le leader n’est autre que le ministre des Affaires étrangères, Abdallah Al-Nahyan, semble en bonne position pour devancer les conservateurs religieux et prendre la place de second parti du pays. Les réformes libérales menées à l’initiative du roi Abdallah sont pleinement inspirées des mesures proposées par l’ULD depuis plusieurs années. Le "tournant libéral" tel qu’il a été théorisé par Abdallah Al-Nahyan lors d’un discours devant des militants surchauffés est aujourd’hui couronné de succès avec une croissance économique supérieure à 30% et des résultats encourageants concernant les investissements étrangers. Des résultats qui, au contraire, nuisent durablement au Front des Travailleurs (FT, communistes) qui ne retrouve le souffle qui l’avait propulsé à la Chambre des députés pour la première fois de son existence avec 7 députés élus lors des législatives de juin 2035. Le suspens reste entier jusqu’au 7 juin prochain.

Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » mar. juin 11, 2019 11:10 pm

Image

Edition du 4 mai 2039

Législatives Juin 2019 : Premières intentions de vote

Image

Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » ven. juin 14, 2019 6:39 pm

Image

Edition du 12 mai 2039

La Ligue Islamique Mondiale lance l’Islamic Free Trade Area (IFTA)

Votée lors de la dernière réunion convoquée par le roi Abdallah de Kars en réponse aux propos islamophobes des autorités cybistriennes, la mise en place d’une zone de libre-échange était également très attendue par l’ensemble des milieux économiques des Etats membres. Soucieux de répondre par les actes aux paroles haineuses de certains Etats, le roi de Kars avait très largement insisté auprès de ses partenaires de la LIM pour relancer l’organisation via les 5 piliers fondateurs ainsi qu’à l’ouverture de négociations commerciales avec de nouveaux Etats et de nouvelles organisations régionales. Désormais lié par la zone de libre-échange islamique, aussi connu sous le nom d’IFTA pour Islamic Free Trade Area, les Etats membres de la LIM ont construit un marché réunissant près de 262 millions de consommateurs et 281 milliards de produit intérieur brut avec des économies jouissant pour certaines de plus de 30% d’augmentation par an. Les observateurs aiment à rappeler qu’en comparaison d’autres organisations, l’adhésion politique à la LIM est basée sur une appartenance à un corpus de valeurs religieux, ainsi elle constitue la première et unique organisation mondiale de ce point de vue.

Du point de vue commercial, la zone de libre-échange doit être perçue comme un argument de poids dans la volonté des Etats membres d’ouvrir leurs marchés intérieurs aux économies extérieures tout en assurant un contrôle des marchandises importées dans des secteurs jugés sensibles pour les économies des Etats membres. Ainsi, sur une initiative similaire de la CND, la LIM s’est positionnée sur trois types de tarifs selon le statut du pays demandeur : Extérieurs, Partenaires et Membres. Le tarif Membres est réservé aux Etats membres de la LIM. Le tarif Partenaires est réservé aux Etats ayant émis une demande officielle de partenariat économique et commerciale avec l’organisation. Les barrières douanières sont considérablement réduites et généralement plus basses que pour des statuts similaires dans d’autres organisations. Enfin le tarif Extérieurs concerne les Etats non signataires d’un accord de coopération commerciale avec la LIM.

S’agissant du fonctionnement, un Etat ayant signé un accord de libre-échange avec le Royaume de Kars avant la publication des tarifs communautaires conserve la primauté de ses tarifs si ces derniers sont inférieurs aux tarifs pratiqués dans le cadre de l’IFTA. En revanche, tout nouveau partenaire du Royaume de Kars signataire d’un accord bénéficiera des Tarifs Partenaires imposés par la LIM. Un Etat non signataire d’un accord avec la LIM ou avec le Royaume de Kars devra s’acquitter des Tarifs Extérieurs. L’union douanière vise également à harmoniser les normes et les règlementations environnementales et sociales entre les Etats membres à minima et avec les Etats Partenaires lorsque cela est possible. L’officialisation des nouveaux tarifs depuis le 1er mai 2039 a entrainé une hausse comprise entre 15% et 45% pour certains produits importés de la part des Etats n’ayant pas conclu d’accords commerciaux de libre-échange avec les Etats membres de la LIM ou avec l'organisation directement.

Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » sam. juin 15, 2019 3:01 pm

Image

Edition du 14 mai 2039

Commerce : "Nous invitons le Lébira à ouvrir des négociations commerciales pour l’IFTA"

L’officialisation des nouveaux tarifs douaniers n’a pas manqué de faire réagir les principales économies mondiales et notamment l’économie libérienne dont le poids est significatif dans les échanges internationaux malgré un net ralentissement de son activité diplomatique. La Ligue s’est publiquement inquiétée, par la voix d’un porte-parole du gouvernement de Cartagina, de la création de l’IFTA et des menaces pesant sur les échanges commerciaux entre la Ligue et le Royaume de Kars. Notons que malgré les prises de position de Cartagina à l’endroit de Mahra et de ses partenaires de l’Entente Trans-Touranienne, la Ligue n’a jamais répondu à l’appel des karsais pour signer un accord commercial visant à promouvoir le libre-échange. Pire encore, l’appel karsais s’est heurté à une fin de non-recevoir de Cartagina à l’époque.

Interrogé il y a quelques mois par la ministre de l’Economie et des Finances concernant l’importation de certains métaux rares, le gouvernement libérien s’était montré ouvert et favorable à l’envoi des matières premières vers le Royaume de Kars. Ainsi, les premiers échanges commerciaux entre Cartagina et Mahra débutaient dans une atmosphère de prudence excessive du côté libérien compte tenu des liens étroits entre le Royaume et d’autres pays en opposition avec les idées libériennes, on pense notamment à la Valdaquie. En allant au-delà des clivages régionaux et en proposant officiellement d’acheter des matières premières libériennes alors que le monde compte d’autres fournisseurs potentiels, les karsais ont tendu la main à Cartagina malgré les oppositions et les polémiques internes.

Ainsi, les menaces de rétorsion douanière par Cartagina à l’encontre du Royaume de Kars sont très mal comprises du côté de Mahra qui n’a pas répondu officiellement aux propos des autorités libériennes. Interrogé lors d’un forum dédié aux investissements publics dans la province de Rafha, la ministre de l’Economie, Nemat Shafik, s’est déclarée "surprise" par le ton employé par la Ligue de Lébira en réponse à la politique menée par le Royaume concernant sa "souveraineté douanière". "Nous avons pris soin, avec nos partenaires de l’IFTA, de rappeler notre attachement au respect des traités et des accords signés avant l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange islamique le 1er mai dernier. Comme à son habitude, le Royaume parle avec tout le monde et nous n’avons pas pour habitude de rejeter le dialogue, par conséquent nous invitons le Lébira à ouvrir des négociations commerciales avec l’IFTA. L’IFTA prône le libre-échange, nous supposons donc que le Lébira ne verra pas d’inconvénient à s’engager dans un accord de libre-échange. Nous apporterons les modifications tarifaires nécessaires pour parvenir à un accord" a déclaré la ministre devant des journalistes en marge de l’évènement.

Avatar du membre
Siman
Maitre de la galaxie
Messages : 4827
Enregistré le : lun. déc. 31, 2007 6:04 pm
NJ V3 : Raksasa

Re: Presse de Kars

Message par Siman » dim. juin 16, 2019 11:15 am

Image

Edition du 17 mai 2039

La captivité des cétacés est désormais interdite dans le Royaume

C’est une victoire essentielle pour les défenseurs des droits des animaux. Soutenu en personne par le reine Noor, le projet de loi porté par le ministre de l’Intérieur visant à interdire la captivité des cétacés, c’est-à-dire baleine, orques et dauphins, a été adopté à la majorité absolue des suffrages exprimés lors de la dernière session plénière du Parlement royal. Soucieux de placer le Royaume parmi les Etats les plus civilisés en matière de droits des animaux, le gouvernement s’était saisi de cette question après une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux où l’on pouvait constater les souffrances d’un orque dans un parc aquatique de Britonnie. Doté d’une capacité intellectuelle extraordinaire, l’orque est un animal sensible qui connait des sensations proches de celles des hommes. Maintenir en captivité un animal de cette dimension dans des enclos de petites tailles constitue une véritable souffrance.

Certains animaux n’hésitant plus à se rebeller contre les dresseurs qui tentent d’utiliser ces animaux pour des spectacles aquatiques devant des foules généralement très mal informées des conditions de vie de ces animaux. L’épanouissement de ces animaux étant uniquement possible dans l’océan où certains vivent en communauté, la reine Noor s’était indignée publiquement du traitement réservé à ces pauvres animaux dont on connait, depuis plusieurs décennies désormais, la sensibilité. L’indignation de la famille royale avait poussé le ministre des Affaires étrangères et du Tourisme, Abdallah Al-Nahyan, à faire le tour des parcs animaliers du pays pour s’enquérir de la situation dans le pays. Après un audit complet mené par les services de son ministère, il était apparu qu’aucun cétacé n’était détenu en captivité dans un parc aquatique du Royaume de Kars.

Néanmoins, dans le cadre du plan Tourisme 2042 qui agite les milieux politiques, économiques et culturels du pays depuis son adoption en avril dernier, des investisseurs britons s’étaient fait connaitre pour obtenir un permis de construire pour l’édification d’un nouveau parc aquatique géant près de la cité balnéaire d’Hafhar. Le projet prévoyait l’importation d’orques pour des spectacles aquatiques. La demande était rapidement remontée aux oreilles de la reine qui s’était empressé d’exprimer sa position aux conseillers du roi. Mis au courant de cette initiative, le ministre Abdallah Al-Nahyan s’était rapidement empressé d’indiquer à l’administration en charge de délivrer ce type d’autorisation de refuser le projet des investisseurs britons au nom du respect du bienêtre animal.

Quelques jours après cet évènement, le ministre présentait le projet de loi visant à interdire officiellement la captivité des cétacés sur le territoire du Royaume de Kars. Le projet prévoit cependant la possibilité de capturer des cétacés si la vie de l’animal est en danger ou si l’intérêt scientifique peut être prouvé. En aucun cas un cétacé ne sera exposé dans l’un des parcs aquatiques du pays. Une nouvelle infraction a été ajoutée au code pénal pour criminaliser la capture et la détention de cétacés sur le territoire national.

Répondre

Retourner vers « Kars »