Médias

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » lun. févr. 04, 2019 10:01 pm

Extrait de Brèves Eskhanes, 12 avril 2038:
Le limogeage de C. Tuntayakul, ou comment le Kaiyuan prend soin de ses relations avec l'Eashatri






Depuis l'ouverture diplomatique de 2032, chacun sait que les relations easho-kaiyuanaises sont au beau fixe. Tous deux membres de l'OCC, participant de plus à un programme de coopération rapproché bipartite prenant le nom de CPCKE, le Kaiyuan est sans surprise le partenaire diplomatique de référence pour l'Eashatri. A cela, on peut rajouter que le Kaiyuan est le premier partenaire commercial de l'Eashatri, et que l'Eashatri tient réciproquement en deuxième place au Kaiyuan, (HRP: du moins selon les données de 2034) ; même d'un point de vue éducatif, le Kaiyuan fait partie des destinations préférées des eashates souhaitant compléter une partie de leurs études à l'étranger. Cela n'est donc en rien étonnant que les eashates aient même une image très positive de ce pays, et que les classes dirigeantes suivent d'assez près les décisions qui s'y prennent.

Pourtant, le Kaiyuan semble plus sur ses gardes en ce mois d'avril, et prêt à prendre des pincettes pour préserver ces relations plus que cordiales avec notre pays. Si cela n'est en rien étonnant dans un pays dont la politique est concentrée sur l'objectif de stabilité et de lisibilité, certains commentateurs n'ont pas tardé à qualifier de surprise le limogeage récent de l'ambassadeur kaiyuanais en Eashatri, M. Tuntayakul, alors qu'il avait tenu des propos montrant sa proximité politique avec Emma Ravikhan au détriment d'Abhinav Chakarvarti. Abhinav Chakarvarti, qui par ailleurs, subit des critiques très fortes depuis désormais dix jours, alors que de sérieux soupçons de diffamation et manipulation de l'opinion pèsent contre lui, maintenant que les soupçons de corruption pesant sur Mme. Ravikhan sont sur le point d'être lavés.

Cependant, si on lit la presse kaiyuanaise, la situation s'éclaire bien vite : le Cabinet du Premier Ministre aurait fait savoir sa profonde colère au Ministère Kaiyuanais des Affaires Etrangères, et dénoncé même une ingérence latente dans la politique eashate. Dans ce contexte, devant la pression d'Eskha, Fuxianji aurait exprimé des excuses et le remplacement de Chanthara Tuntayakul par Wei Zexian Premier Conseiller du précédent ambassadeur. Selon certaines voix au Parlement, Abhinav Chakarvarti ronge encore son frein, craignant que les deux hommes soient proches y compris sur le plan politique, et que des paroles similaires soient menées. Mais dans le fond, serait-ce si grave ? Certes les ambassadeurs doivent garder une certaine neutralité dans leurs propos, mais dans un cadre privé, leur liberté d'expression peut toutefois exister, dans le cadre d'une certaine modération, qui, au regard des plates excuses formulées par Chanthara Tuntayakul, devait surement rester présente dans cette fameuse critique du Gouvernement Chakarvarti qui lui aura coûté son poste. Si on doute de la virulence des propos de M. Tuntayakul, pour certains députés du Parlement, nul doute que le Premier Ministre a juste transféré son courroux d'une Emma Ravikhan qu'il rêvait de faire limoger vers un ambassadeur qui jusqu'alors était inconnu du commun des électeurs eashates.

Alors que le Kaiyuan est d'une grande aide pour notre pays, Abhinav Chakarvarti fait donc preuve d'une intransigeance mal placée, et d'un manque de gratitude certain, si ce n'est flagrant. En effet, ce qu'oublie de considérer Abhinav Chakarvarti, c'est l'approbation sans conditions du Kaiyuan pour reconnaître le référendum de rattachement du Darhan et de la Shukténie à l'Empire d'Eashatri en 2034, ou encore le fait que le Kaiyuan tienne encore des troupes en Eashatri pour palier à notre armée sous développée. Fuxianji fait donc preuve d'une grande bienveillance envers Eskha depuis longtemps, et peut-être qu'Eskha devrait songer à ne pas plus vexer le gouvernement kaiyuanais que ce dernier ne le fait. M. Chakarvrti, si vous me lisez, songez à mon article lorsque vous déciderez d'assouvir votre colère sur un ambassadeur.
HRP : Oui, cet article est partisan, mais pas totalement idiot. Il prend juste la position inverse du Gouvernement Kaiyuanais pour mettre en avant le retournement lent mais certain de l'opinion en Eashatri contre le Premier Ministre en place
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » dim. mars 17, 2019 3:47 pm

Extrait de Le journal solidaire, 20 août 2038:
Après cinq mois de scandales, la fin du Gouvernement Chakarvarti est proche !


Image





Pendant ces cinq derniers mois, depuis le scandale de l'affaire de la Loi de Facilitation Economique Productive, le Gouvernement Chakarvarti tremble, comme une feuille. Alors que l'enquête piétine toujours, ne parvenant pas à conclure sur les véritables motifs de ce qui semble être la plus grande affaire de corruption des années 2030 en Eashatri, la majorité n'a plus du tout l'air d'un front uni, et chaque débat menace de la faire imploser. Après cinq mois et trois motions de censure avortées ou deux annulées à cause de l'abstention, la pérennité du Gouvernement Chakarvarti pose question, au point qu'il a promis de déclencher des élections avant juin 2039. Mais cela sera-t-il suffisant pour que Chakarvarti garde son poste ?

Les clivages au sein de la droite eashate sont plus que jamais grandissants, et l'annonce de l'ex-LI, l'ex-FPF, le PTC taktoune et le SIA de s'organiser sous un nouveau parti politique, le RMP (Rāṣṭrīya Mūlyān̄cā Pakṣa, Parti des Valeurs Nationales) n'a fait qu'accentuer cette division avec le MPE, dont pourtant une aile, menée par Shakcham Tipanis, affiche son soutien au nouvellement né RMP. Politique économique, sociale, diplomatique, rien ne va plus, les deux camps ne sont plus d'accord sur rien, et la majorité actuelle semble assise sur le compteur à rebours du dénouement de l'affaire de la Loi de Facilitation Economique Productive, qui pourrit notre vie politique depuis le début de l'année.

Le dernier exemple en date ? Hiérosylme. N'attendez pas de réponse avant la formation du prochain gouvernement ! Au sein même des partis, les réponses à proposer ne font pas l'unaminité, mais dans un gouvernement au manteau d'arlequin, c'est pire ! Si les conservateurs déplorent le néo-colonialisme du Kars, de l'Estolie et de la Valdaquie, les libéraux soulignent le fait que rien n'a été demandé à la population hiérosylmite par aucune des parties. De plus, dans le contexte où la minorité catholique est pointée du doigt par les ex-membres du FPF comme des coloniaux, les propos du patriarche orthodoxe de la ville ont mis le feu aux poudres sur l'ensemble du spectre politique eashate, certains craignant pour une moins bonne tolérance des chrétiens dans les pays où il seraient minoritaire, quand d'autres fustigent ce qu'ils appellent l'instauration universelle de la supériorité catholique par les méditerranéens. D'un autre côté, nombreux sont les conservateurs à ne pas soutenir l'indépendance de Hiérosylme pour autant, craignant l'émergence d'un état musulman qui se serait radicalisé. Mais au sein d'un pays composé à 34% de musulmans, et 16% de chrétiens, (HRP : et 44% d'hindous pour ceux qui viendront me poser la question) la question est risquée, et s'aventurer sur ce terrain révèle du jeu d'équilibriste, un jeu auquel personne au sein de la majorité ne semble prêt à participer !

Tout cela a lieu dans un contexte où la menace terroriste a été réhaussée en Eashatri, avec une attaque du mois dernier au Karmalistan qui a abouti à la mort de trois eashates. Si les autorités karmalies ont très vite réagi pour apaiser les élites politiques eashates, le fait que l'Amarat fasse la propagande de son réarmement ravive les inquiétudes, au point que le directeur de l'IESSE (renseignements eashates) a diligenté une enquête en collaboration avec les renseignements karmalis pour viser à limiter l'expansion du risque terroriste au Nord de notre pays. D'un point de vue politique, une telle nouvelle reste avant tout un moyen de s'entre déchirer à nouveau, l'aile droite du nouvellement né RMP souhaitant d'ores et déjà fermer la frontière karmalo-eashates aux échanges non-commerciaux, certains allant jusqu'à souhaiter une intervention armée au Karmalistan, ce qui révèle purement et simplement de scénarios hypothétiques compte-tenu de la taille de l'armée eashate. Quand les discours sécuritaires se multiplient chez les conservateurs, le MPE, lui, prend la pente opposée, et rejoint la diplomatie défendue par l'opposition, qui voudrait avant tout aider le développement culturel et économique de la région de l'isthme shuktène.

Alors à quand l'explosion ?
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » mar. mars 19, 2019 10:35 am

Extrait de L'Eashatri Libre, 25 août 2038:

La première ligne de TGV en Eashatri sera finalement construite en 2039


Image

Le ferroviaire représente le principal moyen de transport utilisé pour des grandes distances en Eashatri; et le deuxième moyen de transport global, juste derrière le vélo, prépondérant dans les grandes aires métropolitaines du pays. Si notre pays peut se vanter d'un réseau ferroviaire très développé, notamment au Nord, cela constitue aussi son plus grand défaut, les noeuds entre les lignes sont très nombreux et resserrés, ajoutant des temps d'attente à un réseau ferroviaire général qui ne brille pas par sa rapidité. Entre Eradesh (au Sud) et Kashkuhn (au Nord-Est), comptez au mieux 16 heures de train, dont près de la moitié entre Kayton et Lesabad (6h30), au sein d'un réseau mérébien dense et développé, mais très chargé et sujet à de légers retards diverses et aléatoires qui peuvent faire manquer un train.

Ce qui manque au réseau ferré eashate, c'est un ou plusieurs axes rapides pour relier les différents pôles urbains du pays entre eux. Ainsi depuis 2034, on parle de construire des lignes TGV pour relier tantôt Desjali (Nord-Ouest) à Kashkuhn (Nord-Est), en passant par Astapur, tantôt Astapur à Padrahamphur (Sud-Est) en passant par Eskha, tantôt Astapur à Eradesh (Sud) ; mais pour l'heure chacun de ces projets a été avorté, rien n'a été construit jusqu'à présent. Pourtant, le manque est réel : si le pourtour mérébien forme une vaste aire métropolitaine assez homogène et au développement rapide, aller d'un bout à l'autre de cette mégalopole en formation relève de beaucoup de patience : comptez jusque six heures entre Rehani et Astapur. De quoi gêner sérieusement l'activité économique de la région.

Mais c'en est fait, la décision a été actée par le Ministère des Transports : le chantier de la première ligne de TGV d'Eashatri va ouvrir en novembre prochain, entre Eskha et Kayton. Un trajet nettement moins ambitieux que les ambitions initiales, mais qui a donc réussi à être étudié dans les détails pour finalement aboutir à une véritable construction d'une ligne qui permettra de relier Eskha à Astapur par seulement quatre arrêts, contre onze actuellement, et ce en cinquante minutes, contre deux heures vingt actuellement. Passant par une zone urbaine dense, le tracé a été étudié pour éviter de demander le déménagement de trop de populations, et passe donc à l'écart des zones urbaines auxquelles le futur TGV ne marquera pas d'arrêt.

Cependant si la nouvelle est excellente, après quatre ans d'échéances attendues puis repoussées, on ne peut pas pour autant dire qu'elle fait l'unanimité. Comprenez, d'un point de vue social, le projet actuellement choisi détruirait un peu plus de 15 000 habitations et passerait par des communes dont la population totale serait de 5,4 millions. De plus, d'un point de vue environnemental, le TGV sera dans l'obligation de modifier le paysage s'il veut passer à une vitesse de 320 km/h entre les arrêts, car une telle vitesse nécessite des lignes droites sans variation de pente, choses assez rares entre Eskha et Deriasi notamment. Enfin, si les crises de pénurie d'électricité sont nettement moins envisageables qu'il y a quelques mois, le problème de l'approvisionnement électrique peut encore se poser, alors que le projet actuel utiliserait des TGV électriques, tirant un peu plus sur un réseau électrique déjà en difficulté.
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » mer. mars 20, 2019 6:41 pm

Extrait de Brèves Eskhanes, 30 août 2038:
Deuxième et troisième trimestres : électrocardiogrammes plats





Et voilà une nouvelle de plus qui va peser sur le Gouvernement Chakarvarti, en fonction depuis un peu plus de seize mois : l'économie eashate est au point mort depuis deux trimestres, avec +0,9% de croissance du PIB entre avril et juin dernier et même -0,4% de croissance estimée entre juillet et septembre. Pourtant l'année avait bien commencé, la croissance s'affichant alors sur les trois premiers mois à +2,1%, mais finalement alors que tous les économistes partaient sur la reprise de l'économie après une année 2037 décevante, cette embellie n'a pas eu lieu. Le bilan du Gouvernement Chakarvarti, à mi-mandat est donc plus que mitigé.

Économiquement, nous l'avons vu, la première moitié des années 2030 est derrière nous, la croissance semble donc lointaine. Mais politiquement aussi, le ciel n'est pas tout rose. Sous une apparente volonté de réunification dans la politique eashate, le spectre politique est plus que jamais éclaté, et les compromis difficiles, alors même que la culture du compromis est au fondement du fonctionnement démocratique eashate. À droite, plus que jamais, les libéraux et les conservateurs se déchirent sur autant de sujets variés que de scandales avariés, dans une ambiance de fratricide que l'on peut également trouver à l'autre bord du spectre politique, où le PRC (communistes) et l'ĒL (communistes luxemburgistes), sont à couteaux tirés. Si on ne peut pas accuser le gouvernement Chakarvarti de la division politique grandissante de notre pays, avec des partis incapable de travailler ensemble, on ne peut nier sa part dans la façon dont la droite semble scindée en deux blocs inaltérables. En effet, depuis le début du Gouvernement actuel, les ministres issus du MPE, parti le mieux représenté au Parlement en termes de sièges, ont toujours signalé tantôt avec ironie, tantôt pour avertissement, toujours à demi-mot, l'ostracisation dont ils étaient victimes au sein de la majorité. Informations non communiquées, rejet de fautes, réunions secrètes, au fil des mois les exemples s'accumulent sans jamais tarir. Et finalement la création du RMP, véritable opération de communication pour montrer à quel point le gouvernement est uni malgré un MPE récalcitrant, qui réunit toute la droite conservatrice et identitaire depuis le SIA réactionnaire jusqu'au PTC conservateur modéré, a achevé de marquer la scission entre libéraux et conservateurs en Eashatri, rendant de fait le gouvernement Chakarvarti caduque, et l'équilibre politique du Parlement fragile.

Ajoutez à cela une économie fragile et l'absence de mesures concrètes prises par le gouvernement virgule et voilà, vous avez la poudrière nécessaire à faire tomber le cabinet du Premier ministre. La question désormais est : pour combien de temps ?
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » sam. mars 23, 2019 7:23 pm

Extrait de Gloire Eashe, 9 septembre 2038 :

Ediar claque la porte !

Image



Le ministre de l'Economie a rendu sa démission hier, alors que les perspectives économiques de l'Empire semblent au plus bas. Ministre de l'Economie depuis novembre 2032, sans interruption, on pourrait croire que cet homme politique respectable a décidé d'assumer le bilan qui est le sien sur les six derniers mois, mais non, le désormais ex-Ministre de l'Economie a fustigé le gouvernement actuel et son fonctionnement. Une véritable traîtrise donc, que personne n'aura vu venir, et à laquelle Abhinav Chakarvarti n'aura pas eu le temps de réagir, car la démission a lieu dans une lettre ouverte, qui fait aussi figure de lettre à charge contre l'actuel Premier Ministre.

Cette démission est d'autant plus surprenante qu'Ediar fait partie de l'aile conservatrice du MPE, naturellement favorable à la coopération avec l'ex-LI, et est même chef de file de cette frange du partie qui ne se prosterne pas devant Emma Ravikhan. Ainsi, alors même qu'au sein du nouveau RMP, beaucoup s'attendaient à le voir rejoindre leurs rangs, la lettre de démission de l'ex-ministre de l'économie est prise par beaucoup comme un crachat au visage de ceux qui ont collaboré avec lui pendant des mois. En effet, le quarantenaire y dénonce "l'ostracisation permanente dont sont victimes les députés et les ministres du MPE", qui selon lui, seraient "en permanence écartés des discussions" de travail des lois. Une dénonciation qui ne concorde en aucun cas avec les propos de Karim Vaneer (RMP, ex-SIA) : "Il est vrai que les députés ont plus tendance à travailler avec d'autres parlementaires avec lesquels ils ont des affinités politiques, mais à ma connaissance, il n'a jamais été question d'éviter qu'un député MPE ne travaille avec nous ! Non, bien au contraire ! Mais le problème des députés du MPE, c'est que se sachant membres du plus gros parti du Parlement, ils venaient toujours sans avoir préparé leurs dossiers, ce qui rend leur insertion dans les discussions plus difficile".

Mais alors, pourquoi n'a-t-il pas quitté le Gouvernement Chakarvarti plus tôt, si le climat était délétère à ce point ? Amerin Ediar ose prétendre avoir "persévéré, et fait preuve de résilience". Il se justifie avec beaucoup de maladresse : "Tant qu'on ne m'empêchait pas de faire mon travail, je restais en poste, mais désormais, alors que les dossiers se perdent et que certains membres du parlement détiennent des pièces dont je n'ai jamais eu connaissance, alors qu'elles portent le tampon du ministère, je comprends le message, et quitte à présent mes fonctions, comme il semble que je ne sois plus désiré comme membre du Gouvernement." Des explications qui semblent particulièrement légères, et n'engagent que sa parole, dont on peut douter désormais.

En effet, alors qu'il avait contribué à évincer Ravikhan de son rôle de cheffe du MPE en avril 2037, il semblerait que Ediar se soit nettement rapproché d'elle durant les dernières semaines, quand on voit le nombre de réunions du parti auxquels ils ont participé tous les deux...
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » dim. mars 24, 2019 11:39 pm

Exditorial de Brèves Eskhanes, 12 septembre 2038:
Pas content, pas content !





Nous sommes le 12 septembre, et comme tous les jours depuis février, à la rédaction de Brèves Eskhanes, on râle à propos de la politique. Entre l'interminable scandale de la Loi de Facilitation Economique Productive, dont on n'a toujours pas fini d'entendre parler après sept mois de rebondissements judiciaires et parlementaires ; l'impopularité du Gouvernement Chakarvarti aux décisions plus saugrenues les unes que les autres; les annulations des motions de censure votées au Parlement; l'émergence du RMP en juillet dernier, présentée comme le sauveur de la politique eashate ; (HRP : tout ceci, ce sont des articles qui auraient dû sortir durant mon absence, mais que je n'ai jamais rédigés, car je dois justifier mon absence de fin 2038 et donc faire avancer le rp eashate), l'Amarat , dont seul la mention du nom semble intolérable ; l'absence de position du Gouvernement sur Hiérosylme, mais quand on voit les autres décisions prises par le Gouvernement actuel, ce n'est peut-être pas si mal... La liste est longue et interminable, alors aujourd'hui pour quelle raison allons nous pouvoir râler ? Réponse : pour la récente décision de l'Ennis de classer comme groupes terroristes l'ensemble des partis communistes rattachés à l'Internationale Communiste.

Alors en soit, je vous rassure, nous on s'en fiche complètement, ça ne nous touche pas réellement en Eashatri, où les autorités ennissoises restent d'un pouvoir très ténu. Non, on ne va pas jeter à nouveau la pierre sur Mac Anraí, qui n'a considéré que seule l'extrême gauche internationale représentait une menace dans son pays, alors que les médias westrait s'en sont déjà chargés. Non, nous allons râler, une fois n'est pas coutume, à propos des députés eashates. Mais chose exceptionnelle, notre colère s'affiche contre la GTI (principal parti de gauche au Parlement), qui a passé les derniers jours à dénoncer une ingérence ennissoise dans la politique eashate, pour favoriser le Gouvernement Chakarvarti. Quel regret que Kazef Ahri ait décidé de se retirer de la caricature politique depuis que Chakarvarti a déposé trois plaintes contre lui, il aurait su exactement montrer le ridicule de cette position, tout aussi ridicule que la décision prise en amont !

Comprenez, étant donné que, dans deux jours, les ministres des affaires étrangères ennissois et eashate vont nouer des liens diplomatiques entre nos deux nations, et étant donné que cela survient en même temps que la mise au ban des partis communistes, notamment le PRC eashate, cela ne peut qu'être une ingérence politique ! Evidemment, regardez les FAS : ils sont absents de la liste des organisations terroristes connues en Ennis ! Alors que pourtant, le parti islamiste dont les exactions durant la Guerre d'Indépendance ont été bien plus nombreuses que celles commises par le PRCE, n'a toujours pas renoncé à la lutte armée ! C'est donc que l'Ennis veut que la gauche eashate s'effondre ! Non, non, il est impossible que tout simplement, les autorités ennissoises n'aient jamais entendu parler des FAS : c'est un parti énorme, qui fait inlassablement le score inoubliable de 4% aux élections générales eashates ! De plus il a des ramifications dans toutes les Mérèbes et la Shukténie mais nulle part ailleurs, son activité a été si importante entre 1998 et 2007 que plus personne n'a jamais entendu parler de ce parti depuis 2013, c'est pourquoi il est impensable que les dirigeants ennissois n'en soient pas mis au courant !

Les députés de la GTI font aujourd'hui preuve d'un ethnocentrisme à couper au couteau : c'est pour compenser la disparition du FPF (autre parti qui a fait usage de la terreur par ailleurs !) en juillet dernier (HRP: lorsqu'il a rejoint le RMP). Tout ça parce qu'ils auraient peur que l'Ennis prolonge de quelque manière que ce soit le mandat de Chakarvarti, qu'ils n'ont pas réussi eux-mêmes à écourter.

Mais quel intérêt aurait l'état insulaire dans une telle entreprise ? Aucune. Et en quoi l'actuelle décision de classer le PRC comme organisation terroriste mais pas le FAS contribuerait à renforcer la droite eashate contre la gauche ? A cette question, aucun député n'a trouvé de réponse. C'est donc que les députés ont créé une polémique là où il n'y en avait pas. L'opposition s'ennuie-t-elle donc tant au sein du Parlement ?
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » jeu. mars 28, 2019 9:40 pm

Extrait de L'Eashatri Libre, 23 septembre 2038:

Abhinav Chakarvarti évincé ?


Image

Il y a deux jours, le Parlement eashate a voté une motion de censure à l'encontre du Gouvernement Chakarvarti, motion appuyée de 194 votes, malgré une très forte abstention au sein des députés. Motion surprise, qui n'avait fait l'objet d'aucune annonce par aucun député, ni par aucun parti, elle ne figurait même pas sur l'agenda du Parlement, mais semblait totalement coordonnée : lorsque les députés se sont installés pour l'habituelle séance de questions au Gouvernement, deux démissions ce sont succédé.

La deuxième séance de questions au Gouvernement du mois d'août commençait pourtant de manière on ne peut plus usuelle, jusqu'au tour de Chettur Tavade (PES), Ministre des Transports et de l'Aménagement, qui a défendu le projet d'aménagement d'une ligne TGV entre Eskha et Kayton, regrettant au passage que les fonds alloués n'aient pas été suffisants pour construire une deuxième ligne entre Kayton et Kashkuhn, puis sitôt son bilan de la quinzaine écoulée terminé, la dirigeante du PES a annoncé sa démission, et est allée s'asseoir dans les rangs des députés, sous les huées de la droite de l'hémicycle. Le Premier Ministre avait pourtant été mis au courant de cette démission, contrairement à celle d'Arpit Heravkadar (MPE) qui est survenue quelques instants plus tard : au lieu de prendre la parole, le Ministre de la Santé s'est levé et s'est installé parmi les rangs de l'assemblée, avant de poser la question : "Ms. les ministres du Gouvernement, ayant repoussé depuis trois mois le vote d'une loi pour un vaccin obligatoire contre le choléra, et balayant mes interrogations à ce sujets sans jamais me donner d'explications, je vous demande, pourriez-vous expliquer pourquoi, alors que nous avons subi une épidémie de choléra l'année passée, un tel projet n'est pas prioritaire ?"

Le feu a enflammé l'Assemblée, des députés de tous bords ont refusé de s'asseoir pendant plus d'une heure, exigeant une réponse à la question, que le feu Gouvernement n'a pas su formuler. Ainsi après une heure, une première motion de censure orale a été votée, avant qu'elle ne soit tenue par un vote officiel, dans lequel on remarquera une forte abstention néanmoins, mais qu'aucun n'a réussi à utiliser pour faire annuler cette motion. Ainsi, après deux jours, personne ne parle d'annuler le renversement du Gouvernement, et au contraire, le Parlement est déjà en négociation pour nommer le prochain Premier Ministre, alors même qu'il était on ne peut plus divisé il y a une semaine.

Les pronostics de la couleur de la prochaine majorité ? Si le RMP, étant désormais le premier groupe de l'assemblée en nombre de siège, sera le premier à avoir la possibilité de constituer une majorité, le combat est mal entamé pour ce parti, qui ne dispose plus même du soutien de la droite libérale (MPE), qui par ailleurs pourrait bien profiter de l'occasion pour prendre la tête du pays pour la fin de cette législature. Cependant, même ce scénario semble fragile : pour diriger un Gouvernement libéral, il faudrait allier le MPE à la GTI, chose que seule l'ex-Première Ministre Emma Ravikhan pourrait faire, mais ce serait un mauvais calcul personnel pour elle, car elle serait à la tête d'une majorité instable, et qui ne réflèterait pas idéalement sa position politique. Quant à une majorité située politiquement à gauche, sous le giron de l'ex-Premier Ministre Sadiq Operkh ? Le scénario est là encore peu probable, puisqu'il faudrait allier communistes parlementaristes (ĒL) et libéraux-démocrates au moins, en partant du principe que les deux veulent bien participer à un gouvernement de gauche. Le scénario le plus probable, est donc celui qui est le plus vague : le nouveau premier ministre sera très vraisemblablement un visage inconnu de la politique eashate, ou un visage peu connu tout au moins, capable de dépasser les clivages de l'assemblée actuelle.
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » sam. mars 30, 2019 7:35 pm

Exditorial de Brèves Eskhanes, 29 septembre 2038:
Bâbord toute !


Image
Sadiq Operkh, saluant la foule hier après avoir été investi dans ses fonctions de Premier Ministre par Rajaputri Kiran Ier



Hier midi, le cap du Parlement a bien changé : d'un gouvernement de plus en plus marqué à droite, nous sommes passés sans transition à un gouvernement de gauche, comme l'Eashatri n'en avait pas connu depuis la débâcle des gouvernements Asgesh II et III. La gestion catastrophique de l'économie par ces deux gouvernements, auxquels on peut rajouter des soupçons de corruption, avaient alors douché les espoirs de la GTI de former un Gouvernement restreint à la gauche pendant neuf ans, mais peut-être cela va-t-il changer ! Certains viendront opposer que le Gouvernement Operkh I était un gouvernement tenu par la gauche aussi, mais dans les faits, il s'agissait plus d'un gouvernement de coalition bleu-rouge que d'un gouvernement de gauche, du moins pour le temps où il fonctionnait, avant la campagne électorale de 2033, où le Gouvernement Operkh était tombé à son tour dans la débâcle que tous les premiers ministres étiquetés GTI subissent depuis la disparition tragique d'Arun Dipek. (HRP : Premier ministre qui fut le plus longtemps en poste en Eashatri, équivalent d'un JFK eashate, dont les 4 gouvernements ont tenu 6 ans, le quatrième s'étant terminé deux heures après sa formation, du fait de l'assassinat d'Arun Dipek)

Non, cette fois-ci, on reprend le même Premier Ministre qu'alors, mais on resserre les rangs pour mieux se centrer à gauche : des centristes de Nelikhem aux communistes parlementaires de Jagatap, toutes les nuances de la gauche, mais aussi du centre, sont présentes dans ce nouveau gouvernement, qui est aussi le premier à être composé d'autant de femmes politiques que d'hommes politiques. On retrouve donc des figures désormais bien rodées, comme le fidèle bras droit de Sadiq Operkh, Imran Bahari à la Défense, ou encore Kunti Navathe (PES) à l'Environnement, mais le Gouvernement actuel est assurément marqué par les nouveaux visages qui ont émergé dans ces années 2030. La très médiatique leader de l'ĒL, Anushree Jagatap fait ainsi une tonitruante entrée à l'Intérieur, tandis que la désormais connue Chettur Tavade (PES) offre la surprise d'être la première Ministre de l'Economie à être une femme. Et que dire sinon mentionner le retour remarqué en politique de Jaivanti Nelikhem, qui reprend le Ministère de la Justice avec élégance, saluant le regretté Eredin Tobephki qui l'avait poussée à accepter pour la première fois ce poste en 2033 et auquel elle compte "rendre hommage comme il se doit".

Outre ses visages connus, le Gouvernement Operkh-II fait émerger de nouveaux politiciens, comme Dhule Bakshi, nommée aux Affaires Etrangères, au parcours jusqu'à présent irréprochable, ou encore le discret Yamir Kahari à l'Enseignement. Ne pas s'y tromper, gouvernement paritaire, jeune, il s'agit bien entendu de rompre avec le Gouvernement Chakarvarti, opposer la gauche moderne à la droite traditionnelle. L'image est prévisible, mais n'en reste pas moins un choix judicieux pour rapprocher les eashates de leurs élus, qu'ils avaient trop appris à détester durant ces dix-sept derniers mois.

Cependant, derrière ce tableau en apparence idyllique, se cache une faille de taille : faire cohabiter communistes et centristes, voilà un véritable défi ! Certes, l'UDP n'a pas à composer avec le PRC, qui ne fait pas partie du gouvernement, mais qu'avec l'ĒL, un parti nettement plus ouvert aux discussions parlementaires, il n'empêche que les différences idéologiques entre les deux partis sont notables, et risquent de mettre le Gouvernement Operkh-II à feu et à sang !
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » dim. mars 31, 2019 10:30 am

Extrait de Gloire Eashe, 30 septembre 2038 :

Comment la droite daharane fait honte à elle-même

Image

Madhuri Banerjee, une langue de vipère derrière un visage souriant


Vous trouvez la politique eashate violente ou crue ? Ce n'est rien en comparaison de nos voisins septentrionaux. Si nous savions que la démocratie est difficile au Karmalistan, pays qui n'a connu qu'une seule élection à l'heure actuelle, les développements politiques des dernières semaines nous en ont donné une toute nouvelle mesure. Diatribes, insultes, réjouissances morbides... La politique n'est plus moyen de rendre le monde meilleur, mais de faire se multiplier les luttes de pouvoir, avec un refus du dialogue inédit.

Suite à ces manques d'élégance répétés, allant jusqu'à insulter la reine Mamta, érigée par les élites daharanes comme l'ennemie suprême de leurs intérêts, c'est toute la droite eashate qui a pris ses distances avec les libéraux conservateurs daharans. Remarquez-le par vous mêmes : en début de son mandat malheureusement révolu, Abhinav Chakarvarti s'était rendu au Dahar pour rencontrer les élites de la nouvelle province autonome, et le début de son mandat avait été marqué par un soutien tacite au PLDK ; mais depuis quelques mois la seule mention du parti de Madhuri Banerjee a un effet inattendu : tous les politiciens du RMP s'écartent et se bouchent le nez !

Il faut bien avouer que les élites daharanes ont depuis longtemps dépassé les limites de la décence. D'une opposition à la reine Mamta, ce qui les mettait déjà dans une position maladroite (HRP : L'auteur se trompe ici, il part du principe que comme en Eashatri, la monarque n'intervient pas dans la politique du pays. L'auteur a donc des difficultés à concevoir une opposition à Mamta), le PLDK a pris le chemin d'un irrespect total, et d'idéaliser la fin de cette dernière. Toute leur communication a pris cette voie, laissant de côté tout combat idéologique, pour s'en prendre aux personnes. Se dresser contre l'adversaire politique est une chose, en faire un ennemi à abattre par tous les moyens en est une autre ! Si, aux yeux de Madhuri Banerjee, la reine Mamta n'a aucune compétence en politique, il est certain en revanche que ce n'est pas le cas non plus du parti de la nawab de Sujawal, qui est d'une incohérence telle qu'il la qualifie d'usurpatrice sans jamais remettre en question sa légitimité sur le trône. Non, la seule chose qu'il fait, c'est qualifier péjorativement la Shakhane d'hindouiste, scellant le désamour avec les ex-cadres du FPF (ancien parti nationaliste et fondamentaliste hindou qui souhaitait la victoire du PLDK en 2036) aujourd'hui au RMP.

Mais qu'a donc pu faire le PLDT pour mériter une telle charge de notre journal ? Faire preuve d'indécence caractérisée avec des propos d'une rare violence. Citons entre autres, comment la presse de Daharpur s'interroge sur "ses capacités mentales", son aptitude à gouverner suite aux drames qu'elle a connus, la façon dont ils qualifient leur reine de "salope", ou comment le même Estuary Times encense les propos d'un général McNeil, qui "a encore pété une durite" comme le disait Mudaliyar dans les couloirs du Ministère des Affaires Etrangères, et qui "espère qu'elle tombera dans la douleur et la honte" et va jusqu'à suggérer sa mort. Inenvisageable en Eashatri me diriez-vous, et vous auriez raison. Mais ce n'est pas le cas au Karmalistan.

En Eashatri, chacun se fera son avis sur la question. Y compris nos politiciens, dont les commentaires non-officiels sont parfois croustillants, outre le fameux "McNeil a encore pété une durite" de notre ancien Ministre des Affaires Étrangères. Ainsi, au terme de "salope" que Banerjee répand comme du lisier pour parler de la reine Mamta, l'ex-ministre de la Justice, Bhrigu Achaval, interrogé par nos soins, a déclaré "ne rien vouloir entendre de plus sur la pouf de Sujawal". Quant à ceux qui ne faisaient pas partie de l'ancien gouvernement Chakarvarti, ils ne soutiennent pas plus la position du PLDK : Ravikhan qualifie cette polémique de "pacotille à la hauteur d'un parti à l'agonie, qui voit sa base se déchirer et essaye de raccoller les morceaux par tous les moyens" et l'actuel Premier Ministre, dont les propos sont ténus par sa récente prise de fonction, avoue "ne pas comprendre cette haine injustifiée et malsaine" envers la reine Mamta.

Alors un petit message au PLDK pour terminer cet article ? Le voici :
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » mer. avr. 03, 2019 2:35 pm

Extrait de L'Eashatri Libre, 8 octobre 2038:

Le retour de la Gauche, bientôt dans vos bureaux de vote !

Sondage : Si les élections législatives avaient lieu la semaine prochaine, pour qui voteriez-vous ?

Formation politiquePRC - FLSC ĒLGTI - PSSTPES - LPLSUDPMPE - PLDTRMPFAS
Voix3,00%11,50%19,50%9,50%11,00%15,00%27,00%3,50%
Sièges (évolution)11 (-3)41 (+9)70 (+10)34 (-7)40 (-1)54 (-14)97 (+5)13 (+3)
Sondage réalisé sur un échantillon de 2 743 personnes


Le premier sondage publié et conduit sous le Gouvernement Operkh II vient d'être publié. Si sa valeur effective est faible, les élections n'étant prévues que pour décembre 2039, le premier sondage sous une nouvelle majorité constitue toujours un symbole pour les Gouvernements récemment mis en place. En l'occurrence, malgré les apparences mitigées, ce sondage publié le 6 octobre est un véritable signe d'approbation des sondés quant au choix du Parlement de faire de Sadiq Operkh le nouveau Premier Ministre d'Eashatri.

Tout d'abord, est à remarquer le score RMP, en hausse par rapport aux partis correspondants lors des élections de 2036, mais en nette baisse par rapport à juillet, et plus encore par rapport à mars dernier, où les partis qui le composent réunissaient alors 33% des voix des sondés. Pour un super-parti qui voulait retrouver un poids similaire à celui que la LI avait à la fin des années 2020 (100 sièges sur 300 en moyenne), il s'agit d'une déception, totalement explicable au vu de l'impopularité du Gouvernement Chakarvarti, dont le scandale de la Loi de Facilitation Economique Productive aura tôt fait d'achever le tableau très terne qui était dessiné par une équipe sans énergie et sans projet d'envergure. Cependant, vu l'éclatement du reste du spectre politique, la récente formation conservatrice reste de loin le premier parti d'Eashatri, et représente donc l'essentiel de l'opposition au Gouvernement actuel.

Un peu moins à droite, le MPE ralentit sa chute dans les sondages lentement, même s'il continue de souffrir d'une image très écornée alors que tous les soupçons de corruption qui le touchent, ainsi que le RMP, n'ont pas été levés. Néanmoins, le gros désavantage du MPE est autre, car il est de plus en plus considéré par les électeurs comme innocent du scandale de la Loi de Facilitation Economique Productive ; non, les libéraux souffrent d'un déficit d'unité, d'autant plus voyant que le RMP fait front uni à droite, et capte donc les votes d'une parti de l'électoral libéral. En effet, les querelles internes du parti, entre Tipanis (tendance néolibérale), Ediar (tendance libérale-conservatrice) et Ravikhan (tendance libérale-démocrate) pendant un an, suivies de la ont même fait croire que le MPE allait imploser et que son aile droite menée par Tipanis allait rejoindre le RMP en juillet dernier.

Au centre et au centre-gauche, si l'UDP se maintient à un score stable, bénéficiant d'une certaine fidélité de ses électeurs malgré une très mauvaise couverture médiatique, le PES, lui est en difficulté : probablement, la faute à avoir participé à un gouvernement de droite impopulaire quand on est un parti de gauche, quoi qu'il en soit, les socio-écologistes sont vus comme opportunistes par leur électorat, qui préfèrent orienter leurs votes plus à gauche, vers la GTI essentiellement, mais aussi l'ĒL.

Partis en nette progression, grands gagnants de la débâcle du Gouvernement Chakarvarti, l'ĒL et la GTI bénéficient d'être les leaders du Gouvernement actuel, construit en opposition au Gouvernement précédent. Leur discours social plaît et si pour l'heure, aucune réforme n'a été menée, ils bénéficient tous deux d'un enthousiasme grandissant, respectivement à 8% et 15% d'intentions de vote en juillet dernier, leur progression a donc été spectaculaire en quelques semaines, mais pour autant, qu'ils prennent garde ! Le ballon pourrait se dégonfler si aucune action n'est menée ! Ces deux partis bénéficient de plus d'un effet propre aux années 2020 et 2030 en Eashatri : ayant été une opposition quasi-systématique, mais ouverte au débat et à la discussion, ils bénéficient de la sympathie d'une large partie des eashates, ce qui rend leur marge de progression dans les intentions de vote, potentiellement exponentielle, à l'inverse d'un PRC en chute libre, qui pourrait très bien ne pas réussir à obtenir de sièges lors de la prochaine législature, tant son score s'affaiblit.
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » dim. mai 12, 2019 11:45 am

Extrait de Le journal solidaire, 5 février 2039 :
Le chômage baisse, enfin !





Après onze mois de hausse continue, le taux de chômage en Eashatri a enfin baissé, durant le mois dernier. En mars dernier, seuls 6,9% des eashates actifs recherchaient un emploi, niveau non exemplaire mais néanmoins tolérable. Puis avec la crise politique de la Loi de Facilitation Économique Productive, et le scandale qui s'en est suivi, touchant la plus grande parti du feu Gouvernement Chakarvarti, la situation économique déjà précaire, s'est dégradée, le taux de chômage dépassant le seuil des 10% en juin, pour atteindre les 14,1% en septembre dernier. C'est alors que notre pays a changé de Gouvernement, pour suivre une ligne politique de gauche, avec des politiciens loin du scandale qui secoue la droite eashate depuis un an : si la croissance économique reste quasi-nulle, la courbe du taux de chômage ralentit, pour n'atteindre les 15% qu'en décembre. Mais enfin, en ce mois de janvier qui vient de s'achever, l'horizon du marché du travail s'éclaircit : de 15,2% le chômage baisse à 14,5% ! Une preuve de l'efficacité du gouvernement actuel.

En effet, le gouvernement multiplie les initiatives pour limiter les impacts négatifs de la récession sur la population. La progression du chômage est ainsi suivie par un soutien financier du Gouvernement Operkh-II vers les petites retraites et les chômeurs, dans un effort financier qui pèsera surtout sur les plus grosses fortunes eashates, les 10% les plus riches pour être plus précis. Dans le même temps, le Ministère de la Culture a relancé une campagne de publicité à l'étranger, afin de valoriser le tourisme en Eashatri, et tenter de provoquer dès mai prochain un apport financier conséquent par l'intermédiaire de ce secteur que Vineet Upasani juge sous développé en Eashatri.

Cependant il existe toujours des mauvaises langues prêtes à cracher sur le travail mené par Operkh et son gouvernement, à commencer par l'opposition de droite, menée par Bhrigu Achaval, qui fustige "les sommes faramineuses utilisées dans un programme social qui ne résoudra en rien les problèmes économiques du pays". Au RMP en effet, et même dans les rangs du MPE, nombreux sont les députés à s'inquiéter d'une hypothétique fuite des grandes fortunes eashates, qui investiraient donc, dans leur logique, ailleurs, et ce au détriment de la reprise économique espérée pour 2039.

Pourtant, le principal risque pouvant ralentir le retour de la croissance à l'heure actuelle, est le fait que le Parlement refuse constamment que l'Empire d'Eashatri puisse acheter une partie des parts des petites entreprises en difficulté pour les soutenir financièrement dans la crise actuelle. Ce véto organisé par une opposition structurée face à une majorité gouvernementale dont la frange centriste est indécise, menace ainsi une grande partie des emplois industriels du pays, et pourrait à terme, mener la courbe du chômage à de nouveaux records. Enfin, les élections de décembre 2039 arrivent vite, et les électeurs auront tôt fait de faire savoir leur avis sur la question à ce moment là.
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » mar. mai 14, 2019 3:29 pm

Extrait de Gloire Eashe, 10 février 2039 :

Un petit air de campagne

A venir[/img]

Emma Ravikhan et Amerin Ediar dînant ensemble à Rashasiphur, le 6 février


Ça y est ! Nous sommes en 2039, et comme tous les 3 ans, les élections approchent. Ainsi pendant 10 mois, le pays va vivre au rythme de la progression du plus grand processus électoral du monde. En effet pour organiser le vote de 80 millions d'eashates en 5 jours,
tous les partis de l'Empire organisent leurs rangs : qui seront les têtes de listes locales, qui sera le candidat au Poste de Premier Ministre d'une part, mais aussi toute la logistique de communication de ces partis, cachée aux yeux du grands public. Ou pas, dans le cas du MPE.

Quoi qu'il en soit, dans cette course aux votes, tous les partis ne partent pas égaux, et certains sont notamment beaucoup plus divisés que d'autres. Si le RMP a choisi Bhrigu Achaval comme porte-voix depuis plusieurs semaines, pour les autres partis, ce n'est pas forcément le cas, et des élections internes sont donc organisées dans toutes les grandes formations politiques du pays, hormis la GTI, qui soutiendra la reconduction de Sadiq Operkh au poste de Premier Ministre, et... le MPE, ce qui est beaucoup plus curieux. Pourtant le parti aurait bien besoin de définir clairement sa ligne politique, alors qu'il se déchire depuis des mois entre ces trois têtes : Emma Ravikhan, ex-Première Ministre issue de l'aile centriste du parti, Shakcham Tipanis, libertarien renommé, et Amerin Ediar, économiste réputé aux visions libéral-conservatrices. Une élection interne ne serait ainsi pas malvenue, mais le parti n'a toujours pas fixé la date de sa primaire.

Depuis la fin du Gouvernement Ravikhan, l'hégémonie de la première femme Première Ministre d'Eashatri sur son parti ne fait plus concensus; et depuis le scandale de la Loi de Facilitation Économique Productive, le parti n'a plus de dirigeant reconnu par l'ensemble des députés. Si depuis la fusion des autres partis de droite dans le RMP, le MPE tente de se réunir à nouveau, force est de constater que les forces centrifuges du mouvement le tirent lentement vers le bas dans les sondages. Chacun sait à quel point Tipanis, Ediar et Ravikhan peinent à trouver des terrains d'entente, et certains esclandres publics des députés du MPE ont eu tôt fait d'accentuer l'image de parti au bord de l'implosion que le mouvement libéral porte désormais, du haut de ses 13,5% d'intentions de vote.

C'est pourquoi, alors qu'Emma Ravikhan et Amerin Ediar se sont affichés en train de dîner en bonne intelligence au Baharaam, un restaurant de Rashasiphur, cette entrevue a tout l'air d'une image de campagne. Selon la méthode rodée d'Emma Ravikhan, qui avait déjà dîné en décembre 2033 avec le regretté Eredin Tobephki - alors pressenti comme futur Premier Ministre à la place de la leader libérale -, l'ex-Première Ministre fait d'un dîner une image forte de sa présence en politique, ici vraisemblablement pour marquer la bonne entente des leaders du MPE, bien qu'il manque étrangement Tipanis.

Qu'a-t-il été dit durant ce dîner ? On n'en saura rien. Les deux ténors libéraux comptent-ils se faire concurrence dans l'hypothétique primaire du MPE ? Nous n'aurons pas plus de réponse. En revanche, comme une réunion du comité dirigeant du MPE a été convoquée au lendemain de cette entrevue, la campagne des libéraux est lancée.
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » jeu. mai 16, 2019 2:22 pm

Extrait de Brèves Eskhanes, 18 février 2039:
L'Hachémanie, membre de l'OCC, une bonne idée ?


[/img]



Petite monarchie de l'Ouest de la Marquésie, la Hachémanie est entrée dans l'OCC en fin d'année 2036, avec un statut de membre observateur. Déjà à l'époque cette adhésion surprenante avait fait grincer des dents à plusieurs niveaux, aussi bien en Eashatri qu'au Kaiyuan, ou encore au Lianwa et au Sengaï, ce qui avait eu pour conséquence de requalifier la demande d'adhésion du royaume, qui visait initialement le statut de membre associé, en une adhésion en tant que membre observateur. De ce fait l'Hachémanie est entrée dans l'OCC sur le papier. Dans les faits, il en a toujours été autrement : en effet, la monarchie pétrolière s'est toujours trouvée éloignée de la sphère d'influence de l'OCC, et n'a pas plus participé à la prise de décisions de l'organisation de coopération pas plus qu'elle n'a influencé la logique politique globale des pays membres.

Dès le départ, l'adhésion de la Hachémanie à l'OCC était bancale, et plus motivée par une volonté d'éviter de contrarier inutilement le petit royaume que par un véritable intérêt pour ce pays. Si la Hachémanie avait l'avantage d'être un exportateur de pétrole, ressource hautement stratégique dans la dynamique des échanges orientaux, et si cette monarchie assurait le contrôle d'un des détroits stratégiques de la route commerciale maritime entre la Dytolie et la Ventélie, l'intérêt d'une Hachémanie dans l'OCC n'a jamais été plus grand. Etat instable, à la politique en net contraste avec celles des nations ventéliojanubiennes de l'OCC, l'Hachémanie constitue plus un boulet qu'un atout pour les membres de l'OCC, ternissant l'image des autres pays membres et limitant ainsi leur influence, alors même que la croissance de ces derniers est déjà plus ténue qu'au début des années 2030. Ainsi après s'être engagée curieusement dans la guerre des containers, puis s'être rangée dans la coalition anti-LIM lors de la guerre suivante, alors que l'OCC était restée neutre dans ces conflits, la monarchie hachémane faisait un virage à 90° pour tenter de rejoindre une OCC dont elle avait déjà menacé les intérêts, lors du blocus de l'estuaire du Dar notamment.

Demande d'adhésion d'autant plus curieuse lorsqu'on s'attarde sur les différences entre les manières d'agir de la Hachémanie et l'OCC. Quand l'OCC cherche à assurer la légitimité de toutes ses actions, et a pour mot d'ordre la prospérité, les actions hachémanes portaient une vision très différente de l'intégrité, comme en témoignent les honteuses attaques maritimes contre le Mahajanubia, encore injustifiées trois ans après les faits. Ainsi dans les couloirs diplomatiques kaiyuanais notamment, il n'était pas rare en 2036 d'entendre des ambassadeurs, diplomates ou invités se demander si la Hachémanie et sa société surmilitarisée n'était pas la plus grande menace à la paix dans la partie orientale du monde.

Et aujourd'hui qu'en est-il, bientôt trente mois plus tard ? La Hachémanie s'est transformée, en pire : une tyrannie religieuse sans foi ni loi, une dictature militaire qui impose à ses habitants de se convertir au chiisme, dans un pays très majoritairement sunnite. Son influence diplomatique est désormais dérisoire, et on peut même se demander si elle contrôle toujours le détroit hachéman. Alors qu'est-ce qui retient l'Hachémanie dans l'OCC ?
HRP : je sais, vu mon inactivité, cet article est un peu osé, mais c'est aussi l'incompréhension du journaliste qui écrit cet article. Comme toujours, il n'y a rien de personnel
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » lun. mai 20, 2019 1:52 pm

Extrait de L'Eashatri Libre, 27 février 2039:

Bourdes aéroportuaires

Image



C'était jeudi dernier, un avion caskar transportant 360 passagers en provenance de Fuxianji vers Setan a été forcé de faire une escale à Astapur, pour cause que le réservoir de kérosène qui n'avait pas été suffisamment rempli. Cette panne a ainsi forcé les passagers à patienter un peu plus de deux heures à l'aéroport international d'Astapur-North Janubia, et le trafic aérien de l'aéroport a été perturbé pour tout le reste de l'après-midi, engendrant des retards allant jusqu'à une heure de report des départs et arrivées. Naturellement, les autorités aéroportuaires ont cherché à savoir quelle était la cause de ce mauvais remplissage, mais il n'y avait pas là grande enquête à mener, et très rapidement de nombreuses sources, venant notamment du Kaiyuan ou de l'entreprise caskare, ont indiqué que l'unique responsable était l'aéroport international de Fuxianji.

Si l'incident est risible, il témoigne du mauvais fonctionnement général de l'aéroport de Fuxianji. L'aéroport, géré sous contrat par Feng System, multiplie les dysfonctionnements légers, la faute à un personnel à l'effectif réduit et un manque d'entrées d'argent depuis l'entreprise lianwadaise, au point que l'Empire du Kaiyuan envisagerait de rompre le contrat le liant à Feng System.

Des incidents bénins concernant les avions en provenance de Fuxianji, ils sont assez nombreux à être signalés. A Astapur, il a ainsi été remarqué que la révision des becs et des volets (parties inclinables situées à respectivement à l'avant et à l'arrière des ailes) était souvent faite à la hâte, si bien que quelquefois, les pièces étaient bloquées dans leur position de révision engendrant une surconsommation de carburant dans le meilleur des cas, un atterrissage inconfortable dans le pire des cas. Quelquefois, la mécanique de l'avion n'a aucun problème, mais un bagage d'un passager d'un autre vol et trouvé dans la soute. Des erreurs humaines, ponctuelles, mais qui tendent à se répéter trop souvent, la faute peut-être à la pression exercée sur des équipes en sous-effectifs.

Néanmoins, un point positif a été remarqué, que ce soit à l'aéroport d'Astapur où à l'aéroport d'Eskha : les avions en provenance de Fuxianji sont toujours dans un état de propreté intérieure non pas remarquable, mais impeccable ! Ce qui est suffisamment rare ailleurs pour être noté.
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Avatar du membre
phiwill61
Maitre du monde
Messages : 1013
Enregistré le : lun. avr. 10, 2017 4:02 pm
NJ V4 : Eashatri

Re: Médias

Message par phiwill61 » mar. mai 21, 2019 11:29 pm

Extrait de Brèves Eskhanes, 02 mars 2039:
L'anti-intellectualisme, non merci !



L'OIMD juge l'Eashatri comme une des nations les plus accueillantes pour les intellectuels, pour la troisième année consécutive. Selon l'Observatoire International des Migrations et Diasporas, l'Eashatri aurait même été la nation qui aurait le plus attiré d'intellectuels en 2038. L'organisation fait la part belle à l'intérêt qui serait porté par nos universitaires pour les travaux d'étude générale du monde pour expliquer cet attrait des intellectuels pour l'Eashatri, nation pourtant parmi les plus pauvres du monde, dont le rayonnement en 2038 a pourtant été plus que restreint, et qui contrairement à certains pays comme le Caeturia, n'a pas mis de politiques en place pour favoriser l'immigration d'intellectuels étrangers. Non, les travaux des intellectuels eashates seuls attireraient les intellectuels étrangers.

C'est une vision défendable, si l'on y pense : si les travaux des intellectuels attirent, c'est parce qu'ils témoignent d'une vie intellectuelle interne à notre pays, et donc de la présence d'intellectuels en Eashatri, or les humains ont ce biais de socialisation qui les poussent à communiquer préférentiellement avec ceux qui leur ressemblent le plus, à partir de là, des intellectuels vont avoir tendance à lier contact préférentiellement avec d'autres intellectuels, et chercher à en rencontrer là où il y en a déjà beaucoup.

Cependant, une telle vision, si elle est prise comme une vérité absolue, est plus que dangereuse : elle soutient la théorie que les intellectuels vivraient dans un entre-soi loin des peuples, justifiant donc des sentiments anti-intellectuels, qui à terme pourraient être capables de nuire à l'épanouissement même de la culture et de la science dans le monde. Et contrairement à l'image que porte notre pays, l'Eashatri n'est pas exempt d'anti-intellectualisme, bien qu'ici ce sentiment prend des formes différentes que celles qu'il peut avoir à l'étranger. En effet, en Eashatri, les anti-intellectuels ne fustigent pas que le pouvoir soit confisqué par une soit-disant classe de bien-pensants qui pensent tout savoir et qui confisqueraient biens et savoirs pour eux, comme dénoncé par certains populistes santognais notamment. Non, dans le nord du continent janubien, les auto-proclamés anti-intellectuels préfèrent fustiger le fait que les intellectuels ont une influence sur le pouvoir, qui pourrait tendre à effacer celle de l'aristocratie, voulue par une partie marginale de la droite eashate comme garante des valeurs de notre Empire.


___________________


Extrait de Gloire Eashe, 1er mars 2039 :

Tragédie en Illythie


C'était avant-hier. Rashid Ier ben Qabus al Massoud, roi d'Hachémanie en exil, a été assassiné à Mahurot, ville dans laquelle il avait tenté de s'offrir une nouvelle vie. Avec sa mort, une page de l'histoire du petit royaume marquésien se tourne, cette fois-ci définitivement. Le jeune roi avait marqué son pays de ses politiques progressistes et modérées en matière de religion mais aussi à propos des questions sociales, donnant un nouveau souffle à un royaume qui ne voulait pas en recevoir. Il y a un an, le monarque qui avait changé son pays a été destitué, et tous les changements qu'il avait apportés ont été défaits par la dictature qui a pris le pouvoir ensuite sur les terres qu'il avait dirigées. Il s'était depuis réfugié en Illythie, où sa fin tragique et inévitable l'a finalement rencontré : le monarque est mort des balles d'un terroriste selon les autorités locales, terroriste qui n'aura fait qu'une seule victime : Rashid Ier ben Qabus al Massoud.
Si vous voulez aider Brèves Eskhanes pour calculer l'ICP 2038, remplissez le sondage disponible sur ce lien ! Merci d'avance pour votre participation !

Répondre

Retourner vers « Eashatri »